Archives par mot-clé : Schwarz-Bart

Genèse de La Mulâtresse Solitude

Prochaine séance du séminaire Schwarz-Bart 2018-19,

coordonné par Jean-Pierre Orban dans le cadre des travaux de l’équipe “Manuscrits francophones” :

Samedi 15 juin 

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Pavillon Pasteur (1er étage)

10h30 – 12h30
 
Catherine RoveraGenèse et sources de La mulâtresse Solitude d’André Schwarz-Bart 


Avant d’être le roman paru sous ce nom en 1972, La mulâtresse Solitude est un cycle romanesque dont l’idée originelle remonte à 1955. Initialement conçu en 7 volumes, ce cycle aurait fait l’objet de 19 tentatives entre 1960 et 1965 et totalisé jusqu’à 1800-1900 pages. Le roman succède à Un plat de porc aux bananes vertesmais est signé d’André Schwarz-Bart seul. Il est lui-même le fruit d’une genèse longue et sinueuse, comme en atteste l’avant-texte, si fragmentaire soit-il. Ce sont certains moments-clés de cette genèse complexe que nous tenterons de mettre au jour grâce à l’analyse des documents d’archives, à savoir : le manuscrit autographe (et en partie calligraphié) du roman, les brouillons et les notes de travail afférentes mais aussi le paratexte, et notamment la correspondance de l’auteur avec les éditions du Seuil. Il sera par ailleurs question d’exogenèse, car nous nous interrogerons sur le travail documentaire effectué en amont par l’auteur, afin de voir si certaines des sources historiques qu’il revendique sont décelables dans l’avant-texte. Cette étude à la fois macro- et micro-génétique permettra de suivre l’évolution du projet esthétique d’André Schwarz-Bart au fil de la composition de l’œuvre, et nous pourrons alors nous demander si le processus créatif de La mulâtresse Solitudeprocède du même élan que celui du Dernier des justes. En d’autres termes n’y aurait-il pas, en sus d’une évidente contiguïté, une profonde continuité dans le processus créatif de l’œuvre juive et du cycle noir ?

Catherine Rovera est maître de conférences en langue et littérature anglaise à l’Université Paris-Dauphine et responsable depuis 2015 de l’équipe “Joyce et le Modernisme Anglophone” à l’Institut des textes et manuscrits modernes. Ses recherches portent sur les manuscrits d’auteurs modernistes (Jean Rhys, Virginia Woolf, James Joyce). Elle a collaboré à la publication de plusieurs carnets de Finnegans Wake de Joyce et est l’auteur d’une monographie sur la genèse du dernier roman de Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, intitulée Genèses d’une folie créole: Jean Rhys et Jane Eyre (Hermann, 2015). Elle travaille actuellement à une édition génétique des carnets de lecture de Woolf. En parallèle, depuis plus récemment, elle s’intéresse au fonds Simone et André Schwarz-Bart et plus spécifiquement à la genèse du cycle antillais.

*
14h30 à 16h30 
 
Fanny Margras La réception de l’œuvre des Schwarz-Bart aux Antilles 
 
Si l’accueil réservé aux œuvres des Schwarz-Bart à Paris dans les années 60-70 a déjà été longuement étudié, celui qui leur fut réservé aux Antilles, et plus particulièrement en Guadeloupe, n’a encore été que brièvement survolé.
Or, bien souvent, l’entrée en silence d’André Schwarz-Bart, qui cesse de publier dès la sortie de La Mulâtresse Solitude en 1972, est dite motivée par la polémique que le roman a suscitée dans la société antillaise, alors marquée par des luttes politiques et indépendantistes violentes. Ces luttes, vécues de plein fouet par les époux Schwarz-Bart qui vivent en Guadeloupe entre 1963 et 1965, puis y séjournent très régulièrement jusqu’à leur installation définitive en 1978, auraient précipité l’auteur dans une « terrible mélancolie », et l’arrêt de la publication de ce que la critique nomme aujourd’hui « le cycle antillais » et « le cycle juif ».
Peu de témoignages subsistent cependant de cette époque politiquement tourmentée, qui confirment ou infirment cette hypothèse. Nous essayerons cependant, par l’étude des archives de journaux conservées aux Archives Départementales de la Guadeloupe, et une série d’entretiens réalisés entre septembre 2018 et juin 2019, de parcourir la réception immédiate qui fut celle des premiers écrits d’André et de Simone Schwarz-Bart, du Dernier des Justes, 1959, à La Mulâtresse Solitude, 1972, notamment dans les milieux lettrés et influents de l’île.

Fanny Margras est détentrice d’un master de lettres de l’Université Lyon 2-Lyon 3, spécialité « francophonie littéraire », qu’elle a consacré principalement aux écritures caribéennes (« Subvertirle féminin pour subvertir l’écriture. Etude de L’Homme au bâton d’Ernest Pépin et de Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre » et « Concilier la tradition et le contemporain : El Obsceno pájaro de la noche de José Donoso et L’homme aux sept noms et des poussières de Xavier Orville, en quête de nouveaux codes romanesques. »). Bi-admissible à l’agrégation de Lettres Modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle. Sa thèse porte sur la collaboration littéraire entre André et Simone Schwarz-Bart (dir. Pr. CARLAT D., Université de Lyon, co-encadr. Mme CASSIN L., Université des Antilles). Elle est l’auteure de deux articles : « L’écriture carnavalesque – étude de la section VI de Parole prise, parole donnée, Mohammed Hmoudane. », Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili Tullon, décembre 2012 Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo) et « Le thème de l’errance : étude comparée de Parole prise, parole donnée (Mohammed Hmoudane) et Le livre de l’hospitalité (Edmond Jabès).», Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili-Tullon, décembre 2012 (Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo).