Archives par mot-clé : Rap

Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé

Dans le prolongement de l’exposition “Senghor et les arts. Réinventer l’universel”, le Musée du Quai Branly programme un cycle de cinéma mettant en perspective la pensée et l’action de Léopold Sédar Senghor.

Rendez-vous samedi 24 juin, de 14h à 16h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac pour assister à la projection Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé en présence de la réalisatrice, Béatrice Soulé.

Dans ce beau film où s’entrechoquent images, couleurs, musiques et mots, Béatrice Soulé offre à Leopold Sedar Senghor ce qu’il a promis au Sénégal : Il est temps que nous te rendions ton visage de jeunesse. Comme un long poème rythmé par les évocations sonores de l’œuvre de Léopold Sedar Senghor, à la voix du poète qui restitue les temps forts de sa vie sur des images d’archives, s’entremêlent ses textes et ses mots lus avec grâce, naturel et vitalité par le jeune rappeur sénégalais, Amadou Barry et son groupe Positive Black Soul. Dirigée par Bernard Rapp, la collection Un siècle d’écrivains s’est donné comme objectif de faire le portrait des écrivains qui ont marqué le XXème Siècle. La série n’exclut aucun genre, courant ou culture, dans ce tour du monde des lettres internationales en 260 portraits.

Depuis 1981, Béatrice Soulé produit et réalise des documentaires musicaux. Elle crée aussi des événements télévisuels dont elle assure la production. : “le premier rêve de l’arche ” à la Défense pour le bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/cinema/details-de-levenement/e/leopold-sedar-senghor-un-long-poeme-rythme-39809

Des communautés aux communs

Musiques et littératures de l’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude de l’APELA

8 novembre 2024, Maison internationale de la recherche de Neuville-sur-Oise (95). 

Organisée par :

  • Francesca Aiuti (université de Rome)
  • Sylvie Brodziak (CY Cergy Paris Université)
  • Marion Coste (CY Cergy Paris Université)

Les propositions, d’une demi-page accompagnée d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer à

marion.coste@cyu.fr, sylvie.brodziak@cyu.fr, francesca.aiuti@uniroma3.it, avant le 1er novembre 2023.

Une réponse vous sera communiquée début décembre. 

Url de référence :
https://umrheritages.hypotheses.org

Argumentaire

L’association de la musique et de la littérature dans les arts d’Afrique et des diasporas africaines n’est plus à démontrer : outre les écrivains qui affirment l’importance de la musique dans leur écriture, à l’instar de Léonora Miano, Koffi Kwahulé ou Daniel Maximin, outre la prégnance des personnages de musiciens ou de mélomanes, dans Mirages de Paris d’Ousmane Socé,  Le Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes ou La Polka de Kossi Efoui, force est de constater que les genres musicaux de l’Atlantique noir[1] entremêlent littérature et musique. 
Il est remarquable que la musique, telle qu’elle est présentée en littérature ou telle qu’elle s’autodéfinit dans le rap, apparaît souvent comme un moyen de renforcer, voire de fonder, les liens communautaires : pensons à Ady qui écoute de la musique antillaise à Paris pour renouer avec son île, dans Ady de Gisèle Pineau, ou à l’enterrement en musique de Kolélé au début du Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes, à propos duquel le narrateur écrit « Comment lui savoir gré de nous avoir fait mesurer, à l’occasion de son départ, la taille de notre famille[2] ? »). Dans le rap, ce sont les différentes façons de nommer le groupe d’appartenance, à travers le lexique de la famille (la Fonky Family, ou toutes les mentions des frères/reufs ou de la famille/mifa), ou d’autres termes (« That’s my People » est un titre de NTM). 
Pourtant, Paul Gilroy a montré que la musique, telle qu’elle se construit dans l’Atlantique noir, est fondamentalement ouvertes à des influences multiples : il démontre, exemples issus du reggae, de la funk, du jazz ou du rap à l’appui, que les genres musicaux circulent et s’enrichissent au contact des cultures diverses de l’Altantique noir. Ainsi, la rumba congolaise, musique congolaise par excellence, reprend un rythme cubain ; l’album de jazz Afro blue de la chanteuse afro-américaine Dee Dee Bridgewater dans lequel elle met à l’honneur des instruments traditionnels africains et collabore avec des musiciens japonais ; le rap dakarois qui s’approprie certains sons afro-américains. Loin d’être un repli sur des traditions entérinées, la musique est toujours ouverture, et enrichissement par le contact avec l’Autre. En littérature, la musique permet souvent de traduire la rencontre des cultures et leur dialogue harmonieux : on pense par exemple au rôle du jazz dans la construction du territoire mental que Léonora Miano nomme « Afropéa », ou à l’air de jazz « Ishmaël », du jazzman sudafricain Dollar Brand, qui lie la méditerranéenne Ariel au guadeloupéen Adrien dans Soufrières
Pour résoudre ce paradoxe, nous voudrions, durant ce colloque, étudier la musique de l’Atlantique noir et les références musicales de la littérature de l’Afrique et de ses diasporas à l’aune du concept de « commun », compris ainsi : 
Par « communs », on entend donc un ensemble de pratiques instituantes et d’institutions constituées répondant au principe selon lequel un groupe plus ou moins étendu s’engage dans une activité collective productrice de biens tangibles ou intangibles mis à la disposition des commoners ou d’une collectivité plus large, selon des règles démocratiques d’auto-organisation[3]. 
En effet, penser la musique comme un commun, qui contribue à générer, d’après Christian Laval, une « autre économie » cherchant à défaire le néocapitalisme et à construire une société de la coopération, permettrait selon nous d’analyser les liens évidents qui unissent musique et constitution de communautés en évitant toute forme de figements. Ce serait aussi un moyen d’analyser la question de la tradition, et de la référence à des musiques traditionnelles, à l’aune de la création : la littérature révèlerait alors la façon dont la tradition musicale africaine, afro-américaine ou antillaise, est un commun, à la disposition de celles et ceux qui veulent s’en emparer pour l’enrichir par leur pratique créative. 
On pourrait aussi analyser les pratiques musicales collaboratives, qui défont l’opposition d’un public passif à un artiste actif pour considérer l’objet musical improvisé comme le résultat d’une coopération : ainsi les battles de rap confèrent un rôle important au public[4]; l’improvisation du jazz à plusieurs fait entendre un geste de création commun, qui est peut-être création d’un commun.  

Nous souhaiterions donc recevoir :

  • Des propositions portant sur les références musicales dans des œuvres romanesques, poétiques ou théâtrales de l’Afrique subsaharienne et de ses diasporas, qui montreraient comment la musique permet l’émergence ou la consolidation d’une communauté, comprise comme l’espace des coopérations multiples ;
  • Des propositions portant sur des genres musicaux, et particulièrement sur le rap, qui interrogeraient la façon dont la musique construit des communautés internationales et se nourrit d’influences multiples ;
  • Des propositions qui analyseraient les circulations à l’œuvre, par la musique ou par la référence à la musique en littérature, dans l’Atlantique noir, lesquelles contribuent à forger une communauté ouverte et inclusive.

Continuer la lecture de Des communautés aux communs

Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

Musicalizing language: flow and voice in rap music

Programme

Programme téléchargeable

Vendredi 18 novembre / Friday 18 November

 Journée en présentiel / On-site day

 Salles 682 C (matin) et 677 C (après-midi), Grands Moulins (bâtiment C)

10h : accueil des intervenant.e.s et du public.
10h30 : présentation du colloque
11h : Flows et voix du rap français

Présidente de session : Marion Coste (CY Cergy Paris Université)

  • Juliette Hubert (Université Polytechnique des Hauts-de-France), « Le flow “gang” selon Niska : comment faire de la trap qui fait “danser les gars” ».
  • Francesca Aiuti (Université Degli Studi Roma Tre), « “Vol 99 pour Neptune” : le flow afro-futuriste de Youssoupha ».
  • Hector Jenni (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), « Le flow qui surine : violence de la performance rappée chez Booba ».
  • Garance Bressaud (EHESS), « Réceptions et usages de l’Auto-Tune dans le rap français amateur aujourd’hui ».

13h : pause déjeuner

14h30 : Approches genrées du flow

Présidente de session : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

  • Sara Federico (Université de Sassari), « “Je suis qu’une nana/ dégun, niet, makach, walou, nada” : les voix et les flows des rappeuses de Marseille ».
  • Marion Coste (Université Cergy-Pontoise), « Le flow liquide de Lala &ce ».

15h45 : Le flow au carrefour des oralités

Présidente de session : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

  • Jomal Jose (National Institute of Science Education and Research, An OCC of Homi Bhabha National Institute, Bhubaneswar), « Arivu’s sonic mimesis: Dalit Rap that flows from folk music ».
  • Cyril Vettorato (Université Paris Cité), « Ce que l’axé fait au flow : présence des oralités rituelles du candomblé et de l’umbanda dans le rap brésilien ».

17h : pause café
17h30 : table ronde : comment parler du flow ?

Table ronde animée par Emmanuelle Carinos (CRESPPA).

Invité.e.s : Tristan Chacé, rédacteur à l’Abcdr du Son, Ouafae Mameche, journaliste et éditrice, et Yérim Sar, journaliste indépendant.

18h30 : fin de la première journée du colloque.

Samedi 19 novembre / Saturday 19 November

Journée en hybride présentiel et distanciel / Both on site and remote day

Salle 677 C, Grands Moulins (bâtiment C)

9h : accueil des intervenant.e.s et du public.
9h30 : Flows anglophones

Présidente de session : Camille Bloomfield (Université Paris Cité)

  • Wanda Canton (University of Brighton), « UK Drill as the new DADA? ».
  • Thomas Seraille (Univ. Paris-Cité), « Projeter sa voix comme une image : le flow de Kendrick Lamar ».

10h30 : pause café
11h : À l’écoute du rap africain

Présidente de session : Alice Desquilbet (THALIM)

  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop), « Mise en scène et thématisation du flow dans le rap sénégalais : un point de vue esthético-historique ».
  • Alice Chaudemanche (INALCO) & Babacar Thiam (INALCO), « Langues, rythme et egotrip dans VQ de Gaston Bandimic : contribution à l’étude du flow dans le rap galsen ».
  • Wendmy Désiré Garba (Université Joseph Ki-Zerbo), « Le flow du rappeur burkinabè Smarty dans “Tends-moi la main” : de la mélancolie aux pleurs ».

12h30 : pause déjeuner

14h : Approches musicologiques du flow

Président de session : Cyril Vettorato (Université Paris Cité)

  • Olivier Migliore (Université Montpellier 3), « Pour une analyse musicale du flow : paramètres et enjeux ».
  • Kyle Adams (Indiana University Jacobs School of Music), « Of DOOM and Dilla: Abstract Flow as Musical Meaning ».
  • Ben Duinker (McGill University), « MF DOOM as high-art hip hop ».
  • Leah Amarosa (University of Cincinnati), « Juxtaposing Flow in 2Pac and The Notorious B.I.G.’s Top Singles ».

16h : pause café

16h30 : Écriture, oralité, improvisation

Président de session : Hector Jenni (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle)

  • Sarah Houle (Université de Montréal), « Écrire le flow : la voix comme modalité structurante des textes de rap ».
  • Da Titcha (rappeur et coach artistique), « L’énergie freestyle ou rapper comme impro ».
  • Tiffane Levick (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Beyond Standardisation and Substitution : Harnessing Flow to Translate Slang ».

18h : fin de la deuxième journée du colloque.

Informations pratiques

Université Paris Cité, bâtiment « Les Grands Moulins », 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris
Accès par le RER C ou par le métro ligne 14, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Les personnes souhaitant assister à la deuxième journée du colloque à distance sont priées d’adresser une demande par email à cyril.vettorato@u-paris.fr en précisant leur nom et affiliation institutionnelle afin d’obtenir un lien de connexion.

URL de référence : https://u-paris.fr/cerilac/colloque-musicaliser-la-langue-le-flow-et-la-voix-dans-le-rap/

Le rap écologique du Dakar des “profonds”

Séminaire ZoneZadir

vendredi 14 octobre 2022, 15h-17h

Le séminaire Qu’est-ce qu’un écosystème littéraire? reprend son cours dans les nouveaux locaux du campus Nation (salle A524) avec une présentation de Serigne Seye de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar :

Le rap écologique du Dakar des “profonds” : de la métaphore à l’action écologique

 
Cette conférence sera d’abord l’occasion de réfléchir sur le concept polysémique d’underground qui inclut une certaine idée du profond. En effet, l’imaginaire du profond traverse les productions artistiques des MC’s sénégalais qui l’assimilent à plusieurs mots et réalités. La célébration du « lieu profond » dans leurs œuvres se mue en défense de l’inviolabilité du territoire contre toute forme d’agression. C’est ce qui autorise certains rappeurs à opérer une transition vers la défense des espaces naturels dont le terme « underground » est l’une des métaphores.
Ensuite, une étude de projets musicaux et de quelques textes évoquant des préoccupations écologiques dessinera les caractéristiques d’une écopoétique du rap sénégalais, la forme de celui-ci étant fortement influencée par le thème évoqué. Nous nous demanderons même s’il n’est pas possible de parler d’un genre écologique dans le rap sénégalais.
Enfin, cette communication fera un focus sur des cas précis d’activisme écologique de rappeurs sénégalais issus de ces zones dites du profond. De Malcolm le Boudiouman à  Bidew Bou bess, en passant par Ibson et G. Hip-Hop, plusieurs rappeurs ont entrepris des actions citoyennes en faveur de l’environnement pour mette l’art du profond au service de l’environnement.  C’est cet activisme écologique qui sera mis en lumière pour illustrer l’engagement multiforme de ces artistes, souvent issus de zones dites underground.
 
Vidéos en rapport avec le thème de la conférence :
 
et
 
Pour celles et ceux qui habitent loin et ne peuvent se déplacer, vous trouverez le lien de connexion pour participer à distance sur le site de ZoneZadir à la page suivante: https://zonezadir.hypotheses.org/le-rap-ecologique-du-dakar-des-profonds-de-la-metaphore-a-laction-ecologique
 
 

Reprise et parodie dans le rap sénégalais

Conférence à l’Ecole normale supérieure

Reprise et parodie : la fabrique du clash dans le rap sénégalais de la nouvelle génération

Par Serigne SEYE, maître de conférences à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, professeur invité à l’ENS

mardi 4 octobre à 16h (ENS de Paris, 45 rue d’Ulm, Salle Lettres 2, couloir jaune Espace Lettres, escalier B ou C)

En reposant sur le contexte et le processus de productions de 6 chansons de rappeurs sénégalais (Ngaka Blindé et le groupe Akhlou Brick Paradise) engagés du 23 au 29 septembre 2022 dans une bataille musicale faite d’une série de clash successifs, cette communication tente de décrire la manière dont ce sous-genre particulier du rap (le clash) est construit par les MC’s de la nouvelle scène rap du Sénégal. Cette étude tentera de relire la chronologie des événements et du processus créateur à la lumière des principes de la génétique musicale afin de dire comment les artistes tirent profit d’un certain contexte de l’urgence pour créer de nouvelles œuvres.
Elle permettra de répondre essentiellement aux questions suivantes: que doit faire la génétique textuelle pour aider à la compréhension d’œuvres musicales presque contemporaines à l’analyse qui en est faite ? Comment doit-elle appréhender ces types de chansons ayant la particularité de se nourrir l’une de l’autre pour mieux se détruire ? Comment doit-elle saisir leur processus de production en incluant dans son analyse la question de l’urgence qui l’a générée ?

Plus de renseignements : https://www.translitterae.psl.eu/seye-serigne/

Littératures et cultures urbaines

« Littératures et cultures urbaines francophones » (Serigne Sèye, dir.)

Interculturel francophonies, n°40, nov-dec. 2021

Lecce, Alliance Française Lecce, coll. « Interculturel Francophonies », 2021

 
EAN: 9788895343433 ISSN: 2240-6263
216 pages
Prix : 15€
 
Le n° 40, nov.-déc. 2021 d’Interculturel Francophonies, revue semestrielle sur les littératures et cultures nationales d’expression française, publiée par l’Alliance Française de Lecce (Italie) sous la direction d’Andrea Calì (Università del Salento/Italie), vient de paraître. Ce dossier, coordonné par Serigne Sèye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar/Sénégal), est consacré aux Littératures et cultures urbaines francophones.
Ce numéro d’Interculturel Francophonies fait un focus sur les dynamiques relationnelles entre les cultures urbaines et les littératures issues de l’espace francophone. Regroupant des chercheurs de divers horizons et de disciplines littéraires différentes, ce dossier rend compte de la porosité des frontières entre les productions artistiques et les textes des écrivains s’exprimant en français. Il stipule que les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec les productions des écrivains. Ce lien est aujourd’hui illustré, dans les pays francophones, par l’existence d’une littérature urbaine plus ou moins dynamique selon les pays et rendant compte des réalités diverses et particulières des grandes mégalopoles comme Dakar, Strasbourg, Kinshasa, Paris ou Brazzaville. Certaines contributions de ce numéro en donnent un aperçu en disséquant les jeux d’influence la reliant aux genres et autres pratiques urbains tels que développés dans l’espace francophone. Les auteurs mettent en évidence les procédés par lesquels la littérature et des genres urbains comme le rap, le slam ou la sapologie adoptent des postures hypermédiatiques qui en font mutuellement des lieux d’insertion de l’autre. Les artistes et écrivains convoqués dans les essais publiés sont dépeints comme des représentants d’un art synthétique se révélant en mimesis de la création collective, un des principes fondamentaux des arts populaires, pour dire la condition urbaine francophone.

Sommaire

  • Introduction : Littératures et cultures urbaines: définitions et dynamiques interrelationnelles dans l’espace francophone (Serigne Sèye)
  • Abd Al Malik: quand le rap actualise la littérature (Francesca Aiuti)
  • Maïmouna d’Abdoulaye Sadji et « Dieynaba» de Pat Ghetto: quand le roman nourrit le rap ou un exemple de médiatisation d’un récit romanesque dans la musique urbaine (Serigne Sèye)
  • Le slam à Dakar, un art urbain qui exprime les conditions sociales. L’exemple de quelques textes de poètes-slameurs dakarois (Aliou Seck)
  • Banlieusards et fiers de l’être: culture urbaine et francité (David Yesaya)
  •  Des ateliers d’écriture au roman d’investigation: l’influence de Saint-Denis dans la narration de Rachid Santaki (Serena Cello)
  •  Rap, littérature et légitimité dans Du Rêve pour les oufs de Faïza Guène (Marion Coste)
  •  « Enfants des lieux bannis »: rap et postcolonialité dans l’autobiographie urbaine (Stève Puig)
  • De la littérature dans la sape: « Un crocodile à Luozi » de Norbat de Paris (Laude Ngadi Maïssa)
  •  Parkour, stégophilie et autres pratiques habitantes en milieu urbain dans le roman Les Furtifs d’Alain Damasio (Christophe Duret)
  • Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Susanne Gehrmann, Pepetual Mforbe Chiangong (eds.)

WVT, Trier, LuKA 15, 2022, 272 p.
ISBN 978-3-86821-934-0 € 35,00

This book constructs a platform for the critical exploration of Africa literatures written in a variety of African and European languages and goes beyond the mainstream in African literary and cultural studies by engaging multiple hermeneutic approaches to narratives, performance, and visual arts.
Putting emphasis on comparing cultural productions in at least two linguistic expressions, the book foregrounds the analytical strategies employed by the contributors to delve into the epistemologies of African social, cultural and political life, as critical assessments of the novel, short stories, music, drama, film, poetry, social media, festivals, and academic institutions become paramount. The contributions underscore the necessity to respond to trends and transformations that African literary genres and media have seen across time and space with interest in how these changes have been enriched by the different languages of expression.
Going beyond regional and linguistic boxes, in which African literatures, music, and film have often been encapsulated, the chapters in this book present a critical assessment of the ideological, aesthetic, thematic, and linguistic models that illustrate similarities, but also differences, that can be made visible through comparative approaches, and which underscore the innovative potential to put African narratives, lyrics, and discourses conveyed in more than one language in conversation with one another.

Contributions de Abdalla Uba Adamu, Anne M. Carovani, Gbandé Daré, Bernadette Desorbay, Susanne Gehrmann, Cullen Goldblatt, Ricarda de Haas, Miriam Maranga-Musonye, Pepetual Mforbe Chiangong, Oladipupo Oyeleye, Charlott Schönwetter, Isabel Schröder, Clarissa Vierke et Lucia Weiß.

Site de l’éditeur.

9783868219340_i.

U_LUKA_15.