Archives par mot-clé : Performance

AAC: Musique(s) dans la création littéraire et artistique francophone de l’Atlantique noir

Appel à communications

Lieu / Site : Université de Cergy Pontoise / Forum de Vauréal

Dates : 8-9 avril 2021 

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

« Etudier la place de la musique dans l’Atlantique noir, c’est examiner à la fois l’idée que se faisaient d’eux-mêmes les musiciens qui l’ont conçue, l’usage symbolique qu’en ont fait d’autres artistes et écrivains noirs et les rapports sociaux ayant produit et reproduit cette culture expressive unique, où la musique joue un rôle central et même fondateur[1] », déclare Paul Gilroy. Dans la continuité des travaux rassemblés dans L’Imaginaire musical dans les littératures africaines[2]  et dans Afrique, musique et écriture[3], ce colloque se propose d’étudier à la fois cette musique et la façon dont elle nourrit l’ensemble des pratiques artistiques et littéraire de l’Atlantique noir, et témoigne des rapports sociaux qui l’animent.
Les musiques de l’Atlantique noir, jazz et rap notamment, mais aussi biguine, reggae, funk, soul, et la liste reste ouverte, permettent de penser l’Atlantique noir comme un ensemble rhizomatique, dans lequel cultures et identités se construisent par rencontres et résurgences  : « La musique et ses rituels peuvent être utilisés pour créer un modèle où l’identité n’est plus conçue ni comme une essence immuable ni comme une construction vague et absolument contingente, susceptible d’être réinventée au gré de caprices des esthètes, des rhétoriciens et des faiseurs de symboles[4]. » L’étude de la façon dont les artistes construisent ces identités diasporiques en mobilisant la musique sera au cœur de nos réflexions.

La littérature francophone foisonne de références à la musique de l’Atlantique noir. Miano affirme que « Le jazz m’a donné ma voix d’auteur[5]. » Cette déclaration trouve de nombreux échos chez d’autres auteur.trices afro-français comme Koffi Kwahulé ou Kossi Efoui, ou chez des auteurs des Caraïbes comme Edouard Glissant qui déclarait lors d’une conférence à Ixtasou « mon style d’écriture est le style de jazz de Miles Davis[6] ». Ces multiples références musicales signalent à la fois une influence formelle du jazz sur l’écriture – influence perceptible par exemple dans la ponctuation ou dans le jeu des voix narratives -, et une influence qu’on pourrait dire philosophique : le jazz est la musique de la rencontre, de l’ouverture à l’altérité et du jeu avec les codes du langage.
La présence de la musique dans la littérature afro-française ne se limite pas au jazz : la verve provocatrice de Sami Tchak peut évoquer le rap à la fois par l’usage des métaphores, par l’évocation de la pauvreté et par le jeu avec l’obscène ; Gaël Faye, à la fois écrivain et rappeur, invite aussi à penser le rapprochement de ces deux formes ; Léonora Miano cite dans Blues pour Elise des morceaux de soul et de la rappeuse Casey ;  Ernest Pépin dans Tambour-Babel évoque à la fois le gwoka de la Guadeloupe et de nombreuses références de la musique mondiale, du jazz au Boléro de Ravel.

Mais la musique n’est pas seulement un art qui nourrit la littérature et ses genres. Jouant avec les mots, les sons et les sens, le rap invente une poésie sonore originale en perpétuelle transformation. Pratique artistique résolument nomade, il est une création continue. « Art de la débrouille » comme le nomme Nicolas Baltzer, fondateur de l’Abcdr du Son, il modifie la forme et le rythme mais également varie et imprègne l’espace de création et de réception. Dans un corps à cri avec la société, il fait entrer la rue et ses pratiques dans le studio, l’atelier et sur la scène. Toute une génération d’artistes contemporains (sculpteurs, vidéastes, photographes, peintres, danseurs …) a grandi et crée en écoutant du rap. Street art ou graffiti, le rap appartient à la culture hip hop et bon nombre de rappeurs sont graffeurs. Fabe de Scred Connexion eut autant d’influence dans le rap que dans le graffiti. Plus récemment, à l’opéra Bastille en 2019, Bintou Dembélé pour la mise en scène des Indes Galantes de Rameau a fait appel au hip-hop et au krump. Il est donc nécessaire d’étudier comment les arts vivants s’emparent de ces formes musicales contemporaines.

Ainsi, le colloque est pensé autour de deux grands axes :

Axe 1 : musiques et patrimoine 

Selon Paul Gilroy, la musique permet de résoudre la tension entre particularismes nationaux et identité noire immuable : s’il existe bien des traits caractéristiques de la musique noire), celle-ci a aussi servi à définir des patrimoines nationaux (le reggae est d’abord jamaïcain, le hip-hop étasunien, etc.)
Il s’agira donc de voir :
Quelle relation entretiennent les auteurs et autrices avec le patrimoine musical ? Comment le fixent ils/elles dans leur œuvre ou au contraire le modifient et le renouvellent ? Quelles sont les effets des circulations culturelles sur les constructions identitaires plus ou moins problématiques des personnages ? Est-ce pour créer un paysage à la fois musical et littéraire qui permettrait de mobiliser des modèles comme Emmanuel Dongala dans Jazz et vin de palme ou Daniel Maximin dans l’Isolé Soleil ?

Axe 2 : musiques et performances

Un autre versant de notre propos concernera l’étude des « traditions de performance qui caractérisent encore aujourd’hui la production et la réception des musiques de la diaspora.[7] » Pour Christian Béthune, le jazz comme le rap illustrent la tendance de la culture afro-américaine, culture qui trouve, d’après le chercheur, un prolongement dans le rap français, à mêler écriture et oralité : opter pour une écriture-jazz à la manière de Kwahulé serait alors une façon d’échapper à la sclérose de l’écrit et de retrouver cet équilibre de l’écrit et de l’oral.

Des communications sont également attendues sur la performance dans les musiques de l’Atlantique noir ou dans les diverses pratiques artistiques qui s’en inspirent. On pourrait ainsi étudier les procédés par lesquels l’influence musicale ouvre de nouvelles possibilités formelles, jusqu’à remettre en question les représentations traditionnelles du livre, des arts vivants et des arts plastiques comme forme et œuvre autonomes.

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

[1] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 114.

[2] Robert Fotsing Mangoua (dir.), L’Imaginaire musical dans les littératures africaines, Paris, L’Harmattan Cameroun, 2009.

[3] Gilles Teulié (dir.), Afrique, musique et écriture, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collection « Les cahiers du CERPANAC », 2001.

[4] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 151.

[5] Leonora Miano, Habiter la frontière, p. 17.

[6] Ces propos sont rapportés par Jean-Luc Tamby dans un article qu’on trouvera ici : http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?edouard-glissant-et-les-partis.html#nb30

[7] Paul Gilroy, L’Atlantique noir, p. 115. 

CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

2020 Annual International Conference of the African Theatre Association (AfTA)

Ageing, Old age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

The Department of African Studies, Institute of Asian and African Studies,
Humboldt University Berlin, Germany
23rd-25th July 2020

Appel à communications de l’African Theatre Association dont le congrès annuel se tiendra du 23 au 29 juillet 2020 à la HU-Berlin.
La langue de travail est l’anglais, mais des contributions sur les oeuvres dans toutes les langues littéraires d’Afrique et de sa diaspora sont bienvenues.

Call for Papers and Performances

Researchers, scholars, performing artists and theatre activists are invited to submit an abstract of 300 words and 150 words biography to: conferences@africantheatreassociation.org 

For questions and inquiries about the conference, please contact the conference convener, Dr. Pepetual Mforbe Chiangong, using the above conference email address.

Abstract submission deadline is 14th February 2020. 

Critics of performing arts in Africa and its diaspora have engaged with a wide range of topics in their writing, but there is limited critical engagement with ageing, old age, and disability. It is this dearth of critical discourses and debates on old age in African literary and theatre studies that has inspired the theme of the 2020 annual African Theatre Association Conference. The conference invites scholars, practitioners and activists of performance to focus their contributions on three areas which are mutually exclusive, yet incredibly inclusive, namely: ageing, old age—age(able)ism embodied—and disability. AfTA 2020 aims to create a platform on which these contributions will reflect critically on the role, representation, status and significance of elderly people in performing arts (theatre, oral performance, community theatre, drama, spoken word, epics, films, festivals, dance, music etc…) that are connected to Africa and its diaspora. Further, the conference invites contributions that investigate how ageing is entangled with elderly characters, performers, play directors/directing, dramatists and audiences in the debate of ageism, old age and disability in a bid to explore our understanding of performance, its production and reception. Further, the conference aims to engage critical discussions based on varied understandings, perceptions and definitions of old age, ageing and disability, as well as whether there should be any intersection between these categories in African performances, film and festivals. Employing old age, ageing and disability as conceptual frameworks, the conference will provoke debates on how performances articulate these subjects at critical moments of artistic production and performance. The conference seeks to ask questions including: what are the nuances that either shadow or empower the production of performance based on ageing, old age and disability? What are the cultural and transcultural underpinnings espoused when subjects related to ageing, old age and disability are evoked in the performance culture? How do class, sexuality, gender, ethnicity and nationality affect our understanding of these classifications in the context of performance, film and festival? What are the theoretical and methodological conceptualisations that one might draw from to provoke scholarly debates related to ageing, old age and disability in performance, film and festival?

Continuer la lecture de CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

AAC : Théâtre et éducation

COLLOQUE INTERNATIONAL

Théâtre et éducation : la place et l’importance du théâtre comme vecteur d’apprentissage

2, 3, 4 février 2020

(Université de Lomé/Université de Rostock)

Organisé par les équipes et laboratoires LIGA/CoDIReL/CEROCE

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 30 Septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes :

koku.nonoa@uni.lu et kcalemdjrodo@univ-lome.tg

Argumentaire

A l’ère de la mondialisation et de la digitalisation du savoir et des activités culturelles et artistiques, l’interaction théâtre et recherches scientifiques/artistiques, théâtre, éducation et société devient primordiale dans le monde académique, éducatif et artistique afin de répondre aux défis dans le domaine socioculturel, économique et politique. De surcroît, en partant du constat que les rencontres culturelles et leurs interactions ont aussi lieu dans le monde digital et virtuel, l’Université de Lomé, à travers son nouveau programme de Master professionnel dénommé « Théâtre et Éducation », voudrait apporter une réponse adéquate aux nouveaux défis susmentionnés : il s’agit notamment de mettre sur pied des stratégies orientées vers l’interaction et le renforcement des échanges réciproques entre le monde universitaire, les milieux culturels et artistiques à travers la problématique théâtre et éducation.

La notion de Théâtre Education, en anglais DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements. Ce concept met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  et davantage sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, « l’art dramatique » signifie  que les participants créent leurs propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education: A Curriculum Dilemma: Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. Il découle de cette approche du théâtre, l’idée simple et confirmée que cet art, tout comme le sport, devrait être enseigné à tous les niveaux de l’éducation nationale, à tous les niveaux professionnels et à tous les âges. Plusieurs chercheurs ont souligné par ailleurs que, quel que soit la discipline enseignée, l’enseignant, qu’il le veuille ou non,  assume dans la classe le rôle du metteur en scène et qu’une pièce commence à chaque fois qu’un enseignant entre dans sa classe. Les activités menées en Théâtre Education soulignent d’ailleurs la richesse des échanges entre les enseignants et les comédiens. On le voit donc, l’histoire du Théâtre Education s’ancre dans celle des « environnements d’apprentissage », et conduit à l’invention des pratiques théâtrales ou sociales propres à chaque pays ; l’émergence de questions nouvelles et leurs résolutions par l’art dramatique.

Continuer la lecture de AAC : Théâtre et éducation

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Kosmos-Workshop

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Humboldt University, Berlin, October 8-12, 2018

In the past decades, African literary and cultural productions have predominantly explored the notions of duality, binarity, hybridity, alterity, in varied dimensions; centre-periphery, colonised-coloniser, orality–written literature etc., triggered by historical landmarks like slavery, colonialism, postcolonialism, and migration. Cultural productions and theoretical debates have, validly, not only echoed the complexities of these times with regards to ethnicity, class, gender, but have also critiqued the repercussions of these indelible historical moments and movements on language, culture, identity, local and diaspora communities, and individual/collective memory. However, much of the work that has been done, so far, still puts African literatures and cultural productions in regional and linguistic boxes. There is an evident lack in comparative research that would open up new critical horizons from the perspective of cross-language, cross-regional and cross-theoretical studies. Therefore, this workshop aims to move beyond the trend of comparing African literatures within the realms of just one language (Francophone, Lusophone, Anglophone, Arabic and the diverse Afriphone literatures) to inspire a comparative scholarship of African literatures that cuts across all languages and regions of the continent, including the traditional, yet artificial ‘boundary’ of the Sahara.  There is an urgent need to put different schools of thinking and paradigms of literary theory into dialogue in order to advance African literary and cultural studies. The major aim of the workshop is, therefore, to cross over language barriers, regional settings, disciplines and theories.

We invite scholars and PhD students from our African partner universities in Kenya, Nigeria, Senegal, South Africa, Tanzania and Togo as well as colleagues/PhD students based in Berlin to take up the challenge and contribute reflections on cultural production in more than one language, on hermeneutic dualities and multiplicities in African literatures, theatre, cinema and performance arts. A critical assessment of ideological, theoretical, aesthetic, thematic and linguistic models that invoke categories of difference, but also similarities, should be highlighted in ways that they could possibly be put in conversation with one another and critically evaluated across genres and disciplines.

The workhop is sponsored by HU-Berlin’s Kosmos programme and with further support by IAAW and KSBF. Speakers include guests from the universities of Nairobi, Ibadan, Stellenbosch, Lomé, Hannover, Mainz and FU Berlin.

URL de référence : https://www.iaaw.hu-berlin.de/de/region/afrika/afrika/literatur/mitarbeiter/prof-dr-susanne-gehrmann/test/crossings-and-comparisons-in-african-and-cultural-studies

Continuer la lecture de Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Programme complet et définitif à consulter sur la page Europhilosophie :

URL de référence : https://europhilomem.hypotheses.org/4352

FESTIVAL – COLLOQUE

Toulouse, 25 octobre – 09 novembre 2018

Présentation de l’événement

PROGRAMME

 25/10/18 – Prélude

18h00 - Présentation de Black Lives Matter. Le renouveau de la révolte noire américaine de Keeanga-Yamahtta Taylor (Marseille, Agone, 2017, traduit de l’américain par Celia Izoard) par Norman Ajari
Lieu : librairie Terra Nova (18 rue Léon Gambetta)
- Projection de Whose Streets de Sabaah Folayan (2017) 
Lieu : American Cosmograph (24 rue Montardy)

27/10/18 –  Journée d’ouverture du festival

15h00 - Performance de Zora Snake, « Transfrontalier » - Place du Capitole
18h00 - Entretien de Zora Snake avec Muriel Plana (UT2J) et Chloé Dubost (UT2J, ENS) autour de la poétique du corps politique comme point de vue Lieu : librairie Ombres Blanches (3, rue Mirepoix)

Continuer la lecture de Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Le théâtre du Tarmac menacé

Le Tarmac réagit à l’annonce de sa disparition : “De quel projet francophone parlons-nous ?”

Les artistes se mobilisent et une pétition circule pour défendre le Tarmac suite au communiqué de Françoise Nyssen annonçant sa possible disparition. Le théâtre de la francophonie réagit…

Lire la suite et comprendre le fil des évènements : https://www.lesinrocks.com/2018/02/02/scenes/le-tarmac-reagit-lannonce-de-sa-disparition-de-quel-projet-francophone-parlons-nous-111041796/

(en bas de page, une lettre ouverte signée par, entre autres, Gustave Akakpo, Kidi Bebey, Ananda Devi, Gaël Faye, Achille Mbembe, Criss et Dieudonné Niangouna, Raharimanana, Véronique Tadjo… Rappelons que le théâtre du Tarmac contribue largement à la diffusion en France des dramaturgies africaines contemporaines : http://www.letarmac.fr/la-saison/traversees-africaines/ )

MàJ 07/02/2018 : soirée de soutien lundi 12 février à partir de 18h au Tarmac.

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.