Archives par mot-clé : Revue

Ahmadou Kourouma (Roman 20-50)

Roman 20-50, n° 73/juin 2022

Ahmadou Kourouma : Les Soleils des indépendances, Monnè outrages et défis, En attendant le vote des bêtes sauvages, Allah n’est pas obligé et Quand on refuse on dit non

Édité par Christian Morzewski, Dominique Ranaivoson

Premier écrivain africain francophone, Ahmadou Kourouma est l’auteur d’une œuvre romanesque qui a marqué et bouleversé la littérature africaine francophone et le champ éditorial français. Au croisement des langues, des cultures, des histoires (notamment celles de la colonisation et de la décolonisation en Afrique), oscillant entre comique et tragique, ses romans constituent, depuis Les Soleils des indépendances paru en 1968, la meilleure approche du Divers

Première édition
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Livre broché
180 p.
ISBN-10 2490889079
ISBN-13 978-2-490889-07-5
GTIN13 (EAN13) 9782490889075
 

CFP: Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation

CFP Commonwealth Essays and Studies 46.1 (Spring 2023)

Special issue: ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’

Proposals should be sent by 31 July 2022 to the editors of the issue: Mélanie Joseph-Vilain (melanie.joseph-vilain@u-bourgogne.fr) and Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr. Articles will be due by 31 October 2022.

In an article provocatively entitled ‘“In a Country where You couldn’t Make this Shit up”?: Literary Non‐Fiction in South Africa’, Hedley Twidle examines the relationship between fiction and non-fiction in South Africa and reaches the conclusion that ‘one is left with the paradox that the centuries-old opposition of “the novel” and “history” can hardly be abandoned. Provoking the complex play of responsibility and irresponsibility that lies at the heart of reading the literary (non-fictional or otherwise), this binary remains – such is the complexity of apprehending texts, and the sheer volume of narratives that must be processed in a digital world – both inhibiting and energizing; inadequate and indispensable.’ (Twidle 2012: 25) Such works as J. M. Coetzee’s ‘autrebiographies’ or Antjie Krog’s A Change of Tongue, for instance, paradoxically challenge this binary while simultaneously reasserting its existence, thus calling into question not only the relationship between ‘reality’ and ‘fiction,’ but also the very validity of the concept of literary genres. Of course, one should not fall into the trap of thinking ‘that history equals “nonfiction,” which would also produce the reverse equation that non-fiction equals history’ because ‘such an equals sign would be (and has been) extraordinarily limiting, constraining the kind of writing that can be done, whether fiction, non-fiction, or history,’ as Stephen Clingman rightly points out in his answer to Twidle’s article (Clingman 2012: 54). Yet, it seems that the South African literary landscape has always been, and can still be, defined through this prism.
In relation to this, a remarkable evolution has been the rise of crime narratives, either fictional, like the novels written by Deon Meyer, Margie Orford, or Jassy MacKenzie, to mention just a few examples, or non-fictional, as shown by the rise of ‘true crime’ – a trend which, Leon de Kock contends, testifies to the fact that ‘postapartheid literature is inescapably bound to the time of before’ (De Kock 2016: 58) and to what could be described as an archeological impulse.

This call for papers invites proposals for an issue entitled ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’ which will aim to examine what is at stake in the distinction between fiction and non-fiction, but also, more generally, in the fluidity of boundaries between genres in South African literature. We invite contributions on South African literary works which show an awareness of the shifting boundaries between fiction and nonfiction (true crime, new journalism…), but also, possibly, between prose and poetry or between realism and fantasy.

References:

Clingman, Stephen (2012). “Writing Spaces: Fiction and Non-Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 51-58.
De Kock, Leon (2016). Losing the Plot. Crime, Reality and Fiction in Postapartheid Writing. Johannesburg: Wits University Press.
Twidle, Hedley (2012). “‘In a Country where You couldn’t Make this Shit up’?: Literary Non‐Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 5-28.

Journal website: https://journals.openedition.org/ces/

Link to the stylesheet: https://journals.openedition.org/ces/455

L’art est mon arme

Parution en librairie du dossier L’art est mon arme, en majeure de multitudes. Revue politique, artistique, philosophique, coordonné par Elara Bertho, Armelle Gaulier et Maëline Le Lay.

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Consulter le sommaire et les articles : https://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/87-multitudes-87-ete-2022/ 

Ce dossier contient des articles sur des artistes d’Algérie, du Cameroun, du Niger, de RD Congo (entre autres). Il est également disponible sur la plateforme Cairn: https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2.htm

French Studies in Southern Africa n° 51.2

*Nouvelle parution*

Table des matières / Contents

  • Yaya Mountapmbémé P. Njoya : « Bien plus proche qu’étranger » : Quête et rencontre de l’Autre dans la poésie d’Andrée Chedid
  • Nevine El Nossery : Le démantèlement des frontières du ‘chez-soi’ chez Fatima Mernissi et Malika Mokeddem
  • Jacques Leenhardt : Le discours antillais d’Édouard Glissant : remarques sur l’épaisseur d’un livre singulier
  • Emmanuel Mbégane Ndour : Rose déluge d’Edem Awumey : entre marronnage et métaspora
  • Karel Plaiche : Écritures de dépossession et figures de l’aliénation dans quelques romans africains francophones sur les guerres en Afrique contemporaine
  • Roger Fopa Kuete : Culture de l’indocilité et crise de la culture politique dans Empreintes de crabe de Patrice Nganang
  • Peter Ndemby Mamfoumby : Mathématique et fiction. Ouvroir et analyse potentielle de L’Anomalie de Hervé Le Tellier
  • Raymonde Moussavou & Karen Ferreira-Meyers : E-learning en contexte de Covid-19 : Quels enjeux pour une mutualisation des pratiques numériques au sein de TICE Afrique ?
  • René Ehouman Koffi & Dorgelès Houessou : De l’épreuve de dictée à la dictée de soi : choix et déterminisme stylistiques pour un questionnement d’un genre scolaire
  • Cédric Belec : L’utilisation du e-learning pour le développement de la compréhension orale du français en contexte universitaire japonais
  • Bernard De Meyer : French Studies in Southern Africa : un demi-siècle de croissance

Comptes rendus & In memoriam

Parution : René Maran

Parution du numéro de la revue Continents manuscrits consacré à René Maran

Agence Meurisse. Disponible sur Gallica

URL de référence : https://journals.openedition.org/coma/6969

Genèses

Parages littéraires de René Maran. Documents commentés

Nouveaux regards

Varia

Manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne

Les manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne : formes et enjeux

Numéro spécial de French Studies in Southern Africa (FSSA, 51.1 – 2021)

Sous la direction de Laude Ngadi Maïssa, Markus Arnold, Bernard De Meyer & Emmanuel Mbégane Ndour

Ce numéro spécial examine les dynamiques manifestaires et programmatiques dans l’espace littéraire francophone africain dans la suite des débats politico-culturels autour de la Négritude. Les contributions portent sur des phénomènes de créolisation et d’afrotopie, abordent le genre manifestaire sous le prisme des positions esthétiques, examinent les postures engagées qui révèlent l’ethos de l’« écrivain-manifeste », s’intéressent aux procédés intertextuels qui inscrivent des auteurs africains dans la continuité de leurs pairs français. De plus, l’étude des régimes inédits à travers lesquels les manifestes se présentent aujourd’hui revient à voir comment le critère temporel autorise une lecture contemporaine qui réhabilite des textes littéraires occultés. Quelle est la place qu’occupent les festivals panafricains dans la pensée et le discours patrimonial anticolonialiste ? Par quelles dynamiques conceptuelles les notions d’intersectionnalité et d’empowerment rendent-elles possible l’émergence d’un féminisme afropéen et décolonial ? Comment l’introduction et la mise en scène de nouvelles épistémès contribuent-elles à restituer le sujet africain dans notre contemporanéité postcoloniale ? Ce sont autant de questions qui préoccupent les auteurs de ce numéro et illustrent l’actualité des interrogations autour du manifeste. Une section de comptes rendus ressemble une variété de textes manifestaires et programmatiques sur des problématiques afropéennes ainsi que sur des réflexions fondatrices d’une épistémologie décoloniale des « Suds » africain et caribéen.

Simone et André Schwarz-Bart: nouvelles approches de l’oeuvre

Parution du numéro 16 de la revue en ligne Continents manuscrits

consacré à Simone et André Schwarz-Bart, numéro coordonné par Jean-Pierre Orban. 

L’équipe de rédaction de la revue a choisi d’ouvrir le numéro sur un hommage à Daniel Delas, Daniel Delas, passage(s), avec ses mots.

Daniel Delas a co-créé la revue Continents manuscrits et l’équipe Manuscrits francophones à l’Institut des textes et manuscrits modernes. Il nous a quittés dimanche soir. La rédaction a tenu à rappeler sa présence éclairée et amicale à ses côtés en proposant une sélection d’extraits de ses textes.

Consulter le sommaire et lire le numéro