Archives par mot-clé : Poésie

Langues et lueurs : SLT, poète et essayiste

8d2b66ed-86c8-4bd9-9d0c-d5ebdf7d41e313 octobre 2015 à La Maison de la Poésie – Paris
Rencontre littéraire suivie du récital « Langues et Lueurs »

« Je ne suis pas poète mais vivant » Sony Labou Tansi

MARDI 13 OCTOBRE 2015 – 19H – MAISON DE LA POESIE, PARIS
Rencontre littéraire suivie du récital « Langues et Lueurs »

Vingt ans après sa disparition, Sony Labou Tansi reste une figure majeure du théâtre et du roman africain, mais c’est aussi un poète et essayiste de portée universelle, comme le découvrent aujourd’hui plusieurs ouvrages qui viennent compléter son œuvre foisonnante.

Initiée par Julie Peghini, cette soirée d’hommage sera introduite par Jacques Darras. Nicolas Martin-Granel, Claire Riffard et Greta Rodriguez-Antoniotti présenteront tour à tour trois livres de la rentrée littéraire signés SLT : La Chair et l’Idée (Les Solitaires Intempestifs), Poèmes (CNRS Éditions) et Encre, sueur, salive et sang (Seuil).

La voix de Sony Labou Tansi, moderne et intempestive, Jean Paul Delore, Louis Sclavis et Sébastien Boisseau la feront résonner dans « Langues et lueurs ». Langueurs et colères, rêveries et dérisions…s’attacher et s’arracher à son pays, à sa culture, à sa condition, à l’autre et à soi-même. Les poèmes et fragments de Sony Labou Tansi alterneront avec ceux d’autres auteurs : Charles Baudelaire, Mia Couto, Dambudzo Marechera, Henri Michaux, Dieudonné Niangouna.

Infos complémentaires, dates de la tournée en France… sous ce lien.

Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

9e669f7d5bd1aebc54139e0fcccf966bles Lectures vagabondes à la Comédie-Française
Sony Labou Tansi, Gustave Akakpo, Julien Mabiala Bissila, Hakim Bah

Lecture vagabonde #1
La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette

de Sony Labou Tansi

samedi 10 octobre 2015 à 15h au Théâtre du Vieux-Colombier

La première édition de ces Lectures vagabondes nous conduira en Afrique subsaharienne, où la dramaturgie francophone œuvre, depuis plusieurs générations maintenant, à explorer les liens féconds entre langage et identité. Dans le cadre de la commémoration organisée à l’occasion des 20 ans de sa disparition, la Comédie-Française rend hommage à l’auteur congolais Sony Labou Tansi.

« Cette adaptation de Roméo et Juliette est une lettre confidentielle à tous ceux qui veulent rester humains dans un monde de plus en plus ensauvagé. » Sony Labou Tansi metteur en voix Gustave Akakpo
avec la troupe de la Comédie-Française
Catherine Sauval, Martine Chevallier, Alain Lenglet, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Gilles David, Noam Morgensztern, Anna Cervinka et Laurent Muhleisen
Prochaines Lectures vagabondes
5 décembre 2015 | Crabe rouge de Julien Mabiala Bissila
6 février 2016 | Gustave Akakpo (texte en cours)
28 mai 2016 | La nuit porte caleçon de Hakim Bah

Continuer la lecture de Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

Une année avec Sony Labou Tansi

Dès ses premières publications, Sony Labou Tansi (1947-1995) est entré avec fracas sur la scène éditoriale française pour très vite apparaître, aux yeux des critiques occidentaux et africains, comme l’un des auteurs les plus originaux d’Afrique noire.
De son vivant déjà, les oeuvres de ce citoyen du monde étaient traduites et lues sur plusieurs continents. Ses romans ont été publiés au Seuil. Son théâtre a été remarqué et mis en scène, entre autres, par Gabriel Garran, Jean-Pierre Klein, Guy Lenoir, Daniel Mesguich, Michel Rostain, ou Pierre Vial… Avec sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, il a profondément marqué toute une génération de comédiens en Afrique et en Europe. Le festival Les Francophonies en Limousin l’a accueilli régulièrement.
En 2012, la Bibliothèque francophone multimédia (BFM) de Limoges recevait en dépôt, de la part de la famille de Sony Labou Tansi, une collection de manuscrits. L’ITEM-CNRS, Monique Blin et Bernard Baños-Roblès ont augmenté ce fonds de documents originaux, photographies et correspondances, désormais accessibles en ligne.
Vingt ans après sa mort, la volonté de continuer à faire découvrir l’oeuvre de ce romancier, poète, dramaturge, homme de théâtre et penseur, allait rapidement en rencontrer d’autres, au Congo, en France et dans d’autres pays.
Ce programme, « Une année avec Sony Labou Tansi » est le résultat d’un travail collectif improvisé au gré des rencontres avec des artistes et chercheurs de toutes disciplines qui sentent les mots de Sony résonner de plus en plus fort et désirent les crier au monde.

Programme de cette année de manifestations (créations, expositions, tables-rondes…) autour de Sony Labou Tansi et de son oeuvre en pdf : Doc_Sony-2015_V2-HD.

Parution : Poèmes de Sony Labou Tansi

| En librairie le 27 août
poemes

Sony Labou Tansi

Poèmes – Édition critique

« Pour moi, on n’est écrivain qu’à condition d’être poète ». Sony Labou Tansi (1947-1995) est connu et célébré comme romancier et dramaturge. Mais qui connaît son œuvre poétique ? De cette terra incognita, seuls témoignaient quelques poèmes éruptifs lancés à la volée dans la presse et aussitôt relégués aux oubliettes de l’éphémère. À la mort de l’écrivain, on découvre dans ses papiers une multitude de poèmes manuscrits, inédits. L’ensemble constitue une mosaïque de recueils et de fragments qui obéit à un dessein aussi cohérent que son théâtre et son œuvre romanesque. La présente édition génétique les reprend tous dans le continuum chronologique de leur écriture autographe, telle qu’elle a pu être reconstituée à partir des manuscrits, de la correspondance et des entretiens.
 Coordinateurs :  Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec Céline Gahungu

[Commande en ligne]

Collection : Planète Libre – Format : 17 x 24
EAN13 : 9782271087430.
1258 pages – 45 euros
Contact presse : Christelle Voisin
01 53 10 27 13 / 06 87 53 40 90 — christelle.voisin@cnrseditions.fr

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

« Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve … ».  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.

Toute d’étincelles vêtue

Toute d’étincelles vêtue
de Tanella Boni

Collection : Pyromanie
Genre : poésie
Prix : 10 euros Format : 13 × 20 cm
Reliure : broché Nombre de pages : 106
EAN : 9782364130487

La poésie de Tanella Boni est un ruisseau sauvage parallèle au canal de la vie. Sautant de-ci de-là, de la politique aux armes, de la parole aux larmes, ses scènes et histoires sont construites comme des récits, proposant un contraste permanent entre le plaisir des mots et la réalité du monde. Ses mots-frontière montrent le poids du monde, racontent l’humain et font craindre l’homme.

L’Auteur
Tanella Boni, poète et romancière, professeure des universités et chercheure, est née à Abidjan en Côte d’Ivoire.
Elle a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages (poésie, romans, essais, jeunesse) et a obtenu le prix Kourouma en 2005, le prix Continental (dans la catégorie meilleure auteure féminine) et le prix international de poésie Antonio-Viccaro en 2009.
Elle a publié chez Vents d’ailleurs « Ici, il n’y a pas le feu », in Dernières nouvelles de la Françafrique (2003) et « Le petit chien de Madame L’OEil » dans Dernières nouvelles du colonialisme (2006) ainsi que le recueil de poèmes L’Avenir a rendez-vous avec l’aube (2012).
« Je ne sais comment je suis entrée en poésie, sans doute par la porte du silence qu’il m’arrive de garder pendant des heures. Pendant ce temps, des images me viennent à l’esprit comme des fulgurances, je ne trouve pas les mots pour le dire. J’ignore si le mot juste existe, peut-être est-il toujours à la limite de l’indicible. »

Lire un extrait sur le site de l’éditeur : http://www.ventsdailleurs.fr/index.php/catalogue/item/toute-d-etincelles-vetue.

Parution (poésie africaine) : L’Etrangère 33-34

L’Étrangère no 33-34

L'Étrangère 33-34

Poésie d’Afrique francophone
L’Étrangère
Illustration de Hélène Amouzou
La Lettre volée / coll. Revue L’Étrangère
Poésie, Revue
14 x 23 cm / 208 pages
ISBN 978-2-87317-412-5
2014
25 €
Disponible
Dist. : Exhibition International (BE) – Les Belles Lettres (FR) Particuliers Belgique

Le présent numéro de la revue L’Étrangère est exclusivement consacré à la poésie africaine de langue française. Il a été préparé par l’auteur tchadien Nimrod, poète, romancier et essayiste, auteur connu d’une oeuvre publiée notamment aux éditions Actes Sud. Comme celui-ci le rappelle dans la présentation de ce numéro double, il ne s’agit pas d’un dossier exhaustif de la poésie africaine francophone, bien que ce qu’il a retenu demeure très représentatif de cette galaxie poétique. Le projet visait non seulement à situer celle-ci, ce que fait de manière remarquable l’auteur du dossier dans son introduction, en particulier en revenant sur l’histoire moderne et contemporaine de cette poésie, mais d’abord et surtout à proposer, il va sans dire, un ensemble de textes afin de donner au lecteur la possibilité de forger sa propre opinion sur cette création à plus d’un titre exemplaire. Cherchant à caractériser cette poésie, l’auteur de l’introduction écrit : « Le poème ressemble souvent chez nous à la course d’un cheval fou. On ne s’en étonnera pas outre mesure. Le lyrisme est le marqueur identitaire de nous autres qui ne disposons pas encore du temps et de l’espace propices à la contemplation d’une carafe d’eau, une fleur, les yeux de l’amante. c’est l’idée qui nous importe, sa haute valeur d’abstraction. »

Avec des contributions de Tanella Boni, Léopold Congo-Mbemba, Jean-Jacques Dabla, Paul Dakeyo, Fernando d’Almeïda, Paulin Joachim, Sylvie Kandé, Amadou Lamine Sall, Koulsy Lamko, Patrice Nganang, Raharimanana, Véronique Tadjo, Kouam Tawa, Ali Abdoul War, Hervé Yamguen.

Revue de création et d’essai sous la direction de Pierre-Yves Soucy.

À propos de l’auteur

L’Étrangère

L’Étrangère est une revue de création et d’essai où la poésie occupe une place certes décisive, mais non exclusive. À raison de trois numéros par an, elle se situe sur le terrain de la création non seulement française et francophone, mais aussi européenne et internationale. Notre intention est d’offrir une idée significative de la création littéraire et poétique, ainsi que de la recherche et de la réflexion touchant à l’ensemble des domaines de la création moderne et contemporaine, au sens large du terme. Le lecteur y trouvera donc des textes qui concernent aussi bien la philosophie que la création plastique, et même la musique, ainsi que des essais interrogeant toutes les dimensions au sein desquelles prennent place et se rendent intelligibles de telles synergies.

URL de référence : http://espace-livres-creation.be/livre/letrangere-no-3334/.