Archives par mot-clé : Savoirs

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent

« Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : savoir politique des arts face aux crises du contemporain »

lundi 4 décembre 2017, espace recherche UFR ALC, Université Rennes 2

Journée d’étude organisée par

Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet (Cellam, Université Rennes 2) et Yolaine Parisot (LIS, Université Paris Est-Créteil), avec le soutien de l’IDA – R

Programme :

  • 11h15 – Accueil des participants
  • 11h30 – Introduction, Yolaine Parisot, Université Paris-Est Créteil
  • 11h45 – Sylvie Servoise, Le Mans Université, « L’écrivain contemporain ou le “maître ignorant” : les ambiguïtés du “parler pour” »
  • 12h30 – Discussion
  • 13h – Déjeuner
  • 14h30 – Maëline Le Lay, LAM – UMR 5115 Sciences Po Bordeaux / CNRS, « Les usages des notions de performance et performativité dans le paysage artistique de l’Afrique des Grands Lacs »
  • 15h15 – Flavia Bujor, Université Bretagne-Sud, « Dire les corps séropositifs : du savoir de l’autofiction au témoignage fictif »
  • 16h – Cyril Vettorato, ENS de Lyon, « Daddy, you do not do? Ambivalences de la figure paternelle chez quelques poétesses de la Caraïbe (Goodison, Kanor, Lorde, Morejón, Saldaña) »
  • 16h45 – Discussion

18h – Rencontre avec l’écrivain James Noël, Librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes), autour de son roman Belle Merveille, éditions Zulma, 2017.

Télécharger le programme de la journée en pdf : Programme Journée d’étude

Affiche de la JE en pdf : affiche JE

Échanges interculturels entre Europe et Afrique

Séminaire « Transferts culturels »- 03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique

03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique
Hans-Jürgen Lüsebrink (Sarrebruck) : Transferts de savoirs sur l’Afrique. Présentation d’un livre


Les transferts de savoirs entre l’Afrique subsaharienne et l’Occident ont
 été extrêmement asymétriques pendant l’époque coloniale, et sont restés 
largement déséquilibrés. Pourtant des productions scientifiques africaines
modifient progressivement ce constat. A partir de cas paradigmatiques on
 peut suivre l’élaboration franco-allemande de l’image d’une région du monde
 ayant son histoire et ses spécificités et la définition des contours de
 cette région du monde à travers les médias. Nous retiendrons, dans les
études de cas, de préférence des exemples pris dans la période du siècle qui
 va de la révolution de 1848 au début des indépendances africaines.
 L’accent est mis sur la production de savoir scientifique, sur le rôle 
capital de disciplines comme l’ethnologie, la linguistique africaine, 
l’anthropologie. Mais des études de cas comme celles sur Friedrich Sieburg,
 permettent également d’éclairer l’importance d’autres domaines de
 représentation de l’Afrique et de transferts de savoirs sur l’Afrique,
 atteignant un plus large public, et d’étudier leurs interconnections avec le
domaine scientifique.

Ninja Steinbach-Hüther (Leipzig) : La présence en Allemagne des publications 
universitaires en provenance d’Afrique. Un état des lieux
Bien que la globalisation culturelle laisse supposer qu’il soit possible de
 produire et de recevoir de façon égalitaire des informations partout dans le
monde, les cartes du savoir sont en réalité caractérisées par un
 déséquilibre énorme. Ce déséquilibre peut s’expliquer par les structures
 culturelles, économiques et politiques du marché global et du pouvoir en 
place dans les pays-mêmes. En dépit de l’accroissement des liens 
internationaux, relativement peu de livres provenant de scientifiques 
africains sont redirigés vers l’Europe. Mais il n’existe à l’heure actuelle 
aucune échelle de données permettant d’indiquer leur présence en France et 
en Allemagne. Il s’agit d’analyser ce phénomène à travers le transfert trilatéral de la littérature académique africaine en
 France et en Allemagne, limitée aux livres et aux recueils rédigés par des 
intellectuels africains, ayant vécu en Afrique ou qui ont fait la navette
 entre l’Afrique et un pays extérieur au moment de leur publication.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Emprunter l’ascenseur situé à l’entrée du bâtiment.