Archives par mot-clé : Séminaire

Les Rencontres d’Afriques Transversales

Les Rencontres d’Afriques Transversales : 

entretiens littéraires à l’École Normale Supérieure 

(2016-2018)

Maintenant en ligne sur Fabula.

Huit écrivains et plasticiens ont répondu à l’invitation du séminaire « Afriques Transversales » organisé à l’ENS entre 2016 à 2018 pour débattre de la place de l’Afrique dans les discours littéraires et les pratiques artistiques contemporaines. Le présent dossier offre une transcription de ces rencontres avec Omar Victor Diop, Sami Tchak, Abdourahman Waberi, In Koli Jean Bofane, Hemley Boum, Marie Darrieussecq, Sylvain Prudhomme et Hassan Musa.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels clichés et stéréotypes informent les représentations de l’Afrique ? Comment l’artiste devient-il enquêteur ? Quelles relations la littérature entretient-elle avec les sciences humaines ? Chacun à leur manière, les huit artistes et écrivains apportent des réponses à ces questions.

Textes réunis par Elara Bertho (Cnrs-LAM) et Ninon Chavoz (Johannes-Gutenberg Universität de Mainz)

avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Genèse de La Mulâtresse Solitude

Prochaine séance du séminaire Schwarz-Bart 2018-19,

coordonné par Jean-Pierre Orban dans le cadre des travaux de l’équipe “Manuscrits francophones” :

Samedi 15 juin 

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Pavillon Pasteur (1er étage)

10h30 – 12h30
 
Catherine RoveraGenèse et sources de La mulâtresse Solitude d’André Schwarz-Bart 


Avant d’être le roman paru sous ce nom en 1972, La mulâtresse Solitude est un cycle romanesque dont l’idée originelle remonte à 1955. Initialement conçu en 7 volumes, ce cycle aurait fait l’objet de 19 tentatives entre 1960 et 1965 et totalisé jusqu’à 1800-1900 pages. Le roman succède à Un plat de porc aux bananes vertesmais est signé d’André Schwarz-Bart seul. Il est lui-même le fruit d’une genèse longue et sinueuse, comme en atteste l’avant-texte, si fragmentaire soit-il. Ce sont certains moments-clés de cette genèse complexe que nous tenterons de mettre au jour grâce à l’analyse des documents d’archives, à savoir : le manuscrit autographe (et en partie calligraphié) du roman, les brouillons et les notes de travail afférentes mais aussi le paratexte, et notamment la correspondance de l’auteur avec les éditions du Seuil. Il sera par ailleurs question d’exogenèse, car nous nous interrogerons sur le travail documentaire effectué en amont par l’auteur, afin de voir si certaines des sources historiques qu’il revendique sont décelables dans l’avant-texte. Cette étude à la fois macro- et micro-génétique permettra de suivre l’évolution du projet esthétique d’André Schwarz-Bart au fil de la composition de l’œuvre, et nous pourrons alors nous demander si le processus créatif de La mulâtresse Solitudeprocède du même élan que celui du Dernier des justes. En d’autres termes n’y aurait-il pas, en sus d’une évidente contiguïté, une profonde continuité dans le processus créatif de l’œuvre juive et du cycle noir ?

Catherine Rovera est maître de conférences en langue et littérature anglaise à l’Université Paris-Dauphine et responsable depuis 2015 de l’équipe “Joyce et le Modernisme Anglophone” à l’Institut des textes et manuscrits modernes. Ses recherches portent sur les manuscrits d’auteurs modernistes (Jean Rhys, Virginia Woolf, James Joyce). Elle a collaboré à la publication de plusieurs carnets de Finnegans Wake de Joyce et est l’auteur d’une monographie sur la genèse du dernier roman de Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, intitulée Genèses d’une folie créole: Jean Rhys et Jane Eyre (Hermann, 2015). Elle travaille actuellement à une édition génétique des carnets de lecture de Woolf. En parallèle, depuis plus récemment, elle s’intéresse au fonds Simone et André Schwarz-Bart et plus spécifiquement à la genèse du cycle antillais.

*
14h30 à 16h30 
 
Fanny Margras La réception de l’œuvre des Schwarz-Bart aux Antilles 
 
Si l’accueil réservé aux œuvres des Schwarz-Bart à Paris dans les années 60-70 a déjà été longuement étudié, celui qui leur fut réservé aux Antilles, et plus particulièrement en Guadeloupe, n’a encore été que brièvement survolé.
Or, bien souvent, l’entrée en silence d’André Schwarz-Bart, qui cesse de publier dès la sortie de La Mulâtresse Solitude en 1972, est dite motivée par la polémique que le roman a suscitée dans la société antillaise, alors marquée par des luttes politiques et indépendantistes violentes. Ces luttes, vécues de plein fouet par les époux Schwarz-Bart qui vivent en Guadeloupe entre 1963 et 1965, puis y séjournent très régulièrement jusqu’à leur installation définitive en 1978, auraient précipité l’auteur dans une « terrible mélancolie », et l’arrêt de la publication de ce que la critique nomme aujourd’hui « le cycle antillais » et « le cycle juif ».
Peu de témoignages subsistent cependant de cette époque politiquement tourmentée, qui confirment ou infirment cette hypothèse. Nous essayerons cependant, par l’étude des archives de journaux conservées aux Archives Départementales de la Guadeloupe, et une série d’entretiens réalisés entre septembre 2018 et juin 2019, de parcourir la réception immédiate qui fut celle des premiers écrits d’André et de Simone Schwarz-Bart, du Dernier des Justes, 1959, à La Mulâtresse Solitude, 1972, notamment dans les milieux lettrés et influents de l’île.

Fanny Margras est détentrice d’un master de lettres de l’Université Lyon 2-Lyon 3, spécialité « francophonie littéraire », qu’elle a consacré principalement aux écritures caribéennes (« Subvertirle féminin pour subvertir l’écriture. Etude de L’Homme au bâton d’Ernest Pépin et de Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre » et « Concilier la tradition et le contemporain : El Obsceno pájaro de la noche de José Donoso et L’homme aux sept noms et des poussières de Xavier Orville, en quête de nouveaux codes romanesques. »). Bi-admissible à l’agrégation de Lettres Modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle. Sa thèse porte sur la collaboration littéraire entre André et Simone Schwarz-Bart (dir. Pr. CARLAT D., Université de Lyon, co-encadr. Mme CASSIN L., Université des Antilles). Elle est l’auteure de deux articles : « L’écriture carnavalesque – étude de la section VI de Parole prise, parole donnée, Mohammed Hmoudane. », Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili Tullon, décembre 2012 Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo) et « Le thème de l’errance : étude comparée de Parole prise, parole donnée (Mohammed Hmoudane) et Le livre de l’hospitalité (Edmond Jabès).», Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili-Tullon, décembre 2012 (Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo).

Fabriques des littératures des Suds

*  *  *

Publié le mercredi 12 décembre 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines. Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Programme

Séminaire 2018-2019 : Fabriques des littératures des Suds

  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle / Université Paris I
  • Université de Bourgogne-France-Comté / Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943 & le soutien de l’association « Francophonie-ENS »

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines.

Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Séance n° 1

14 décembre 2018

Intervenant : Michal Obszynski, Université de Gdansk. Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone.

Séance n° 2

8 février 2019

Présentation de Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM), discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS).

Séance n° 3

10 mai 2019

  • Pierre Halen (Univ. Lorraine) : « Réflexions sur la notion de champ »

Approches du canon francophone et de sa constitution (Virginie Brinker, Valentina Tarquini, Erwan Caulet)

Organisation

  • Virginie Brinker, MCF, Université de Bourgogne-France-Comté/Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Erwan Caulet, chercheur associé au Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pascale Goetschel, Professeure, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pierre Halen, Professeur, Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943
  • Kaoutar Harchi, Chercheure associée au CERLIS/post-doctorante au département recherche du musée du Quai Branly
  • Tristan Leperlier, Centre européen de sociologie et de science politique/EHESS-CNRS, association francophonie-ENS
  • Valentina Tarquini, Université de Roma-III

Lieu & horaire

  • Un vendredi par trimestre, 17h-20h
  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle
  • 9 rue Malher 75004 Paris
  • Métro : Saint Paul (ligne 1)

URL de référence : https://calenda.org/534914

Fictions du futur, L’Afrique au futur

Séminaire « Fictions du futur, L’Afrique au futur »

CERIEL, Université de Strasbourg

Atelier animé par Anthony Mangeon et Ninon Chavoz

 

Jeudi 18 janvier 2018, 18h, Portique 412

Premier temps : présentation du projet de recherche mené par Anthony Mangeon au sein de l’USIAS (Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg), 2017-2019

Les croissances démographiques et économiques de nombreux pays africains sont aujourd’hui spectaculaires, dans un continent qui abritera bientôt un quart de la population active mondiale. La question des “futurs africains” est par conséquent un enjeu majeur, sur les plans géopolitiques et économiques, et qui est discuté en tant que tel par une très grande variété de discours. Économistes, historiens, philosophes, romanciers et artistes ont ainsi développé des manières innovantes d’imaginer, mettre en scène et raconter les futurs de l’Afrique, qui donnent lieu à autant d’utopies que de dystopies, selon qu’on privilégie un point de vue afro-optimiste ou afro-pessimiste.
Ces différents discours partagent souvent des images, des figures de pensée, des modalités narratives ou argumentatives qu’une analyse rhétorique ou narratologique peut mettre au jour pour dévoiler leurs communes hypothèses et manières de penser ou d’imaginer. Ce projet de recherche vise donc à explorer les nombreux chevauchements entre économie et littérature, prospective et fiction, histoire contrefactuelle et narration romanesque sur la question des futurs de l’Afrique.

Liens :

  • Lionel Zinsou, “Une vision optimiste de l’Afrique”, conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 28 avril 2010
  • Alioune Sall, « Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara ? »

Eventuellement :

  • Pumzi de Wanuri Kahiu (2009)
  • Sylvestre Amoussou, Africa Paradis (2007)

Second temps : présentation par Ninon Chavoz : « L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute »

Qu’est-ce qu’un afronaute ? Le néologisme ne manquera pas d’évoquer le souvenir de nomenclatures déjà connues – astronautes, cosmonautes, spationautes, taïkonautes, partis successivement à la conquête de l’espace. L’afronaute, conçu comme un voyageur spatial africain et noir, demeure quant à lui une fiction, aussi irréalisée aujourd’hui que dans les années 1960, à l’époque où Edward Makuka Nkoloso entendait envoyer sur Mars une équipe d’afronautes zambiens. Circulant de textes en peintures, de photographies en films et en clips publicitaires, l’afronaute n’en présente pas moins une forme d’ubiquité qui fait de lui un figurant récurrent dans les représentations afrofuturistes contemporaines : à ce titre, il inspire des créateurs issus du continent africain aussi bien que des artistes européens comme la photographe espagnole Cristina de Middel. Porté par une mode qui va en se densifiant depuis les années 2000, l’afronaute oscille dès lors entre le simple motif, fondé sur un jeu de contraste entre primitivisme et technologie, et l’accession au rôle de figure historique, artistique et littéraire.

Liens :

  • « Judgment Day! » de Joe Orlando et Al Feldstein, « Weird Fantasy », EC Comics, 1953
  • L’afronaute historique, Edward Makuka Nkoloso
  • Le film de Cristina de Middel, The Afronauts

Eventuellement :

  • Vabvakure de Gerald Machon

Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg, et directeur de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires ».

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’école normale supérieure ; agrégée de lettres modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse, sous la direction du professeur Xavier Garnier, porte sur La Tentation encyclopédique dans les littératures francophones africaines : des documentations coloniales au glossaire contemporain

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules de Mélanie Bourlet

Projection-débat le jeudi 30 novembre 2017 au cinéma l’Utopia de Bordeaux de 18h à 20h15

Dans le cadre du séminaire “Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques” (LAM / Sciences Po Bordeaux)

Cycle 2 « Ce que l’art fait à la citoyenneté »

Pour cette huitième séance du second cycle intitulé  en partenariat avec l’Utopia, nous aurons le plaisir de recevoir Mélanie Bourlet (INALCO), Daouda Gary-Tounkara (LAM), Céline Ségalini (LAM) pour une séance autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules, de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain.

http://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=4238&mode=film

Pourquoi écrire en pulaar (peul) lorsque l’on est considéré comme le premier écrivain africain en langue française ? En remontant le fil de la trajectoire littéraire et personnelle d’un écrivain injustement dénigré, Bakary Diallo, Mélanie Bourlet découvre qu’à son retour de France où il était engagé au front comme tirailleur, l’auteur du roman Force-Bonté (1926) qu’on soupçonnait de plagiat, n’a jamais cessé de composer de la poésie en pulaar. S’ouvre alors à elle un chantier de recherche qu’elle reconstitue à travers ce film sous la forme d’une enquête, menée essentiellement au Sénégal sur les traces de cet écrivain méconnu, afin de retrouver des fragments de cette œuvre bilingue. À mesure que l’enquête avance, l’on voit se déployer devant la caméra ces textes inédits, mémorisés par les membres de sa famille qui racontent comment, arpentant inlassablement les savanes du nord du Sénégal, Bakary Diallo inscrivait les moindres détails du paysage, vibrants témoignages des modulations du temps sur l’environnement. En effet, Bakary Diallo se révèle être un auteur résolument cosmopolite, non seulement sensible aux sons et aux sens des langues qu’il pratiquait, mais également concerné par les enjeux écologiques de sa région natale. Si les archives papier du poète sont pour la plupart aujourd’hui disparues, le film nous donne accès à cette archive vivante qu’est la mémoire de sa poésie transmise par Bakary Diallo à sa famille.

20171123 S2.8 affiche

Pour une présentation du séminaire dans son ensemble, se reporter au site du LAM :http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques
Et à la page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

Séminaire « Traverses afroméditerranéennes »

Généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Niger (Elara Bertho)

Le séminaire « Traverses afroméditerranéennes » (CIELAM, LESA) aura le plaisir d’accueillir pour sa séance inaugurale Elara BERTHO (Paris III-Sorbonne nouvelle), qui nous parlera des généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Nigermardi 7 mars, de 14 à 16h, salle 1.18 de la Maison de la recherche Schuman.

Résumé :
Il s’agira d’interroger la fabrique d’une épopée populaire de la résistance à la colonisation française à travers la figure de la reine Sarraounia au Niger. Nous montrerons comment la dimension épique est un calque inversé des imaginaires épiques coloniaux, notamment de cette “traversée” saharienne qu’a été la mission Voulet-Chanoine. A partir de matériaux d’archives coloniales, d’archives sonores, de romans et de ballets, nous montrerons comment l’épopée nationaliste nigérienne s’est inscrite dans des généalogies intertextuelles plus vastes par des “branchements” et des points de traverses variés.

Docteure en littératures comparées de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (THALIM), Elara Bertho est actuellement ATER au département de Lettres Modernes de Paris 3.

Traverses afroméditerranéennes est un projet labellisé par la Fédération CRISIS de la Maison de la recherche ALLSH, animé par Thierry ROCHE (LESA) et Catherine MAZAURIC (CIELAM). Le séminaire bénéficie du soutien du LaFEF (http://lafef.net/).

Manifestation Cielam

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe “manuscrit francophone” (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279