Archives par mot-clé : Séminaire

Féminismes noirs et littérature

Le 14 juin prochain, l’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Guyane et du laboratoire MINEA à l’origine du séminaire FEMPOCO organise en présentiel un atelier de réflexion sur féminismes noirs et littérature, dans le cadre du congrès de l’Institut des Amériques qui se tiendra à Lyon, du 12 au 16 juin 2023
 
La rencontre prolonge les travaux du séminaire et le dossier “(Re)lire les féminismes noirs” dirigé par Tina Harpin et Claudine Raynaud paru en 2021 aux Études littéraires africaines n°51.
 
Nous recevrons les chercheuses Jules Falquet, Laure Demougin, Claudine Raynaud, Vinicius Gonçalves Carneiro et Kathleen Gyssels ainsi que Natalia Guerellus modératrice de la séance. 
 
L’atelier aura lieu au Palais Hirsch, Bâtiment Athena, Salle 046, à 9h et pour y assister sur place, il faut s’inscrire ici : https://my.weezevent.com/congres-de-linstitut-des-ameriques-2023-lyon.
 
L’argumentaire et le programme sont détaillés ci-dessous. N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées et de pouvoir se rendre à cet événement!
 
L’équipe du séminaire de recherche FEMPOCO (Université de Guyane, laboratoire MINEA)
Giulia Manera, Ahmed Mulla et Tina Harpin
 

Penser les féminismes noirs à travers la fiction, le théâtre et la poésie des autrices francophones, lusophones, hispanophones et anglophones dans les Amériques

Mercredi 14 juin de 9h00 à 11h00

 MILC

Organisation : Tina Harpin (Université de Guyane), Ahmed Mulla (Université de Guyane) et Giulia Manera (Université de Guyane)

Argumentaire

Dans Petit manuel antiraciste et féministe, traduit en français en 2019 (Anacaona), l’universitaire activiste brésilienne Djamila Ribeiro invite ses lecteurs et lectrices à lire des « auteur.e.s noir.e.s » comme remède à l’annihilation et à l’invisibilisation des savoirs noirs et comme acte féministe. Ribeiro reprend une idée communément partagée dans les combats féministes sur le rôle de l’écriture et de la littérature dans la prise de conscience des injustices et dans la lutte. Elle nous rappelle la mise en garde ancienne de la chercheuse en littérature africaine américaine Barbara Christian (The Race for Theory, 1988) contre l’oubli d’une littérature féminine noire vue comme l’expression autre d’une forme de pensée vivante, non hégémonique, qui est aussi théorie. En tant que chercheurs en littératures américaines, nous souhaitons approfondir cette réflexion sur la littérature comme possible expression des pensées théoriques féministes noires, au lieu de perpétuer la représentation simpliste d’une dichotomie entre “théorie féministe” et pratiques littéraires.
L’atelier est pensé comme le prolongement de travaux qui ont fait connaître le Black feminism des Etats-Unis en France (Dorlin 2008) et comme la poursuite d’une recherche récente sur la place de la littérature dans les pensées féministes noires (Harpin et Raynaud 2021, Mulla 2021, Manera 2021). L’objectif de l’atelier est la discussion sur la place des études littéraires dans l’élaboration et l’évolution des féminismes noirs aux Amériques considérées dans leur diversité géographique et linguistique. L’échange sera basé sur des études précises d’autrices aux œuvres littéraires complexes et dont le positionnement féministe noir peut paraître indubitable ou faire débat. La fiction et la poésie féministe et/ou féminine noire représentent en effet un terrain d’élaboration, de déconstruction ou de révision de nouvelles figurations puissantes qui désentravent l’imaginaire et les actions. Le prisme du littéraire contribue à restituer la richesse et la diversité des féminismes noirs, et invite à souligner la circulation proprement littéraire d’idées, de formes d’engagements et de théories sur le plan transnational et transatlantique. Dans cette perspective, considérer les autrices du nord, du centre et du sud de l’Amérique permet d’observer les positionnements divers vis-à-vis des combats féministes et féministes noirs, et de problématiser la persistance de l’héritage colonial et raciste dans le continent. Le choix de ce champ d’analyse qui dépasse les barrières linguistiques et nationales permettra également de valoriser et revaloriser les spécificités et l’éclectisme de ces littératures qui pensent, critiquent, réinventent ce qu’on a appelé les « féminismes noirs » depuis le XXe siècle.

Intervenant·e·s


• Jules Falquet (LLCP – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – Melissa Cardoza, 13 couleurs de l’engagement au Honduras

• Laure Demougin (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Paulette Nardal et Jane Léro : deux facettes d’un féminisme noir ?

• Claudine Raynaud (EMMA – Université Paul-Valéry Montepellier 3) – Lewis’ Sable Venus and Rankine’s Citizen: African American Poetry as Black Feminist Theory?

• Vinicius Gonçalves Carneiro (ERSO – Université de Lille) – À la recherche d’une destinataire subalterne : relire Françoise Ega à travers Carolina Maria de Jesus, relire Carolina Maria de Jesus à travers Françoise Ega

• Kathleen Gyssels (Antwerp University) – Queering Wekker with Wynter and Taubira, or Sycorax’ Sisters in the Struggle against white, male, heteronormative prejudice

 

Séminaire Senghor 2023/5

17/05/2023, Salle 311, site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, et visioconférence. 15h GMT (17h Paris)

Alice Chaudemanche et Serigne Seye :

Senghor dans la création littéraire et artistique sénégalaise contemporaine

Docteure en Littérature générale et comparée et agrégée de Lettres Modernes, Alice Chaudemanche est actuellement maîtresse de conférence en langue et littérature wolof à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO). Ses recherches portent sur la création littéraire en wolof (poétique des genres ; traduction et adaptation ; pratique d’écriture plurilingue ; imaginaire des langues dans le texte littéraire ; circulation oral/écrit). Sa communication, « Ana Seŋoor ? (Où est Senghor ?) Le poète-président dans la poésie en wolof : rejet politique, rejet poétique ? » posera la question de savoir quelle est la place de Senghor dans la poésie écrite en wolof. La poésie militante des années 1970 s’est construite autour du rejet de sa politique, l’érigeant en repoussoir. Encore aujourd’hui, c’est Cheikh Anta Diop et non Senghor que célèbrent les poètes en wolof. Au rejet politique s’ajoute un apparent rejet poétique : la poésie écrite en wolof en alphabet latin ne revendique pas l’héritage du verset senghorien mais celui des woy traditionnels et de la poésie wolofal. Afin de mettre en perspective ce qui sépare la poétique du poème senghorien et celle de la poésie wolof, nous nous pencherons sur deux traductions en wolof de la première strophe du poème « Femme noire ».

Serigne Seye est enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il enseigne la littérature africaine, les exercices et les théories littéraires. Ses recherches portent essentiellement sur l’œuvre de Boubacar Boris Diop, les rapports entre littérature et musique urbaine qu’il étudie essentiellement sous les angles de l’intermédialité, des théories postcoloniales, de la génétique et de l’écopoétique. Sa communication, « Vive Senghor ! (le poète) À bas Senghor ! (le président) : réception et perception de Senghor dans quelques œuvres musicales et filmiques sénégalaises », reviendra sur les échos de la création littéraire de Senghor et de son œuvre politique dans quelques chansons et films sénégalais. Elle visera à décrire l’image contrastée que les artistes sénégalais des années 1980 à maintenant donnent du Président-poète dans leurs œuvres.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2639

Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

Continuer la lecture de Semaine Senghor

Séminaire Senghor 2023/4

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 4, 12 avril, 14h-16h GMT (16h-18h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard(at)cnrs.fr

Présentation de son Senghor (PUF, 2023) par Elara Bertho

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS. Ses recherches portent sur les relations entre littérature et politique en Afrique de l’Ouest. Elle a publié Sorcières, tyrans, héros (Honoré Champion, 2019) sur des figures de résistants et leur construction en héros nationaux. Elle a édité le texte d’un chef de canton guinéen concernant les guerres de Samori Touré et les guerres coloniales, Djiguiba Camara, Histoire locale (avec Marie Rodet, Brill, 2020). Directrice de la collection Lettres du sud chez Karthala, elle appartient au comité de plusieurs revues (Multitudes, Cahiers de Littérature Orale, Etudes Littéraires Africaines). Elle travaille actuellement à une histoire des arts sous Sékou Touré, en Guinée, et aux relations houleuses entretenues avec le Sénégal.

Pour ouvrir la discussion, Sébastien Heiniger commentera ce travail de synthèse d’Elara, Senghor, paru aux PUF en février 2023 dans la collection “Les grandes figures de l’histoire”. Senghor est l’objet d’une mémoire contrastée, entre le Sénégal et la France. Le pari d’un petit objet éditorial grand public est de couvrir une vaste audience et d’interroger les noeuds d’une histoire commune, coloniale et postcoloniale, par-delà la Méditerrannée. Reprenant le dernier ouvrage d’Elgas, qui fait de Senghor le premier des “aliénés”, il dialoguera avec sa notion de “ressentiment” pour discuter de ces disparités mémorielles. 

Source : https://kouroumanus.hypotheses.org/2575

En savoir + : https://apela.hypotheses.org/6926

L’africanisme en question

L’équipe de la structure fédérative de recherche en études africaines de l’Université de Toulouse est heureuse de vous inviter à la deuxième séance de son séminaire Les Afriques au pluriel.

le 31 mars 2023
9h – 12h30
UT2J, LA178 (Bâtiment 31-Erasme, UFR LLCE)

Programme


09h-09h15: accueil
09h15-09h30: présentation
Stéphanie Lima, maîtresse de conférences, département de géographie, Institut national universitaire Champollion, et Mathilde Rogez, maîtresse de conférences, département d’études du monde anglophone, UT2J, CAS
09h30-10h00: « Pour une épistémologie critique des études africaines »
Salim Abdelmadjid, maître de conférences, département de philosophie, UT2J, ERRAPHIS
10h00-10h15: discussion
10h15-10h30: pause
10h30-11h00: « L’Autre ‘inutile’ : les spécialistes africains formés en Bulgarie durant les années 1960-1990 »
Svetla Koleva, Institut de sociologie de l’Académie bulgare des Sciences, professeure-visiteure au département de sociologie et au LISST
11h00-11h15: discussion
11h15-11h45: « Sami Tchak et les ‘africanistes’ : un regard romanesque, ironique et indulgent »
Pierre Soubias, maître de conférences, département de lettres modernes, cinéma et occitan, UT2J, LLA-CREATIS
11h45-12h00: discussion
12h00-12h30: programmation et présentation des séances à venir

NB: nous privilégions le vraimentiel, mais un lien Zoom sera éventuellement mis à disposition sur demande
Programme prévisionnel de l’année
– vendredi 21/04/2023 (09h-12h30, UPS, salle Coriolis de l’OMP): durabilité et interdisciplinarité (Claire Delon – UT3/LAERO OMP, Fabrice Gangneron – UT3/GET OMP), avec des présentations de Claire Delon, Dominique Serça, Corinne Galy Lacaux, Fabrice Gangneron, Sylvia Becerra et Cathy Liousse
– jeudi 25/05/2023 (09h-12h30, UT2J, MDR salle E412) : circulation des normes et projet AVALSUD (Alain Bonnassieux – UT2J/LISST-DR, Nour Carpel–Heysch de la Borde – Université Paris I Panthéon Sorbonne/LISST, Emmanuel Chauvin – UT2J/LISST-DR, Mathilde Joncheray – UT2J/LISST-CIEU)
– jeudi 29/06/2023 (09h-12h30, UT2J, MDR salle D30): circulation, langues, savoirs et développement (Alain Bonnassieux – UT2J/LISST-DR, Anne-Lise Granier – LISST-CERS, Fatima Qacha – UT2J/LISST-CERS)
– septembre 2023 (09h-12h30, Sciences Po): éthique de la recherche (Catherine Baron – IEP/LEREPS, Alexandre Gaudry – UT2J/LEREPS G-EAU, Mélanie Jacquemin UT2J/LISST-CAS)
 

Contacts :
Stéphanie Lima: <stephanie.lima[AT]univ-jfc.fr>
Mathilde Rogez: <mathilde.rogez[AT]univ-tlse2.fr>

Journalisme littéraire et Afrique du Sud

Ecole d’été Journalisme littéraire et Afrique du Sud – De la guerre des Boers jusqu’à la période post-apartheid

Nancy, du 30 mai au 3 juin

organisée par John Bak (IDEA)

Ouverture des inscriptions

Les inscriptions à l’école d’été portant sur le journalisme littéraire et l’Afrique du Sud sont désormais ouvertes et accessibles en cliquant sur ce lien : https://jorlitsaf.event.univ-lorraine.fr/

Vous trouverez ci-dessous le programme de la semaine, disponible en version détaillée depuis le lien vers les inscriptions.

Literary journalism – or journalism as literature – is journalistic writing that reads like fiction but which is based entirely on immersive research, eyewitness accounts and verifiable facts as closely scrutinized as possible. Situated comfortably between two axes of media pedagogy and research, literary journalism (journalisme littéraire in French, literarische Reportage in German, literaire journalistiek in Dutch) represents a form of written communication that is both literary and journalistic in form and aesthetic but which informs and educates the public, provides detailed historical and cultural contexts and editorial commentaries and, potentially, alters socio-political policy and opinion.
The third Summer School of the ReportAGES research project, a five-day graduate course for Master’s and PhD students – throughout Europe and, potentially, South Africa – of Journalism, Communications, Media Studies, English, German, or French Literature, Cultural Studies or Government Policy, will explore how historical trends in narrative literary journalism in France, Germany, England and the Netherlands from the Anglo-Boer War to post apartheid reshaped the media landscape of each country, distinguishing a European development of the genre not just from its Anglo-American cousins but also from each other.
Following morning and afternoon workshops and lectures on nine principal themes treated in literary journalism (e.g., the Anglo-Boer War, documentary aesthetics, concentration camps, colonialism, the popular press, apartheid, Afrofuturism, etc), students (Master’s, doctoral and postdoctoral) and interested faculty members will be introduced to the historical and cultural motivations behind the current popularity of literary journalism in South Africa, France, and other nations.
At the end of the course, students will be required to develop their own pedagogical unit (modeled after one of the nine themes presented or based on an entirely different theme not addressed during the course) and present it orally in English, French or German.

The Summer School is recognized by the Erasmus+Mobility/Staff Training.

Rythmes de Senghor

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor 2023/2

« Rythmes de Senghor »

coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 2, mercredi 15 février, 16h-18h GMT (17h-19h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

  • Michel Murat (Sorbonne) : «Rythmes de Senghor»

Michel Murat est un fin connaisseur de l’histoire des formes poétiques françaises et l’auteur du récent La Poésie de l’Après-guerre, dont la partie centrale est consacrée à Senghor, Césaire et Rabearivelo. Sa communication portera sur lesdits « rythmes africains » de la poésie du premier et est le fruit d’une recherche qu’il a menée sur les enregistrements de Senghor lisant ses poèmes.

  • Amade Faye (UCAD) : « Le verset senghorien à la cadence du chant-poème seereer »

Amade Faye est un grand spécialiste de la littérature orale ouest-africaine, et de la poésie seereer en particulier. Il nous éclairera au sujet des relations qu’entretiennent le verset senghorien et le chant-poème seereer.

La conversation entre ces deux chercheurs, qui mettront à notre disposition leurs connaissances des traditions écrites et orales confluant dans la poésie senghorienne, s’annonce passionnante. Les trente dernières minutes de la séance seront dédiées aux questions et discussions.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard [apud] cnrs.fr