Archives par mot-clé : Rencontre

Carte blanche à Wole Soyinka

Grand entretien avec Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature

Marseille, MuCEM

Rencontre, lecture et musique

Rencontres-débats/Conférences

Lecture par Wole Soyinka de son poème inédit en français « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », traduit par Christiane Fioupou
Un entretien animé par Valérie Marin La Meslée (journaliste, Le Point)
Interprète : Valentine Leys

Vendredi 1 octobre 2021 à 18h30

Wole Soyinka se livrera à un grand entretien mené par Valérie Marin La Meslée au cours duquel seront abordés son regard sur le monde contemporain et le rôle de l’écrivain engagé. 

Ne serions-nous pas réellement endormis ? Mis
En congés de ce monde enragé ?
Pourquoi donc ces lamentations ? Chibok ? Dapchi ?
[…]
Leah, cette épreuve de ta jeunesse est cruelle,
Injuste. Tu vas fléchir mais, la honte est la mienne,
La nôtre, celle d’une nation et d’un monde assujettis à
Des religions mensongères. Nous devons te sembler morts.

Crédit : Wole Soyinka, « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », 2019. Traduction française Christiane Fioupou. 

Dans le long poème « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » publié en 2019 et traduit en français pour cette invitation au Mucem, Wole Soyinka continue de dénoncer les forces destructrices, politiques et religieuses, qui déséquilibrent l’Afrique et le monde. Il y fustige la violence et les fondamentalismes religieux de tous bords qui ne cessent de s’amplifier au Nigéria et à l’échelle du monde. 
De Chibok où 276 lycéennes ont été enlevées au nord-est du Nigéria en avril 2014 par le groupe islamiste Boko Haram, à Dapchi, à 200 kilomètres de là, où 110 élèves d’une école ont été kidnappées en février 2018, le poète s’adresse à Leah Sharibu, jeune fille de 15 ans, aujourd’hui encore prisonnière de Boko Haram pour avoir refusé d’abjurer sa foi. 
En ouverture et en clôture, Raphaël Imbert accompagnera des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille pour une création collective, mouvante et itinérante : Le Tigré Créole ! 
Ou le jazz comme chant de traverse entre la pensée de Soyinka et celle de Glissant, entre musique et littérature, entre écriture et oralité, résonnant des mélodies de Mingus, Archie Shepp, Coltrane, Ellington, Manu Dibango, et des improvisations spontanées de la nouvelle génération du jazz phocéen.

Valérie Marin La Meslée est journaliste littéraire au service culture du Point et collaboratrice du site LePoint Afrique, notamment pour ses Causeries (podcast). Les mondes culturels afro-caribéens sont ses terrains de prédilection (reportages culturels, hors-série du Point sur « La pensée noire » et « L’âme de l’Afrique »), documentaires radio (France Culture). Ses derniers livres racontent les capitales d’Haïti et du Mali au prisme de la création contemporaine : Chérir Port-au-Prince (Philippe Rey, Mémoire d’encrier, 2016) et Novembre à Bamako (avec les photos de Christine Fleurent, Le Bec en l’air, Cauris, 2010). Elle est aussi l’auteure de Confidences de gargouille avec Béatrix Beck (Grasset 1998), et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (Pauvert, 2002).

Mucem, J4 – Auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une programmation conçue en collaboration avec Annie Terrier (Les Écritures croisées).

Le Mucem invite l’écrivain et metteur en scène nigérian Wole Soyinka pour deux journées de rencontres, lectures et concerts dédiés à son œuvre éclectique et engagée. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur africain à en avoir été honoré. Artiste prolifique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, des récits autobiographiques, des recueils de poèmes, des nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires.
Lors d’un grand entretien, le public pourra découvrir son parcours et entendre la force de sa poésie à travers un texte inédit en français, puis l’écouter dialoguer avec Christiane Taubira pour un hommage à Édouard Glissant et à la Déclaration sur la traite négrière et l’esclavage.
Raphaël Imbert et des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille accompagneront ces rencontres aux sons d’une création collective, mouvante et itinérante, de Mingus, à Ellington et Manu Dibango.

Rencontre littéraire avec Max Lobe

22 septembre 2021
19:00 – 21:00

Le 22 septembre prochain, l’Institut français de Berlin vous invite à une rencontre littéraire avec l’écrivain Max Lobe, en partenariat avec l’Association pour l’étude des littératures africaines et l’université Humboldt qui organisent un congrès dédié aux activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines.

Né à Douala en 1986, Max Lobe est un écrivain queer d’origine camerounaise vivant en Suisse depuis l’âge de dix-huit ans.
Bercé par la littérature et les contes d’Afrique subsaharienne, il admire, entre autres, Aminata Sow Fall, Calixthe Béyala, Birago Diop, mais aussi Alain Mabanckou, Fatou Diome ou encore Sefi Atta. Il s’intéresse également à la littérature suisse et notamment aux textes de C.F. Ramuz qui constituent aujourd’hui une de ses sources d’inspiration.
Publiée aux éditions Zoé, son œuvre aborde les questions de l’identité, de la migration et de l’homosexualité dans une langue imagée et pleine d’humour. Son roman La Trinité bantoue a été traduit en allemand par Katharina Triebner aux éditions Austernbank Verlag.

La rencontre sera animée par Thorsten Dönges, responsable de la programmation littéraire et de l’Autor*innenwerkstatt Prosa au Literarisches Colloquium Berlin.

Pour pouvoir assister à la rencontre, il vous sera demandé de présenter un test négatif au coronavirus ou une preuve de guérison ou une preuve de vaccination complète. Le port du masque reste obligatoire.

Inscriptions : anmeldung.berlin@institutfrancais.de

Carte blanche à Gauz [en ligne, Africa2020]

Les médiathèques de la Ville de Nanterre et la bibliothèque universitaire de l’Université Paris Nanterre donnent carte blanche à l’auteur et artiste Gauz’ dans le cadre de la saison nationale Africa2020. Initialement prévue de juin à décembre 2020 et mise en œuvre par l’Institut français, Africa2020 est une programmation pluridisciplinaire qui entend présenter les points de vue de la société civile africaine du continent et de sa diaspora récente et valoriser la créativité et l’innovation du continent africain.

« Une carte blanche pour badigeonner médiathèques, Université, rues de Nanterre de l’imaginaire noir d’une Afrique si proche et si loin, une Afrique si absente pourtant si culturellement présente, une Afrique qui a déjà insidieusement commencé une reconquête, une recolonisation par… la beauté du geste artistique. » (Gauz’)

L’ensemble de ces événements se tient en ligne et en direct sur YouTube https://www.youtube.com/channel/UCk13fh-1y7uH67WNFKqy3lA et Facebook https://www.facebook.com/BUNanterre/

Le programme :

  • La restitution des biens culturels africains
    Discussion entre Véronique Rieffel, galeriste à Grand Bassam, commissaire d’exposition et critique d’arts spécialisée dans les arts contemporains du Moyen Orient et de l’Afrique, Gauz’ et Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de Projet Labex Les passés dans le présent / Université Paris Nanterre et membre associée Institut des sciences sociales du politique (UMR7220), autour de la question de la restitution des biens culturels africains. Cette discussion est accompagnée de la projection du film de la performance d’Amina Meliane Bamba, dite « Amee » (slameuse) et de Gérard Bango (sculpteur). Le film d’Alain Resnais et Chris Marker, Les statues meurent aussi, point de départ de cette réflexion, sera disponible le jeudi 25 mars à 20h sur la WebTV de l’Université Paris Nanterre. En savoir plus
  • La fabrique des classiques africains
    Qu’entend-t-on par « classique africain » ? C’est tout l’enjeu de cette soirée qui, au fil des dialogues avec Claire Ducournau, nous éclairera sur cette thématique.  En savoir plus
  • La bibliothèque idéale de…
    Pour cet évènement, Gauz’ convie trois écrivains, un chercheur et une chercheuse, tous issus de milieux différents mais ayant en commun la littérature africaine, pour nous parler de leur bibliothèque idéale et ainsi, nous partager leur point de vue sur des questions actuelles.  En savoir plus
  • Clôture : la couleur de la « Carte Blanche »
    Comme toutes bonnes choses ont un fin, Gauz’ clôturera sa carte blanche le jeudi 15 avril après plusieurs semaines riches en évènements. La fermeture sera l’occasion d’un discours consacré à « La couleur de la carte Blanche ». En savoir plus
  • Exposition de photographies de Gauz’
    « Bazouam, galerie sur route » est une exposition photo et un film documentaire montrés en 2017 au sein du village d’artistes-artisans de Grand-Bassam. Bazouam (qui a donné Bassam) signifie « aide moi à porter ma charge ». Restant dans cet esprit de solidarité, l’exposition met en lumière le travail des artisans et pose la question des frontières entre art et artisanat. En savoir plus

Prix Littéraire Frontières Léonora Miano

Cérémonie de lancement de la 1ère édition du Prix Littéraire Frontières Léonora Miano

L’Université de Lorraine en collaboration avec l’Université de la Grande Région, lance la première édition du prix littéraire « Frontières », dédié à l’univers de l’écrivaine Léonora Miano. La cérémonie de lancement 100% en ligne aura lieu le mardi 2 février 2021 à 17h en présence de l’autrice.

L’actualité est marquée de manière récurrente par la thématique de la frontière : le Brexit, la crise des migrants, la frontière entre les États-Unis et le Mexique ou la crise sanitaire que nous vivons actuellement et ne cesse d’interroger l’écrivain, le chercheur et le citoyen. La singularité géographique de notre région, « pays des trois frontières » réunissant l’Allemagne, la Belgique, la France et le Luxembourg comme la richesse de nos collaborations scientifiques ont naturellement orienté ce choix de la thématique de la frontière. Initiative universitaire inédite, ce prix articule géographie, littérature et communication interculturelle. L’initiative est née grâce à deux laboratoires de recherche lorrains, le CREM qui travaille sur les médiations et le LOTERR sur la géographie, avec l’appui de la Maison des Sciences de l’Homme MSH Lorraine, en collaboration avec le Center for Border Studies de l’Université de la Grande Région. 

Les peuples se sont rencontrés, quelquefois dans la violence, la haine, le mépris, et (…) en dépit de cela, ils ont enfanté du sens.  

(Léonora Miano dans Habiter la frontière, L’Arche, 2012) 
 
 
 

Il sera possible de suivre la cérémonie de lancement depuis cette page : http://factuel.univ-lorraine.fr/Prix-Litteraire-LMiano

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.