Archives par mot-clé : Parution

Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers

Le n. 43, juin-juillet 2023 d’Interculturel Francophonies, revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française, publiée par l’Alliance Française de Lecce (Italie) et dirigée par Andrea Calì (Università del Salento), vient de sortir. Cette livraison, consacrée à Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers, contient la plupart des communications données à l’occasion d’un colloque international sur Gamaleya (La Réunion, octobre 2022). Elle a été coordonnée par Dominique Ranaivoson (Université de Metz).

Boris Gamaleya (1932-2019) est né à La Réunion d’une mère créole et d’un père ukrainien qu’il perd très tôt. Ce métissage va alimenter la sensibilité d’un homme qui sera à la fois un militant de la créolité et et un poète visionnaire dont le rêve s’étend jusqu’à Madagascar et à la Russie de ses origines. Son œuvre en français traversée par les langues, les cultures, l’histoire de son île, le bruit des oiseaux et les couleurs a fait l’objet d’un colloque international à La Réunion en octobre 2022. Ce volume présente une partie des communications qui y ont été données. Elles portent sur cette langue si particulière inventée par le poète puis sur certaines œuvres aux confins du théâtre, de la poésie et du roman. Les approches comparatistes établissent des réseaux avec d’autres poètes (Rabearivelo, Daniel Biga, Odysseas Elytis) et le philosophe Spinoza. Enfin, l’analyse de la trajectoire de cette œuvre foisonnante et parfois énigmatique demeurée longtemps confidentielle et désormais largement médiatisée à La Réunion permet de comprendre les processus de patrimonialisation qui est en cours et auquel participent le colloque et ce numéro d’Interculturel Francophonies.

Sommaire

Dominique Ranaivoson, Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers

I. La langue de Boris Gamaleya

  • Alvaro Boisivon Bernardino, Boris Gamaleya: l’humour des parlangues et l’humeur des vavangues
  • Nicole Blondeau, Dysphonie des langues et poétique de la trace dans l’oeuvre de Boris Gamaleya  
  • Annie Urbanik-Rizk, L’humour poétique de Boris Gamaleya: de la révolte à la célébration  
  • Arnaud Villani, La langue en tempête de Boris Gamaleya  

II. Analyse d’une œuvre 

  • Serge Meitinger, Vali pour l’inaccompli, Boris Gamaleya et la poétique du nom propre   
  • Elisa Huet, Écologie (sous)-marine dans la poésie de Boris Gamaleya: une étude de Vali pour une Reine morte et de La mer et la mémoire. Les langues du magma  
  • André Ughetto, Ligne de force de l’intrigue dans Le Volcan à l’envers
  • Angélique Gigan, Odyssée eschatologique dans Le Volcan à l’envers de Boris Gamaleya (1983) ou la fictionnalisation de l’Histoire 
  • Boris Lazić, L’exil, les identités plurielles et la figure du père dans L’Île du Tsarévitch  
  • Marinko Koščec, L’Île du Tsarévitch: le mythe insulaire au cœur d’un royaume rêvé
  • Béatrice Bloch, Piton la nuit (1992): une jubilation synesthésique offerte?  

III. Approches comparatistes 

  • Ferroudja Allouache, Écrire en présence de toutes les langues du monde   
  • Dominique Ranaivoson, Boris Gamaleya et Madagascar ou le rêve sur la Grande Île des origines  
  • Michel Cassir, Tonnerre et para-tonnerre  
  • François Heusbourg, Daniel Biga, Odysseas Elytis, Boris Gamaleya 
  • Hadi Rizk, L’exubérance du multiple: les résonances spinozistes de la poésie de Boris Gamaleya
  • Catherine Coquio, Baba-le monde et le mal du temps. Temps historique et temps mythique   
  • Bernard Idelson – Grégoire Molinatti, Boris Gamaleya: construction médiatique, médiations culturelles et patrimonialisation d’une figure réunionnaise 

Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

Littératures des mondes contemporains, série Afriques

Ouvrages en libre accès

Les ouvrages suivants sont désormais accessibles en ligne. Adresses ci-dessous. Ils sont librement téléchargeables, mais cela ne change rien aux droits de propriété éditoriale et intellectuelle.

Sauf le n°2 de la série “Afriques”, qui est épuisé, ils peuvent également être commandés sous forme imprimée : https://ecritures.univ-lorraine.fr/publications/pour-commander

A terme et dans un délai indéterminé, ces ouvrages seront disponibles dans Persée.

Le Docker noir

Réédition marseillaise du premier roman de Sembène Ousmane

Marseille, éd. Héliotropismes, Collection Harlem Shadows n°3
ISBN : 979-10-97210-12-0, Format : 148×210 mm, 240 pages

Parution le 2 juin 2023

Marseille, années 1950. Diaw Falla, docker sénégalais, vit à Belsunce, le «petit Harlem marseillais», et travaille sur le port en compagnie de nombreux ouvriers africains. Menant une existence précaire, il rêve d’écrire et de publier son premier roman, Le Dernier voyage du Négrier Sirius. Son existence bascule le jour où il confie son manuscrit à une amie écrivaine.
Publié en 1956, ce premier roman de Sembène Ousmane est un déchirant cri d’amertume qui fait écho aux romans marseillais de Claude McKay dans sa soif de liberté, sa défense des luttes sociales et son refus d’accepter l’étroitesse des préjugés raciaux.

De nombreuses archives et des textes inédits

Cette édition, enrichie d’un important appareil critique, retrace le parcours de Sembène Ousmane à Marseille, à travers les réseaux politiques et littéraires qu’il a fréquentés. C’est ainsi qu’apparaissent dans cette version les poèmes « Liberté » (publié dans la revue Action poétique en 1956), « Sur toute la terre », « Vu du coeur » et « Manie », ainsi qu’une des premières versions de la nouvelle « Communauté ».
Dans la postface, on apprend, grâce aux informations révélées par les archives des Renseignements généraux, que Sembène était étroitement surveillé en raison de ses activités militantes en faveur des indépendances africaines.

Lire un extrait, consulter, commander sur la page de l’éditeur

New Literary Voices of the Moroccan Diaspora

New Literary Voices of the Moroccan Diaspora. Republic of Cousins

Ieme van der Poel

 
Liverpool University Press
Published on 224 pages
 

The highly-charged debate over Morocco’s diasporic minorities in Europe has led to a growing interest in the literary production of these ‘new’ Europeans. This comparative study is the first to discuss together a body of texts, including contemporary Judeo-Moroccan literature, written in French, Spanish, Catalan and Dutch, which have never been studied as a group.

Faced with such a variegated field of literary production, the aim of this book is not to tie individual works of literature to their ‘national’ place of origin, but to re-conceptualize the idea of a ‘Moroccan’ literature with regard to the transnational and multilingual experiences from which it arises. Drawing on a wide range of theoretical insights, from Fatima Mernissi’s concept of female subalternity to Abdelmalek Sayad’s principle of the immigrants’ ‘absent’ history, this book allows for the re-evaluation of the relationship between migration and postcolonial literary studies. A careful analysis of the literary techniques used in the texts under scrutiny here highlights their poetic qualities, without bypassing their political relevance with regard to the intercultural relations between Morocco and Europe as they are presently unfolding across the Mediterranean, and beyond.

Prof. dr. Ieme van der Poel is Professor of French Literature, Emerita, at the University of Amsterdam.

Page sur le site de l’éditeur

Sankofa Cry

Sankofa Cry : mémoires musicales et improvisations littéraires dans les romans de l’Atlantique noir

Marion Coste


éd. Honoré Champion, coll. Francophonies, n° 14. 262 p., 1 vol., broché, 15,5 x 23,5 cm
EAN 9782745358387

48

La musique est très présente dans les romans de ce que Paul Gilroy appelle l’Atlantique noir, comprenant l’Afrique subsaharienne et ses diasporas, notamment antillaises. L’étude de plusieurs romans de Michèle Rakotoson, Scholastique Mukasonga, Daniel Maximin, Léonora Miano, Kossi Efoui et Rachid Djaïdani permet de comprendre cette influence musicale et ses modalités. Les musiques de l’Atlantique noir, musiques traditionnelles, jazz ou rap, accueillent dans la forme romanesque une mémoire de la colonisation et de l’esclavage oubliée ou occultée, donnant à sentir les pertes, les hantises et les tabous qui continuent d’habiter le présent. Elles invitent aussi la littérature à réinventer la forme romanesque et à repenser le rapport de l’écriture à l’improvisation et à l’oralité, par un travail du vocabulaire, de la syntaxe ou de la structure romanesque. La musique, art du temps et de la performance, semble alors le moyen d’échapper à toutes sortes de figements et d’habitudes, dans la diégèse comme dans l’écriture.

Marion Coste est docteure en langue et littérature françaises et agrégée de lettres modernes. Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et musique en littérature française et francophone.

FRAN_14

Page sur le site de l’éditeur.

Parution : Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor

Elara Bertho

Presses Universitaires de France, 15/02/2023

Collection : Biographies

Nombre de pages: 176
Code ISBN: 978-2-13-083822-7
 

Léopold Sédar Senghor eut tous les honneurs : premier Africain agrégé de grammaire, poète célébré dans le monde entier, premier président du Sénégal, académicien. Mais il fut également la cible de très nombreuses critiques : il fut en effet accusé d’essentialisme pour avoir inventé la négritude, d’autoritarisme pour avoir fait emprisonner ses opposants, de complaisance envers la France pour n’avoir jamais rompu avec l’ancienne puissance coloniale.
Difficile aujourd’hui de faire un portrait nuancé de Senghor qui affronterait véritablement le bilan politique de cet homme d’État tout en rendant justice à la grande actualité de sa pensée poétique et philosophique. C’est pourtant la ligne de crête que cette biographie entend emprunter, loin de l’hagiographie, loin des anathèmes.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire « Les Afriques dans le Monde », à Bordeaux. Ses travaux portent sur les résistances à la colonisation ainsi que sur les relations entre littérature et politique en Afrique de l’Ouest. Elle a publié Sorcières, tyrans, héros (Honoré Champion, 2019) et Djiguiba Camara. Essai d’histoire locale (Brill, 2020, avec Marie Rodet).

Lire un extrait sur la page de l’éditeur.