Archives par mot-clé : Rap

Littératures et cultures urbaines

« Littératures et cultures urbaines francophones » (Serigne Sèye, dir.)

Interculturel francophonies, n°40, nov-dec. 2021

Lecce, Alliance Française Lecce, coll. « Interculturel Francophonies », 2021

 
EAN: 9788895343433 ISSN: 2240-6263
216 pages
Prix : 15€
 
Le n° 40, nov.-déc. 2021 d’Interculturel Francophonies, revue semestrielle sur les littératures et cultures nationales d’expression française, publiée par l’Alliance Française de Lecce (Italie) sous la direction d’Andrea Calì (Università del Salento/Italie), vient de paraître. Ce dossier, coordonné par Serigne Sèye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar/Sénégal), est consacré aux Littératures et cultures urbaines francophones.
Ce numéro d’Interculturel Francophonies fait un focus sur les dynamiques relationnelles entre les cultures urbaines et les littératures issues de l’espace francophone. Regroupant des chercheurs de divers horizons et de disciplines littéraires différentes, ce dossier rend compte de la porosité des frontières entre les productions artistiques et les textes des écrivains s’exprimant en français. Il stipule que les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec les productions des écrivains. Ce lien est aujourd’hui illustré, dans les pays francophones, par l’existence d’une littérature urbaine plus ou moins dynamique selon les pays et rendant compte des réalités diverses et particulières des grandes mégalopoles comme Dakar, Strasbourg, Kinshasa, Paris ou Brazzaville. Certaines contributions de ce numéro en donnent un aperçu en disséquant les jeux d’influence la reliant aux genres et autres pratiques urbains tels que développés dans l’espace francophone. Les auteurs mettent en évidence les procédés par lesquels la littérature et des genres urbains comme le rap, le slam ou la sapologie adoptent des postures hypermédiatiques qui en font mutuellement des lieux d’insertion de l’autre. Les artistes et écrivains convoqués dans les essais publiés sont dépeints comme des représentants d’un art synthétique se révélant en mimesis de la création collective, un des principes fondamentaux des arts populaires, pour dire la condition urbaine francophone.

Sommaire

  • Introduction : Littératures et cultures urbaines: définitions et dynamiques interrelationnelles dans l’espace francophone (Serigne Sèye)
  • Abd Al Malik: quand le rap actualise la littérature (Francesca Aiuti)
  • Maïmouna d’Abdoulaye Sadji et « Dieynaba» de Pat Ghetto: quand le roman nourrit le rap ou un exemple de médiatisation d’un récit romanesque dans la musique urbaine (Serigne Sèye)
  • Le slam à Dakar, un art urbain qui exprime les conditions sociales. L’exemple de quelques textes de poètes-slameurs dakarois (Aliou Seck)
  • Banlieusards et fiers de l’être: culture urbaine et francité (David Yesaya)
  •  Des ateliers d’écriture au roman d’investigation: l’influence de Saint-Denis dans la narration de Rachid Santaki (Serena Cello)
  •  Rap, littérature et légitimité dans Du Rêve pour les oufs de Faïza Guène (Marion Coste)
  •  « Enfants des lieux bannis »: rap et postcolonialité dans l’autobiographie urbaine (Stève Puig)
  • De la littérature dans la sape: « Un crocodile à Luozi » de Norbat de Paris (Laude Ngadi Maïssa)
  •  Parkour, stégophilie et autres pratiques habitantes en milieu urbain dans le roman Les Furtifs d’Alain Damasio (Christophe Duret)
  • Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Susanne Gehrmann, Pepetual Mforbe Chiangong (eds.)

WVT, Trier, LuKA 15, 2022, 272 p.
ISBN 978-3-86821-934-0 € 35,00

This book constructs a platform for the critical exploration of Africa literatures written in a variety of African and European languages and goes beyond the mainstream in African literary and cultural studies by engaging multiple hermeneutic approaches to narratives, performance, and visual arts.
Putting emphasis on comparing cultural productions in at least two linguistic expressions, the book foregrounds the analytical strategies employed by the contributors to delve into the epistemologies of African social, cultural and political life, as critical assessments of the novel, short stories, music, drama, film, poetry, social media, festivals, and academic institutions become paramount. The contributions underscore the necessity to respond to trends and transformations that African literary genres and media have seen across time and space with interest in how these changes have been enriched by the different languages of expression.
Going beyond regional and linguistic boxes, in which African literatures, music, and film have often been encapsulated, the chapters in this book present a critical assessment of the ideological, aesthetic, thematic, and linguistic models that illustrate similarities, but also differences, that can be made visible through comparative approaches, and which underscore the innovative potential to put African narratives, lyrics, and discourses conveyed in more than one language in conversation with one another.

Contributions de Abdalla Uba Adamu, Anne M. Carovani, Gbandé Daré, Bernadette Desorbay, Susanne Gehrmann, Cullen Goldblatt, Ricarda de Haas, Miriam Maranga-Musonye, Pepetual Mforbe Chiangong, Oladipupo Oyeleye, Charlott Schönwetter, Isabel Schröder, Clarissa Vierke et Lucia Weiß.

Site de l’éditeur.

9783868219340_i.

U_LUKA_15.

AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

Revue Interculturel Francophonies n°42, novembre-décembre 2022

Les propositions d’articles d’environ 200 mots seront envoyées à seyeserigne2000 [at] yahoo.fr au plus tard le 31 mars 2021.

Calendrier

  • Réception des propositions d’articles jusqu’au 31 mars 2021
  • Avis motivé du comité scientifique: 30 avril 2021
  • Envoi des articles: jusqu’au 15 décembre 2021
  • Envoi des articles évalués aux auteurs: 31 mars 2022
  • Retour des articles définitifs: 31 mai 2022
  • Publication du dossier: novembre-décembre 2022

Argumentaire

Les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec la littérature. Ce lien est aujourd’hui illustré par l’existence d’une littérature urbaine dynamique qui rend compte des réalités diverses et particulières de certaines grandes métropoles comme Dakar, Londres, New York, Paris, Johannesburg ou Lagos. L’importance qualitative et quantitative de cette catégorie esthétique a poussé Céline Ngi (cité par Steve Puig), à avancer que «plus qu’une tendance sociale, la littérature urbaine s’est affirmée ces dernières années comme un vrai mouvement littéraire, avec ses propres codes stylistiques, ses références et ses objectifs » (Puig, 60: 2019). Elle tient son originalité aussi de son rapport particulier avec les expressions culturelles et artistiques nées dans l’espace urbain comme les disciplines du mouvement hip hop. Le rap, par exemple, est considéré par certains comme une musique qui aspire au même statut que la littérature dans la société, si l’on considère sa tendance à dire notre modernité dans ses aspects les plus problématiques. Pour Steve Puig «il n’est d’ailleurs totalement pas fortuit de considérer le rap et la littérature urbaine comme deux façons de faire passer le même message» (p.67). G. Andi Rhos, voulant montrer l’influence que l’art afro-américain exerce sur la littérature urbaine, n’hésite pas à présenter celle-ci comme une version littéraire du rap à cause justement de sa thématique et de l’univers décrit qui rappellent fortement les réalités des ghettos américains (2006). En dehors du rap, le slam, le tag, le graffiti, le street art, la break dance ainsi que les sports urbains font aussi leur apparition dans bon nombre de récits dont les auteurs sont souvent issus des banlieues des grandes villes. Ces éléments constitutifs des cultures urbaines y exercent une influence décelable dans les intrigues et la forme des textes.
Cependant les chercheur.se.s en littérature ont longtemps hésité à considérer les productions issues de cette «culture de la rue» (Puig) ou «culture des cités» (Hatzfeld) comme des objets d’étude porteurs d’une poétique nouvelle et pouvant faciliter la compréhension des dynamiques sociales. Ce retard à l’allumage est surtout perceptible dans l’espace francophone où la littérature et l’art issus des banlieues et autres zones difficiles ont très souvent été regardés avec une certaine méfiance teintée de mépris. Malgré la richesse de ces expressions culturelles et artistiques, les revues littéraires francophones n’ont pas encore jugé nécessaire de leur consacrer des volumes rendant compte de leur profonde créativité, de leur fécondité ainsi que de leur vitalité sans cesse renouvelée. Même si la revue Itinéraires a déjà fait paraître deux numéros consacrés à l’écriture de la ville et aux imaginaires banlieusardes en accordant une place de choix aux représentations littéraires de la banlieue et des zones périurbaines, les volumes orientés vers la problématique de l’urbanité littéraire ne font pas encore légion. Les nombreux essais et travaux littéraires sur la ville masquent mal l’absence criante d’études sur les expressions culturelles que les réalités sociales et politiques de celle-ci génère. Dans les rares travaux scientifiques qui s’intéressent à cet aspect de la société citadine, c’est surtout le rap et le slam qui sont analysés parce qu’ils sont des genres qui accordent une plus grande place à la textualité, les autres disciplines et manifestations des cultures urbaines demeurant encore les parents pauvres de la recherche dans le monde francophone.

Continuer la lecture de AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas

Abd al Malik

Le jeune Noir à l’épée, Récit poétique/vol.1, Présence Africaine/Flammarion, 2019, 150 p.

Méchantes blessures, roman, Plon, 2019, 220 p.

Abd al Malik est un enfant des années 80-90 qui virent, selon l’expression de Patrick Boucheron, « l’irruption du monde » dans l’histoire de la France. C’est l’époque où les cultures urbaines promeuvent de nouvelles identités connectées les unes aux autres à travers le monde.
Né en 1975 à Strasbourg, il a grandi dans la cité du Neuhof de cette ville au sein d’une famille d’ascendance congolaise et donc de peau noire ; il ne connait pas l’Afrique et quand il se rendra à Brazzaville pour les obsèques de son père, « je ne comprenais ni ce qu’on me disait ni ce que je ressentais ». C’est tout ce que dira de l’Afrique l’étudiant philosophe mondialiste qu’il a été avant de s’affirmer comme rappeur, auteur-compositeur-interprète, essayiste et réalisateur. On peut lire ses poèmes rappés dans Le jeune Noir à l’épée (Présence africaine-Flammarion, 2019) et les écouter dans le CD joint au livre orné de belles photos de Fabien Coste. Lequel livre s’ouvre par une citation d’Edouard Glissant qui est une référence essentielle dans la vision du monde d’Abd al Malik par son insistance sur l’inscription de toute pensée moderne dans un espace précis, dans un lieu

Il faut que nous prenions conscience de ceci : notre lieu est irremplaçable. Nous ne flottons pas en l’air comme ça. C’est une absurdité de croire que je pars, que je n’ai pas de lieu… Notre lieu est incontournable. Mais il est incontournable aussi parce que je ne peux pas en faire le tour, c’est-à-dire que je peux pas l’enfermer dans une muraille, et que si je l’enferme dans une muraille, il cesse d’être mon lieu, il est tout simplement mon retirement, mon enfermement, il n’est plus mon lieu.(op.cit, p.26)

Dans ce recueil, on notera aussi un entremêlement des poèmes d’Abd al Malik avec ceux de Baudelaire. Pourquoi donc ? Parce que Baudelaire a été le découvreur de la modernité et est à ce titre le père des rappeurs. « Les rappeurs sont les Baudelaire d’aujourd’hui » affirme d’ailleurs l’essayiste américain Jonathan Franzen.

                                                           *

Le ‘roman’ d’Abd al Malik se déroule entre fiction et autobiographie sans départager ce qui relève de l’un ou l’autre régime narratif.  Fiction puisque Kamil le héros de la première partie du livre raconte la quête d’identité et de spiritualité qui partant de la rue le mène au soufisme. Parti à New York, « l’œil du cyclone en termes de culture-monde », pour écrire un livre il en approfondit le thème au cours de rencontres avec des rappeurs américains avant de mourir dans une fusillade visant son ami Rufus (le rappeur Bizarre). Avant cette fin tragique mais heureusement fictive, il a eu le temps d’évoquer la vie passée de Kamil et son évolution :

Il y a eu la rue aussi, je veux dire la cité. Après, j’ai grandi pas mal à l’intérieur de celle-ci et ensuite je n’en ai plus voulu. Finissant par me ressaisir et par démêler ce sac de nœuds et de douleurs qui me ruinait. Je peux dire sans vanité aucune qu’en admettant que j’étais le problème, j’ai fini par devenir la solution. Il ne me restait plus qu’à parcourir la trajectoire entre les deux, en gérant le temps. C’est ce qu’on appelle vivre, je présume. (p.85)

Qui parle ? Kamil ou Abd al Malik ? Ce scénario complexe est en quelque sorte nécessité par le refus d’écrire une autobiographie misérabiliste tout en ayant besoin de pointer la « méchante blessure » (l’agression de ses parents par des skinheads) qui a servi de déclencheur d’une évolution vers sa conversion à l’islam dans sa version soufie du maître Sidi Hamza, conçue comme la voie pour s’engager ‘tout-entier’ dans une relation d’amour avec tous les êtres.
Un beau jour :

Le téléphone a sonné brusquement et j’ai décroché en sueur dans mon grand lit d’hôtel new-yorkais. Je n’étais plus mort, je ne me souvenais plus de l’avoir été (p. 123)

Désormais le récit peut se faire plus autobiographique, avec par exemple une évocation suivie de sa vie conjugale avec Rita. Autobiographique toutefois ne veut nullement dire intimiste, il correspond à une histoire de la pensée en mouvement d’Abd el Malik, essayiste et écrivain.
Pensée qui se décline en deux versants : l’un négatif, l’autre positif. Le versant négatif c’est la dénonciation d’un monde bête et obscurantiste qui « n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde » (p. 127). Sur ce terrain il se sent proche du pessimisme d’un Régis Debray ou d’un Noam Chomsky affirmant que

les réseaux sociaux et tous les outils de com’ en général étaient un agencement de tromperies efficaces qui mettait des fous au pouvoir et proposaient la pensée fascisante comme une alternative idéologique crédible. (p.184)

Le versant positif c’est la pensée, sans doute un peu naïve reconnaît-il mais nécessaire, que

si toutes les femmes et tous les hommes prenaient conscience des paradoxes sur lesquels nous vivons tous quotidiennement, un monde meilleur  jaillirait presque instantanément, car l’existence même du monde actuel, à l’exemple de la bêtise et de tous les obscurantismes, n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde … Je garde chevillée au cœur, l’idée qu’il suffirait d’un(e) seul(e) ou d’un petit groupe même restreint pour montrer la voie et le caractère opératif de l’amour sincère dans un monde qui na propose finalement que des variations de la haine de soi. (p.127-128)

L’un et l’autre propos alternent avant qu’on en vienne à une conclusion légère formulée à partir de l’île de Sainte Marie de Madagascar où les a menés, Rita, lui  et leur petite fille un besoin de changer d’air et où nous assistons à la déconfiture d’un ridicule métaphysicien français empli de lui-même et, bien plus important,  à une affirmation du pouvoir de la vie. La mort rêvée du narrateur que nous avons lue dans la première partie apparaît comme une sorte d’aveu d’une angoisse à ne pouvoir changer le monde ; elle se transforme aujourd’hui en un credo certes chancelant mais qui n’exclut pas l’espoir

J’ai su avec certitude que j’avais été ramené des morts. Non, rien ni personne ne disparaissait vraiment. (p.211)

                                                           *

Au jour d’aujourd’hui où le monde se hérisse de murs pour tenter d’empêcher plus que jamais tout métissage des cultures et des identités et d’enfermer les lieux du monde et de la vie (pour reprendre les termes de Glissant), la pensée d’Abd al Malik, portée par l’enthousiasme des années 80-90 et la stupéfiante vogue des rappeurs français, tient-t-elle ? Chaque lecteur-auditeur en jugera.

Offrons-lui un dernier écho poétique  

King of Kongo patronyme
Cœur blanc peau noire unanime
Mon amour n’est-tu pas mon intime ?
Ne vois guère les rétines qui dépriment ;
Ce n’est donc pas la fin de l’histoire ;
Partout ne sévit pas le désespoir.
Va donc au diable la haine !
Je suis avec ceux qui aiment.
On aime, on aime
On aime, on aime
Ainsi j’ai retrouvé mes ailes.

(« Congo mon amour »)

Daniel Delas

Pour citer cet article : Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2019, https://apela.hypotheses.org/3520.