Archives par mot-clé : Prix

«La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas

« La patience cuit la pierre », disent les femmes peules

Djaïli Amadou Amal, Les impatientes, roman, Emmanuelle Collas, 2020, 240 p.

Peut-on être féministe et peule ? Peut-on être peule et impatiente ? (titre du roman assorti d’un avertissement : « cet ouvrage est une fiction inspirée de faits réels ») alors que père, mère, oncles, imams ne cessent de répéter (à chaque fin des trois chapitres) :

Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku. Intégrez-la dans votre vie future. Inscrivez-la dans votre cœur, répétez-la dans votre esprit ! Munyal , vous ne devrez jamais l’oublier (p.15)

Les Peuls, originaires de la zone saharienne, sont une importante communauté ethnique de religion musulmane qui a entretenu des rapports souvent difficiles avec les peuples sahéliens. Ils ont fondé des empires puissants au cours des siècles. Dans le domaine francophone, Amadou Hampaté Bâ nous a fait connaître par ses écrits leur mode de pensée et d’être tandis que Tierno Monénembo a fait revivre leurs ‘mœurs cinglées’. Mais cette histoire est exclusivement une histoire d’hommes de même que leur résistance à la colonisation, alors que le roman de Djaïli Amal (née à Maroua (Nord-Cameroun) en 1975) nous parle du point de vue des femmes peules, avec des paroles de femmes dans une société totalement dominée encore aujourd’hui par les hommes.
A Maroua par exemple, les Peuls sédentarisés se sont regroupés dans certains quartiers, la famille de Ramla, l’héroïne principale, occupe une concession entourée d’une enceinte de hauts murs au sein d’un ensemble de cinq autres : cinq familles dirigées chacune par un oncle, quatre-vingt enfants facilement. Combien de femmes ? Difficile à dire puisque dans chacun de ces foyers polygamiques, le nombre d’épouses varie en fonction des répudiations et des remariages.

Les visiteurs n’y pénètrent pas : ils sont reçus à l’entrée dans un vestibule que, dans la tradition de l’hospitalité peule, nous nommons le zawleru. Derrière s’ouvre un espace immense dans lequel se dressent plusieurs bâtiments : d’abord l’imposante villa de mon père, l’homme de la famille, puis le hangar, une sorte de portique sous lequel on reçoit les invités, enfin les habitations des épouses où les hommes ne pénètrent pas. Pour parler à son mari, une épouse ne peut passer que par la coépouse dont c’est le tour.
[…]
Nous, les filles, vivons avec nos mères respectives pendant que nos frères ont leurs propres chambres à l’extérieur des appartements maternels dès la préadolescence. Et bien sûr, filles et garçons ne font que se croiser, s’adressant à peine la parole. (p. 29)

Le roman se veut une dénonciation – on le sent dans le ton – de l’oppression séculaire des femmes – mariage forcé, viol conjugal et innombrables coups bas entre coépouses en quelque sorte programmés par cette structure sociale reposant sur un cloisonnement rigoureux. Il est la vengeance d’une femme dont les rêves d’amour et de modernité ont été laminés sans pitié et qui est contrainte de se défendre pour survivre. Amère derrière son masque fardé,  Safira restera la puissante première épouse,  daada-saaré : « Quoi qu’il arrive, je suis la daada-saaré. Personne ne pourra jamais me remplacer. » (p. 239) tandis que Hamla s’enfuira vers une vie meilleure.

On ne tentera pas de résumer les innombrables épisodes de la vie de bataille des épouses dans la chaudron  d’une telle société polygame tant ils sont imbriqués les uns dans les autres. Réduisons notre propos en empruntant à la 4ème de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés, celui de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impossible d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. ». Mais le ciel peut devenir un enfer.

Et posons la question qui taraude le lecteur moderne : comment une société humaine peut-elle se développer harmonieusement sur de telles bases ? Comment les hommes peuls peuvent-ils rester tranquillement installés en garants et bénéficiaires d’une société aussi inégalitaire et violente ? Faut-il, à la suite d’ Amin Maalouf  (Le naufrage des civilisations), incriminer un islamisme obtus qui aurait remplacé le nationalisme nassérien après la défaite de 1967 ?  Incapables d’assumer la défaite, les peuples arabo-musulmans feraient ainsi payer aux femmes le prix de leur propre déficience.

‘Patience !’,  semble dire la romancière, ‘ça ne durera peut-être pas toujours!’

Daniel Delas

Pour citer cet article : «La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 15/11/2020, https://apela.hypotheses.org/4401.

Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo

Dans le cadre d’ARIEL, la résidence d’auteur internationale à l’Université de Lorraine, IDEA (UR 2338) organise une série de séminaires autour de Mohale Mashigo, auteure sud-africaine invitée en Lorraine cette année (https://ariel.univ-lorraine.fr/mohale-mashigo/).
Cette série de séminaires, intitulée ‘Genèse, illustration, traduction et prix littéraires : Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo’, sera diffusée live, en streaming, sur la chaîne YouTube ARIEL (voir le lien ci-dessous), selon le calendrier suivant :

Séminaire 1 : jeudi 12 novembre 2020
Présidente de séance : Catherine Delesse (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Véronique Tadjo – ‘Afrique du Sud, Afrique de l’Ouest, regards croisés’
Véronique Tadjo est poétesse, romancière, auteure et illustratrice de livres pour la jeunesse. Elle est Professeure invitée à l’Université du Witwatersrand (Johannesburg).
18h15-18h45 Julie Chansel – ‘La bande-dessinée sud-africaine : une création d’une extraordinaire vitalité qui peine à trouver des débouchés’
Julie Chansel est journaliste indépendante, intervenante à l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier (ESJ-Pro), auteure de L’effacement de Dulcie September – Enquête sur une séquence politique (à paraître au printemps 2021 aux Éditions Actes Sud), spécialiste de la BD sud-africaine.

Séminaire 2 : jeudi 19 novembre 2020
Président de séance : Cédric Courtois (Université de Lille)
17h30-18h00 Kathie Birat – ‘Through the lens of speculative fiction: Seeing South Africa through the short story in Mohale Mashigo’s Intruders
Kathie Birat est Professeure émérite, spécialiste de littérature post-coloniale.
18h15-18h45 Richard Samin – titre à préciser
Richard Samin est Professeur émérite, spécialiste de l’Afrique du Sud.

Séminaire 3 : jeudi 26 novembre 2020
Présidente de séance : Marilyne Brun (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Lorena Rizzo – ‘Women, photography and orature in 20th-century Namibia’
Lorena Rizzo est Maître de Conférences à l’Université de Bâle, Zentrum für Afrikastudien, spécialiste de la Namibie et de l’Afrique du Sud.
18h15-18h45 Cédric Courtois – ‘“Remember that others have walked this path before you”: Writing (about) Trauma in Yejide Kilanko’s Daughters Who Walk This Path (2012), Mohale Mashigo’s The Yearning (2016) and Una’s Becoming Unbecoming (2015)’
Cédric Courtois est Maître de Conférences à l’Université de Lille, spécialiste de littérature africaine subsaharienne.

Séminaire 4 : jeudi 3 décembre 2020
Présidente de séance : Monica Latham (Université de Lorraine)
17h30-18h15 Mohale Mashigo – ‘On the Genesis of my work: from inspiration to publication’
18h15-19h00 Conversation avec Mohale Mashigo, avec la participation de Richard Samin, Kathie Birat et Cédric Courtois

Séminaire 5 : jeudi 10 décembre 2020
Présidente de séance : Céline Sabiron (Université de Lorraine)
18h00-19h00 Barbara Schmidt, Noémie Didier et Hana Abdelsalam – ‘Traduire la culture africaine anglophone : enjeux et défis’
Barbara Schmidt est Maître de Conférences et traductrice, et directrice de la traduction collective pour ARIEL à l’Université de Lorraine. Noémie Didier et Hana Abdelsalam sont des étudiantes de Master 2 Bilangue-Biculture à l’Université de Lorraine.
19h00-19h30 Sylvie Ducas – titre à préciser (intervention sur les prix littéraires)
Sylvie Ducas est professeure de littérature française contemporaine à l’Université Paris Est-Créteil, spécialiste des instances de consécration littéraire et des médiations culturelles.

Les questions posées sur la chaîne YouTube seront relayées par un modérateur sur les comptes Facebook et Twitter d’ARIEL (voir ci-dessous). 
Vous pouvez suivre toute l’actualité de cette troisième édition d’ARIEL sur le blog de la résidence : https://ariel.univ-lorraine.fr/.

Le programme complet de la résidence est disponible à : https://ariel.univ-lorraine.fr/programme-2020-21/. Il est mis à jour régulièrement au fur et à mesure des précisions reçues sur la tenue des divers événements en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

Vous pouvez également suivre ARIEL sur les réseaux sociaux :

La fabrique des classiques africains

La fabrique des classiques africains – Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone

Claire Ducournau

CNRS éditions
Date de publication :
30/03/2017 – 442 pages – 27,00 €
ISBN : 978-2-271-08158-2

Comment une œuvre littéraire accède-t-elle au rang de « classique » lorsque son auteur est issu d’Afrique subsaharienne francophone, l’une des zones les plus déshéritées du monde selon les standards culturels internationaux ? Si les noms de Léopold Sédar Senghor et d’Ahmadou Kourouma se sont imposés partout, pourquoi d’autres auteurs, portés au pinacle en Europe, restent-ils peu connus dans leurs pays d’origine, quand les textes d’Aminata Sow Fall et de Seydou Badian, étudiés et discutés au Sénégal et au Mali, ne le sont pas en France ?
Ce livre propose une histoire sociale collective de ces écrivains depuis 1960. Il distingue deux protagonistes majeurs : des intermédiaires culturels (organisateurs de festival, éditeurs, agents littéraires), souvent français, et des auteurs nés et socialisés en Afrique subsaharienne francophone, dont les trajectoires sont situées les unes par rapport aux autres dans un espace littéraire africain en recomposition.
Nourri de nombreux entretiens, fondé sur le dépouillement d’archives inédites et sur une étude statistique, cet ouvrage majeur décrit par quels mécanismes symboliques et matériels des écrivains originaires d’Afrique subsaharienne francophone sont devenus, sous différentes formes, des classiques africains.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, Claire Ducournau est docteure de l’École des hautes études en sciences sociales. Maîtresse de conférences dans le département de lettres modernes de l’université Paul-Valéry à Montpellier, elle mène ses recherches sur les productions littéraires africaines et leurs réceptions au XXe et au XXe siècles.

Table des matières

Introduction
Prologue : Littérature francophone contre littérature-monde en français

Première partie : Légitimer les auteurs issus d’Afrique
Chapitre premier : Deux vagues transnationales de reconnaissance des auteurs africains depuis 1960
Chapitre 2 : Un découvreur de talents néocolonial ? Le Grand Prix littéraire de l’Afrique noire à l’œuvre
Chapitre 3 : « Et l’Afrique ?… » Les écrivains d’origine africaine dans deux revues littéraires françaises

Deuxième partie : Accéder à la consécration littéraire
Chapitre 4 : Portrait de groupe
Chapitre 5 : De la vocation contrariée au statut de classique africain

Conclusion

Annexes

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7435-la-farique-des-classiques-africains.html

FabriqueDesClassiquesAfricainsMars2017

Papa S. Diop, lauréat du Prix Humboldt de la Recherche 2015

Papa    Samba    Diop, Lauréat    du    « Prix    Humboldt    de    la    Recherche    2015 ».
(Papa Samba Diop est Professeur    de    littérature    francophone et comparée    à    l’Université    Paris-Est    Créteil, UFR Lettres Langues et Sciences Humaines, laboratoire « Lettres, Idées, Savoirs » EA4395)

Le Prix Gay-Lussac Humboldt, ainsi appelé en France, est un prix créé en 1981 par les gouvernements français et allemand. En Allemagne, la Fondation Alexander von Humboldt, pour sa part, décerne le Prix Gay-Lussac Humboldt à des scientifiques ayant pour objectif de conduire un projet de recherche à long terme en coopération avec des collègues allemands, en Allemagne. Les candidatures sont présentées par des scientifiques allemands de renommée internationale. Le Prix Gay-Lussac Humboldt (Humboldt Forschungspreis) s’inscrit dans le cadre général du programme  du prix scientifique « Alexander von Humboldt » que la Fondation décerne à des étrangers de tout premier plan, dans   toutes les disciplines.

La candidature de Papa Samba Diop a été présentée par le Pr. Dr. Hans-Jürgen Lüsebrink de l’Université de Saarbrücken. Et parmi les lettres de soutien à cette candidature [des Professeurs Souleymane Bachir Diagne de    l’Université de Columbia (U.S.A.) ; Qader Nasrin de la Northwestern University (U.S.A.) ; Jean  Bessière de    l’Université Paris III    (France)], compte celle du  Pr. Dr.  János Riesz de l’Université de Bayreuth, qui retrace la carrière de Papa Samba Diop, dans le cadre d’une coopération scientifique internationale dont la Chaire de Komparatistik de    Bayreuth, a  été, de 1982 à  1995, le foyer principal.

Papa Samba Diop, parrainé par le Pr. Dr. Hans-Jürgen Lüsebrink, participera, du 6 au 8 juillet 2016, à Berlin, à la   Jahrestagung (Annual Meeting) qui réunit tous les lauréats du Humboldt-Forschungspreis.

URL de référence : http://www.fabula.org/actualites/papa-s-diop-laureat-du-prix-humboldt-de-la-recherche-2015_72635.php