Archives par mot-clé : Séminaire

Séminaire Senghor 2024/1

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera en visioconférence ce jeudi 11 janvier 2024 à partir de 15h GMT (16h Paris).

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès des coordinateurs Sébastien Heiniger et Alioune Diaw : (senghor.item.ucad@gmail.com).

Jehanne Denogent (Université de Cape Town), « Publier les arts verbaux africains. Junod, Cendrars, Senghor : enjeux d’une mise en circulation »

Cette communication souhaite s’intéresser au geste de publication d’arts verbaux africains en mettant en regard trois perspectives : celle de missionnaires ayant transcrit des récits oraux dans une visée scientifique ou pédagogique, celle d’un écrivain d’avant-garde, qui s’y intéresse d’un point de vue poétique et enfin celle de Senghor traducteur.

Jehanne Denogent est docteure de l’Université de Lausanne (Suisse) où elle a consacré sa thèse au primitivisme littéraire. Ses recherches portent plus largement sur les phénomènes de circulations culturelles. Elle a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Blaise Cendrars, de Tristan Tzara ou sur la littérature francophone africaine. Depuis 2023, elle effectue un postdoctorat à l’Université de Cape Town (Afrique du Sud).

Abdoulaye Sall (UCAD), « Entre beauté, perfection, difformité et meurtrissures, les représentations du corps chez Léopold Sédar Senghor »

Il s’agit, pour nous, de voir, lire, déchiffrer les multiples inscriptions de la beauté, de la perfection, de l’histoire, de la difformité, des meurtrissures, de la vie, du deuil sur le corps dans la poésie de Senghor.

Abdoulaye Sall est enseignant-chercheur en littérature africaine écrite au Département de Lettres Modernes de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ses recherches portent essentiellement sur les œuvres littéraires et cinématographiques de Sembène Ousmane, le corps et l’intermédialité. Parmi ses publications récentes figurent : « Rencontre avec « cette Afrique méridionale de la France » dans Le Docker noir de Sembène Ousmane », The Journal of African and Postcolonial Studies, Issue Number 2, Migration, Literature and Society, The Laboratory of African and Postcolonial Studies, ARCIV, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, juillet 2020, p. 255-269 et « De l’expression intermédiale dans L’Automobile de Moustapha Kâ », Terroir des mots, territoire des langues.Mélanges offerts au Professeur Diamé Signaté, Revue Sénégalaise de Langues et de Littérature, Nouvelle série, n° 15, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 2021, p. 305-313.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2773

Séminaire Senghor : le travail ethnographique

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ». Discutants : Céline Labrune Badiane (ITEM) et Etienne Smith (CNRS/LAM)

Venez nombreux à la prochaine séance du séminaire Senghor (UCAD-ITEM), qui se tiendra le 11 octobre à 16H heure de Paris (14h GMT), à l’ENS, 45 rue d’Ulm à Paris (salle INFO Schwartz, au sous-sol de la bibliothèque), et en ligne.

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard [apud] cnrs.fr).

À partir des informations parcellaires dont on peut disposer, cet exposé voudrait éclairer le travail ethnographique de Senghor entre 1937 et 1945 et le basculement qu’il a entraîné dans sa conception de la négritude, en le resituant dans le motif plus général du retour au pays natal qui traverse l’histoire de l’ethnologie depuis le XIXe siècle.

Vincent Debaene est professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Genève. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, il a coordonné et préfacé l’édition des Œuvres de Claude Lévi-Strauss dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2008). Il est l’auteur de L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature (Gallimard, 2010). Il prépare un livre sur les rapports entre les débuts de la littérature africaine francophone et l’ethnologie coloniale.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/senghor8-2023/

Recherche en co-production, co-construction de la recherche

L’équipe de la Structure collaborative de recherche en études africaines de l’Université de Toulouse est heureuse de vous inviter à la sixième séance (et première de cette rentrée universitaire) de son séminaire Les Afriques au pluriel le mercredi 04 octobre de 09h à 13h.
Elle se déroulera à la Manufacture des tabacs, Sciences Po Toulouse, 21 Allées de Brienne, Bâtiment D, 4ème étage, porte MD 404.

Cette séance est intitulée « Recherche en co-production, co-construction de la recherche: questionner les partenariats recherche-société civile ».

Le détail du programme de la séance est reproduit plus bas; il peut être retrouvé, ainsi que le programme prévisionnel pour l’année universitaire, sur le site de la Structure collaborative:
https://screaf.univ-tlse2.fr/
https://screaf.univ-tlse2.fr/accueil/seminaire/seminaire-2023-2024/recherche-en-co-production-co-construction-de-la-recherche

Programme
  • 9h: Accueil
  • 9h15: Introduction
  • 9h30-10h30: Mélanie Jacquemin (IRD, LPED/LISST-CAS)
    Défis pratiques et enjeux éthiques des partenariats “Nord-Sud” entre recherche et Organisations de la Société Civile : l’exemple du projet ECAFIT sur la scolarisation des filles à Ziguinchor (Sénégal)
  • 10h30-12h: Louisa Desbleds (Gret/ Lereps-Sciences Po Toulouse), Emmanuel Durand (Gret/Lereps-Sciences Po Toulouse), Maurice Sarr (Gret/Université Cheikh Anta Diop, Dakar), Catherine Baron (Lereps-Sciences Po Toulouse)
    Enjeux et effets des processus de co-production de connaissances entre le Gret, le Lereps et les acteurs locaux : illustration à travers le « Programme Communs » au Sénégal
  • 12h-13h: discussion
NB: nous privilégions toujours le vraimentiel, mais un lien Zoom sera mis à disposition sur demande (contacter screaf@univ-tlse2.fr)

Séminaire Senghor 2023/7, Nimrod

Négritude et négrologues, un essai culte que personne n’a jamais lu”

par Nimrod, écrivain et poète

14/09/2023, ENS et visioconférence. 14h GMT (16h Paris)

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de l’adresse du séminaire : <senghor.item.ucad(a)gmail.com>

Résumé : Rédigé pendant la Guerre froide, Négritude et Négrologues, livre culte et vulgate de la radicalité, personne ne l’a et personne n’a osé élever contre lui la moindre critique.

Nimrod est né au Tchad en 1959. Il est poète, romancier, essayiste et éditeur (éditions Le Manteau & la Lyre). Il a publié à ce jour plus d’une trentaine d’ouvrages dont Les jambes d’Alice, Le bal des princes, La nouvelle chose française, Rosa Parks, Non à la discrimination raciale, L’or des rivières, Babel, Babylone, Petit éloge de la lumière nature, etc.), qui ont été couronnés entre autres par le Prix de la Vocation, le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant, le Prix Ahmadou Kourouma, le Prix Max Jacob, le Prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau, le Prix Pierrette Micheloud, le Prix Guillaume Apollinaire.
Ses derniers ouvrages sont Un balcon sur l’Algérois (roman, Actes Sud, 2013), Visite à Aimé Césaire (essai, Obsidiane, 2013), Léon-Gontran Damas, poète jazzy (biographie, À dos d’âne, 2014) et Sur les berges du Chari, district nord de la beauté (poèmes, Bruno Doucey, 2016), L’enfant n’est pas mort (roman, Bruno Doucey, 2017), J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016 (Poésie/Gallimard, 2017), 120 nuances d’Afrique, anthologie composée et présentée avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec (Bruno Doucey, 2017), Gens de brume, récit, Actes Sud, 2017, La traversée de Montparnasse, roman (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2020), Petit éloge de la lumière nature, poèmes (Obsidiane/Le Manteau & la Lyre, 2020) et Le temps liquide, récits (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2021).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2679

CfP: The representations of polygamy

Dear colleagues,

Please see below for a CFP for a WIF-Australia seminar series on representations of polygamy in Sub-Saharan African cultural and creative products

Please do not hesitate to contact the seminar co-organisers Charlotte Mackay (charlotte.mackay@monash.edu) and Murielle Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) should you have any questions.

Au-delà des clichés : représentations culturelles de la polygamie dans les œuvres créatives de femmes subsahariennes

Le thème de la polygamie est au cœur des expressions culturelles et artistiques de l’Afrique subsaharienne depuis la publication de l’œuvre désormais canonique Une si longue lettre  (1979) de Mariama Bâ, considérée par beaucoup comme ayant marqué le coup d’envoi de l’écriture féminine en Afrique subsaharienne. Alors que de nombreux écrivains et théoriciens africains dénoncent la polygamie comme une institution oppressive pour les femmes à travers des formes créatives, d’autres proposent des œuvres qui plaident en faveur d’un positionnement plus approbateur sur la question. Quant à la production cinématographique du continent, les réalisatrices sont souvent encouragées, en échange d’opportunités de financement, à produire des films qui abordent des « thèmes féminins », tels que la polygamie, ce qui peut engendrer chez certaines le sentiment d’être limitées dans le contenu cinématographique qu’elles peuvent proposer, tandis que d’autres choisissent spécifiquement d’évoquer ces questions dans leur travail (Bisschoff, 163). Bien que la polygamie dans les œuvres littéraires et créatives subsahariennes reflète « la multiplicité des discours féminins » (Assiba d’Almeida, 43), Clignet souligne que « [l]e principal défaut des analyses de la polygamie réside dans le fait qu’elles sont à la fois atemporelles et anhistoriques » et que « implicitement ou explicitement, ces analyses se focalisent toujours sur la seule perspective masculine […] » (2019, 204).

Dans ce séminaire, nous proposons de recentrer les diverses représentations culturelles de la polygamie issues de la littérature (orale et écrite), des médiums artistiques, des médias, de la musique et du cinéma produits par des femmes subsahariennes francophones. Ce séminaire vise à dépasser l’axe dénonciation-célébration qui a marqué jusqu’à présent de nombreuses études sur la polygamie dans les représentations culturelles du continent pour explorer la polygamie sous toutes ses formes et dans tous ses modes d’expression. L’objectif de cette série est de fournir une plateforme sur laquelle réfléchir aux questions suivantes : Comment les représentations de la polygamie se construisent-elles d’un point de vue artistique, socioculturel et politico-économique ? Comment ces représentations investissent-elles les corps dans le temps et dans l’espace ? Comment les expériences polygames sont-elles écrites, lues, regardées ou consommées par les hommes et les femmes ? Existe-t-il un genre / style / mode qui reflète fidèlement l’expérience polygame ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions non exhaustives qui pourraient servir de lignes directrices pour ce séminaire. Nous sollicitons des propositions de communication (15-20 minutes) sur tout aspect de la polygamie dans les représentations culturelles et les pratiques artistiques de l’Afrique francophone. 

Veuillez envoyer vos propositions de communication (250 mots) ainsi que vos questions aux co-organisatrices Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) et Charlotte Mackay (Charlotte.Mackay@monash.edu) avant le 15 août 2023.

Continuer la lecture de CfP: The representations of polygamy

Circulation, langues, savoirs et développement

Séminaire Les Afriques au pluriel – 5 –

« Circulation, langues, savoirs et développement »

jeudi 29 juin, 09h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J), Maison de la Recherche, salle D30

L’équipe de la Structure fédérative de recherche en études africaines de l’Université de Toulouse est heureuse de vous inviter à la cinquième séance de son séminaire “Les Afriques au pluriel” le jeudi 29 juin de 09h à 12h30.
Elle se déroulera en salle D30 de la Maison de la recherche de l’UT2J.

Cette cinquième séance (et dernière de l’année universitaire) est intitulée « Circulation, langues, savoirs et développement ».

Programme

  • 09h : Accueil et présentation
  • 9h15 : Alain Bonnassieux (ingénieur de recherche en sociologie, LISST-DR (UMR 5193): « Remarques sur l’inégal recours  aux langues nationales dans les systèmes éducatifs en Afrique francophone ».
  • 10h : Anne-Lise Granier (chercheure associée en anthropologie, LISST-CERS (UMR 5193): « Pluralité des langues des signes en Afrique subsaharienne : les risques d’une communication inadaptée »   
  • 10h45 : pause
  • 11h15 : Fatima Qacha (maîtresse de conférences en sociologie, UT2J, LISST-CERS (UMR 5193), « Associations de migrant.e.s et développement local : le cas (exploratoire) d’une commune rurale du Maroc central »
  • 12h-12h30 Conclusion
NB: nous privilégions toujours le vraimentiel, mais un lien Zoom sera mis à disposition sur demande (contacter Mathilde Rogez <mathilde.rogez[AT]univ-tlse2.fr> ou <screaf@univ-tlse2.fr>)

Programme prévisionnel

Septembre 2023 (09h-12h30, Sciences Po): éthique de la recherche (Catherine Baron – IEP/LEREPS, Alexandre Gaudry – UT2J/LEREPS G-EAU, Mélanie Jacquemin UT2J/LISST-CAS)
Programmation 2023-2024 bientôt confirmée.

Contact: <screaf@univ-tlse2.fr>

Sylvie Kandé et Elgas

Conférence et table-ronde

dans le cadre du séminaire Senghor

16/06/2023, 17h-19h (15h-17h GMT)

Salle de conférence site BnF Richelieu et visioconférence

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard@cnrs.fr).

Nous vous convions à la rencontre entre Sylvie Kandé et Elgas qui aura lieu le vendredi 16 juin 2023 à la BnF (site Richelieu), Paris. Organisée dans le cadre du Séminaire Senghor, la séance se déroulera de 17h à 19h. Après une prise de parole de chacun des invités, une table ronde sera animée par Edoardo Cagnan et Sébastien Heiniger, pour une discussion commune. Les questions du public ne seront pas oubliées.

Après la séance, de 19h jusqu’à la fermeture du site (20h), Guillaume Delaunay, conservateur à la BnF, exposera les manuscrits de Senghor. Des tables seront prévues pour dédicace des ouvrages des écrivains présents.
 
Nous sommes heureux et honorés de pouvoir accueillir Sylvie Kandé et Elgas, qui nous parleront de Senghor, de la présence (ou de son absence) dans leur création littéraire. 
 
Sylvie Kandé (https://www.sylviekande.com/fr/accueil) est une historienne française d’origine franco-sénégalaise et professeure à la Standford University de New York. Mais c’est avant tout la poétesse que nous invitons, celle dont l’oeuvre a été plusieurs fois primée (prix Louise Labé de poésie pour Gestuaire ; Prix Lucienne Gracia-Vincent sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse pour La quête infinie de l’autre rive). 
 
El Hadj Souleymane Gassama, a.k.a Elgas, est journaliste, écrivain et docteur en sociologie. Il est né à Saint-Louis, a grandi à Ziguinchor au Sénégal, et vit depuis une quinzaine d’années en France. L’auteur de Mâle noir, Un dieu et des moeurs, Inventaire des idoles a récemment publié Les bons ressentiments, un essai brillant où il s’engouffre sans frémir dans le « malaise post-colonial ». Senghor est le premier des « aliénés » dont il brosse le portrait. Citons-en la conclusion en accroche : « Son oeuvre – immense pour qui se donne la peine de l’explorer sans préjugés définitifs – s’évapore  ainsi sur l’autel de sa seule bascule dans le champ honni de l’aliénation. Sa gloire hypothéquée n’est célébrée que dans quelques cercles plus ou moins clandestins, à leurs risques et périls. Il est certes porté aux nues en France et dans une partie de la francophonie, mais aimer Senghor en Afrique, c’est se risquer à endosser une part de cet opprobre, celle d’être affilié, disons-le sèchement, à un « traître » ».