Archives par mot-clé : Rwanda

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

Au coeur de l’Afrique, le message du tambour. Par Daniel Delas

Scholastique MUKASONGA, Cœur tambour, roman, Gallimard, 2016, 176 p.

Née en 1956, Scholastique Mukasonga (désormais SM) n’est pas à proprement parler une survivante du génocide de 1994 comme par exemple sa cadette Beata Umubyeyi-Mairesse née en 1979, qui a passé plusieurs mois cachée dans une cave au cours de ces terribles jours du génocide qu’elle évoque par flashes dans ses deux récents recueils de nouvelles, Ejo et Lézardes. SM n’a vécu au pays des mille collines que jusqu’en 1973  mais elle a cependant fait l’expérience de la terreur raciste que fit régner le pouvoir hutu. Car on oublie trop souvent que l’année du génocide de 1994 fut précédée de graves crises de violence raciales dès 1959, date de la ‘révolution rwandaise’ qui renverse le pouvoir ‘féodo-colonial’ qui privilégiait les Tutsis, lesquels furent désormais persécutés par les Hutus fanatisés par Grégoire Kayibanda et considérés comme des ‘envahisseurs’ étrangers, des Inyenzi (cafards). Chassée de son école d’assistante sociale de Butare en 1973, SM finit ses études au Burundi avant de s’installer en France en 1992. C’est là qu’elle apprendra en 1994 le massacre de sa famille.
Les cinq livres qu’elle a consacrés à sa jeunesse rwandaise – biographie, nouvelles, chroniques  – évoquent tous la peur et l’angoisse des Tutsis, déplacés vers des terres insalubres (à Nyamata dès 1960 pour sa famille) et victimes de sanglants pogroms. Elle a aussi évoqué, à partir de son expérience personnelle, l’étouffant huis-clos d’un lycée de jeunes filles bruissant de haines feutrées et de peurs sourdes, dans Notre-Dame du Nil.

Le succès de ce livre, prix Renaudot, a en quelque sorte provoqué chez la jeune femme un tournant dans sa production littéraire dont témoigne le récent Cœur Tambour. Elle l’a d’ailleurs dit elle-même : « Je ne suis plus la victime du dedans, je suis l’écrivaine du dehors. » De sorte qu’elle s’est sentie libérée de l’obligation de témoigner dans une stricte obédience aux ‘vrais’ événements historiques rwandais. C’est dans cette nouvelle disposition d’esprit que l’écrivaine rwandaise découvre à l’occasion d’un séjour en Guadeloupe que d’autres populations noires ont été victimes de pratiques génocidaires et de crimes raciaux et les ont sinon sublimés, du moins dépassés dans et par la musique du tambour. Certes le survivant d’un génocide doit témoigner – c’est le sens que Primo Levi donnait à l’expression ‘devoir de mémoire’ – mais s’il veut échapper à un enfermement suicidaire, il lui faut s’ouvrir à l’autre, aux autres, au monde. L’écriture littéraire, historique ou fictionnelle, est alors un medium décisif pour les uns, le chant et la musique l’étant pour d’autres. Ce qui explique l’envie qu’a ressentie SM d’orchestrer plus largement son travail littéraire sans quitter le Rwanda mais en l’impliquant dans une énonciation élargie par la musique. Ainsi invente-t-elle le personnage d’une jeune fille tutsie ordinaire semblable à elle, progressivement envahie par une force magique qui fait sortir des profondeurs de son être, voire d’un au-delà d’elle, un chant étrange et puissant :

Dans son Chant se bousculaient des mots dévoyés de toutes les langues qui se retrouvaient ballottés, malmenés, charriés, entraînés, emportés dans le flot tumultueux du Chant. D’où venaient-ils, ces mots ? du kinyarwanda, la langue maternelle de la chanteuse, d’un anglais dans sa version rasta-jamaïcaine, du yoruba cubain, d’un français quelque peu créolisé, certains prétendaient y reconnaître les sonorités de l’amharique, du swahili, du sango, du wolof, du ruhima, du lingala, du copte, du dinka, du sanskrit, de l’araméen… de langues inconnues disparues depuis des millénaires ou encore à naître, des onomatopées d’une glossolalie mystique. Arrachés à leur langue matricielle, dépouillés de leur sens, ils s’agrégeaient en une unique incantation magique dont tous ceux qui l’écoutaient partageaient, ne fût-ce qu’un instant, la puissance.  (pp.13-14)

L’esprit de ce chant magique ne se manifeste qu’avec l’accompagnement de trois tambours, un tambour rastafari (niabinghi), un tambour ka de la Guadeloupe et un tambour bata de Cuba) et d’un énorme tambour ingabe du Rwanda appelé Ruguina.

Continuer la lecture de Au coeur de l’Afrique, le message du tambour. Par Daniel Delas

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université

Éditions Universitaires de Dijon – 234 p.
Format : 15 x 23 cm Parution : 2017 Collection : Sociétés
ISBN : 978-2-36441-217-0 ISSN : 1628-5409
Auteurs : Virginie Brinker

L’objectif d’Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université est de présenter un bilan de la recherche où spécialistes, didacticiens, enseignants et artistes témoignent de leurs pratiques de classe, notamment en Histoire, et un questionnement didactique sur les intérêts et les difficultés de cet enseignement. Mais il s’agit surtout de proposer des supports et démarches pédagogiques en Histoire, en Lettres, en Histoire des arts et en Philosophie.
Cet ouvrage prend donc le parti de mener une réflexion transversale et pluridisciplinaire, assortie de propositions très concrètes pour mener cet apprentissage. Il met aussi en valeur des contributions habituellement peu éclairées : la réflexion d’artistes du point de vue de leurs interventions en milieu scolaire, celle de chercheurs du point de vue de leurs enseignements, et l’analyse des réactions, tant émotionnelles qu’intellectuelles, des principaux concernés, les élèves et étudiants.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/pedagogie/534-enseigner-le-genocide-des-tutsi-au-rwanda-de-la-fin-du-college-a-luniversite-9782364412170.html.

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr

Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Continuer la lecture de Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations