Archives par mot-clé : Postcolonialisme

CFP: Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Call for Poetry and Fiction

Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Postcolonial Text, Double Guest Issue 13:3 & 13:4, 2018

We are delighted to announce a call for fiction and poetry to be included in a Double Guest Issue of Postcolonial Text entitled “Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures.”
We are looking for unpublished poetry or short fiction (6,000 to 8,000 words) in English or African languages (with an English translation).
Submission Procedure and Calendar:
Texts and poems, along with a short bio-bibliography, should be submitted for review to Aurélie Journo (aureliejourno@hotmail.fr; aurelie.journo@univ-paris13.fr) by 29 June 2018.
Authors are requested to follow Postcolonial Text guidelines: http://postcolonial.org/index.php/pct/about/submissions#authorGuidelines.

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Études rassemblées par Pierre Soubias, Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier, Guy Larroux et Delphine Rumeau

Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Littératures des Afriques », #3, 2017.

 

  • ISBN : 979-10-300-0220-1
  • Nombre de pages : 376
  • Format : 16 x 24
  • Prix : 25€
  • Sortie nationale : 2018/01

L’œuvre de Patrick Chamoiseau, « auteur-carrefour » majeur au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, appelait un point substantiel sur la recherche qui lui est aujourd’hui consacrée. Vingt chercheurs d’Europe, d’Afrique et des Amériques montrent comment une œuvre multiforme et volontiers réflexive déploie une vision du « Tout-Monde » au-delà de la représentation de l’espace antillais. Ils font le pari d’analyser la production d’un « raconteur » de grande envergure à partir d’approches multiples et conjuguées relevant de la narratologie, de l’esthétique et de la poétique des genres, en y associant pour la première fois des lectures écocritique et écopoétique. Une nouvelle inédite de Patrick Chamoiseau, L’ultime sourire de l’Antillaise, ouvre le volume.

Pierre Soubias est Maître de conférences en Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Catherine Mazauric est Professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du CIELAM à Aix-Marseille Université.
Marie-José Fourtanier est Professeure émérite de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Guy Larroux est Professeur de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Delphine Rumeau est Maître de conférences en Littératures comparées, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

Avec des contributions de : Noémie Auzas, Maria Celeste Biorda, Joscelin Bollut, Dominique Chancé, Jean-Louis Cornille, Corina Crainic, Hannes De Vriese, Aurélie Dinh Van, Marie-José Fourtanier, Lise Gauvin, Louise Hardwick, Samia Kassab-Charfi, Evelyne Lloze, Maeve Mc Cusker, Lorna Milne, Lydie Moudileno, Béatrice Nguessan Larroux, Oana Panaïté, Pierre Soubias, Anaïs Stampfli, Tomasz Swoboda.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/patrick-chamoiseau-et-la-mer-des-recits-4642.html

AAC : Épopées et guerres coloniales : histoires connectées (Revue Recueil Ouvert)

Cette livraison de Recueil Ouvert (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) propose une recherche interdisciplinaire sur les emplois et les réemplois du genre épique liés aux guerres coloniales. Elle offre un espace de réflexion doublement comparatiste qui vise à penser les circulations entre les continents soumis à la colonisation européenne mais aussi les resémantisations de la guerre coloniale en contexte postcolonial.

Les trois axes de réflexion ci-dessous – non exclusifs et que les auteurs sont invités à croiser – dessinent une méthode globale visant à faire émerger une histoire comparée du fait épique entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique :

1. Épopée et guerres coloniales

Il s’agira de lier le genre de l’épopée et les mises en scène de la guerre coloniale à plusieurs titres. On considèrera des épopées soit qui traitent des guerres coloniales, récentes ou non, soit qui sont produites dans un contexte colonial et proposent une réflexion sur les enjeux qui lui sont propres. Le fait colonial sera donc envisagé soit comme thématique centrale des œuvres étudiées, soit comme cadre de production des récits, qui correspondent dès lors à la « pensée de la crise » développée par Florence Goyet (2006), où les récits pensent, sur le vif, les crises politiques, sociales, économiques du contemporain.
On élargira pour cela le choix des sources et des genres, en prenant acte des recherches récentes menées sur les « épopées dispersées » ou sur les circulations entre oral, écrit et nouveaux médias (cinéma, radio, télévision).
La guerre coloniale donne lieu dans l’épopée à plusieurs types de récits qui tous pourront être pris en compte dans cette analyse : les différents types de mises en scène de la bataille bien sûr, mais aussi les analyses du combat et de ses modalités, de la figure du combattant ou du leader charismatique, ou plus largement des représentations de la guerre de conquête au sens large, qui peut également prendre la forme d’expéditions ou de missions.

2. Resémantisation de l’épique en contexte colonial et postcolonial

Si la guerre coloniale peut être à la fois thème du récit et cadre de l’écriture, on cherchera à s’intéresser plus particulièrement à une situation qui lie ces deux aspects du « travail épique » : le moment où se produit une resémantisation de l’épopée à sujet colonial soit dans une autre situation de domination coloniale soit au contraire dans un contexte de décolonisation, éventuellement lié aux guerres d’indépendances (c’est-à-dire dans un contexte de redéfinition des identités ; Anderson, 1993).
En effet, la lutte créole contre la domination espagnole en Amérique latine reprend à son compte le personnage de l’indigène, non plus comme un ennemi ou comme un autre permettant de se définir mais comme un emblème d’une nouvelle identité en construction face à cet autre qu’est devenue la nation européenne. De même, les figures de la résistance africaine à la colonisation, si elles ont pu être diabolisées pendant la colonisation, sont en revanche devenues de véritables héros nationaux aux moments des indépendances.
Dans les deux cas, les mouvements indépendantistes ont à cœur de se réapproprier un personnel dramatique, des structures poétiques, des motifs, qui revêtaient un sens tout à fait différent dans leurs processus de création originels, et sont devenus le vecteur d’une nouvelle conscience politique dans leurs différents réemplois.
Il s’agit de donner sa pleine place à la réception dans la construction du sens d’un texte épique, y compris sur une période très longue. Ce travail réflexif permettra de réévaluer et de discriminer entre différentes interprétations, éventuellement contradictoires, d’une même œuvre en fonction du contexte dans lequel elles ont été formulées.

3. Comparaison et histoires connectées

En dernière instance, on souhaite faire émerger de ce travail collectif une proposition de comparaison entre les processus décrits précédemment en contexte colonial africain et américain. Il s’agira d’évaluer les circulations et les connections qui ont pu exister entre les discours en contexte transatlantique, entre l’Europe et l’Amérique d’une part et entre l’Afrique et l’Europe d’autre part, mais aussi de comparer directement le cas échéant les processus épiques entre l’Afrique et l’Amérique. Ainsi, on pourra prendre en compte les migrations de textes, de motifs, de figures, les réemplois, l’intertextualité, l’imitation, le pastiche dans des contextes épiques.
L’étude de ces « histoires » (Bertrand 2014 ; Douki et Minard 2007) ou « mondes connectés » (Subrahmanyan dans ses divers travaux, Gruzinski 2004) a pour objectif de décentrer le regard porté sur la guerre coloniale, décentrement dont l’épopée est souvent l’un des vecteurs.

Les articles de 45000 signes maximum seront à envoyer au plus tard le 1er septembre 2017 à elara.bertho@gmail.com et aude.plagnard@gmail.com.

URL de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/.

CFP: Afropeans conference: European cityscapes and peripheries in African (diasporic) literatures

Session call for papers: Afropeans biennial network conference, University of Tampere, Finland, 6-8 July 2017

Session 28: URBAN CULTURE – RURAL PAROCHIALISM? EUROPEAN CITYSCAPES AND PERIPHERIES IN AFRICAN (DIASPORIC) LITERATURES
Organisers: Janine Hauthal, Vrije Universiteit Brussel & Anna-Leena Toivanen, University of Eastern Finland

European cities frequently figure in African (diasporic) fiction. With their landmarks and suburbs, former colonial metropolitan centres serve as settings in narratives exploring a variety of African diasporic experiences in Europe and contribute to the project of rewriting the continent from a new perspective. While London and Paris are the most popular and most studied loci, other places on the continent have also found their way into African (diasporic) writing as Afroeuropean mobilities keep diversifying.

This session invites contributions that address the question of how different urban and non-urban European spaces have been represented in African (diasporic) fiction. We are particularly interested in papers analysing fictional texts set elsewhere in Europe than the traditional post/colonial metropolitan centres. Such less studied locations may include, for instance, provincial cities; cities in countries with no direct involvement in colonialism; rural areas; or places situated on the fringes of the continent (islands, enclaves, etc.) – in short, locations that easily come across as peripheral and non-cosmopolitan from a (post/colonial) metropolitan perspective. We also welcome papers adopting a comparative approach to African (diasporic) narratives of different European central and/or peripheral locations.

Deadline for online submissions is 24 February 2017.

Link to session description and online submission: http://www.uta.fi/yky/en/6thafroeuropeans/callforpapers.html

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966 - Edited by David Murphy
The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966 – Edited by David Murphy

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966

Edited by David Murphy

Format:Hardback, 272Pages, 16 B&W illustrations

ISBN:9781781383162

Liverpool University Press

Publication: September 1, 2016

Series:Postcolonialism Across the Disciplines 20

In April 1966, thousands of artists, musicians, performers and writers from across Africa and its diaspora gathered in the Senegalese capital, Dakar, to take part in the First World Festival of Negro Arts (Premier Festival Mondial des arts nègres). The international forum provided by the Dakar Festival showcased a wide array of arts and was attended by such celebrated luminaries as Duke Ellington, Josephine Baker, Aimé Césaire, André Malraux and Wole Soyinka. Described by Senegalese President Léopold Sédar Senghor, as ‘the elaboration of a new humanism which this time will include all of humanity on the whole of our planet earth’, the festival constituted a highly symbolic moment in the era of decolonization and the push for civil rights for black people in the United States. In essence, the festival sought to perform an emerging Pan-African culture, that is, to give concrete cultural expression to the ties that would bind the newly liberated African ‘homeland’ to black people in the diaspora. This volume is the first sustained attempt to provide not only an overview of the festival itself but also of its multiple legacies, which will help us better to understand the ‘festivalization’ of Africa that has occurred in recent decades with most African countries now hosting a number of festivals as part of a national tourism and cultural development strategy.

For further details, see: www.liverpooluniversitypress.co.uk/collections/series-postcolonialism-across-the-disciplines/products/80790

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

Cycle de conférences

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

  • Mardi 3 mai 2016 de 17h à 20h – EHESS – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Authorship in Postcolonial contexts

  • Mardi 10 mai 2016 de 17h à 19h – Columbia University (Reid Hall) – 4, rue de Chevreuse 75006 Paris.

L’auteur en dérision: Nouveaux avatars de l’écrivain postcolonial

  • Jeudi 19 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 7) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

L’espace des prix littéraires francophones

  • Mardi 23 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 587) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Lydie Moudileno, diplômée de l’Université de Berkekey, California,  est Professeur de littératures francophones et comparée à l’Université de Pennsylvania, dont elle a dirigé plusieurs années le Centre d’Etudes Africaines. Ses travaux de recherche et publications récentes portent sur les études postcoloniales dans le contexte francophone. Elle est invitée par Gisèle Sapiro.

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/professeur-invit%C3%A9/moudileno