Archives par mot-clé : Performance

Modernités africaines

Modernités africaines. Conversations, circulations, décentrements

 

Cet événement intitulé « Modernités africaines. Conversations, circulations, décentrements » entend présenter un regard neuf sur l’Afrique contemporaine et les dynamiques qui traversent les sociétés du continent. Le titre de la conférence décrit à la fois son contenu et sa méthode. Il s’agit de décloisonner notre appréhension du continent africain en insistant sur les circulations transnationales des hommes et des idées et les conversations entre les savoirs. Il s’agit également de décentrer notre regard pour interroger les rapports entre la France, l’Europe et l’Afrique. Ces interrogations prendront la forme de dialogues entre des chercheuses et des chercheurs, mais aussi des artistes, de différents horizons disciplinaires et géographiques, qui s’intéressent à l’Afrique et à ses diasporas.
Inauguré le 11 juin 2021 par un dialogue autour des études africaines entre Souleymane Bachir Diagne, philosophe, professeur à l’université de Columbia, et François-Xavier Fauvelle, professeur en histoire et archéologie des mondes africains au Collège de France, à revoir en vidéo ici, il se déroulera à l’ENS les 9, 10 et 11 juin 2022.
Ce colloque international inclut des panels abordant chacun une thématique au cœur des études africaines, qu’il s’agisse : des circulations dans les arts et les lettres, de la fabrique de la ville, de la construction de l’État et de la question de la dette, de la question foncière et des ressources naturelles, de la place des femmes et des dynamiques du genre, des rapports entre nature, environnement et santé, de la modernité de l’invisible et du sacré, des mobilisations au sein de la société civile, ou encore de la place de l’Afrique dans la philosophie. Dans le cadre du colloque, est également proposée la projection du film documentaire Trouble Sleep, primé au festival Visions du Réel 2020. Elle sera suivie d’un débat en présence de son réalisateur, Alain Kassanda.

Programme

Jeudi 9 juin 2022, Grand Amphithéâtre. Campus Jourdan, 48 bld Jourdan, 75014 Paris

10h-10h30  – Ouverture du colloque
10h30-12h – Circulations des arts et des lettres

(Avec une performance de l’artiste Vhan Olsen Dombo)

Lire la suite : https://www.ens.psl.eu/agenda/conference-olivier-legrain-sciences-et-societe/2022

Littératures et cultures urbaines

« Littératures et cultures urbaines francophones » (Serigne Sèye, dir.)

Interculturel francophonies, n°40, nov-dec. 2021

Lecce, Alliance Française Lecce, coll. « Interculturel Francophonies », 2021

 
EAN: 9788895343433 ISSN: 2240-6263
216 pages
Prix : 15€
 
Le n° 40, nov.-déc. 2021 d’Interculturel Francophonies, revue semestrielle sur les littératures et cultures nationales d’expression française, publiée par l’Alliance Française de Lecce (Italie) sous la direction d’Andrea Calì (Università del Salento/Italie), vient de paraître. Ce dossier, coordonné par Serigne Sèye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar/Sénégal), est consacré aux Littératures et cultures urbaines francophones.
Ce numéro d’Interculturel Francophonies fait un focus sur les dynamiques relationnelles entre les cultures urbaines et les littératures issues de l’espace francophone. Regroupant des chercheurs de divers horizons et de disciplines littéraires différentes, ce dossier rend compte de la porosité des frontières entre les productions artistiques et les textes des écrivains s’exprimant en français. Il stipule que les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec les productions des écrivains. Ce lien est aujourd’hui illustré, dans les pays francophones, par l’existence d’une littérature urbaine plus ou moins dynamique selon les pays et rendant compte des réalités diverses et particulières des grandes mégalopoles comme Dakar, Strasbourg, Kinshasa, Paris ou Brazzaville. Certaines contributions de ce numéro en donnent un aperçu en disséquant les jeux d’influence la reliant aux genres et autres pratiques urbains tels que développés dans l’espace francophone. Les auteurs mettent en évidence les procédés par lesquels la littérature et des genres urbains comme le rap, le slam ou la sapologie adoptent des postures hypermédiatiques qui en font mutuellement des lieux d’insertion de l’autre. Les artistes et écrivains convoqués dans les essais publiés sont dépeints comme des représentants d’un art synthétique se révélant en mimesis de la création collective, un des principes fondamentaux des arts populaires, pour dire la condition urbaine francophone.

Sommaire

  • Introduction : Littératures et cultures urbaines: définitions et dynamiques interrelationnelles dans l’espace francophone (Serigne Sèye)
  • Abd Al Malik: quand le rap actualise la littérature (Francesca Aiuti)
  • Maïmouna d’Abdoulaye Sadji et « Dieynaba» de Pat Ghetto: quand le roman nourrit le rap ou un exemple de médiatisation d’un récit romanesque dans la musique urbaine (Serigne Sèye)
  • Le slam à Dakar, un art urbain qui exprime les conditions sociales. L’exemple de quelques textes de poètes-slameurs dakarois (Aliou Seck)
  • Banlieusards et fiers de l’être: culture urbaine et francité (David Yesaya)
  •  Des ateliers d’écriture au roman d’investigation: l’influence de Saint-Denis dans la narration de Rachid Santaki (Serena Cello)
  •  Rap, littérature et légitimité dans Du Rêve pour les oufs de Faïza Guène (Marion Coste)
  •  « Enfants des lieux bannis »: rap et postcolonialité dans l’autobiographie urbaine (Stève Puig)
  • De la littérature dans la sape: « Un crocodile à Luozi » de Norbat de Paris (Laude Ngadi Maïssa)
  •  Parkour, stégophilie et autres pratiques habitantes en milieu urbain dans le roman Les Furtifs d’Alain Damasio (Christophe Duret)
  • Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

AAC: Littératures africaines et écologie

Congrès de l’APELA

Université Cheikh Anta Diop (Dakar)

2, 3 et 4 novembre 2023

Littératures africaines et écologie

Modalités de participation :

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique. La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais.

Veuillez adresser vos propositions à : apeladakar2023@gmail.com (Réponse le 15 septembre 2022)

Argumentaire :

Les questions environnementales sont un enjeu discret mais persistant du développement des littératures africaines depuis le début de l’époque coloniale. Les menaces écologiques qui pèsent sur le continent, à la suite du réchauffement climatique, des prédations extractivistes ainsi que des conséquences des conflits armés, trouvent des répercussions fortes sur le plan littéraire. Il s’agira au cours de ce congrès, qui se déroulera pour la première fois depuis la création de l’APELA sur le continent africain, de montrer la pertinence des préoccupations environnementalistes des littératures africaines en lien avec les grands défis contemporains à l’échelle mondiale.
L’imaginaire géographique qui accompagne depuis le XVIIIe siècle la pénétration européenne du continent africain a donné lieu à un héritage critique partagé entre l’Europe et l’Afrique pour appréhen- der les littératures du continent, dans leur versant oral comme écrit. Les études sur les littératures coloniales ont très largement contribué à la prise en compte des enjeux spatiaux à propos de textes qui font une large place aux paysages africains. Depuis une dizaine d’années, plusieurs colloques et journées d’étude de l’APELA ont porté sur des questions spatiales, dans une optique géocritique. Le congrès de 2009 à Bayonne, sur « Littératures africaines et territoires » (publié chez Karthala en 2011), la journée d’études « La question du paysage dans les littératures africaines » (dossier publié en 2015 dans la revue Études Littéraires Africaines, n°39), ont permis d’aborder, de façon oblique, la question environnementale. Le fait que cette problématique a surtout été abordée de biais nous invite à nous interroger sur ce qui gêne l’émergence d’un discours écocritique pour le continent africain. L’assignation « primitiviste » des peuples colonisés à leur milieu naturel dans l’idéologie coloniale en est peut-être une des raisons. Il est à cet égard révélateur que si peu de travaux de recherche, qui se sont pourtant inscrits dans la mouvance de la négritude, se soient intéressés aux poétiques générées par la revendication senghorienne d’une civilisation nègre caractérisée par un grand respect de la nature. L’ambition du colloque est donc de promouvoir une lecture des littératures africaines qui interroge le rapport au lieu et au vivant sous toutes ses formes dans le contexte d’une prise de conscience de l’urgence écologique.

Continuer la lecture de AAC: Littératures africaines et écologie

Théâtre sud-africain en Avignon

Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon

Université d’Avignon, 9 juillet à 14h30

Salle 0E32

Dans le cadre du lancement d’un nouveau projet de recherche entre le laboratoire ICTT à Avignon Université et le laboratoire CAS à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et en partenariat avec la BNF, Maison Jean Vilar, Emeline Jouve (MCF, HDR, CAS) et Cyrielle Garson (MCF, ICTT) ont le plaisir d’accueillir une première séance du séminaire itinérant du projet à Avignon Université avec Fanny Robles (MCF, LERMA) en lien avec la programmation 2021 du Festival d’Avignon et l’oeuvre de l’artiste sud-africain Brett Bailey.

Programme

14h30 Présentation du séminaire (Emeline Jouve et Cyrielle Garson)
14h50 Fanny Robles (LERMA, Aix-Marseille Université) « Brett Bailey ou les limites de l’expérience immersive en postcolonie »
15h40 Discussion
 
La séance aura lieu en présentiel uniquement, merci de vous inscrire avant le 8/07 (en raison des conditions sanitaires, la réservation est obligatoire) et d’indiquer si vous êtes membre de la communauté universitaire d’Avignon. 
 
 

AAC: Musique(s) dans la création littéraire et artistique francophone de l’Atlantique noir

Appel à communications

Lieu / Site : Université de Cergy Pontoise / Forum de Vauréal

Dates : 8-9 avril 2021 

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

« Etudier la place de la musique dans l’Atlantique noir, c’est examiner à la fois l’idée que se faisaient d’eux-mêmes les musiciens qui l’ont conçue, l’usage symbolique qu’en ont fait d’autres artistes et écrivains noirs et les rapports sociaux ayant produit et reproduit cette culture expressive unique, où la musique joue un rôle central et même fondateur[1] », déclare Paul Gilroy. Dans la continuité des travaux rassemblés dans L’Imaginaire musical dans les littératures africaines[2]  et dans Afrique, musique et écriture[3], ce colloque se propose d’étudier à la fois cette musique et la façon dont elle nourrit l’ensemble des pratiques artistiques et littéraire de l’Atlantique noir, et témoigne des rapports sociaux qui l’animent.
Les musiques de l’Atlantique noir, jazz et rap notamment, mais aussi biguine, reggae, funk, soul, et la liste reste ouverte, permettent de penser l’Atlantique noir comme un ensemble rhizomatique, dans lequel cultures et identités se construisent par rencontres et résurgences  : « La musique et ses rituels peuvent être utilisés pour créer un modèle où l’identité n’est plus conçue ni comme une essence immuable ni comme une construction vague et absolument contingente, susceptible d’être réinventée au gré de caprices des esthètes, des rhétoriciens et des faiseurs de symboles[4]. » L’étude de la façon dont les artistes construisent ces identités diasporiques en mobilisant la musique sera au cœur de nos réflexions.

La littérature francophone foisonne de références à la musique de l’Atlantique noir. Miano affirme que « Le jazz m’a donné ma voix d’auteur[5]. » Cette déclaration trouve de nombreux échos chez d’autres auteur.trices afro-français comme Koffi Kwahulé ou Kossi Efoui, ou chez des auteurs des Caraïbes comme Edouard Glissant qui déclarait lors d’une conférence à Ixtasou « mon style d’écriture est le style de jazz de Miles Davis[6] ». Ces multiples références musicales signalent à la fois une influence formelle du jazz sur l’écriture – influence perceptible par exemple dans la ponctuation ou dans le jeu des voix narratives -, et une influence qu’on pourrait dire philosophique : le jazz est la musique de la rencontre, de l’ouverture à l’altérité et du jeu avec les codes du langage.
La présence de la musique dans la littérature afro-française ne se limite pas au jazz : la verve provocatrice de Sami Tchak peut évoquer le rap à la fois par l’usage des métaphores, par l’évocation de la pauvreté et par le jeu avec l’obscène ; Gaël Faye, à la fois écrivain et rappeur, invite aussi à penser le rapprochement de ces deux formes ; Léonora Miano cite dans Blues pour Elise des morceaux de soul et de la rappeuse Casey ;  Ernest Pépin dans Tambour-Babel évoque à la fois le gwoka de la Guadeloupe et de nombreuses références de la musique mondiale, du jazz au Boléro de Ravel.

Mais la musique n’est pas seulement un art qui nourrit la littérature et ses genres. Jouant avec les mots, les sons et les sens, le rap invente une poésie sonore originale en perpétuelle transformation. Pratique artistique résolument nomade, il est une création continue. « Art de la débrouille » comme le nomme Nicolas Baltzer, fondateur de l’Abcdr du Son, il modifie la forme et le rythme mais également varie et imprègne l’espace de création et de réception. Dans un corps à cri avec la société, il fait entrer la rue et ses pratiques dans le studio, l’atelier et sur la scène. Toute une génération d’artistes contemporains (sculpteurs, vidéastes, photographes, peintres, danseurs …) a grandi et crée en écoutant du rap. Street art ou graffiti, le rap appartient à la culture hip hop et bon nombre de rappeurs sont graffeurs. Fabe de Scred Connexion eut autant d’influence dans le rap que dans le graffiti. Plus récemment, à l’opéra Bastille en 2019, Bintou Dembélé pour la mise en scène des Indes Galantes de Rameau a fait appel au hip-hop et au krump. Il est donc nécessaire d’étudier comment les arts vivants s’emparent de ces formes musicales contemporaines.

Ainsi, le colloque est pensé autour de deux grands axes :

Axe 1 : musiques et patrimoine 

Selon Paul Gilroy, la musique permet de résoudre la tension entre particularismes nationaux et identité noire immuable : s’il existe bien des traits caractéristiques de la musique noire), celle-ci a aussi servi à définir des patrimoines nationaux (le reggae est d’abord jamaïcain, le hip-hop étasunien, etc.)
Il s’agira donc de voir :
Quelle relation entretiennent les auteurs et autrices avec le patrimoine musical ? Comment le fixent ils/elles dans leur œuvre ou au contraire le modifient et le renouvellent ? Quelles sont les effets des circulations culturelles sur les constructions identitaires plus ou moins problématiques des personnages ? Est-ce pour créer un paysage à la fois musical et littéraire qui permettrait de mobiliser des modèles comme Emmanuel Dongala dans Jazz et vin de palme ou Daniel Maximin dans l’Isolé Soleil ?

Axe 2 : musiques et performances

Un autre versant de notre propos concernera l’étude des « traditions de performance qui caractérisent encore aujourd’hui la production et la réception des musiques de la diaspora.[7] » Pour Christian Béthune, le jazz comme le rap illustrent la tendance de la culture afro-américaine, culture qui trouve, d’après le chercheur, un prolongement dans le rap français, à mêler écriture et oralité : opter pour une écriture-jazz à la manière de Kwahulé serait alors une façon d’échapper à la sclérose de l’écrit et de retrouver cet équilibre de l’écrit et de l’oral.

Des communications sont également attendues sur la performance dans les musiques de l’Atlantique noir ou dans les diverses pratiques artistiques qui s’en inspirent. On pourrait ainsi étudier les procédés par lesquels l’influence musicale ouvre de nouvelles possibilités formelles, jusqu’à remettre en question les représentations traditionnelles du livre, des arts vivants et des arts plastiques comme forme et œuvre autonomes.

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

[1] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 114.

[2] Robert Fotsing Mangoua (dir.), L’Imaginaire musical dans les littératures africaines, Paris, L’Harmattan Cameroun, 2009.

[3] Gilles Teulié (dir.), Afrique, musique et écriture, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collection « Les cahiers du CERPANAC », 2001.

[4] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 151.

[5] Leonora Miano, Habiter la frontière, p. 17.

[6] Ces propos sont rapportés par Jean-Luc Tamby dans un article qu’on trouvera ici : http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?edouard-glissant-et-les-partis.html#nb30

[7] Paul Gilroy, L’Atlantique noir, p. 115. 

CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

2020 Annual International Conference of the African Theatre Association (AfTA)

Ageing, Old age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

The Department of African Studies, Institute of Asian and African Studies,
Humboldt University Berlin, Germany
23rd-25th July 2020

Appel à communications de l’African Theatre Association dont le congrès annuel se tiendra du 23 au 29 juillet 2020 à la HU-Berlin.
La langue de travail est l’anglais, mais des contributions sur les oeuvres dans toutes les langues littéraires d’Afrique et de sa diaspora sont bienvenues.

Call for Papers and Performances

Researchers, scholars, performing artists and theatre activists are invited to submit an abstract of 300 words and 150 words biography to: conferences@africantheatreassociation.org 

For questions and inquiries about the conference, please contact the conference convener, Dr. Pepetual Mforbe Chiangong, using the above conference email address.

Abstract submission deadline is 14th February 2020. 

Critics of performing arts in Africa and its diaspora have engaged with a wide range of topics in their writing, but there is limited critical engagement with ageing, old age, and disability. It is this dearth of critical discourses and debates on old age in African literary and theatre studies that has inspired the theme of the 2020 annual African Theatre Association Conference. The conference invites scholars, practitioners and activists of performance to focus their contributions on three areas which are mutually exclusive, yet incredibly inclusive, namely: ageing, old age—age(able)ism embodied—and disability. AfTA 2020 aims to create a platform on which these contributions will reflect critically on the role, representation, status and significance of elderly people in performing arts (theatre, oral performance, community theatre, drama, spoken word, epics, films, festivals, dance, music etc…) that are connected to Africa and its diaspora. Further, the conference invites contributions that investigate how ageing is entangled with elderly characters, performers, play directors/directing, dramatists and audiences in the debate of ageism, old age and disability in a bid to explore our understanding of performance, its production and reception. Further, the conference aims to engage critical discussions based on varied understandings, perceptions and definitions of old age, ageing and disability, as well as whether there should be any intersection between these categories in African performances, film and festivals. Employing old age, ageing and disability as conceptual frameworks, the conference will provoke debates on how performances articulate these subjects at critical moments of artistic production and performance. The conference seeks to ask questions including: what are the nuances that either shadow or empower the production of performance based on ageing, old age and disability? What are the cultural and transcultural underpinnings espoused when subjects related to ageing, old age and disability are evoked in the performance culture? How do class, sexuality, gender, ethnicity and nationality affect our understanding of these classifications in the context of performance, film and festival? What are the theoretical and methodological conceptualisations that one might draw from to provoke scholarly debates related to ageing, old age and disability in performance, film and festival?

Continuer la lecture de CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

AAC : Théâtre et éducation

COLLOQUE INTERNATIONAL

Théâtre et éducation : la place et l’importance du théâtre comme vecteur d’apprentissage

2, 3, 4 février 2020

(Université de Lomé/Université de Rostock)

Organisé par les équipes et laboratoires LIGA/CoDIReL/CEROCE

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 30 Septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes :

koku.nonoa@uni.lu et kcalemdjrodo@univ-lome.tg

Argumentaire

A l’ère de la mondialisation et de la digitalisation du savoir et des activités culturelles et artistiques, l’interaction théâtre et recherches scientifiques/artistiques, théâtre, éducation et société devient primordiale dans le monde académique, éducatif et artistique afin de répondre aux défis dans le domaine socioculturel, économique et politique. De surcroît, en partant du constat que les rencontres culturelles et leurs interactions ont aussi lieu dans le monde digital et virtuel, l’Université de Lomé, à travers son nouveau programme de Master professionnel dénommé « Théâtre et Éducation », voudrait apporter une réponse adéquate aux nouveaux défis susmentionnés : il s’agit notamment de mettre sur pied des stratégies orientées vers l’interaction et le renforcement des échanges réciproques entre le monde universitaire, les milieux culturels et artistiques à travers la problématique théâtre et éducation.

La notion de Théâtre Education, en anglais DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements. Ce concept met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  et davantage sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, « l’art dramatique » signifie  que les participants créent leurs propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education: A Curriculum Dilemma: Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. Il découle de cette approche du théâtre, l’idée simple et confirmée que cet art, tout comme le sport, devrait être enseigné à tous les niveaux de l’éducation nationale, à tous les niveaux professionnels et à tous les âges. Plusieurs chercheurs ont souligné par ailleurs que, quel que soit la discipline enseignée, l’enseignant, qu’il le veuille ou non,  assume dans la classe le rôle du metteur en scène et qu’une pièce commence à chaque fois qu’un enseignant entre dans sa classe. Les activités menées en Théâtre Education soulignent d’ailleurs la richesse des échanges entre les enseignants et les comédiens. On le voit donc, l’histoire du Théâtre Education s’ancre dans celle des « environnements d’apprentissage », et conduit à l’invention des pratiques théâtrales ou sociales propres à chaque pays ; l’émergence de questions nouvelles et leurs résolutions par l’art dramatique.

Continuer la lecture de AAC : Théâtre et éducation