Archives par mot-clé : Poésie

Poète et romancier dans le même tempo? Par Daniel Delas

Comment être poète et romancier dans le même tempo ?

NIMROD, La traversée de Montparnasse, roman, « Continents noirs », Gallimard, 2020, 113 p.

Étrange roman que celui de Nimrod. D’abord parce que ce roman n’est pas un roman mais plutôt une autofiction, où un écrivain d’origine africaine reconnu comme poète réinvente sa vie, la soixantaine venue. Oublié le Tchad où il est né, il se rêve ivoirien, adopté par un couple d’enseignants fortunés. Extirpé de l’orphelinat où se préparait d’avance un destin misérable,  Il se décrit accédant à la vie heureuse, voire luxueuse d’un privilégié.  Un incroyable privilégié puisque

Le président a eu ce projet fou d’adopter vingt-quatre enfants (douze filles, douze garçons) issus des vingt-quatre départements du pays. C’est le geste d’un forestier – sans doute supérieur et insaisissable. (p.56)

Et de vivre entre Abidjan, Genève, Paris (à Paris dans un luxueux appartement du 16ème arrondissement), et de fréquenter le Sélect à Montparnasse, avec des copains intellos, bref  une vie comme moi soussigné  l’ai fait en mon temps, moi, issu d’une famille bourgeoise française, étudiant puis professeur de lettres, habitué du Sélect où dans les années 80 on pouvait croiser Giacometti et son frère ou de la Coupole où siégeaient Sartre et Beauvoir. Le patron du ‘Sélect des années 80, je m’en souviens très bien mais je ne l’imagine pas se comporter comme il est raconté p. 72.

Le « patron » du Select, un brun châtain au tronc et aux jambes équidistants, et qui était animé de mouvements très précis, accourait à chacune de mes apparitions pour m’ouvrir la porte, me saluer, m’installer, prendre la commande puis s’assurer de mon confort. Mes compagnons en étaient ébaubis. Moi aussi, je l’avoue.

Tel est le scénario de roman : raconter comment un petit africain devient un roi de Montparnasse avec ses amis Jules et Pierre – rêve fabuleux ou autoreprésentation aristocratique ? Les deux.
En relater les péripéties qui tournent autour des relations du petit dieu ivoirien (« Je suis fils de roi » p. 58) avec ses deux amis français Jules et Pierre, ne fera comprendre ni l’intérêt de ce faux roman qui ne fonctionne nullement sur un mode réaliste ni la psychologie du héros, tel qu’il se représente p. 66 :

Orphelin, je le suis de la pointe de mes pieds à la pointe de mes cheveux. D’où ma grande taille. Quand je regarde les marronniers, je respire davantage. Et lorsque je ferme les yeux, je me sens si proches des séquoias californiens ou des eucalyptus de la vallée du Styx en Tasmanie. Ils aiment la solitude. Aussi se tournent-ils résolument vers le ciel.

« Homme des lettres », poète disciple de Jules Verne plutôt que des surréalistes (p.69), Nimrod entraine le lecteur d’excursus en excursus poétiques, comme s’il enchaînait des haïkus en guise d’épisodes romanesques. De temps à autre il lâche un gros mot (‘chiottes’, ‘chiadée’, ‘loubard’, ‘se poiler’…) qui résonnent comme le ‘plok ‘ de la grenouille du fameux haïku de Bashô,  ponctuant la rêverie narcissique  qui pourrait continuer sur ce mode sans aboutir à quelque fin quand survient le clash abrupt du « dernier repas ».

Pierre, son vieil ami Pierre, après l’avoir couvert de compliments sur sa vaste culture lâche à l’occasion d’un dîner : « Dis-moi, crois-tu être devenu un Blanc ? ». Stupeur ! Comment un petit Blanc ose-t-il poser pareille question à un noir fils de roi tellement supérieur à lui ?
Outré, le héros se lève et sort, commentant la question de Pierre en ces termes peu éclairants (p. 107)

Cet écrivain raté, cet embaumeur des gens de lettres exerçait sur moi une sentence qui ne connaîtrait jamais l’immortalité.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre la réponse du sujet (« exercer une sentence », c’est punir, « ne jamais connaître l’immortalité », c’est être appelé à disparaître) mais je ne je ne trouve pas la question inintéressante. Certes elle sourd chez Pierre d’un racisme associé à la crainte d’être bientôt déclassé en tant qu’intellectuel européen donc c’est une question inadmissible mais par ailleurs l’aristocratisme affiché du protégé des dieux n’a ni historicité  ni socialité historique (il repart de ce diner raté avec sa fiancée algérienne dans une ‘Rolls Royce pourpre’ !) que je comprends qu’il appelle réaction.
Bref, je referme le volume avec le sentiment de n’avoir pas compris ce qu’il a voulu (me) dire.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Poète et romancier dans le même tempo? Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/06/2020, https://apela.hypotheses.org/4239.

Entrer dans la danse des langues. Par Daniel Delas

Entrer dans la danse des langues en Martinique au XVIIIème siècle

CONFIANT Raphaël, Grand café Martinique,

Mercure de France, 2020, 307 p.

Raphael Confiant (né en 1951) est un écrivain chevronné avec une quarantaine de romans ou récits publiés ; militant infatigable de la cause créole (un des animateurs du Gerec, il a écrit  cinq romans en langue créole et la création du Capes de créole lui doit beaucoup), universitaire reconnu (il a été doyen de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines des Antilles). Que de titres ! Loin d’être pourtant un mandarin universitaire, sa notoriété est celle d’un écrivain ayant une connaissance approfondie de l’histoire des Antilles, histoire de l’économie de plantation, de l’esclavage et de l’oppression coloniale qu’il n’interroge pas seulement dans des temps lointains mais évoque dans leur rémanence malsaine aujourd’hui. Son premier roman en français à avoir touché un vaste public, Le nègre et l’amiral (1988), partait de la période vichyste de l’histoire martiniquaise, mais il s’est aussi appuyé sur les révoltes du début du 19ème siècle avec L’archet du colonel (1998) consacré à Delgrès et, en voyageant dans le temps, à l’histoire des immigrés celle des « coulis » ( La panse du chacal, 2004) puis celle des ouvriers chinois (Case à Chine 2007). Et bien d’autres…
Quelle que soit la précision de son positionnement historique évoqué par le rappel de ces quelques titres, Raphaël Confiant ne serait pas aussi connu s’il n’avait su évoquer les grands épisodes de l’histoire martiniquaise par et dans une écriture originale. Bien des adjectifs ont été utilisés dans les 4èmes de couverture (« langue métisse », « plume alerte », « langue poétique et charnelle » et bien d’autres), ils valent ce qu’ils valent mais, à l’occasion de Grand café Martinique, on voudrait mieux préciser ici la spécificité de la poétique confiantienne.

L’ancrage historique de Grand café Martinique est le 18ème siècle français : un jeune hobereau normand sans fortune, Gabriel-Mathieu de Clieu, rêve d’Amérique pour sortir de la vie médiocre de la famille de nobles normands ruinés où il est né, il rêve des mondes qui s’ouvrent à l’époque et décide (son père étant mort) malgré les pleurs de sa mère de devenir matelot (en passant par l’Ecole des Gardes de la Marine à Rochefort), puis officier de marine, non par goût de la vie de marin mais pour pouvoir arriver aux Antilles, s’y installer comme planteur de canne à sucre et y introduire la culture du café.
Le parcours du jeune hobereau est bien fléché dans son temps. Pourquoi le café ? Par esprit d’innovation pour ce produit inconnu des planteurs franco-antillais alors qu’il commence à être à la mode à la cour de France. S’étant procuré, après son installation à la Martinique, deux spécimens de cet arbuste au Jardin des Plantes à Paris, il revient en Martinique. Le voyage sera long et mouvementé – calmes plats, ouragans, pirates, mutineries, famine – mais il réussira au final. Et réalisera son rêve de produire ce café qui deviendra un must en France ; il aura été ‘le Christophe Colomb du café’ !

Ce récit, résumé ci-dessus sert de fil narratif pour le lecteur mais le roman n’accrocherait pas l’attention s’il n’était associé à une écriture originale, qui le distingue de tant d’autres récits d’aventure. Sur quoi cette originalité poétique repose-t-elle ?

Continuer la lecture de Entrer dans la danse des langues. Par Daniel Delas

Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas

Abd al Malik

Le jeune Noir à l’épée, Récit poétique/vol.1, Présence Africaine/Flammarion, 2019, 150 p.

Méchantes blessures, roman, Plon, 2019, 220 p.

Abd al Malik est un enfant des années 80-90 qui virent, selon l’expression de Patrick Boucheron, « l’irruption du monde » dans l’histoire de la France. C’est l’époque où les cultures urbaines promeuvent de nouvelles identités connectées les unes aux autres à travers le monde.
Né en 1975 à Strasbourg, il a grandi dans la cité du Neuhof de cette ville au sein d’une famille d’ascendance congolaise et donc de peau noire ; il ne connait pas l’Afrique et quand il se rendra à Brazzaville pour les obsèques de son père, « je ne comprenais ni ce qu’on me disait ni ce que je ressentais ». C’est tout ce que dira de l’Afrique l’étudiant philosophe mondialiste qu’il a été avant de s’affirmer comme rappeur, auteur-compositeur-interprète, essayiste et réalisateur. On peut lire ses poèmes rappés dans Le jeune Noir à l’épée (Présence africaine-Flammarion, 2019) et les écouter dans le CD joint au livre orné de belles photos de Fabien Coste. Lequel livre s’ouvre par une citation d’Edouard Glissant qui est une référence essentielle dans la vision du monde d’Abd al Malik par son insistance sur l’inscription de toute pensée moderne dans un espace précis, dans un lieu

Il faut que nous prenions conscience de ceci : notre lieu est irremplaçable. Nous ne flottons pas en l’air comme ça. C’est une absurdité de croire que je pars, que je n’ai pas de lieu… Notre lieu est incontournable. Mais il est incontournable aussi parce que je ne peux pas en faire le tour, c’est-à-dire que je peux pas l’enfermer dans une muraille, et que si je l’enferme dans une muraille, il cesse d’être mon lieu, il est tout simplement mon retirement, mon enfermement, il n’est plus mon lieu.(op.cit, p.26)

Dans ce recueil, on notera aussi un entremêlement des poèmes d’Abd al Malik avec ceux de Baudelaire. Pourquoi donc ? Parce que Baudelaire a été le découvreur de la modernité et est à ce titre le père des rappeurs. « Les rappeurs sont les Baudelaire d’aujourd’hui » affirme d’ailleurs l’essayiste américain Jonathan Franzen.

                                                           *

Le ‘roman’ d’Abd al Malik se déroule entre fiction et autobiographie sans départager ce qui relève de l’un ou l’autre régime narratif.  Fiction puisque Kamil le héros de la première partie du livre raconte la quête d’identité et de spiritualité qui partant de la rue le mène au soufisme. Parti à New York, « l’œil du cyclone en termes de culture-monde », pour écrire un livre il en approfondit le thème au cours de rencontres avec des rappeurs américains avant de mourir dans une fusillade visant son ami Rufus (le rappeur Bizarre). Avant cette fin tragique mais heureusement fictive, il a eu le temps d’évoquer la vie passée de Kamil et son évolution :

Il y a eu la rue aussi, je veux dire la cité. Après, j’ai grandi pas mal à l’intérieur de celle-ci et ensuite je n’en ai plus voulu. Finissant par me ressaisir et par démêler ce sac de nœuds et de douleurs qui me ruinait. Je peux dire sans vanité aucune qu’en admettant que j’étais le problème, j’ai fini par devenir la solution. Il ne me restait plus qu’à parcourir la trajectoire entre les deux, en gérant le temps. C’est ce qu’on appelle vivre, je présume. (p.85)

Qui parle ? Kamil ou Abd al Malik ? Ce scénario complexe est en quelque sorte nécessité par le refus d’écrire une autobiographie misérabiliste tout en ayant besoin de pointer la « méchante blessure » (l’agression de ses parents par des skinheads) qui a servi de déclencheur d’une évolution vers sa conversion à l’islam dans sa version soufie du maître Sidi Hamza, conçue comme la voie pour s’engager ‘tout-entier’ dans une relation d’amour avec tous les êtres.
Un beau jour :

Le téléphone a sonné brusquement et j’ai décroché en sueur dans mon grand lit d’hôtel new-yorkais. Je n’étais plus mort, je ne me souvenais plus de l’avoir été (p. 123)

Désormais le récit peut se faire plus autobiographique, avec par exemple une évocation suivie de sa vie conjugale avec Rita. Autobiographique toutefois ne veut nullement dire intimiste, il correspond à une histoire de la pensée en mouvement d’Abd el Malik, essayiste et écrivain.
Pensée qui se décline en deux versants : l’un négatif, l’autre positif. Le versant négatif c’est la dénonciation d’un monde bête et obscurantiste qui « n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde » (p. 127). Sur ce terrain il se sent proche du pessimisme d’un Régis Debray ou d’un Noam Chomsky affirmant que

les réseaux sociaux et tous les outils de com’ en général étaient un agencement de tromperies efficaces qui mettait des fous au pouvoir et proposaient la pensée fascisante comme une alternative idéologique crédible. (p.184)

Le versant positif c’est la pensée, sans doute un peu naïve reconnaît-il mais nécessaire, que

si toutes les femmes et tous les hommes prenaient conscience des paradoxes sur lesquels nous vivons tous quotidiennement, un monde meilleur  jaillirait presque instantanément, car l’existence même du monde actuel, à l’exemple de la bêtise et de tous les obscurantismes, n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde … Je garde chevillée au cœur, l’idée qu’il suffirait d’un(e) seul(e) ou d’un petit groupe même restreint pour montrer la voie et le caractère opératif de l’amour sincère dans un monde qui na propose finalement que des variations de la haine de soi. (p.127-128)

L’un et l’autre propos alternent avant qu’on en vienne à une conclusion légère formulée à partir de l’île de Sainte Marie de Madagascar où les a menés, Rita, lui  et leur petite fille un besoin de changer d’air et où nous assistons à la déconfiture d’un ridicule métaphysicien français empli de lui-même et, bien plus important,  à une affirmation du pouvoir de la vie. La mort rêvée du narrateur que nous avons lue dans la première partie apparaît comme une sorte d’aveu d’une angoisse à ne pouvoir changer le monde ; elle se transforme aujourd’hui en un credo certes chancelant mais qui n’exclut pas l’espoir

J’ai su avec certitude que j’avais été ramené des morts. Non, rien ni personne ne disparaissait vraiment. (p.211)

                                                           *

Au jour d’aujourd’hui où le monde se hérisse de murs pour tenter d’empêcher plus que jamais tout métissage des cultures et des identités et d’enfermer les lieux du monde et de la vie (pour reprendre les termes de Glissant), la pensée d’Abd al Malik, portée par l’enthousiasme des années 80-90 et la stupéfiante vogue des rappeurs français, tient-t-elle ? Chaque lecteur-auditeur en jugera.

Offrons-lui un dernier écho poétique  

King of Kongo patronyme
Cœur blanc peau noire unanime
Mon amour n’est-tu pas mon intime ?
Ne vois guère les rétines qui dépriment ;
Ce n’est donc pas la fin de l’histoire ;
Partout ne sévit pas le désespoir.
Va donc au diable la haine !
Je suis avec ceux qui aiment.
On aime, on aime
On aime, on aime
Ainsi j’ai retrouvé mes ailes.

(« Congo mon amour »)

Daniel Delas

Pour citer cet article : Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2019, https://apela.hypotheses.org/3520.

JE Formes fixes et identités noires

Journée d’Études internationale – Universités Paris 3 – SPC et Paris 13 – SPC

Samedi 16 juin 2018 – Paris

Formes fixes et Identités noires

Salle 310, Université Paris 3 – SPC
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
Métro Censier-Daubenton (ligne 7)

9h30 : Accueil des participants et café
9h45 : Mot d’accueil – Liess Benlalli, Pierre Leroux & Thomas Vuong

10h : Formes fixes et négritude : origines et héritages – présidence Pierre Leroux

  • Alioune Sow (Universita degli Studi, Bologne) : « « Le verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? »
  • Dorgelès Roméo Houessou (Université Alassane Ouattara, Bouaké) : « Le Paradoxe négritudien dans les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures »

11h : pause-café

11h30 : Deux poètes malgaches, avant et pendant la négritude – présidence Thomas Vuong

  • Xavier Luce (Université Paris -Sorbonne) : « Rabearivelo Chatterton tropical, mises en scène poétiques d’un écrivain dandy et indigène »
  • Tumba Shango Lokoho (Université Paris 3) : « Jacques Rabemananjara, le sonnet et la « malgachitude » »

12h30 : pause déjeuner

13h30 : Identités noires des Amériques : rédéfinitions perpétuelles – présidence Frédéric Sylvanise (Université Paris 13)

  • Thomas Vuong (Université Paris 13) : « Native Guard de Natasha Trethewey, une exploration de l’histoire noire-américaine »
  • Cyril Vettorato (ENS Lyon) : « Ce que les « formes fixes » font à l’histoire littéraire : le sonnet et la poésie afro-brésilienne de Cruz e Sousa à Eduardo de Oliveira »
  • Alain Obame (Université Cergy-Pontoise) : « Frankétienne, l’écriture spiralaire ou l’écriture de la révolte »

15h : pause

15h30 : Formes orales, formes écrites : vitalités contemporaines de la poésie africaine – présidence Liess Benlalli

  • Christiane Seydou (C.N.R.S.) : « Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique. »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Le poète en « trickster » : folklore urbain et poésie contemporaine kenyane »

16h30 : Conclusions scientifiques – Liess Benlalli

Lire l’argumentaire sur Calenda.

CFP: Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Call for Poetry and Fiction

Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Postcolonial Text, Double Guest Issue 13:3 & 13:4, 2018

We are delighted to announce a call for fiction and poetry to be included in a Double Guest Issue of Postcolonial Text entitled “Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures.”
We are looking for unpublished poetry or short fiction (6,000 to 8,000 words) in English or African languages (with an English translation).
Submission Procedure and Calendar:
Texts and poems, along with a short bio-bibliography, should be submitted for review to Aurélie Journo (aureliejourno@hotmail.fr; aurelie.journo@univ-paris13.fr) by 29 June 2018.
Authors are requested to follow Postcolonial Text guidelines: http://postcolonial.org/index.php/pct/about/submissions#authorGuidelines.

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.