Archives par mot-clé : Poésie

Griffonner / Respirer

Un nouveau recueil poétique de Bernard Mouralis

Griffonner/Respirer regroupe des poèmes en vers et en prose écrits au cours des années 2020 et 2021. L’ensemble continue de graviter autour de la question de la Voix. Cette fois, cependant, il ne s’agit plus de dire les effets d’une voix décalée, comme dans Voix off suivi de ABC, paru en 2020, mais de cerner ce que peut dire une voix perturbée par un corps qui, depuis bien des années déjà, n’en fait qu’à sa tête. Écrits dans le vert et la lumière de la garrigue du sud de la Drôme, ces poèmes disent également une aventure intellectuelle et poétique que l’auteur résume par le mot architecture, « si beau dans sa simple volonté de dire, quelquefois contre toute probabilité, qu’il faut rester et résister ».

Bernard Mouralis est professeur émérite de l’université de Cergy-Pontoise. Il a enseigné auparavant à l’université de Lille III ainsi que dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé, Cotonou).

Griffonner Couverture

  • Date de publication : 11 octobre 2021
  • Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 78 pages
  • ISBN : 978-2-343-24414-3
  • EAN13 : 9782343244143
  • EAN PDF : 9782140192272
  • (Imprimé en France)

Page chez l’éditeur.

Carte blanche à Wole Soyinka

Grand entretien avec Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature

Marseille, MuCEM

Rencontre, lecture et musique

Rencontres-débats/Conférences

Lecture par Wole Soyinka de son poème inédit en français « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », traduit par Christiane Fioupou
Un entretien animé par Valérie Marin La Meslée (journaliste, Le Point)
Interprète : Valentine Leys

Vendredi 1 octobre 2021 à 18h30

Wole Soyinka se livrera à un grand entretien mené par Valérie Marin La Meslée au cours duquel seront abordés son regard sur le monde contemporain et le rôle de l’écrivain engagé. 

Ne serions-nous pas réellement endormis ? Mis
En congés de ce monde enragé ?
Pourquoi donc ces lamentations ? Chibok ? Dapchi ?
[…]
Leah, cette épreuve de ta jeunesse est cruelle,
Injuste. Tu vas fléchir mais, la honte est la mienne,
La nôtre, celle d’une nation et d’un monde assujettis à
Des religions mensongères. Nous devons te sembler morts.

Crédit : Wole Soyinka, « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », 2019. Traduction française Christiane Fioupou. 

Dans le long poème « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » publié en 2019 et traduit en français pour cette invitation au Mucem, Wole Soyinka continue de dénoncer les forces destructrices, politiques et religieuses, qui déséquilibrent l’Afrique et le monde. Il y fustige la violence et les fondamentalismes religieux de tous bords qui ne cessent de s’amplifier au Nigéria et à l’échelle du monde. 
De Chibok où 276 lycéennes ont été enlevées au nord-est du Nigéria en avril 2014 par le groupe islamiste Boko Haram, à Dapchi, à 200 kilomètres de là, où 110 élèves d’une école ont été kidnappées en février 2018, le poète s’adresse à Leah Sharibu, jeune fille de 15 ans, aujourd’hui encore prisonnière de Boko Haram pour avoir refusé d’abjurer sa foi. 
En ouverture et en clôture, Raphaël Imbert accompagnera des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille pour une création collective, mouvante et itinérante : Le Tigré Créole ! 
Ou le jazz comme chant de traverse entre la pensée de Soyinka et celle de Glissant, entre musique et littérature, entre écriture et oralité, résonnant des mélodies de Mingus, Archie Shepp, Coltrane, Ellington, Manu Dibango, et des improvisations spontanées de la nouvelle génération du jazz phocéen.

Valérie Marin La Meslée est journaliste littéraire au service culture du Point et collaboratrice du site LePoint Afrique, notamment pour ses Causeries (podcast). Les mondes culturels afro-caribéens sont ses terrains de prédilection (reportages culturels, hors-série du Point sur « La pensée noire » et « L’âme de l’Afrique »), documentaires radio (France Culture). Ses derniers livres racontent les capitales d’Haïti et du Mali au prisme de la création contemporaine : Chérir Port-au-Prince (Philippe Rey, Mémoire d’encrier, 2016) et Novembre à Bamako (avec les photos de Christine Fleurent, Le Bec en l’air, Cauris, 2010). Elle est aussi l’auteure de Confidences de gargouille avec Béatrix Beck (Grasset 1998), et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (Pauvert, 2002).

Mucem, J4 – Auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une programmation conçue en collaboration avec Annie Terrier (Les Écritures croisées).

Le Mucem invite l’écrivain et metteur en scène nigérian Wole Soyinka pour deux journées de rencontres, lectures et concerts dédiés à son œuvre éclectique et engagée. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur africain à en avoir été honoré. Artiste prolifique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, des récits autobiographiques, des recueils de poèmes, des nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires.
Lors d’un grand entretien, le public pourra découvrir son parcours et entendre la force de sa poésie à travers un texte inédit en français, puis l’écouter dialoguer avec Christiane Taubira pour un hommage à Édouard Glissant et à la Déclaration sur la traite négrière et l’esclavage.
Raphaël Imbert et des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille accompagneront ces rencontres aux sons d’une création collective, mouvante et itinérante, de Mingus, à Ellington et Manu Dibango.

ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Deadline: The closing date for applications is 21 June 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 6 July 2021. The candidate will be expected to start their doctoral programme in October 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk  with ‘ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres’ in the subject heading.  

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in October 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy (led by Professor Alena Rettová, University of Bayreuth) and will be supervised by Professor Rettová and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick): Team (uni-bayreuth.de). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of genres in eight languages from several regions in Africa. Although other proposals will be considered, the successful candidate will ideally work on Wolof literature within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of African literatures across languages.  In addition to working on their doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.  

The successful candidate will be expected to reflect on the dissemination of modern and contemporary West African thought through a variety of genres and languages. They will adopt a transcultural approach, ideally explore Wolof literature in its different generic manifestations (theatre, poetry, or novel) and examine the transnational and translational factors that have contributed to its expansion in West Africa throughout history.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Heroe Book Fair, Mombasa [en ligne]

Heroe Book Fair

Un exemple de panel

La 1ère édition du Heroe Book Fair de Mombasa se tient cette semaine, du lundi 22 au samedi 26 mars 2021.

Thème : Belonging
La plupart des sessions seront virtuelles, donc n’hésitez pas à participer.

Vous trouverez la présentation et le programme du festival ici :
https://heroebookfair.com/2021/01/27/the-program-of-the-fair/

Formes fixes et identités noires. ELA 50 (2020)

Formes fixes et identités noires

Textes réunis par Pierre Leroux et Thomas Vuong

  • Formes fixes et identités noires : introduction
    (Pierre Leroux et Thomas Vuong)
  • Okot p’Bitek : de la révolution poétique à la révolution culturelle (Aurélie Journo)
  • Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique
    (Peuls du Massina, Mali) (Christiane Seydou)
  • Jacques Rabemananjara, ou les formes poétiques d’une identité malgache transfigurée (Tumba Shango Lokoho)
  • Le « verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? (Alioune Sow)
  • « Native Guard », de Natasha Trethewey : écrire un pan oublié d’histoire noire-américaine (Thomas Vuong)
  • Trouble(s) de l’identité : Countee Cullen et le choix des formes poétiques dans la Renaissance de Harlem (Frédéric Sylvanise)
  • Le Paradoxe négritudien dans Les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures (Dorgelès Houessou)

Varias

  • Raconter une épidémie : Ébola dans les romans de Véronique Tadjo et de Paule Constant (Francesca Cassinadri)
  • Terre promise ? Terre maudite ? Le mythe de l’exode et la quête
    d’une (post)mémoire transatlantique dans La Saison de l’ombre
    de Léonora Miano (Aurélia Mouzet)
  • Touriste et flâneur : deux regards sur l’Irak dans Le Tour de Babylone de Barlen Pyamootoo (Andrew Stafford)
  • Avoir l’état au ventre : littérature et énonciation à partir de
    Machin la Hernie de Sony Labou Tansi (Laureline Courret)

À propos de…

…la « gauche identitaire »

(Contributions de : Hélé Béji, Françoise Chenet, Pierre Halen, Laurent Husson, Maëline Le Lay)

Comptes rendus

Sommaire détaillé à consulter sur le site officiel de l’APELA.

Le n°50 des Etudes littéraires africaines vient de paraître et d’être envoyé à tous les membres de l’APELA en ordre de cotisation ainsi qu’aux abonnés pour l’année 2020.

C’est le moment de renouveler votre cotisation pour 2021 si ce n’est pas encore fait ! Voir le bulletin en annexe.
Contact avec le trésorier : pierre.halen [at] univ-lorraine.fr

ANCIENS NUMEROS : prix sacrifiés ! Voir le bulletin de commande ci-après.

Bulletin_d_adhesion_2021

Bulletin_de_commande_2021

ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

Deadline: The closing date for applications is 28 February 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 23 March 2021. The candidate will be expected to start his/her doctoral programme in September 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk with ‘ERC PhD scholarship: Sufi poetry in Wolof’ in the subject heading.

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in September 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy, led by Professor Alena Rettová (University of Bayreuth) and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of textual genres in eight languages from several regions in Africa. The successful candidate will work on Wolof Sufi poetry within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of Sufi poetry in Swahili and Wolof. On top of working on his/her doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

AAC: Sénégal & jeunesse

Revue RIVENEUVE CONTINENTS n°31 – été 2021

Titres retenus : « Sénégal : Jeunesse des Lettres, l’être de la jeunesse »
« Sénégal : Lettres et temps des jeunes »

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

Quand un pays a une population dont plus de la moitié a moins de 30 ans, comment s’étonner que la jeunesse s’invite à la table des débats
multiformes de la société, en plein jour ou dans l’ombre intimidante des réseaux sociaux ? Ce constat valant pour tout le continent africain, quelles formes prennent ces débats dans la société sénégalaise ?
Et quand l’histoire, le présent, l’ancien monde, le nouveau, le local et
le global, toutes les incertitudes de l’avenir s’emmêlent, c’est tout un
pays qui est à la croisée des chemins. Quel horizon pour la jeunesse,
quand les boussoles s’affolent, que la déconstruction décoloniale
entraîne la déconstruction patriarcale mais qu’en même temps l’espace d’expression semble se restreindre, le projet social s’effriter, que la citoyenneté se cherche, que les identités s’ouvrent ou se ferment, … la société apparaît bloquée, comme victime de l’expression accaparée ?
Certains expriment leur mécontentement, appellent au dégagisme, d’autres réclament des comptes sur la gestion des ressources, le fonctionnement de la démocratie, rêvent d’utopie panafricaine ; d’autres migrent en pirogue, en avion ou par voie de terre, pour ne plus revenir ou pour rencontrer les pires difficultés à revenir et se réinvestir. D’autres encore – à moins que ce soient les mêmes ? – glissent sur la vague des start-ups et des technologies du web, entre rage et énergie, au croisement des cultures urbaines et de l’académisme. Crise des valeurs et du modèle sénégalais ?
Crise de l’emploi ? Crise de l’éducation ? Crise des repères ethniques
et religieux ? C’est peut-être là que s’ancre la singularité sénégalaise
: le partage quasi-unanime d’un héritage spirituel traditionnel
omniprésent, rarement remis en cause, et l’aspiration à appartenir au monde moderne et irrévérencieux. Ceux qui apportaient des réponses aux questions des jeunes semblent n’être plus là, dans leur vécu quotidien ; les réponses seraient-elles dans les livres pratiques qu’on trouve en librairies, dans les slams des rappeurs, dans les romans des écrivains, sur les sites des bloggeurs, sur les statuts et les murs de profil ou dans nos imaginaires reconstitués ?

Pour ce numéro de la revue, l’équipe de Riveneuve Continents et ses
relais à Saint-Louis et à Dakar se lancent dans une quête. Elles
entreprennent de traquer l’expression de la jeunesse autant que les mots qui l’analysent, réinventent la société et la culture, interrogent
l’histoire et la géographie, racontent les migrations dans un sens ou
dans l’autre, les engagements et les créations chez les écrivains
confirmés comme chez les novices, dans la rue, sur les murs et les
portes de la blogosphère, les carnets de voyages, les carnets de notes, les journaux intimes, les affiches, les graffitis éphémères et les posts sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à nous aider dans notre quête.
Ouvrez vos carnets, joignez vos contacts, vos réseaux et aidez-nous à réunir ces textes complets ou ces fragments ; textes d’analyse ou textes de création (poésie, chanson, nouvelle, essai, journal intime, fragments d’échanges sur réseaux sociaux ou de blogs… entre 1500 et 15000 signes), non encore publiés dans un livre en français ou en traduction, qui parlent des aspirations et des ancrages… de la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui.

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

https://www.riveneuve.com/categorie-catalogue/litterature/revue/
https://www.riveneuve.com/la-maison/