Archives par mot-clé : Poésie

Séminaire Senghor 2023/7, Nimrod

Négritude et négrologues, un essai culte que personne n’a jamais lu”

par Nimrod, écrivain et poète

14/09/2023, ENS et visioconférence. 14h GMT (16h Paris)

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de l’adresse du séminaire : <senghor.item.ucad(a)gmail.com>

Résumé : Rédigé pendant la Guerre froide, Négritude et Négrologues, livre culte et vulgate de la radicalité, personne ne l’a et personne n’a osé élever contre lui la moindre critique.

Nimrod est né au Tchad en 1959. Il est poète, romancier, essayiste et éditeur (éditions Le Manteau & la Lyre). Il a publié à ce jour plus d’une trentaine d’ouvrages dont Les jambes d’Alice, Le bal des princes, La nouvelle chose française, Rosa Parks, Non à la discrimination raciale, L’or des rivières, Babel, Babylone, Petit éloge de la lumière nature, etc.), qui ont été couronnés entre autres par le Prix de la Vocation, le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant, le Prix Ahmadou Kourouma, le Prix Max Jacob, le Prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau, le Prix Pierrette Micheloud, le Prix Guillaume Apollinaire.
Ses derniers ouvrages sont Un balcon sur l’Algérois (roman, Actes Sud, 2013), Visite à Aimé Césaire (essai, Obsidiane, 2013), Léon-Gontran Damas, poète jazzy (biographie, À dos d’âne, 2014) et Sur les berges du Chari, district nord de la beauté (poèmes, Bruno Doucey, 2016), L’enfant n’est pas mort (roman, Bruno Doucey, 2017), J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016 (Poésie/Gallimard, 2017), 120 nuances d’Afrique, anthologie composée et présentée avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec (Bruno Doucey, 2017), Gens de brume, récit, Actes Sud, 2017, La traversée de Montparnasse, roman (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2020), Petit éloge de la lumière nature, poèmes (Obsidiane/Le Manteau & la Lyre, 2020) et Le temps liquide, récits (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2021).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2679

AAC: Lyrisme et oralité dans la poésie africaine d’expression française

MSHS-SE, Nice, France
16-17 novembre 2023

Les propositions de communications d’une page environ sont attendues pour le 1er septembre 2023 aux adresses suivantes :
beatrice.bonhomme@univ-cotedazur.fr ;
veronique.magri@univ-cotedazur.fr

L’ambition de ce colloque est de réunir deux notions, dont il s’agit d’abord de cerner les contours, et d’envisager les relations au sein d’un corpus particulier, celui de la poésie africaine d’expression française.

Texte dappelrdéf2023

Argumentaire

La poésie lyrique est à l’origine chantée et la dimension musicale de ce type de poésie est marquée en particulier par la présence de refrains, dès l’ancien français. (Michel Jarrety, La Poésie française du Moyen Âge au XXe siècle). Si le lyrisme, notion qui dépasse le genre de la poésie lyrique, a fait l’objet de multiples ajustements définitionnels, on retiendra la description de Valéry qui, loin d’en faire une forme d’expression d’un « moi » replié sur lui- même, y voit au contraire une forme d’expansion du « moi » qui atteint à l’universel, écrivant ainsi que « le lyrisme est la voix du moi, portée au ton le plus pur, sinon le plus haut. Mais ces poètes parlent d’eux-mêmes, comme les musiciens le font, c’est-à-dire en fondant les émotions de tous les événements précis de leur vie dans une substance intime d’expérience universelle » (Villon et Verlaine). J.-M. Maulpoix articule le lyrisme à une voix, à une parole en action, qui célèbre la fusion de l’être et la langue :

Dans le lyrisme, le langage se désire parole. Il perd son inertie, s’articule dans une voix, conquiert une pluralité de sens, s’organise comme son et comme sens, subjectif et objectif tout à la fois. L’être et la langue révèlent alors leur réciproque appartenance ». (http://www.maulpoix.net/notes.html).

Le lyrisme constitue un dialogue, une tension, un « entre-deux » entre impersonnel, transpersonnel, dépersonnalisation, décentrement mais aussi, comme l’explique Dominique Rabaté, ancrage dans la réalité, l’anecdote, la référence, la circonstance concrète acquérant par le texte valeur durable et partageable. Comme le montre Philippe Beck, le moment où le moi se dit, c’est un moment impersonnel, le moment où l’amour, la mort se disent de façon intense, serrée, tenue, c’est un moment impersonnel, un moment d’impersonnalité paradoxale. Dans cette intensité lyrique impersonnelle, le ‘je’ et le ‘tu’ restent anonymes, le ‘tu’ c’est la voix du poème, l’autre en soi, tout le monde, n’importe qui. Le lyrisme, c’est paradoxalement ce qui est le plus singulier, cette émotion, « sans mesure commune », mais qui devient commune, le plus incommunicable devenant aussi le plus commun. Il s’agit d’amener l’absolu singulier dans les parages du commun, le lyrisme étant, comme le montre Michel Collot, un mouvement qui part du plus intime, du plus circonstanciel, pour se projeter dans le monde et les mots et devenir communicable.

Continuer la lecture de AAC: Lyrisme et oralité dans la poésie africaine d’expression française

Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé

Dans le prolongement de l’exposition “Senghor et les arts. Réinventer l’universel”, le Musée du Quai Branly programme un cycle de cinéma mettant en perspective la pensée et l’action de Léopold Sédar Senghor.

Rendez-vous samedi 24 juin, de 14h à 16h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac pour assister à la projection Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé en présence de la réalisatrice, Béatrice Soulé.

Dans ce beau film où s’entrechoquent images, couleurs, musiques et mots, Béatrice Soulé offre à Leopold Sedar Senghor ce qu’il a promis au Sénégal : Il est temps que nous te rendions ton visage de jeunesse. Comme un long poème rythmé par les évocations sonores de l’œuvre de Léopold Sedar Senghor, à la voix du poète qui restitue les temps forts de sa vie sur des images d’archives, s’entremêlent ses textes et ses mots lus avec grâce, naturel et vitalité par le jeune rappeur sénégalais, Amadou Barry et son groupe Positive Black Soul. Dirigée par Bernard Rapp, la collection Un siècle d’écrivains s’est donné comme objectif de faire le portrait des écrivains qui ont marqué le XXème Siècle. La série n’exclut aucun genre, courant ou culture, dans ce tour du monde des lettres internationales en 260 portraits.

Depuis 1981, Béatrice Soulé produit et réalise des documentaires musicaux. Elle crée aussi des événements télévisuels dont elle assure la production. : “le premier rêve de l’arche ” à la Défense pour le bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/cinema/details-de-levenement/e/leopold-sedar-senghor-un-long-poeme-rythme-39809

Sylvie Kandé et Elgas

Conférence et table-ronde

dans le cadre du séminaire Senghor

16/06/2023, 17h-19h (15h-17h GMT)

Salle de conférence site BnF Richelieu et visioconférence

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard@cnrs.fr).

Nous vous convions à la rencontre entre Sylvie Kandé et Elgas qui aura lieu le vendredi 16 juin 2023 à la BnF (site Richelieu), Paris. Organisée dans le cadre du Séminaire Senghor, la séance se déroulera de 17h à 19h. Après une prise de parole de chacun des invités, une table ronde sera animée par Edoardo Cagnan et Sébastien Heiniger, pour une discussion commune. Les questions du public ne seront pas oubliées.

Après la séance, de 19h jusqu’à la fermeture du site (20h), Guillaume Delaunay, conservateur à la BnF, exposera les manuscrits de Senghor. Des tables seront prévues pour dédicace des ouvrages des écrivains présents.
 
Nous sommes heureux et honorés de pouvoir accueillir Sylvie Kandé et Elgas, qui nous parleront de Senghor, de la présence (ou de son absence) dans leur création littéraire. 
 
Sylvie Kandé (https://www.sylviekande.com/fr/accueil) est une historienne française d’origine franco-sénégalaise et professeure à la Standford University de New York. Mais c’est avant tout la poétesse que nous invitons, celle dont l’oeuvre a été plusieurs fois primée (prix Louise Labé de poésie pour Gestuaire ; Prix Lucienne Gracia-Vincent sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse pour La quête infinie de l’autre rive). 
 
El Hadj Souleymane Gassama, a.k.a Elgas, est journaliste, écrivain et docteur en sociologie. Il est né à Saint-Louis, a grandi à Ziguinchor au Sénégal, et vit depuis une quinzaine d’années en France. L’auteur de Mâle noir, Un dieu et des moeurs, Inventaire des idoles a récemment publié Les bons ressentiments, un essai brillant où il s’engouffre sans frémir dans le « malaise post-colonial ». Senghor est le premier des « aliénés » dont il brosse le portrait. Citons-en la conclusion en accroche : « Son oeuvre – immense pour qui se donne la peine de l’explorer sans préjugés définitifs – s’évapore  ainsi sur l’autel de sa seule bascule dans le champ honni de l’aliénation. Sa gloire hypothéquée n’est célébrée que dans quelques cercles plus ou moins clandestins, à leurs risques et périls. Il est certes porté aux nues en France et dans une partie de la francophonie, mais aimer Senghor en Afrique, c’est se risquer à endosser une part de cet opprobre, celle d’être affilié, disons-le sèchement, à un « traître » ».
 

Féminismes noirs et littérature

Le 14 juin prochain, l’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Guyane et du laboratoire MINEA à l’origine du séminaire FEMPOCO organise en présentiel un atelier de réflexion sur féminismes noirs et littérature, dans le cadre du congrès de l’Institut des Amériques qui se tiendra à Lyon, du 12 au 16 juin 2023
 
La rencontre prolonge les travaux du séminaire et le dossier “(Re)lire les féminismes noirs” dirigé par Tina Harpin et Claudine Raynaud paru en 2021 aux Études littéraires africaines n°51.
 
Nous recevrons les chercheuses Jules Falquet, Laure Demougin, Claudine Raynaud, Vinicius Gonçalves Carneiro et Kathleen Gyssels ainsi que Natalia Guerellus modératrice de la séance. 
 
L’atelier aura lieu au Palais Hirsch, Bâtiment Athena, Salle 046, à 9h et pour y assister sur place, il faut s’inscrire ici : https://my.weezevent.com/congres-de-linstitut-des-ameriques-2023-lyon.
 
L’argumentaire et le programme sont détaillés ci-dessous. N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées et de pouvoir se rendre à cet événement!
 
L’équipe du séminaire de recherche FEMPOCO (Université de Guyane, laboratoire MINEA)
Giulia Manera, Ahmed Mulla et Tina Harpin
 

Penser les féminismes noirs à travers la fiction, le théâtre et la poésie des autrices francophones, lusophones, hispanophones et anglophones dans les Amériques

Mercredi 14 juin de 9h00 à 11h00

 MILC

Organisation : Tina Harpin (Université de Guyane), Ahmed Mulla (Université de Guyane) et Giulia Manera (Université de Guyane)

Argumentaire

Dans Petit manuel antiraciste et féministe, traduit en français en 2019 (Anacaona), l’universitaire activiste brésilienne Djamila Ribeiro invite ses lecteurs et lectrices à lire des « auteur.e.s noir.e.s » comme remède à l’annihilation et à l’invisibilisation des savoirs noirs et comme acte féministe. Ribeiro reprend une idée communément partagée dans les combats féministes sur le rôle de l’écriture et de la littérature dans la prise de conscience des injustices et dans la lutte. Elle nous rappelle la mise en garde ancienne de la chercheuse en littérature africaine américaine Barbara Christian (The Race for Theory, 1988) contre l’oubli d’une littérature féminine noire vue comme l’expression autre d’une forme de pensée vivante, non hégémonique, qui est aussi théorie. En tant que chercheurs en littératures américaines, nous souhaitons approfondir cette réflexion sur la littérature comme possible expression des pensées théoriques féministes noires, au lieu de perpétuer la représentation simpliste d’une dichotomie entre “théorie féministe” et pratiques littéraires.
L’atelier est pensé comme le prolongement de travaux qui ont fait connaître le Black feminism des Etats-Unis en France (Dorlin 2008) et comme la poursuite d’une recherche récente sur la place de la littérature dans les pensées féministes noires (Harpin et Raynaud 2021, Mulla 2021, Manera 2021). L’objectif de l’atelier est la discussion sur la place des études littéraires dans l’élaboration et l’évolution des féminismes noirs aux Amériques considérées dans leur diversité géographique et linguistique. L’échange sera basé sur des études précises d’autrices aux œuvres littéraires complexes et dont le positionnement féministe noir peut paraître indubitable ou faire débat. La fiction et la poésie féministe et/ou féminine noire représentent en effet un terrain d’élaboration, de déconstruction ou de révision de nouvelles figurations puissantes qui désentravent l’imaginaire et les actions. Le prisme du littéraire contribue à restituer la richesse et la diversité des féminismes noirs, et invite à souligner la circulation proprement littéraire d’idées, de formes d’engagements et de théories sur le plan transnational et transatlantique. Dans cette perspective, considérer les autrices du nord, du centre et du sud de l’Amérique permet d’observer les positionnements divers vis-à-vis des combats féministes et féministes noirs, et de problématiser la persistance de l’héritage colonial et raciste dans le continent. Le choix de ce champ d’analyse qui dépasse les barrières linguistiques et nationales permettra également de valoriser et revaloriser les spécificités et l’éclectisme de ces littératures qui pensent, critiquent, réinventent ce qu’on a appelé les « féminismes noirs » depuis le XXe siècle.

Intervenant·e·s


• Jules Falquet (LLCP – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – Melissa Cardoza, 13 couleurs de l’engagement au Honduras

• Laure Demougin (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Paulette Nardal et Jane Léro : deux facettes d’un féminisme noir ?

• Claudine Raynaud (EMMA – Université Paul-Valéry Montepellier 3) – Lewis’ Sable Venus and Rankine’s Citizen: African American Poetry as Black Feminist Theory?

• Vinicius Gonçalves Carneiro (ERSO – Université de Lille) – À la recherche d’une destinataire subalterne : relire Françoise Ega à travers Carolina Maria de Jesus, relire Carolina Maria de Jesus à travers Françoise Ega

• Kathleen Gyssels (Antwerp University) – Queering Wekker with Wynter and Taubira, or Sycorax’ Sisters in the Struggle against white, male, heteronormative prejudice

 

Séminaire Senghor 2023/5

17/05/2023, Salle 311, site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, et visioconférence. 15h GMT (17h Paris)

Alice Chaudemanche et Serigne Seye :

Senghor dans la création littéraire et artistique sénégalaise contemporaine

Docteure en Littérature générale et comparée et agrégée de Lettres Modernes, Alice Chaudemanche est actuellement maîtresse de conférence en langue et littérature wolof à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO). Ses recherches portent sur la création littéraire en wolof (poétique des genres ; traduction et adaptation ; pratique d’écriture plurilingue ; imaginaire des langues dans le texte littéraire ; circulation oral/écrit). Sa communication, « Ana Seŋoor ? (Où est Senghor ?) Le poète-président dans la poésie en wolof : rejet politique, rejet poétique ? » posera la question de savoir quelle est la place de Senghor dans la poésie écrite en wolof. La poésie militante des années 1970 s’est construite autour du rejet de sa politique, l’érigeant en repoussoir. Encore aujourd’hui, c’est Cheikh Anta Diop et non Senghor que célèbrent les poètes en wolof. Au rejet politique s’ajoute un apparent rejet poétique : la poésie écrite en wolof en alphabet latin ne revendique pas l’héritage du verset senghorien mais celui des woy traditionnels et de la poésie wolofal. Afin de mettre en perspective ce qui sépare la poétique du poème senghorien et celle de la poésie wolof, nous nous pencherons sur deux traductions en wolof de la première strophe du poème « Femme noire ».

Serigne Seye est enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il enseigne la littérature africaine, les exercices et les théories littéraires. Ses recherches portent essentiellement sur l’œuvre de Boubacar Boris Diop, les rapports entre littérature et musique urbaine qu’il étudie essentiellement sous les angles de l’intermédialité, des théories postcoloniales, de la génétique et de l’écopoétique. Sa communication, « Vive Senghor ! (le poète) À bas Senghor ! (le président) : réception et perception de Senghor dans quelques œuvres musicales et filmiques sénégalaises », reviendra sur les échos de la création littéraire de Senghor et de son œuvre politique dans quelques chansons et films sénégalais. Elle visera à décrire l’image contrastée que les artistes sénégalais des années 1980 à maintenant donnent du Président-poète dans leurs œuvres.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2639

Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

Continuer la lecture de Semaine Senghor