Archives par mot-clé : Sénégal

Séminaire Senghor : double séance

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera ce mercredi 15 mai 2024 à 15h-17h GMT (17h-19h Paris). Elle sera suivie par une séance seconde séance ce jeudi 16 mai 13h30-15h30 GMT (15h30-17h30 Paris).

Le mercredi 15 mai, nous nous retrouverons à l’ENS au 45 rue d’Ulm et sur zoom.

Continuer la lecture de Séminaire Senghor : double séance

Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène

Présence francophone n°100 (2023)

Parution du n°100 (2023) de la revue Présence Francophone consacré aux « Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène ». Codirigé par Mbaye Diouf et Edoardo Cagnan, le volume est produit en hommage au centenaire de la naissance de l’écrivain et cinéaste sénégalais et fait le bilan critique d’une œuvre multiforme et pionnière, marquée par la trajectoire sociale atypique d’une figure tout aussi atypique des lettres et du cinéma panafricain. 
 
Le volume compte les importantes contributions de Gabrielle Chomentowsky, Gesine Drews-Sylla, Louis Ndong, Claude Forest, Pierre Ndemby Mamfoumby, Assane Ndiaye, Léthicia Obono Ngou-Milama, Abdoulaye Sall, Florence Leca Mercier, Mbaye Diouf, Bocar Aly Pam, Carina Yervasi et Edoardo Cagnan.
 
Pour se le procurer, s’adresser à Jean Ouedraogo (ojean [chez] holycross.edu) ou à Mbaye Diouf (mbaye.diouf [chez] mcgill.ca).
 

Formes de réflexivité sénégalaises

Littératures, voix et écritures

Journée d’étude – Montpellier, 19 mars 2024

Programme

9h Accueil

9h15 Présentation par Lambert Barthélémy et Steen Bille Jörgensen

9h30 Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken) : Puissance des rumeurs, présence des médias, résistance de l’écrit et de l’imprimé – sur les rapports entre oralité et écriture dans l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr (De purs hommes, La plus secrète mémoire des hommes)

10 h15 Simon Hartling (Copenhague) : Africanité et francité – de Senghor à Fatou Diome

 11h Pause café

11h15 Nafissatou Dia Diouf (Paris) : Lecture/Intervention et questions du public

12 h Pause

14h Serigne Seye (UCAD Dakar) : Doomi Golo et Les Petits de la guenon de Boubacar Boris Diop : comment traduire et mettre en voix le métadiscours

14h45 Steen Bille Jørgensen (Aarhus) : Des espaces écrits et des voies insoupçonnées – La voix de Ken Bugul et les procédés d’écriture dans Rue Félix-Faure

15h30 Pause

15h45 Pape Samba Kane : Lecture/Intervention

16h30 Débat de clôture

Relire Senghor. ELA 56 (2023)

Dossier : Relire Senghor

Textes réunis par Elara Bertho et Étienne Smith

  • Relire Senghor ? (Elara Bertho et Étienne Smith)
  • À la gauche de Senghor : relire le président en action
    (Florian Bobin)
  • Relire le poète Senghor à la lumière de son fédéralisme politique (Sébastien Heiniger)
  • Le projet de la série Liberté : un colosse aux pieds d’argile
    (Edoardo Cagnan)
  • Le Royaume d’enfance sous le regard de Gaïa (Xavier Garnier)
  • Lecture génétique du poème « Chant pour Yacine Mbaye »
    (Claire Riffard et Mbaye Gueye)
  • Entretien avec Sarah Frioux-Salgas (Elara Bertho)
  • L’œuvre en élaboration : de quelques « mots-ciment »
    de Senghor dans le « Cahier de Verson »
    (Papa Samba Diop)

Hommage

Hommage à Jacques Chevrier (R. Fonkoua)

À propos… des Bons ressentiments d’Elgas

  • Libre ! (J.-P. Orban)
  • Des ambivalences post-coloniales à l’incolonisable
    (M.
    Lombard)
  • Je t’aime, moi non plus : les émotions post-coloniales
    d’Elgas (N. Chavoz)

Varias

  • « Toi / ce bris d’île entière » : le fragment poétique comme
    relation au monde dans l’œuvre d’Édouard J. Maunick
    (C. Lotz)
  • Renoncer à l’épopée: trois figurations littéraires de la
    « Toussaint rwandaise » de 1959 (Reisdorff, Marchal, Ruti)
    (P. Halen)

Comptes rendus

Séminaire Senghor 2024/1

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera en visioconférence ce jeudi 11 janvier 2024 à partir de 15h GMT (16h Paris).

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès des coordinateurs Sébastien Heiniger et Alioune Diaw : (senghor.item.ucad@gmail.com).

Jehanne Denogent (Université de Cape Town), « Publier les arts verbaux africains. Junod, Cendrars, Senghor : enjeux d’une mise en circulation »

Cette communication souhaite s’intéresser au geste de publication d’arts verbaux africains en mettant en regard trois perspectives : celle de missionnaires ayant transcrit des récits oraux dans une visée scientifique ou pédagogique, celle d’un écrivain d’avant-garde, qui s’y intéresse d’un point de vue poétique et enfin celle de Senghor traducteur.

Jehanne Denogent est docteure de l’Université de Lausanne (Suisse) où elle a consacré sa thèse au primitivisme littéraire. Ses recherches portent plus largement sur les phénomènes de circulations culturelles. Elle a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Blaise Cendrars, de Tristan Tzara ou sur la littérature francophone africaine. Depuis 2023, elle effectue un postdoctorat à l’Université de Cape Town (Afrique du Sud).

Abdoulaye Sall (UCAD), « Entre beauté, perfection, difformité et meurtrissures, les représentations du corps chez Léopold Sédar Senghor »

Il s’agit, pour nous, de voir, lire, déchiffrer les multiples inscriptions de la beauté, de la perfection, de l’histoire, de la difformité, des meurtrissures, de la vie, du deuil sur le corps dans la poésie de Senghor.

Abdoulaye Sall est enseignant-chercheur en littérature africaine écrite au Département de Lettres Modernes de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ses recherches portent essentiellement sur les œuvres littéraires et cinématographiques de Sembène Ousmane, le corps et l’intermédialité. Parmi ses publications récentes figurent : « Rencontre avec « cette Afrique méridionale de la France » dans Le Docker noir de Sembène Ousmane », The Journal of African and Postcolonial Studies, Issue Number 2, Migration, Literature and Society, The Laboratory of African and Postcolonial Studies, ARCIV, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, juillet 2020, p. 255-269 et « De l’expression intermédiale dans L’Automobile de Moustapha Kâ », Terroir des mots, territoire des langues.Mélanges offerts au Professeur Diamé Signaté, Revue Sénégalaise de Langues et de Littérature, Nouvelle série, n° 15, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 2021, p. 305-313.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2773

« Souvenirs de Lagos »

Festac . . . Memories of Lagos

Published online by Cambridge University Press:  02 January 2024

Publication d’une introduction et d’une traduction (en anglais), par Tobias Warner, d’un texte inconnu de Mariama Bâ dans la revue PMLA.

« Souvenirs de Lagos » est le premier texte oublié de Mariama Bâ à être redécouvert depuis des décennies, et le seul poème que l’autrice aurait publié. Le poème évoque les expériences de Mariama Bâ lors du FESTAC organisé à Lagos, au Nigeria, en 1977. Le texte est paru dans un journal sénégalais (L’Ouest africain) deux ans environ avant la publication d’Une si longue lettre, mais il est resté inconnu des chercheurs. L’introduction et la traduction en anglais du poème sont désormais en libre accès.

Une table ronde virtuelle consacrée à « Souvenirs de Lagos » est programmée lors de la convention de la Modern Language Association ce vendredi 5 janvier 2024, de 14h à 15h HNE, avec Rama Dieng, Tsitsi Ella Jaji, Annette Joseph-Gabriel, Stéphane Robolin et Tobias Warner en conversation. Accessible aux membres de la MLA, cette conversation, qui aura lieu en anglais, est organisée par les Francophone et African to 1990 Forums de la MLA. La conversation sera également enregistrée et mise à disposition quelques jours après la séance.

JE Récits de territoire

Les journées « Pour l’émergence de la notion de récits de territoire’ à la croisée des disciplines et des pratiques » se dérouleront les 8 et 9 décembre 2023 de 10h00 à 18h00 au MucemLab, Fort Saint-Jean, Marseille.

Que peuvent les récits pour nos milieux de vie ? Cet atelier, international, trans- et interdisciplinaire, exposera des mises en œuvre de « récits de territoire » à la croisée d’expériences arts-sciences situées. Leur point commun : être localisées et avoir recours à plusieurs “échelles du récit” pour améliorer l’habitabilité de zones affectées par la crise écologique. Par des postures de participation et d’écoute variées (ateliers, exposés, échos, perspectives, échanges), cet atelier ménagera une écologie de l’attention permettant d’interroger la notion de récit de territoire. Ces deux journées seront aussi l’occasion de faire connaître ces « récits à échelle 1 », de caractériser la manière dont ils s’articulent à des dispositifs artistiques singuliers (pièce de théâtre, film, installations, poèmes…), et de commencer à envisager leurs effets sur les milieux concernés.

Des journées conçues et organisées par Claire Dutrait (CIELAM/AMU) avec Aurélie Darbouret (Centre Norbert Elias/EHESS).

Entrée gratuite sur inscription à mucemlab@mucem.org dans la limite des places disponibles.

Programme détaillé et présentation des participant·e·s sur le site du MuCEM. Voir également : https://cielam.univ-amu.fr/evenements/journees-detude-recits-territoire-mucem.