Archives par mot-clé : Revue

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue FSSA (French Studies in Southern Africa)

Les propositions de contribution en français ou en anglais de 300 mots environ sont à envoyer à resiliencesfeminines24@gmail.com.  

Calendrier

  • Soumission des propositions : avant le 15 octobre 2023 
  • Notification des auteurs : le 15 décembre 2023 
  • Soumission des articles (33 000 – 40 000 caractères espaces compris) : avant le 15 mars 2024 
  • Notification des auteurs : le 15 mai 2024 
  • Envoi de l’article final en français : avant le 15 juin 2024 
  • Date de publication du numéro spécial : Fin 2024

Argumentaire

Questionner les résiliences féminines revient à (re)considérer la place du sujet féminin dans un monde confronté plus que jamais aux désastres aussi bien humains, sociaux qu’environnementaux. Fragilisées par les inégalités intersectionnelles – liées au genre, à la race et à la classe -, soumises à ce que la sociologue Jules Falquet propose d’appeler une « guerre de basse intensité » (Falquet, [1997] 2016, 25), les femmes sont exposées de plein fouet aux bouleversements du monde. Elles sont amenées dès lors à développer des stratégies de résilience pour tenter de renaître après divers traumatismes. Le sujet féminin devient ainsi le personnage clé des processus de résilience dorénavant perceptibles partout dans le monde.
Du latin re-salire, la résilience est utilisée en sciences physiques pour désigner la résistance des matériaux ; elle a servi de métaphore en psychologie pour parler de la capacité de l’être humain à faire face au traumatisme et à redémarrer une nouvelle vie. Boris Cyrulnik définit la résilience comme un « processus biologique, psychoaffectif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme physique » (Cyrulnik, Jorland, 2012, 8). Considérée comme une réaction nécessaire face aux différents désastres mondiaux, la résilience est au centre des préoccupations de plusieurs domaines essentiellement l’écologie au vu de l’urgence climatique.  

Le présent appel à contributions vient interroger la littérature et la résilience. Le concept de résilience est associé à la notion de (cultural) trauma studies qui permet de « “lire la blessure” à l’aide de la littérature » (Hartman, 1995, 537). Il est aussi appréhendé avec les théories d’empowerment et agency, apparues comme cadre théorique en études littéraires anglophones durant des années 1990, qui mettent l’accent sur l’agentivité du sujet confronté aux expériences débilitantes. Ces concepts font référence à la capacité de l’individu (et parfois aussi du collectif) d’améliorer sa propre situation par l’action. L’empowerment et l’agency contestent donc l’impuissance souvent associée aux groupes minoritaires qui subissent la domination. La résistance aux oppressions participe ainsi du processus de résilience des sujets dominés. Le concept de la résilience féminine (tout comme ceux d’empowerment et agency) est néanmoins très complexe et nécessite de la circonspection. Vue d’une perspective féministe engagée, la résilience risque de devenir une nouvelle « image de contrôle » (Collins, 2000, 69) qui prendrait part aux schémas de domination en naturalisant l’oppression et l’inégalité des femmes. Comme le trope de la Strong Black Woman, ou encore celui de la femme poto mitan répandu aux Antilles, celui de la femme noire résiliente pourrait agir comme une image stéréotypée de la femme noire, une injonction sociale coûteuse, qui justifierait les codes de domination au lieu de les remettre en question.

Continuer la lecture de AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Hybrida n°6 : Limes

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 6 (Juin 2023) de la revue HYBRIDA dont le dossier central s’intitule LIMES. https://ojs.uv.es/index.php/Hybrida

Nous vous invitons à nous envoyer vos textes pour le numéro 7 (Décembre 2023) dont le Dossier central s’intitule MASCULINITÉ/S (Date butoir 6 septembre 2023).

Nos sections “Mosaïque”, “Traces” et “Éventail” reçoivent des textes à tout moment.

Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers

Le n. 43, juin-juillet 2023 d’Interculturel Francophonies, revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française, publiée par l’Alliance Française de Lecce (Italie) et dirigée par Andrea Calì (Università del Salento), vient de sortir. Cette livraison, consacrée à Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers, contient la plupart des communications données à l’occasion d’un colloque international sur Gamaleya (La Réunion, octobre 2022). Elle a été coordonnée par Dominique Ranaivoson (Université de Metz).

Boris Gamaleya (1932-2019) est né à La Réunion d’une mère créole et d’un père ukrainien qu’il perd très tôt. Ce métissage va alimenter la sensibilité d’un homme qui sera à la fois un militant de la créolité et et un poète visionnaire dont le rêve s’étend jusqu’à Madagascar et à la Russie de ses origines. Son œuvre en français traversée par les langues, les cultures, l’histoire de son île, le bruit des oiseaux et les couleurs a fait l’objet d’un colloque international à La Réunion en octobre 2022. Ce volume présente une partie des communications qui y ont été données. Elles portent sur cette langue si particulière inventée par le poète puis sur certaines œuvres aux confins du théâtre, de la poésie et du roman. Les approches comparatistes établissent des réseaux avec d’autres poètes (Rabearivelo, Daniel Biga, Odysseas Elytis) et le philosophe Spinoza. Enfin, l’analyse de la trajectoire de cette œuvre foisonnante et parfois énigmatique demeurée longtemps confidentielle et désormais largement médiatisée à La Réunion permet de comprendre les processus de patrimonialisation qui est en cours et auquel participent le colloque et ce numéro d’Interculturel Francophonies.

Sommaire

Dominique Ranaivoson, Boris Gamaleya, poète indianocéanique de l’univers

I. La langue de Boris Gamaleya

  • Alvaro Boisivon Bernardino, Boris Gamaleya: l’humour des parlangues et l’humeur des vavangues
  • Nicole Blondeau, Dysphonie des langues et poétique de la trace dans l’oeuvre de Boris Gamaleya  
  • Annie Urbanik-Rizk, L’humour poétique de Boris Gamaleya: de la révolte à la célébration  
  • Arnaud Villani, La langue en tempête de Boris Gamaleya  

II. Analyse d’une œuvre 

  • Serge Meitinger, Vali pour l’inaccompli, Boris Gamaleya et la poétique du nom propre   
  • Elisa Huet, Écologie (sous)-marine dans la poésie de Boris Gamaleya: une étude de Vali pour une Reine morte et de La mer et la mémoire. Les langues du magma  
  • André Ughetto, Ligne de force de l’intrigue dans Le Volcan à l’envers
  • Angélique Gigan, Odyssée eschatologique dans Le Volcan à l’envers de Boris Gamaleya (1983) ou la fictionnalisation de l’Histoire 
  • Boris Lazić, L’exil, les identités plurielles et la figure du père dans L’Île du Tsarévitch  
  • Marinko Koščec, L’Île du Tsarévitch: le mythe insulaire au cœur d’un royaume rêvé
  • Béatrice Bloch, Piton la nuit (1992): une jubilation synesthésique offerte?  

III. Approches comparatistes 

  • Ferroudja Allouache, Écrire en présence de toutes les langues du monde   
  • Dominique Ranaivoson, Boris Gamaleya et Madagascar ou le rêve sur la Grande Île des origines  
  • Michel Cassir, Tonnerre et para-tonnerre  
  • François Heusbourg, Daniel Biga, Odysseas Elytis, Boris Gamaleya 
  • Hadi Rizk, L’exubérance du multiple: les résonances spinozistes de la poésie de Boris Gamaleya
  • Catherine Coquio, Baba-le monde et le mal du temps. Temps historique et temps mythique   
  • Bernard Idelson – Grégoire Molinatti, Boris Gamaleya: construction médiatique, médiations culturelles et patrimonialisation d’une figure réunionnaise 

Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs