Archives par mot-clé : Séminaire

Théâtre sud-africain en Avignon

Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon

Université d’Avignon, 9 juillet à 14h30

Salle 0E32

Dans le cadre du lancement d’un nouveau projet de recherche entre le laboratoire ICTT à Avignon Université et le laboratoire CAS à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et en partenariat avec la BNF, Maison Jean Vilar, Emeline Jouve (MCF, HDR, CAS) et Cyrielle Garson (MCF, ICTT) ont le plaisir d’accueillir une première séance du séminaire itinérant du projet à Avignon Université avec Fanny Robles (MCF, LERMA) en lien avec la programmation 2021 du Festival d’Avignon et l’oeuvre de l’artiste sud-africain Brett Bailey.

Programme

14h30 Présentation du séminaire (Emeline Jouve et Cyrielle Garson)
14h50 Fanny Robles (LERMA, Aix-Marseille Université) « Brett Bailey ou les limites de l’expérience immersive en postcolonie »
15h40 Discussion
 
La séance aura lieu en présentiel uniquement, merci de vous inscrire avant le 8/07 (en raison des conditions sanitaires, la réservation est obligatoire) et d’indiquer si vous êtes membre de la communauté universitaire d’Avignon. 
 
 

La liane écoféministe de Suzanne Césaire

6ème séance du séminaire FEMPOCO 2020-21

Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire

Université de Guyane

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1501

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO de 2020-2021 consacré aux « femmes artistes et féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas » sera l’occasion de s’intéresser à Suzanne Césaire, née Roussi. Cette intellectuelle et professeure de lettres qui fut l’épouse d’Aimé Césaire est l’auteure d’une œuvre trop méconnue mais importante pour l’histoire littéraire antillaise et l’écocritique postcoloniale.

L’intervenante Anny-Dominique Curtius, enseignante-chercheure en études francophones et en théorie culturelle à l’Université d’Iowa (États-Unis), auteure de Suzanne Césaire, Archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (Paris, Karthala, 2020), proposera une intervention sur « Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire ». Elle analysera le texte intitulé « Le grand camouflage » paru dans Tropiques à l’instar des autres textes de Suzanne Césaire (tous republiés dans Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945, édition établie par Daniel Maximin, Paris, Seuil, 2009).
Dans son poème-hommage « Suzanne Césaire, ma mère », Ina Césaire écrit : « Ma mère active féministe avant la lettre, attentive à chaque progrès de la libération des femmes ». Comment faudrait-il interpréter cette déclaration et comment déceler les manifestations concrètes de ce féminisme dans l’éventail conceptuel que Suzanne Césaire nous propose ?
Dans « Le grand camouflage » le personnage féminin Bergilde, danseuse bèlè et paysanne, condense et synthétise une émancipation esthétique que l’on peut identifier comme un écoféminisme spécifique qu’elle articule dans la revue Tropiques (1941-1945). Bergilde est aussi l’ancêtre littéraire de plusieurs figures féminines libres et subversives dans les littératures caribéennes. Cet écoféminisme s’inscrit dans la pensée multidimensionnelle de Suzanne Césaire qu’Anny-Dominique Curtius appelle une « lianedialectique », et le corps dansant et souffrant de Bergilde est une « lianecept » plutôt qu’un concept. Puisque le malaise civilisationnel que Suzanne Césaire analyse prend sa source dans la déshumanisation de populations transbordées puis esclavisées, ce sont les empêchements et les déstabilisations des corps qu’il est urgent d’interroger, d’où le rééquilibrage des corps féminins ancrés dans des réalités socio-économiques subalternes. À travers Bergilde, elle annule donc l’iconographie édénique des Tropiques magnifiques et des femmes-doudou séductrices et insouciantes. Il s’agira donc de lire la danse de Bergilde et ses hanches cataclysmiques comme une déclaration écoféministe d’existence culturelle, politique et civilisationnelle par laquelle Suzanne Césaire exorcise une histoire douloureuse dont le corps de Bergilde porte les traces.

La séance se déroulera le mardi 25 mai à 14h (heure de Cayenne) à l’Université de Guyane, en salle F002 pour le personnel et les étudiants de l’Université. La répondante de la séance sera Tina Harpin, maître de conférences en Littérature Comparée à l’Université de Guyane, contributrice sur l’écoféminisme dans le récent numéro de la revue Littérature (vol. 201, n°1, mars 2021, https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021) pour le dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle » dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/). 

Il sera possible de suivre le séminaire en live sur la page Facebook de l’Université de Guyane ou sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/84153519694?pwd=U0wvTkMrY2FFWUE1T2xIdmpzaW0wdz09.

Conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou

Le prochain séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu le vendredi 7 mai de 14h à 16h30.

Nous y écouterons Aurore Desgranges, doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, dont la communication en avril a dû être différée, et échangerons avec elle autour du thème suivant :

« Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou ».

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, veuillez contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer !

Séminaire ASOHLIS

Séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds)

Vendredi 5 février 2021 – 14h-17h30 sur Zoom

  • Faire émerger le réseau littéraire francophone haïtien à l’ère du numérique
    Par Anaïs Chambat (ENS), Inès Burri (université de Lyon 3), Célian Ringwald (université Lumière Lyon 2)

Vendredi 19 mars 2021 – 14h-17h30

  • À propos du Théâtre international de langue française et du festival des Francophonies en Limousin
    Par Amélie Theresine (Institut de Recherche en Études Théâtrales (IRET), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) & Pascale Goetschel (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Vendredi 2 avril2021 – 14h-17h30

  • Les auteurs dramatiques burkinabè à la croisée des espaces de consécration
    Par Aurore Desgranges (doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou) 

Inscriptions préalables auprès de Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

L’écrivain et sa bibliothèque

L’écrivain et sa bibliothèque

Collection de vidéos sur Canal-U. Coordination : Céline Gahungu, Claire Riffard (équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM-Cnrs).

Ici, le Congo et Henri Lopes :

Quels usages l’écrivain au travail fait-il de sa bibliothèque ? En quoi la bibliothèque constitue-t-elle un matériau d’écriture ?

Lié à des problématiques exo- et endogénétiques, fondé sur des études de cas attentives aux processus de création, le séminaire propose également une réflexion plus générale. Les bibliothèques sont envisagées dans leur inscription sociale, historique et culturelle ; les réalités anthropologiques dans lesquelles s’enracinent les pratiques des écrivains sont examinées.

Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo

Dans le cadre d’ARIEL, la résidence d’auteur internationale à l’Université de Lorraine, IDEA (UR 2338) organise une série de séminaires autour de Mohale Mashigo, auteure sud-africaine invitée en Lorraine cette année (https://ariel.univ-lorraine.fr/mohale-mashigo/).
Cette série de séminaires, intitulée ‘Genèse, illustration, traduction et prix littéraires : Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo’, sera diffusée live, en streaming, sur la chaîne YouTube ARIEL (voir le lien ci-dessous), selon le calendrier suivant :

Séminaire 1 : jeudi 12 novembre 2020
Présidente de séance : Catherine Delesse (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Véronique Tadjo – ‘Afrique du Sud, Afrique de l’Ouest, regards croisés’
Véronique Tadjo est poétesse, romancière, auteure et illustratrice de livres pour la jeunesse. Elle est Professeure invitée à l’Université du Witwatersrand (Johannesburg).
18h15-18h45 Julie Chansel – ‘La bande-dessinée sud-africaine : une création d’une extraordinaire vitalité qui peine à trouver des débouchés’
Julie Chansel est journaliste indépendante, intervenante à l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier (ESJ-Pro), auteure de L’effacement de Dulcie September – Enquête sur une séquence politique (à paraître au printemps 2021 aux Éditions Actes Sud), spécialiste de la BD sud-africaine.

Séminaire 2 : jeudi 19 novembre 2020
Président de séance : Cédric Courtois (Université de Lille)
17h30-18h00 Kathie Birat – ‘Through the lens of speculative fiction: Seeing South Africa through the short story in Mohale Mashigo’s Intruders
Kathie Birat est Professeure émérite, spécialiste de littérature post-coloniale.
18h15-18h45 Richard Samin – titre à préciser
Richard Samin est Professeur émérite, spécialiste de l’Afrique du Sud.

Séminaire 3 : jeudi 26 novembre 2020
Présidente de séance : Marilyne Brun (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Lorena Rizzo – ‘Women, photography and orature in 20th-century Namibia’
Lorena Rizzo est Maître de Conférences à l’Université de Bâle, Zentrum für Afrikastudien, spécialiste de la Namibie et de l’Afrique du Sud.
18h15-18h45 Cédric Courtois – ‘“Remember that others have walked this path before you”: Writing (about) Trauma in Yejide Kilanko’s Daughters Who Walk This Path (2012), Mohale Mashigo’s The Yearning (2016) and Una’s Becoming Unbecoming (2015)’
Cédric Courtois est Maître de Conférences à l’Université de Lille, spécialiste de littérature africaine subsaharienne.

Séminaire 4 : jeudi 3 décembre 2020
Présidente de séance : Monica Latham (Université de Lorraine)
17h30-18h15 Mohale Mashigo – ‘On the Genesis of my work: from inspiration to publication’
18h15-19h00 Conversation avec Mohale Mashigo, avec la participation de Richard Samin, Kathie Birat et Cédric Courtois

Séminaire 5 : jeudi 10 décembre 2020
Présidente de séance : Céline Sabiron (Université de Lorraine)
18h00-19h00 Barbara Schmidt, Noémie Didier et Hana Abdelsalam – ‘Traduire la culture africaine anglophone : enjeux et défis’
Barbara Schmidt est Maître de Conférences et traductrice, et directrice de la traduction collective pour ARIEL à l’Université de Lorraine. Noémie Didier et Hana Abdelsalam sont des étudiantes de Master 2 Bilangue-Biculture à l’Université de Lorraine.
19h00-19h30 Sylvie Ducas – titre à préciser (intervention sur les prix littéraires)
Sylvie Ducas est professeure de littérature française contemporaine à l’Université Paris Est-Créteil, spécialiste des instances de consécration littéraire et des médiations culturelles.

Les questions posées sur la chaîne YouTube seront relayées par un modérateur sur les comptes Facebook et Twitter d’ARIEL (voir ci-dessous). 
Vous pouvez suivre toute l’actualité de cette troisième édition d’ARIEL sur le blog de la résidence : https://ariel.univ-lorraine.fr/.

Le programme complet de la résidence est disponible à : https://ariel.univ-lorraine.fr/programme-2020-21/. Il est mis à jour régulièrement au fur et à mesure des précisions reçues sur la tenue des divers événements en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

Vous pouvez également suivre ARIEL sur les réseaux sociaux :

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Claire RIFFARD
Céline GAHUNGU

Nouveau séminaire « Afriques – Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques » co-organisé par l’équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM et des collègues historiens, géographes et politistes à l’ENS Ulm, dans le cadre de l’EUR Translitterae.

Vendredi 31 janvier 2020 | 16h-18h | salle de réunion, Pavillon Pasteur | Pauline Guinard (ENS) & Jean-Baptiste Lanne
« Saisir la ville : l’art et la manière. Expériences croisées Johannesburg et Nairobi »

Jeudi 27 février 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Nicolas Martin-Granel & Céline Gahungu (ITEM, ENS-CNRS)
« Génétique du théâtre de Sony Labou Tansi (Congo, 1947-1995) »

Jeudi 19 mars 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jean-Pierre Bat (École des chartes)
« Le Commencement de la fin : approche archivistique, historique et littéraire d’un manuscrit censuré (Centrafrique, 1973) »

Jeudi 23 avril 2020 | 18h-20h salle IHMC | Rym Khene (ITEM/Paris 3)
« Photographie et révolution en Algérie (1954-2019) »

Jeudi 28 mai 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jann Pasler (University of California)
« Le Son de l’Empire : repenser l’histoire par la musique »

Afriques-vf6

URL de référence : https://www.translitterae.psl.eu/actualites-agenda/seminaires/afriques/