Archives par mot-clé : Presse

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

Exposition AWA

Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily (Dakar, Sénégal)

Vernissage Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily  – VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017 à 17h :

Table ronde / Studio photo Awa par Antoine Tempé / Performance Wadane Ndiaye ROSE et les Rosettes / Playlist AWA

Side-event des Ateliers de la Pensée.

« Awa, ou Hawwâ’ en arabe, évoque l’étymologie d’Ève, la première femme, la mère de l’humanité. Cette référence mythologique résonne dans le concept du magazine Awa et conforte l’idée qu’il ait pu être dès sa création une matrice, un format éditorial d’un nouveau genre. Ce point d’entrée nous renvoie à l’essence de l’époque des indépendances où tout paraissait réalisable, où l’individu, homme et femme, tous deux ensembles, pouvaient bâtir les bases politiques et sociétales « d’une nouvelle humanité », terme emprunté à Frantz Fanon. C’est de cet humus qu’Awa est constitué. S’affirmant dès 1964 comme un magazine féminin, ce qui serait aujourd’hui soupçonné de frivolité, il s’impose au contraire comme un ouvrage engagé, profond, novateur et audacieux.

Cette exposition est consacrée à un des premiers magazines féminins paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.Awa est surtout marqué par une liberté de ton que l’on pourrait lui envier aujourd’hui.

En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar, et elle sera donc disponible pour tous à partir de novembre.

AWA: La revue de la femme noire, fondé à Dakar par Annette Mbaye d’Erneville en 1964. En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar. La numérisation et l’exposition se font dans le cadre d’un projet de recherche monté à l’université de Bristol (Royaume-uni) et l’université Paul Valéry-Montpellier III (France), en partenariat avec l’IFAN-CAD, les Archives du Sénégal et le Musée de la Femme-Henriette Bathily (Sénégal). Pour plus d’informations sur ce projet, voir le site: www.africanreadingcultures.org. Tout en rendant hommage à une grande pionnière des lettres sénégalaises, cette exposition est consacrée au premier magazine féminin paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite donc de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.

Les numéros de ces magazines illustrés aux couvertures colorées et doté d’un graphisme étonnant constituent des objets fascinants, tant pour leur forme novatrice que pour leur contenu mêlant divertissement et élan intellectuel propre à la période des indépendances. Mettant en avant des femmes africaines publiquement reconnues – qu’elles soient journalistes, parachutistes ou députés – AWA propose aussi des articles sur la mode, le foyer et la cuisine. Ce journal consacré à la femme noire, resté indépendant tant économiquement que politiquement, a circulé en Afrique mais aussi en Amérique et en Europe, jusqu’en Russie, comme en témoignent les courriers des lectrices et des lecteurs.

URL de référence : http://www.wakhart.com/exposition-awa-musee-de-femme-henriette-bathily/

AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Presse et littérature africaine(s)
Appel à communications

English version below

19 et 20 mars 2018 – Colloque – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

Propositions à envoyer à colloquepresseafricaine@gmail.com avant le 1er décembre 2017

Ce colloque invite à réfléchir sur les relations réciproques entre la presse et la littérature africaine(s) au xxe et au xxie siècles. Depuis les bulletins coloniaux jusqu’aux revues en ligne en passant par les magazines illustrés et les grands quotidiens créés après les indépendances, le périodique a constitué, pour les écrivains issus d’Afrique, un support de publication décisif. Les travaux d’histoires littéraire, sociale et culturelle ont mis ces dernières décennies en avant les multiples formes de croisements entre presse et littérature : sur le continent  africain, ils se sont cependant plus timidement étendus aux contextes francophones, en dépit de quelques études pionnières (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Bosch-Santana, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). C’est dès la fin du xixe siècle que la presse publiée en Afrique a offert des lieux d’expression aux écrivain·e·s, importants en quantité, et souvent cruciaux au niveau de leur contenu et de leur réception, comme l’a notamment montré Hans-Jürgen Lüsebrink dans un ouvrage invitant à reconsidérer l’histoire littéraire africaine traditionnelle, en élargissant le corpus canonique de langue française. Stephanie Newell a théorisé ailleurs la souplesse et la créativité du travail des auteur·e·s et de leurs publics dans la presse produite en Afrique occidentale britannique entre 1880 et 1940. Au-delà de la période coloniale, quelles continuités et quelles discontinuités touchent la presse africaine jusqu’à aujourd’hui ?

Plus encore qu’à la présence des auteur·e·s africain·e·s dans une presse européenne généraliste, une attention particulière sera portée à leurs prises de parole dans des parutions affichant leur rattachement à l’Afrique, qu’elles soient produites sur le continent, qu’elles soient destinées à un public national, africain ou encore diasporique. Si les revues intellectuelles, sur le modèle de Présence africaine ou de Black Orpheus, ou le magazine Drum en Afrique du Sud, ont été bien étudiés désormais (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), les journaux (comme Dakar-matin, devenu Le Soleil) et les magazines, parfois de grande diffusion, à l’image de Bingo : l’illustré africain, Awa : la revue de la femme noire, Jeune Afrique, ou, en langue anglaise African Parade et Joe, ont en effet été beaucoup moins abordés sous l’angle de leurs interactions avec la production littéraire qui leur est contemporaine. Ce sont pourtant des espaces où se mettent en place des sociabilités, des débats, et des dynamiques d’hybridation avec la littérature, qu’elle soit écrite ou orale (Frère 1999).

Continuer la lecture de AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press