Archives par mot-clé : Postcolonialisme

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

MàJ 15/09/19 : A écouter, une présentation de ce travail sur RFI / Idées (podcast, 48’30”)

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

CFP: European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

Call for Articles
for a special issue ofJournal of Postcolonial Writing (spring 2021)
ed. by Janine Hauthal & Anna-Leena Toivanen

(deadline for extended abstracts: 30 April 2019; for articles: 1 Dec 2019)

For the special issue publication we ask contributions of no more than 7,000 words in English. The deadline for articles is 1 December 2019. Please send an extended abstract of 500 words and a 100-word author bio to Janine Hauthal (janine.hauthal@vub.be) and Anna-Leena Toivanen (anna-leena.toivanen@uef.fi) by 30 April 2019. Potential contributors should bear in mind that submitting the special issue to the peer-reviewed Journal of Postcolonial Writing will result in a two-stage review process for full essays, first by the editors of the special issue (Hauthal & Toivanen) and then by external reviewers.

European metropolises such as London and Paris have played a prominent role in the production and critical evaluation of postcolonial writing in recent decades (see e.g. McLeod 2004; Adesanmi 2005; Kuietche Fonkou 2010; De Souza & Murdoch 2013; Perfect 2014; Amine 2018). From The Lonely Londoners to Brick Lane and Londonstani, and from Mirages de Paris to Le paradis du nord and Le petit prince de Belleville, postcolonial subjects have inscribed themselves into the literary imagination by rewriting European cityscapes from a migrant/diasporic perspective, and thus have drawn attention to the ways in which Europe itself is postcolonial (Schulze-Engler 2013). However, as postcolonial mobilities keep diversifying, non-metropolitan locations in the UK and France, cities in countries with no direct involvement in colonialism, rural areas, or islands situated on the fringes of Europe have increasingly found their way into the postcolonial literary imaginary.

Examples of such an engagement with peripheral spaces include, for instance, the Scottish countryside in Leila Aboulela’s The Kindness of Enemies, the Portuguese village of Mamarrosa in Monica Ali’s Alentejo Blue, Edinburgh in Tendai Huchu’s The Maestro, the Magistrate and the Mathematician, Lyon in Tierno Monénembo’s Un rêve utile, the Spanish enclaves in Marie NDiaye’s Trois femmes puissantes as well as the British North in Caryl Phillips’s The Lost Child. Contesting postcolonial in/visibilities in peripheral locations and, in some cases, challenging the evaluative stance which associates peripheral spaces with backwardness, stagnation, and neglect, these examples show that the portrayal of European peripheries by postcolonial authors can widen our understanding of ‘postcolonial Europe’ by drawing attention to the ways in which the continent that postcolonial theories regularly conceive as a centre is internally divided into centres and peripheries. Therefore, this special issue aims 1) not just to complement the predominantly urban focus of postcolonial criticism but 2) also to re-think the notion of periphery in postcolonial theory.

Periphery – as a spatial location and socio-cultural formation – is a concept that relies not only on the idea of unequal power structures between centres and margins, but also on that of connectivity and relatedness (Peeren, Stuit, & Van Weyenberg 2016; Ameel, Finch, & Salmela 2015). This conceptual complexity shows for instance in the way in which peripheries’ relations to centres are often marked by a mixture of admiration and hostility. Peripheries are constructed and valued through their relations to centres. While central metropolitan settings are frequently seen as sites of transculturation and cosmopolitanization, the concept of periphery easily evokes the concept of provincialism. Milan Kundera (2007) defines provincialism as an “inability (or the refusal) to see one’s own culture in the large context.” As such, provincialism can be understood as an anti-cosmopolitan attitude which is also closely linked to postcolonial amnesia. Yet, while peripheral spaces are often informed by their uneasy relations with centres, it should be acknowledged that they “emerge from specific contexts or encounters and can therefore neither be understood as necessarily nostalgic or reactionary nor as inherently progressive” (Peeren, Stuit, & Van Weyenberg 2016, 3).

Continuer la lecture de CFP: European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

  • Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)
  • Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)
  • Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)
  • Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)
  • Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)
  • Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)
  • La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)
  • African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)
  • L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs

Mythologies postcoloniales

Vient de paraître :

Ed. Honoré Champion, coll. Francophonies
ISBN : 9782745347565 – Prix : 29€ – Broché
Date de parution : 27/04/18

Mythologies postcoloniales

Pour une décolonisation du quotidien

Etienne Achille et Lydie Moudileno

À l’heure où la question du vivre-ensemble français émerge comme le grand défi des décennies à venir, le quotidien, lieu d’interactions sociales déterminantes pour les individus et les communautés, s’impose à nouveau comme terrain d’investigation prioritaire. Selon notre histoire personnelle et notre identité sociale, nous ne traversons pas le réel de la même manière. Pour nombre d’entre nous, loin d’être insignifiant, le quotidien est aussi le lieu d’une violence qui même en restant infime opère avec une efficacité dévastatrice. Ainsi, le contexte actuel de la France multiculturelle nous force à considérer sérieusement le caractère racialisé de la quotidienneté. La race occupant bel et bien une place dans la République, il s’agit d’en penser la permanence dans sa visibilité comme dans son invisibilité. Cet ouvrage s’est donné la tâche d’en relever différentes occurrences, notamment celles qui peuvent sembler anodines à certains.

La nation en crise d’identité est toujours productrice et preneuse de ce que Roland Barthes appelait dans les années cinquante des mythologies. Aujourd’hui encore, la pérennité de représentations renvoyant au discours colonial confirme que la naturalisation des idéologies est insidieuse, et qu’elle conforte toutes sortes de mythes. Mythologies postcoloniales se propose d’examiner ce pouvoir subreptice des signes dans le contexte de la France contemporaine en posant les bases d’un répertoire critique des signes postcoloniaux dans le quotidien, afin de le décoloniser.

Etienne Achille est Professeur d’études francophones à l’Université de Villanova (Pennsylvanie, USA). Ses travaux de recherche se concentrent sur la France contemporaine dans sa dimension postcoloniale, notamment les représentations littéraires et cinématographiques de la France noire.

Lydie Moudileno est Professeur d’études françaises et francophones à l’Université de Californie du Sud (USC). Auteur de L’écrivain antillais au miroir de sa littérature (Kathala, 1997), Littératures africaines 1980- 1990 (Codesria, 2003), Parades postcoloniales (Karthala, 2007), ainsi que de nombreux articles sur les productions culturelles postcoloniales d’Afrique, des Antilles et de la France métropolitaine.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/champion/10760-book-08534756-9782745347565.html

CFP: Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Call for Poetry and Fiction

Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Postcolonial Text, Double Guest Issue 13:3 & 13:4, 2018

We are delighted to announce a call for fiction and poetry to be included in a Double Guest Issue of Postcolonial Text entitled “Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures.”
We are looking for unpublished poetry or short fiction (6,000 to 8,000 words) in English or African languages (with an English translation).
Submission Procedure and Calendar:
Texts and poems, along with a short bio-bibliography, should be submitted for review to Aurélie Journo (aureliejourno@hotmail.fr; aurelie.journo@univ-paris13.fr) by 29 June 2018.
Authors are requested to follow Postcolonial Text guidelines: http://postcolonial.org/index.php/pct/about/submissions#authorGuidelines.

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Études rassemblées par Pierre Soubias, Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier, Guy Larroux et Delphine Rumeau

Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Littératures des Afriques », #3, 2017.

 

  • ISBN : 979-10-300-0220-1
  • Nombre de pages : 376
  • Format : 16 x 24
  • Prix : 25€
  • Sortie nationale : 2018/01

L’œuvre de Patrick Chamoiseau, « auteur-carrefour » majeur au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, appelait un point substantiel sur la recherche qui lui est aujourd’hui consacrée. Vingt chercheurs d’Europe, d’Afrique et des Amériques montrent comment une œuvre multiforme et volontiers réflexive déploie une vision du « Tout-Monde » au-delà de la représentation de l’espace antillais. Ils font le pari d’analyser la production d’un « raconteur » de grande envergure à partir d’approches multiples et conjuguées relevant de la narratologie, de l’esthétique et de la poétique des genres, en y associant pour la première fois des lectures écocritique et écopoétique. Une nouvelle inédite de Patrick Chamoiseau, L’ultime sourire de l’Antillaise, ouvre le volume.

Pierre Soubias est Maître de conférences en Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Catherine Mazauric est Professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du CIELAM à Aix-Marseille Université.
Marie-José Fourtanier est Professeure émérite de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Guy Larroux est Professeur de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Delphine Rumeau est Maître de conférences en Littératures comparées, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

Avec des contributions de : Noémie Auzas, Maria Celeste Biorda, Joscelin Bollut, Dominique Chancé, Jean-Louis Cornille, Corina Crainic, Hannes De Vriese, Aurélie Dinh Van, Marie-José Fourtanier, Lise Gauvin, Louise Hardwick, Samia Kassab-Charfi, Evelyne Lloze, Maeve Mc Cusker, Lorna Milne, Lydie Moudileno, Béatrice Nguessan Larroux, Oana Panaïté, Pierre Soubias, Anaïs Stampfli, Tomasz Swoboda.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/patrick-chamoiseau-et-la-mer-des-recits-4642.html