Archives par mot-clé : Séminaire

(Re)lire les féminismes noirs

Présentation du numéro des Etudes Littéraires Africaines  51 : “(Re)lire les féminismes noirs” Claudine Raynaud et Tina Harpin dir., 2021

EMMA, axe 3 « faire commun », Université Paul-Valéry Montpellier 3

Mardi 7 juin 2022 à 18h en format hybride : en salle 126 sur le campus Saint-Charles 1 (U. Paul-Valéry Montpellier 3) et en visioconférence*

Séminaire animé par 

  • Tina Harpin, Maîtresse de conférence en littérature comparée, Université de Guyane, MINEA, chercheuse associée au laboratoire ITEM/CNRS
  • Claudine Raynaud, Professeur émérite en études américaines, EMMA, ITEM/CNRS

Ce dossier propose de relire des auteures de l’Amérique et de l’Afrique associées au féminisme noir, compris comme mobilisation et comme conscience féministe des femmes noires. La première partie du dossier, dédiée à Angela Davis et à Audre Lorde, se concentre sur l’apport de ces deux penseuses et écrivaines des États-Unis, terre de naissance proclamée du « Black Feminism » par-delà les frontières chronologiques strictes de la « deuxième vague » féministe (1960-1980). La deuxième partie s’attache à deux autres voix pionnières, celles des féminismes africains francophones et anglophones, également de la « seconde vague » : Awa Thiam et Flora Nwapa, dont l’influence durable est commentée. La dernière partie du dossier aborde Roxane Gay, Joan Morgan, Djamila Ribeiro et Chimamanda Ngozi Adichie, quatre auteures « phares » de la « troisième vague » des féminismes noirs africains américains, afro-brésiliens et africains dans un monde globalisé où paraissent s’opposer un féminisme noir radical et un féminisme plus ironique qui joue avec les codes de la culture pop.
Ce choix d’auteures d’Afrique et d’Amérique met ainsi à distance la notion de « féminisme noir » pour en saisir les diverses modalités et l’urgence, passée et présente, à l’heure de débats internationaux grandissants sur l’actualité du féminisme et de l’antiracisme face aux violences faites aux femmes et face aux meurtres dont les Noirs sont toujours victimes. Contre un fétichisme de la théorie, nous suggérons, à la façon de Barbara Christian, l’exploration d’une bibliothèque féminine et féministe noire éclectique et puissante, inspiratrice de nouvelles lectures de la réalité et de nouveaux possibles. La (re)lecture comme activité critique est donc au cœur de cette esquisse transatlantique d’une bibliothèque féministe noire et d’une galerie (quasi infinie) de figures pensantes et militantes entre Afrique et Amériques noires.

*Pour obtenir le lien et les codes de visioconférence, écrire à Marc.Lenormand@univ-montp3.fr

Théâtre sud-africain en Avignon

Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon

Université d’Avignon, 9 juillet à 14h30

Salle 0E32

Dans le cadre du lancement d’un nouveau projet de recherche entre le laboratoire ICTT à Avignon Université et le laboratoire CAS à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et en partenariat avec la BNF, Maison Jean Vilar, Emeline Jouve (MCF, HDR, CAS) et Cyrielle Garson (MCF, ICTT) ont le plaisir d’accueillir une première séance du séminaire itinérant du projet à Avignon Université avec Fanny Robles (MCF, LERMA) en lien avec la programmation 2021 du Festival d’Avignon et l’oeuvre de l’artiste sud-africain Brett Bailey.

Programme

14h30 Présentation du séminaire (Emeline Jouve et Cyrielle Garson)
14h50 Fanny Robles (LERMA, Aix-Marseille Université) « Brett Bailey ou les limites de l’expérience immersive en postcolonie »
15h40 Discussion
 
La séance aura lieu en présentiel uniquement, merci de vous inscrire avant le 8/07 (en raison des conditions sanitaires, la réservation est obligatoire) et d’indiquer si vous êtes membre de la communauté universitaire d’Avignon. 
 
 

La liane écoféministe de Suzanne Césaire

6ème séance du séminaire FEMPOCO 2020-21

Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire

Université de Guyane

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1501

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO de 2020-2021 consacré aux « femmes artistes et féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas » sera l’occasion de s’intéresser à Suzanne Césaire, née Roussi. Cette intellectuelle et professeure de lettres qui fut l’épouse d’Aimé Césaire est l’auteure d’une œuvre trop méconnue mais importante pour l’histoire littéraire antillaise et l’écocritique postcoloniale.

L’intervenante Anny-Dominique Curtius, enseignante-chercheure en études francophones et en théorie culturelle à l’Université d’Iowa (États-Unis), auteure de Suzanne Césaire, Archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (Paris, Karthala, 2020), proposera une intervention sur « Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire ». Elle analysera le texte intitulé « Le grand camouflage » paru dans Tropiques à l’instar des autres textes de Suzanne Césaire (tous republiés dans Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945, édition établie par Daniel Maximin, Paris, Seuil, 2009).
Dans son poème-hommage « Suzanne Césaire, ma mère », Ina Césaire écrit : « Ma mère active féministe avant la lettre, attentive à chaque progrès de la libération des femmes ». Comment faudrait-il interpréter cette déclaration et comment déceler les manifestations concrètes de ce féminisme dans l’éventail conceptuel que Suzanne Césaire nous propose ?
Dans « Le grand camouflage » le personnage féminin Bergilde, danseuse bèlè et paysanne, condense et synthétise une émancipation esthétique que l’on peut identifier comme un écoféminisme spécifique qu’elle articule dans la revue Tropiques (1941-1945). Bergilde est aussi l’ancêtre littéraire de plusieurs figures féminines libres et subversives dans les littératures caribéennes. Cet écoféminisme s’inscrit dans la pensée multidimensionnelle de Suzanne Césaire qu’Anny-Dominique Curtius appelle une « lianedialectique », et le corps dansant et souffrant de Bergilde est une « lianecept » plutôt qu’un concept. Puisque le malaise civilisationnel que Suzanne Césaire analyse prend sa source dans la déshumanisation de populations transbordées puis esclavisées, ce sont les empêchements et les déstabilisations des corps qu’il est urgent d’interroger, d’où le rééquilibrage des corps féminins ancrés dans des réalités socio-économiques subalternes. À travers Bergilde, elle annule donc l’iconographie édénique des Tropiques magnifiques et des femmes-doudou séductrices et insouciantes. Il s’agira donc de lire la danse de Bergilde et ses hanches cataclysmiques comme une déclaration écoféministe d’existence culturelle, politique et civilisationnelle par laquelle Suzanne Césaire exorcise une histoire douloureuse dont le corps de Bergilde porte les traces.

La séance se déroulera le mardi 25 mai à 14h (heure de Cayenne) à l’Université de Guyane, en salle F002 pour le personnel et les étudiants de l’Université. La répondante de la séance sera Tina Harpin, maître de conférences en Littérature Comparée à l’Université de Guyane, contributrice sur l’écoféminisme dans le récent numéro de la revue Littérature (vol. 201, n°1, mars 2021, https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021) pour le dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle » dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/). 

Il sera possible de suivre le séminaire en live sur la page Facebook de l’Université de Guyane ou sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/84153519694?pwd=U0wvTkMrY2FFWUE1T2xIdmpzaW0wdz09.

Conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou

Le prochain séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu le vendredi 7 mai de 14h à 16h30.

Nous y écouterons Aurore Desgranges, doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, dont la communication en avril a dû être différée, et échangerons avec elle autour du thème suivant :

“Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou”.

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, veuillez contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer !

Séminaire ASOHLIS

Séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds)

Vendredi 5 février 2021 – 14h-17h30 sur Zoom

  • Faire émerger le réseau littéraire francophone haïtien à l’ère du numérique
    Par Anaïs Chambat (ENS), Inès Burri (université de Lyon 3), Célian Ringwald (université Lumière Lyon 2)

Vendredi 19 mars 2021 – 14h-17h30

  • À propos du Théâtre international de langue française et du festival des Francophonies en Limousin
    Par Amélie Theresine (Institut de Recherche en Études Théâtrales (IRET), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) & Pascale Goetschel (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Vendredi 2 avril2021 – 14h-17h30

  • Les auteurs dramatiques burkinabè à la croisée des espaces de consécration
    Par Aurore Desgranges (doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou) 

Inscriptions préalables auprès de Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

L’écrivain et sa bibliothèque

L’écrivain et sa bibliothèque

Collection de vidéos sur Canal-U. Coordination : Céline Gahungu, Claire Riffard (équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM-Cnrs).

Ici, le Congo et Henri Lopes :

Quels usages l’écrivain au travail fait-il de sa bibliothèque ? En quoi la bibliothèque constitue-t-elle un matériau d’écriture ?

Lié à des problématiques exo- et endogénétiques, fondé sur des études de cas attentives aux processus de création, le séminaire propose également une réflexion plus générale. Les bibliothèques sont envisagées dans leur inscription sociale, historique et culturelle ; les réalités anthropologiques dans lesquelles s’enracinent les pratiques des écrivains sont examinées.