Archives par mot-clé : Rencontre

Carte blanche à Gauz [en ligne, Africa2020]

Les médiathèques de la Ville de Nanterre et la bibliothèque universitaire de l’Université Paris Nanterre donnent carte blanche à l’auteur et artiste Gauz’ dans le cadre de la saison nationale Africa2020. Initialement prévue de juin à décembre 2020 et mise en œuvre par l’Institut français, Africa2020 est une programmation pluridisciplinaire qui entend présenter les points de vue de la société civile africaine du continent et de sa diaspora récente et valoriser la créativité et l’innovation du continent africain.

« Une carte blanche pour badigeonner médiathèques, Université, rues de Nanterre de l’imaginaire noir d’une Afrique si proche et si loin, une Afrique si absente pourtant si culturellement présente, une Afrique qui a déjà insidieusement commencé une reconquête, une recolonisation par… la beauté du geste artistique. » (Gauz’)

L’ensemble de ces événements se tient en ligne et en direct sur YouTube https://www.youtube.com/channel/UCk13fh-1y7uH67WNFKqy3lA et Facebook https://www.facebook.com/BUNanterre/

Le programme :

  • La restitution des biens culturels africains
    Discussion entre Véronique Rieffel, galeriste à Grand Bassam, commissaire d’exposition et critique d’arts spécialisée dans les arts contemporains du Moyen Orient et de l’Afrique, Gauz’ et Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de Projet Labex Les passés dans le présent / Université Paris Nanterre et membre associée Institut des sciences sociales du politique (UMR7220), autour de la question de la restitution des biens culturels africains. Cette discussion est accompagnée de la projection du film de la performance d’Amina Meliane Bamba, dite « Amee » (slameuse) et de Gérard Bango (sculpteur). Le film d’Alain Resnais et Chris Marker, Les statues meurent aussi, point de départ de cette réflexion, sera disponible le jeudi 25 mars à 20h sur la WebTV de l’Université Paris Nanterre. En savoir plus
  • La fabrique des classiques africains
    Qu’entend-t-on par « classique africain » ? C’est tout l’enjeu de cette soirée qui, au fil des dialogues avec Claire Ducournau, nous éclairera sur cette thématique.  En savoir plus
  • La bibliothèque idéale de…
    Pour cet évènement, Gauz’ convie trois écrivains, un chercheur et une chercheuse, tous issus de milieux différents mais ayant en commun la littérature africaine, pour nous parler de leur bibliothèque idéale et ainsi, nous partager leur point de vue sur des questions actuelles.  En savoir plus
  • Clôture : la couleur de la « Carte Blanche »
    Comme toutes bonnes choses ont un fin, Gauz’ clôturera sa carte blanche le jeudi 15 avril après plusieurs semaines riches en évènements. La fermeture sera l’occasion d’un discours consacré à « La couleur de la carte Blanche ». En savoir plus
  • Exposition de photographies de Gauz’
    « Bazouam, galerie sur route » est une exposition photo et un film documentaire montrés en 2017 au sein du village d’artistes-artisans de Grand-Bassam. Bazouam (qui a donné Bassam) signifie « aide moi à porter ma charge ». Restant dans cet esprit de solidarité, l’exposition met en lumière le travail des artisans et pose la question des frontières entre art et artisanat. En savoir plus

Prix Littéraire Frontières Léonora Miano

Cérémonie de lancement de la 1ère édition du Prix Littéraire Frontières Léonora Miano

L’Université de Lorraine en collaboration avec l’Université de la Grande Région, lance la première édition du prix littéraire « Frontières », dédié à l’univers de l’écrivaine Léonora Miano. La cérémonie de lancement 100% en ligne aura lieu le mardi 2 février 2021 à 17h en présence de l’autrice.

L’actualité est marquée de manière récurrente par la thématique de la frontière : le Brexit, la crise des migrants, la frontière entre les États-Unis et le Mexique ou la crise sanitaire que nous vivons actuellement et ne cesse d’interroger l’écrivain, le chercheur et le citoyen. La singularité géographique de notre région, « pays des trois frontières » réunissant l’Allemagne, la Belgique, la France et le Luxembourg comme la richesse de nos collaborations scientifiques ont naturellement orienté ce choix de la thématique de la frontière. Initiative universitaire inédite, ce prix articule géographie, littérature et communication interculturelle. L’initiative est née grâce à deux laboratoires de recherche lorrains, le CREM qui travaille sur les médiations et le LOTERR sur la géographie, avec l’appui de la Maison des Sciences de l’Homme MSH Lorraine, en collaboration avec le Center for Border Studies de l’Université de la Grande Région. 

Les peuples se sont rencontrés, quelquefois dans la violence, la haine, le mépris, et (…) en dépit de cela, ils ont enfanté du sens.  

(Léonora Miano dans Habiter la frontière, L’Arche, 2012) 
 
 
 

Il sera possible de suivre la cérémonie de lancement depuis cette page : http://factuel.univ-lorraine.fr/Prix-Litteraire-LMiano

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire

Quels langues et langages pour écrire et dire l’Afrique d’aujourd’hui ?

Institut français de Goma « La Halle des volcans », 11-12 juin 2019 & Pole Institute, 8 juin.

  • Table ronde : Autour de la pensée de Ngugi wa Thiong’o – 12 juin, 15h-17h30, Institut français de Goma.

Ngugi wa Thiong’o est un écrivain et essayiste kényan, connu pour ses essais portant sur la condition de l’écrivain en régime non-démocratique et dans une société fraîchement décolonisée. Dans les années 1980, Ngugi cessa de composer son œuvre littéraire en anglais et n’écrira plus qu’en gikuyu, une langue kényane. C’est dans Decolonising the mind. The politics of language in African literatures (1986) qu’il fera officiellement ses « adieux » à l’anglais pour exhorter les écrivains africains à en faire de même et à opter pour les langues africaines.

Les intervenants de la table ronde aborderont le contexte de l’œuvre de Ngugi wa Thiong’o et reviendront sur ses partis pris et sur son idéologie politique comme sur son esthétique littéraire.

Intervenants :

  • Pierre Boizette (littérature comparée, Université de Nanterre-Paris 10) ;
  • Kä Mana (philosophe, fondateur et animateur de l’Université alternative à Pole Institute de Goma) ;
  • Jean-Pierre Orban (chercheur à l’ITEM Paris et écrivain, voir ci-dessous) ;
  • Alex Wanjala Nelungo (littérature africaine, University of Nairobi).

Modérateurs : Ben Kamuntu (slameur du collectif Goma Slam Session et militant de la LUCHA) & Maëline Le Lay (chercheuse CNRS à l’IFRA-Nairobi). Avec la participation du collectif Goma Slam Session.

  • Représentation théâtrale, « Le Soliloque du roi Léopold », d’après la satire de Mark Twain (1905) – 11 juin, 18h, Institut français de Goma.

Traduit et adapté au théâtre par Jean-Pierre Orban, mis en scène par Patrick Zézé, interprété par Espoir Bulangalire et William Sham Weteshe. Musique d’Yves Ndagano.

À l’instar de Ngugi qui en appelle à l’essor d’une littérature autonomisée en assumant les langues et langages qui lui sont propres, l’équipe artistique cherchera, à travers la pratique théâtrale, à s’approprier ce texte et la figure du Roi Léopold II. Le Soliloque du Roi Léopold était certes conçu en son temps comme un pamphlet dénonçant, via la satire du personnage de Léopold II, les atrocités du régime léopoldien, mais il n’en demeure pas moins un texte de son temps, dans lequel les Africains restent cantonnés au triste sort de victimes tragiques.

Calendrier

  • 8 juin : atelier de lecture préparatoire à la table ronde (à partir d’extraits de Décoloniser l’esprit de Ngugi wa Thiong’o) – Université alternative de Pole Institute, 14h-17h.
  • 11 juin : représentation théâtrale, Le Soliloque du Roi Léopold de Mark Twain – Institut français, 18h.
  • 12 juin : table ronde à l’Institut français – 15h-17h30.

☼ À NOTER : Les deux essais de Ngugi traduits en français – Décoloniser l’esprit et Pour une Afrique libre – sont disponibles à la lecture à l’Institut français de Goma (consultation sur place).

Contact :

Maëline Le Lay : mlelay@ifra-nairobi.net
Institut français de Goma : diradj.ifgoma@gmail.com

Entrée libre et gratuite

Autour de Ngugi_doc de comm Goma_juin 2019

Affiche table ronde

Au-dessous du volcan. Rencontres littéraires de Goma

Parution, chez Sépia éditions, de Au-dessous du volcan. Rencontres littéraires de Goma

le livre tiré des rencontres éponymes organisées à Goma en juin 2018.

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
ISBN : 979-10-334-0177-3 • 28 mai 2019 • 260 pages
EAN13 : 9791033401773
EAN PDF : 9782140122699

« Au-dessous du volcan » est le nom des rencontres littéraires dont la première édition s’est tenue à l’Institut français de Goma (Nord-Kivu, RD Congo) en juin 2018. Trois jours durant, des auteurs de la région, mais aussi de Belgique, de France ou du Canada, s’y sont rassemblés pour discuter de l’« écriture du conflit ». Six écrivains reconnus (Guillaume Jan, Blaise Ndala, Jean-Pierre Orban, Élise Rida Musomandera, Roland Rugero et Joëlle Sambi) sont venus présenter leurs oeuvres et débattre dans le cadre de quatre tables rondes retranscrites dans cet ouvrage. Douze auteurs « en herbe » ont participé à des ateliers d’écriture pour y retravailler leurs textes, qui paraissent ici dans leur version définitive.

Dans ce livre :

  • 12 textes d’auteur·es de la région des Grands Lacs (RD Congo, Rwanda, Burundi) ;
  •  3 nouvelles inédites de certains des auteurs invités  ;
  • 4 tables rondes de discussions littéraires ;
  • 1 préface du professeur Yoka Lye Mudaba de l’Institut national des arts (INA) de Kinshasa ;
  • 1 introduction d’Alexandre Mirlesse et Maëline Le Lay ;
  • 2 photographies de la région par Emmanuel Katya de Goma (1e de couverture) et Landry Nshimiye de Bujumbura (4e de couverture).

URL de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63147

au dessous du volcan FP pdf 1

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2