Archives par mot-clé : Sénégal

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

Être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui, 2. Par Daniel Delas

Mohamed Mbougar SARR,

  • Terre ceinte, Présence africaine, 2014 (rééd. livre de poche PA, 2017, 354 p.)
  • De purs hommes, Philippe Rey / Jimsaan, 2018, 191 p.

Terre ceinte, premier roman de Mohamed Mbougar Sarr couronné par le Grand Prix du Roman métis, qui a précédé De purs hommes auquel je pensais consacrer exclusivement cette chronique, est si étroitement connecté avec le troisième roman de l’auteur (qui a également publié Silence du choeur, toujours aux éd. Présence africaine, en 2017) que je choisis d’en dire d’abord quelques mots.

Ce premier roman est le récit ambitieux du jeune auteur sénégalais (né en 1990) qui nous propose un montage en alternance de la vie quotidienne de groupes humains opposés dans une ville de fiction (dénommée Kalep) passée au pouvoir des islamistes. Les djihadistes sont représentés par le chef de la police Abdel Karim, un géant rusé et fanatique, les résistants par un groupe de sept conjurés, plutôt intellectuels ; ‘éclatés’ issus de la personnalité de l’auteur lui-même, ils se réunissent dans les caves d’une taverne pour réaliser leur projet de publier un journal appelant à la révolte. Outre ces résistants à l’islamisme on croise d’autres personnages plus ambigus qui passent d’un camp à l’autre, comme Ismaïla (le fils aîné du meneur de la résistance !) devenu un adepte fanatique de chaque mot, de chaque ligne, de chaque sourate du Coran et rejoignant le camp des religieux. Ou comme Ndey Joor Camara, une femme modérée, parce que mère et que les mères savent les dangers mortels dont les combats politico-religieux en terre d’Islam menacent leurs fils. Au bout du récit, Abdel Karim est tué, les résistants entraînent la foule contre les islamistes qui se retirent dans le désert, provisoirement sans doute, mais c’est tout de même une victoire.
« Récit ambitieux » disais-je, car si la thèse générale de l’anti-islamisme est claire et nette, la complexe relation des peuples au pouvoir islamique est bien illustrée : certes le choix d’une ville purement fictive épargne la nécessité de mettre en place une analyse sociale différenciatrice, mais comprendre l’histoire de chacun implique une mise en situation précise des personnages expliquant leur réaction personnelle. Ce qui est le cas, relié de plus à ce qui s’est passé à Kidal au Mali ou à Alep en Syrie. Car, comme le dit l’auteur, « c’est un roman imaginaire, mais qui s’ancre dans l’actualité » (celle de 2015, puisque depuis la situation de Daech a plutôt reculé). C’est surtout par l’ambition de son écriture (de son style si l’on préfère) que Mohamed Mbougar Sarr se distingue comme un écrivain, osons le terme, brillant. Sa pratique du français littéraire réaliste inaugurée par Flaubert (le Flaubert de Salammbô (cité p. 30), pas celui de Madame Bovary ou de L’éducation sentimentale) est impressionnante. On admirera par exemple le classicisme juste de ce portrait d’Idrissa Camara

C’était un jeune homme de dix-sept ans, grand, mince – fin, se plaisait-il à dire – et dont les traits étaient harmonieux. Ses yeux étaient très clairs et le contraste que cet éclat produisait avec la noirceur de sa peau conférait à son regard une intensité étrange, déterminée et mélancolique à la fois. (p.24)

Payé certes au prix d’une perte de toute africanité. Mais l’africanité est-elle encore un souci des écrivains africains d’aujourd’hui ? D’ailleurs la cellule des résistants aux islamistes, dans ses moments de loisir se complait aux ‘calembours, contrepèteries, jeux de mots’ et choisit comme titre de leur journal l’’anagramme, presque un palindrome’ du nom du lieu où ils se réunissent (p.155), Jambaar devenant Rambaaj. Qui use de ce vocabulaire universitaire facétieux en Afrique francophone ? Des intellectuels franco-cosmopolites, de professeurs dont le ton reste d’ailleurs parfois un peu magistral :

Il faut examiner plus en détail les possibles raisons idéologiques qui poussent les intégristes à détruire les documents de cette bibliothèque. Ces raisons semblent être de trois ordres (p.312)

Suit un développement en trois points et trois pages. Est-ce bien à sa place dans un roman réaliste d’écriture flaubertienne ? Il n’est pas jusqu’au titre qui porte le poids d’un fort humour intellectuel  : Terre ceinte, jeux de mots simple avec ‘Terre sainte’ certes, mais pourquoi ’ceinte’ ; ‘ceinte’ = ‘entourée’, entourée par qui, par quoi ? La nécessité du jeu de mots ne se justifie pas clairement alors qu’il titre un roman historique d’une actualité brûlante.
Maladresse d’un écrivain débutant ?

                                                                       *

Le plus récent roman de Mohamed Mbougar Sarr, De purs hommes, nous apporte des compléments d’information en s’affichant comme une demi-fiction, le personnage principal étant à l’évidence une sorte d’auto-portrait de l’auteur. Jugez-en.  Professeur de littérature comparée de 37 ans revenu après ses études universitaires, enseigner au Sénégal,  il y est mal agréé par ses vieux collègues

des fossiles, des dinosaures, qui n’écrivaient plus (l’avaient-ils jamais fait ?), (…) docteurs ès intrigues de basse-cour (p. 23)

parce qu’il pratique une pédagogie ouverte et ignore en particulier que le ministère a pondu une note incroyable : le poète Verlaine est interdit d’étude pour cause d’homosexualité. Débute alors une longue et anxieuse interrogation sur la société dans laquelle il vit : ses étudiants passifs mais sourdement hostiles à toute originalité culturelle approuvent cet interdit, son père, parfait musulman honnête homme mais sourd à toute innovation qui n’aurait pas sa source dans le Coran, ses deux amies-amantes qui le poussent à ouvrir les yeux et critiquent chez lui une sorte d’homophobie honteuse dans la mesure où il ne va pas au bout d’une interrogation.

Il suffit [lui dit une de ses amantes] de s’intéresser un tout petit peu à la recherche anthropologique sur la question de l’homosexualité en Afrique pour se rendre compte de sa présence sur le continent avant la colonisation. Des siècles avant… Depuis toujours ! Les Sénégalais n’en savent rien. They don’t wanna know. Ils sont enfermés dans l’idée que leur pays est un espace pur, historiquement hétérosexuel ! Ça les rassure. Ils croient à ce mythe, et ne cherchent pas à savoir. C’est la signification même de l’intégrisme, comme je te le disais. (p.86)

Le débat avec ses amies se poursuit et envahit peu à peu la vision du monde du professeur. Il réalise que les homosexuels en terre islamique sont de « purs hommes » (titre du roman) qu’on traite faussement d’ « impurs » parce qu’ils choisissent d’être ce qu’ils sont, admirables

parce qu’à n’importe quel moment la bêtise humaine peut les tuer, les soumettre à la violence en s’abritant sous un des nombreux masques dévoyés qu’elle utilise pour s’exprimer : culture, religion, pouvoir, richesse, richesse, gloire… Les homosexuels sont solidaires de l’humanité parce que l’humanité peut les tuer ou les exclure. (p. 125)

Ce qu’elle fait en interdisant l’étude de Verlaine ou en tolérant que des hommes enterrés dans un cimetière musulman soient ignominieusement déterrés. L’apprenant Ndéné Gueye se rapproche alors de plus en plus de la mère du déterré ainsi que d’un étrange personnage de travesti, considéré comme homosexuel par la rumeur alors qu’il ne l’est pas :

Je peux être tué demain pour ce que je ne suis pas mais qu’on croit que je suis à cause d’un mot ou d’une rumeur (p 118)

Car la rumeur ne se fonde sur aucune base objective, la rumeur d’infamie qui salit sans trêve l’homosexualité en terre musulmane, la rumeur qui laisse tôt ou tard celui qui en est la victime perdu dans le labyrinthe. Peu à peu, cette rumeur, le héros la sent naître et croître

naître, bruire, enfler dans les regards insistants, les chuchotements qui précédaient ou suivaient mon passage, les mouvements de menton me désignant de loin( p. 153)… Qu’est-ce au juste qu’une rumeur ? L’illusion d’un secret collectif. Elle est une toilette publique que tout le monde utilise, mais dont chacun croit être le seul à connaître l’emplacement (p 153)… En suis-je un ? Oui… Non… Peu importe la rumeur a dit, décidé, décrété que oui. J’en serai donc un. Je dois en être un. S’ils ont besoin, ceux-là dehors, que j’en sois un pour mieux vivre, je vais l’être, jouer à fond mon rôle et ainsi chacun sera content. Eux de vivre et moi de mourir. (p 190, avant-dernière page).

                                                           *

Ce roman est d’une grande profondeur, non parce qu’il serait plus vrai que tel autre mais parce qu’il est proche du vécu d’une société africaine en souffrance. Il est émouvant et moderne parce que sa dénonciation de l’intolérance dont sont victimes les ‘hommes-femmes’ (góor-jigéen), concerne aussi les femmes, les travestis et tous les prétendus ’déviants’ qui assument librement leur choix dans une société esclavagisée. Une liberté qu’illustre une écriture rythmée et cosmopolite (on parle français mais aussi wolof et anglais), forte et émouvante  qui soutient une vision lucide du monde,  « houellebecquienne »  si l’on veut – guère optimiste donc – mais combative et courageuse.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui, 2. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 11/03/2019, https://apela.hypotheses.org/3133.

AAC : Migrations, traversées et intégrations

Revue Éthiopiques

Appel à communications pour le n°102, 1er semestre 2019

Le prochain numéro d’Éthiopiques dont le thème est Migrations, traversées et intégrations, a pour objectif de susciter des réflexions multidisciplinaires sur les enjeux et les conséquences des phénomènes migratoires contemporains depuis les logiques sociales qui produisent l’émigration, aux formes de recomposition des collectifs remettant en jeu les questions d’appartenance, de frontières et d’intégrations, en passant par la traversée et ses périples. Les échanges, les migrations, les déplacements de population – qu’ils fussent volontaires ou forcés – ont de tout temps marqué la construction du monde, mais elles se sont développées sous une forme spécifique avec la naissance et le développement du capitalisme.
Les migrations, qui ont toujours existé au cours de l’histoire de l’humanité sont devenues une réalité structurelle dans un monde globalisé. Bien qu’elles concernent aujourd’hui une personne sur sept sur Terre et sont de plus en plus diversifiées, multiples et complexes, tant par leurs motifs et leurs origines que par leurs trajectoires, elles restent pourtant mal comprises, volontiers caricaturées, et surtout souvent réprimées, tant au Nord qu’au Sud, si bien qu’aujourd’hui, la réalité dans laquelle nous vivons – dans ce premier quart du vingt-et-unième siècle – est marquée par la tragédie de la migration, comme résultante de la globalisation du monde, de ses conflits, de sa misère et de sa pauvreté. Loin de conduire les États concernés à repenser leurs modalités d’accueil et de gestion des flux, les frontières se sont « renforcées ». La multiplication des dispositifs de contrôle enserre l’expérience des personnes concernées générant, à toutes les étapes de leurs parcours, des situations de blocage et d’immobilité sociale et spatiale. Le migrant dérange, inquiète, oblige à construire des murs, à repenser les frontières, à réveiller les pires fantômes de l’histoire.

Dans ce contexte d’une dramatisation sociopolitique des phénomènes de mobilité, les migrations sont présentées comme autant de déclencheurs de crises sociétales, engendrant une exacerbation des tensions entre les « établis » et les groupes et individus nouvellement arrivés.
La criminalisation du migrant, dans les faits et dans l’opinion, encourage les traites clandestines, les réseaux d’exploitation et exacerbe les difficultés d’intégration. Face à la complexité, au Nord comme au Sud, des causes et des effets culturels, socio-économiques et politiques des déplacements de populations (dont l’essentiel a lieu entre pays du Sud), leur appréhension requiert de profonds changements de perspective dans l’approche du fait migratoire comme réalité socio-historique et thématique scientifique. Le phénomène migratoire , comme recomposition spatiale et sociale des relations individuelles et collectives, implique la mise en question des références et des appartenances, des ancrages et des ambitions, et conduit à interroger la gestion des relations interpersonnelles, à différentes échelles, intimes, familiales, collectives, voire communautaires, et à questionner les dispositifs politiques nationaux et internationaux chargés de contrôler et d’encadrer ces mobilités.

Ce numéro d’Éthiopiques a comme ambition de promouvoir divers angles d’approche afin de radiographier sous toutes ses faces le fait migratoire par un examen en amont comme en aval des circonstances de départ dans les pays d’origine, des motifs qui poussent à partir, mais aussi des réactions des Etats et des sociétés d’accueil, et des difficultés d’intégration.
Il importe d’examiner quels imaginaires migratoires précèdent les voyages et quelles motivations animent les familles à entreprendre la migration de leurs enfants, mais également comment s’ancrent et s’organisent les politiques publiques d’accueil et d’intégration, et enfin comment les trajectoires des migrants sont elles aussi modelées selon les origines, les parcours antérieurs à la migration, le sexe, l’âge, le contexte de l’arrivée, la culture, les facteurs économiques, etc. Les flux migratoires, liés à des réalités géopolitiques et sociales, défient ou restructurent les frontières politiques, linguistiques et historiques entre pays d’accueil et pays d’origine, et appellent un renouvellement des approches prenant en compte la diversification et la complexification des phénomènes actuels de mobilité humaine.

Axes d’analyse

  1. Littérature et art

-Représentation de la migration et du migrant dans la littérature, les arts et le cinéma
– Stratégies et formes narratives du récit migratoire
– La mise en fiction romanesque ou cinématographique de la traversée (mer, désert, barbelé)
– Caractéristiques narratives et spatio-temporelles des fictions portant sur la migration
– La migration et sa mise en scène : télévision, cinéma, musique, photographie, arts visuels, techniques du corps.
– Récit de la post-migration : tracasseries policières – misère – crainte de l’expulsion
– Mise en fiction des questions d’exclusion et d’intégration, des phénomènes communautaristes et diasporiques.
– La migration en héritage.
– Mise en scène d’identités dynamiques des jeunesses actuelles infléchies par la migration des générations antérieures.

  1. Philosophie, anthropologie

– Intégration – exclusion et processus identitaires.
– Initiatives associatives et politiques publiques d’accueil et d’intégration.
– Inter culturalité, diversité et communautarisme.
– Clivages raciaux, culturels et religieux, conflits, violences et radicalisation.
– Libération et progrès humain, construction de soi, espérance, résilience.
– Globalisation et souveraineté
– Développement solidaire, développement durable
– Insécurité, djihadisme, terrorisme

Envoyer votre article à : senghorf@orange.sn

L’article ne doit pas dépasser 25000 signes.

Date limite : le 31 mars 2019

Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture

1914 : l’aventure équivoque d’un tirailleur sénégalais. Par Daniel Delas

David Diop, Frère d’âme

roman, Seuil, 2018, 175 p.

Une lecture rapide donne à certains critiques l’occasion de titres « à l’occidentale » comme « ode à l’amitié ». Ce qui est se méprendre et négliger l’essentiel. La campagne commerciale de l’éditeur présente, elle, un beau portrait de l’auteur, David Diop, né en 1966, actuellement maître de conférences à l’université de Pau et l’accompagne d’adjectifs dithyrambiques empruntés à d’autres critiques, « langue chantante » ou « formidable roman ». Tout cela est de bonne guerre mais peu éclairant.

Le roman se laisse diviser en trois parties : la première est effectivement celle de deux amis tirailleurs sénégalais durant la Première Guerre mondiale en 1914. L’un des deux « frères d’armes » est grièvement blessé mais l’autre, Alfa Ndiaye, le héros du roman, hésite trop à l’achever, ce qu’il ne se pardonnera qu’en s’en vengeant sur l’ennemi : il rampe vers les tranchées adverses et, ivre de vengeance, coupe une main d’un soldat allemand qu’il éviscère ensuite. Alfa Ndiaye est alors hors de toute humanité, suspecté de sauvagerie dans sa propre unité, un monstre, un sauvage. Il n’agit pourtant pas ainsi par sauvagerie naturelle, mais pour se fondre dans l’âme de son frère d’armes. D’où le titre à double lecture.
Une seconde partie se passe à l’arrière, au repos, surveillé par un docteur bienveillant. Alfa Ndiaye reprend peu à peu, aidé par l’amour de la fille du docteur, possession de lui-même, non pas simple soldat noir mais Africain pénétré de mysticisme et de sorcellerie, et réalise qu’il est un dëmm ou mangeur d’âmes.
Enfin, la troisième partie est consacrée au retour au Sénégal, à l’histoire de la famille et l’union du sorcier-lion avec Fary Thiam, la princesse capricieuse.

Je crois désormais savoir qui je suis. Je te jure, par la vérité de Dieu, que la petite voix venue de très, très loin dans ma tête me l’a laissé deviner. La petite voix a senti que mon corps ne pouvait pas tout  me révéler sur moi-même. La petite voix a compris que mon corps m’était équivoque. (p.167)

Deux femmes l’attachent à deux cultures : Françoise la Française d’un côté, Fary Thiam la Sénégalaise d’origine peule.

Comment réaliser ce scénario complexe, l’actualiser, faire sentir son vécu ? David Diop choisit la lenteur d’une écriture au rythme assourdi de mille et une répétitions. D’abord avec une des expressions formulaires indéfiniment répétées comme « Par la vérité de Dieu » qui sature tout le récit imposant une dimension spirituelle. La gravité du ton soulignée par un vocabulaire simple

Ma mère était belle dans mes souvenirs d’enfant par ses paupières charbonnées, par ses lèvres  peintes entrouvertes sur de belles dents blanches, très, très bien rangées et par son casque de tresses parsemées de pièces d’or. (p.118)

se ralentit encore plus par le jeu des reprises presque textuelles : ainsi on lit p. 83 : « Quand je suis rentré chez nous en rampant dans la boue, comme un mamba noir rentrant dans son nid après la chasse au rat… » et p. 84 : « dès mon retour dans notre tranchée comme un mamba se faufile dans son nid sous terre après la chasse ». Remontée d’une parlure africaine ? Peut-être mais le but, me semble-t-il est avant tout de faire sentir par le rythme intérieur d’un illettré (Alfa Ndiaye n’a pas été scolarisé), la profondeur et le sérieux de sa relation au monde, celui de son enfance, celui de son amitié avec Mademba Diop, celui de sa double appartenance.

Un roman exigeant, au tempo lent, qui fait comprendre, par-delà les épisodes de la boucherie sanglante de 1914, la prise de conscience par un esprit africain du monde de son temps.

Petite lecture complémentaire :

Venance Konan, Si le noir n’est pas capable de se tenir debout, laissez-le tomber. Tout ce que je vous demande c’est de ne pas l’empêcher de se tenir debout. Essai, Michel Lafon, 2018, 223 p.

Daniel Delas

Pour citer cet article : 1914 : l’aventure équivoque d’un tirailleur sénégalais. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 30/10/2018, https://apela.hypotheses.org/2700.

AAC : Ousmane Sembène, artiste-militant

Premier colloque international de l’Association Sembène Ousmane (ASO)

Ousmane Sembène, artiste-militant

14-15 juin 2019, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)

Les propositions de communications suivies d’une courte notice biobliographique seront reçues jusqu’au 15 janvier 2019 à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com
À noter qu’il n’y aura pas de prise en charge des frais de voyage et de séjour des participants.

Calendrier prévisionnel

Les propositions de communication (titre et résumé de 400 mots environ), suivies d’une courte biobibliographie de l’auteur, seront reçues en fichier Word à l’adresse de l’Association Sembène Ousmane (associationsembeneousmane@gmail.com) jusqu’au 15 janvier 2019. Le comité scientifique procédera à la sélection des propositions et les auteurs seront contactés autour du 15 février 2019.
Les communications, d’une durée de 20 minutes suivies de discussion, pourront être prononcées en français ou en anglais. La version écrite des communications est attendue pour le 15 octobre 2019 : ces textes, suite à une deuxième évaluation de la part du comité scientifique, feront l’objet de la publication, fin 2019, du premier numéro de la revue Cahiers Sembène Ousmane, dirigée par Mbaye Diouf (Université McGill).
Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter le site internet de l’Association Sembène Ousmane (www.associationsembeneousmane.com) ou à nous contacter par courriel à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com

Direction scientifique

Andrée-Marie Diagne-Bonané (UCAD), Edoardo Cagnan (Sorbonne-McGill), avec la participation de Maguèye Kassé (UCAD).

Comité scientifique

  • Mamadou BA (UCAD, Sénégal)
  • Marie-Jo BOURDIN (Centre Minkowska, France)
  • Souleymane Bachir DIAGNE (Université Columbia, États-Unis)
  • Andrée-Marie DIAGNE-BONANÉ (UCAD, Sénégal)
  • Mbaye DIOUF (Université McGill, Canada)
  • Carole EDWARDS (Texas Tech University, États-Unis)
  • Claude FOREST (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Maguèye KASSÉ (UCAD, Sénégal)
  • Amadou LY (UCAD, Sénégal)
  • Ibrahima NDIAYE (UCAD, Sénégal)
  • Sada NIANG (Université Victoria, Canada)
  • Justin OUORO (Université de Ouagadougou, Burkina Faso)
  • Felwine SARR (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cristina SCHIAVONE (Université de Macerata, Italie)
  • Omar SOUGOU (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Kalidou Seydou SY (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Ibrahima WANE (UCAD, Sénégal)

Pour ce qui est des écrivains, on ne peut que leur demander de nous exprimer la réalité et la vérité. Et qu’ils le fassent très bien. Mais je ne pense pas qu’une œuvre littéraire doive être une pancarte d’un défilé du 1er Mai. La vie des hommes est si complexe… Moi, ma mission, c’est d’être toujours fidèle à la réalité et d’essayer de pousser les hommes à réfléchir sur leurs conditions d’existence.

Sembène, le 17 novembre 1993

De retour au Sénégal en 1960, après avoir milité activement au sein des syndicats et des partis de gauche pendant sa jeunesse, Sembène Ousmane fera de son travail artistique l’expression privilégiée de son engagement : « Je ne milite dans aucun parti, je milite à travers mes œuvres »[1]. Dès lors, assez distant des débats qu’il jugeait trop théoriques comme la Négritude, mais sensible à la cause des travailleurs (le marxisme), des peuples colonisés (Memmi et Fanon) et des femmes, il développe une conception utile de l’Art : « À l’écrit comme à l’écran, ses soucis majeurs d’artiste furent la représentation authentique des peuples d’Afrique et une description sans compromis des luttes résumant leur mode de survie au quotidien »[2]. Or, selon la conception sembénienne, si l’Art peut se rendre effectivement utile, c’est parce que l’artiste choisit de mettre sa liberté intellectuelle au service des autres : « Je pense que le créateur – pas seulement l’écrivain : le peintre, le cinéaste… – exprime son époque. Il est, dans le sens le plus noble, celui qui combat toute forme d’injustice, que cela soit sur le plan collectif ou individuel, puisque le créateur n’a reçu mandat d’aucun clan, d’aucun groupe, et que c’est par sa propre conscience qu’il pose les problèmes de sa communauté. Si c’est cela l’engagement, il n’y a pas de créateur non engagé »[3].
Foncièrement contestataire, comme le suggère le nom de sa maison à Yoff (Gallé Ceddo, soit « celui qui refuse »), Sembène semble animé par « une double exigence, la nécessité de préserver son individualité tout en étant présent au monde »[4]. C’est sans doute grâce à ce souci éthique, rester libre et ne pas trahir la complexité du réel, que ses œuvres s’écartent de toute forme de manichéisme idéologique : du côté esthétique aussi, elles se rangent assez mal sous l’étiquette du « réalisme socialiste » à cause, par exemple, de l’épaisseur psychologique des personnages et de ces conclusions, le plus souvent ouvertes, qui suscitent chez le lecteur de nouveaux questionnements plutôt que de lui indiquer un chemin à suivre. Il se montre également conscient du fait que ses œuvres parlent à un public hétérogène, non pas pour répandre une doctrine, mais pour le sensibiliser à une cause, faire circuler des idées et pointer des problèmes sociaux : « Je tiens compte du fait que, quand j’écris, je m’adresse à une multitude de gens et je décris souvent la vie de celui qui n’est pas de mon bord. Faut-il alors en faire un porte-drapeau ? J’ai toujours condamné la littérature de 1er Mai, de pancarte, et que cela soit au cinéma ou ailleurs. […] Cela ne veut pas dire que je renonce à mon idéal, mais je dois amener les gens à une autre compréhension de notre société et à leur volonté de changement »[5].
Bien que la question de l’engagement de Sembène ne soit pas nouvelle pour la critique, on sait qu’elle continue de poser quelques problèmes : d’une part, on connaît encore de manière sommaire le rôle qu’a joué l’artiste-militant dans les mouvements politiques et dans les institutions culturelles ; de l’autre, son œuvre est parfois simplifiée au moyen de notions extrinsèques ou décrite à travers un répertoire thématique trop superficiel. Ce colloque souhaite offrir aux chercheurs l’occasion de réfléchir, de manière méthodique et collective, sur les choix d’écriture et de mise en scène qui permettent à l’auteur de se positionner. En favorisant les perspectives interdisciplinaires et les nouvelles approches développées par les sciences humaines, le colloque nourrit l’ambition de comprendre les ressorts de l’esthétique sembénienne en la situant dans son contexte historique et en montrant son positionnement dans le champ artistique de l’Afrique de l’ouest au fil des époques, pour comprendre l’héritage laissé au monde contemporain.
Dans ce cadre, nous proposons trois axes de recherche non exhaustifs :

Axe I – Une vie de combats

D’abord tirailleur dans l’Armée coloniale, puis docker à Marseille, Sembène a pu voir de près les méfaits du racisme et du capitalisme, ce qui a aiguisé sa conscience politique, au point de s’inscrire au PCF et à la CGT : son rôle politique, le milieu qu’il a fréquenté et surtout le rôle que ce milieu a joué dans ses œuvres pourraient être explorés davantage par les biographes et les littéraires. En effet, si nombre de ses œuvres, aussi bien historiques (Camp de Thiaroye) que d’inspiration autobiographiques (Le Docker noir), reflètent les conflits d’une époque[6], on s’est rarement penché sur l’influence qu’a pu exercer sur elles la formation reçue par Sembène dans les bibliothèques et les cercles des syndicats pendant les années 1950.
Il faudrait s’intéresser également à la période qui fait suite au retour au Sénégal, puisque la fin de la colonisation n’était que le début des questions postcoloniales : on pense notamment aux réserves de Sembène à l’égard de la nouvelle bourgeoisie sénégalaise (Xala) et de la politique de Senghor (Le Dernier de l’Empire). De plus, ce colloque pourrait être l’occasion de replacer la figure de Sembène dans le contexte politique et culturel : comme l’ont montré récemment Kassé et Diop, il est resté proche de certains milieux militants comme le PAI et a été au centre de plusieurs institutions culturelles, comme le FESPACO et la CINSEAS, afin de soutenir de manière durable les productions artistiques ouest-africaines[7] ; enfin, on ne saurait oublier l’aventure éditoriale de Kaddu, le premier journal en wolof, codirigé avec Pathé Diagne.

Axe II – Histoire et symboles

La nouvelle « Face à l’Histoire » (Voltaïque), de par la polysémie du mot « histoire », pose la question du rapport entre la réalité et la fiction. L’œuvre, soit-elle littéraire ou cinématographique, répond chez Sembène à une double exigence, celle de représenter fidèlement le réel, mais aussi celle d’envisager une alternative qui soit reçue de manière critique par le public, jusqu’à constituer un vecteur de changement dans le continent africain : « Mieux que les discours politiques ou les écrits des journalistes, les films de Sembène travaillent l’opinion dans le sens d’une prise de conscience sur la réalité africaine »[8].
Il s’agit donc de « refuser de céder le terrain de la tradition et du passé aux conservateurs et aux “négrologues” qui en feraient un musée incapable de donner des réponses aux problèmes actuels (voire de mieux les comprendre). C’est aussi un effort constant de cerner les formes que prenait l’injustice à travers l’histoire. Imaginer autrement le passé et la tradition »[9]. La complexité et la richesse de l’Art, qui en font la valeur constituante pour toute société[10], permet aussi bien de réécrire l’Histoire, en s’opposant au discours colonial, que de créer de nouveaux modèles face au retour à la tradition ou à l’assimilation des pratiques du monde globalisé : une lecture sémiotique des œuvres montrerait bien la volonté de Sembène de façonner une nouvelle modernité africaine par le discours[11].

Axe III – Langues et langages

Ces réflexions sur le positionnement polémique de Sembène et sur les enjeux de la fiction peuvent être prolongées jusqu’à l’analyse de ce qui constitue le matériau même des œuvres, à savoir la langue et le médium. Rien de cela n’est en effet le fruit du hasard chez le romancier et cinéaste sénégalais : le choix d’une langue ou d’un style correspond, de manière presque performative, à une prise de position. Le français stéréotypé dit « petit nègre » de Diouana (La Noire de…) dénonce la subalternité linguistique du personnage, dont la vie intérieure ne peut exister que par la fiction du discours indirect libre (dans la nouvelle) et de la voix-off (dans le film)[12], alors que « dans Camp de Thiaroye, le français tirailleur fictionnel envahit le film, il devient la norme à l’aune de laquelle les autres variétés vont être mesurées en termes d’écart. Dès lors il perd tout pouvoir de stigmatisation de ses locuteurs »[13]. En revanche, le choix de tourner en wolof son deuxième long-métrage, Manda bi, montre à la fois le désir de s’adresser directement à son peuple[14] et l’ambition de renouveler le champ artistique africain, capable de s’affranchir des langues coloniales, un changement qui n’épargnera pas, plus tard, la production littéraire[15]. Des lectures intersémiotiques devraient pouvoir éclaircir aussi les phénomènes de coprésence et de mise en abyme des autres arts (notamment la musique, la peinture et la photo) dans les œuvres sembéniennes[16].
De manière analogue, le choix du médium et notamment la partielle conversion de la littérature au cinéma témoignent de la volonté de Sembène d’atteindre un public plus vaste en popularisant son Art et en contournant l’écueil de l’analphabétisme[17]. Pourtant, le cinéma subit d’autres contraintes : la quasi-absence de salles en Afrique (plus criarde aujourd’hui) et le besoin de financements importants, soumis le plus souvent aux ambitions du pouvoir politique[18]. Face à ce double constat et en dépit des limites, Sembène parvient à exploiter les essors de chaque médium pour se ménager une place dans le champ artistique.

AAC : Cheikh Hamidou Kane, Questions d’avenir

Colloque international « Cheikh Hamidou Kane. Questions d’avenir »

Dakar, 17, 18, 19 avril 2019

Argument :

Il y a seulement sept ans, en 2011, en collaboration avec le CRAN (Cercle de Réflexion sur l’Afrique Noire), un organisme de recherche sur l’Afrique noire, la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar organisait un colloque international pour célébrer le cinquantenaire de L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane. Il en est sorti des actes qui, aujourd’hui, font référence dans la recherche kanienne.
Voici que l’auteur de cette œuvre remarquable, né en 1928, atteint, en cette année, ses quatre-vingt dix ans. Il a, il y a un peu plus de vingt ans, produit sa deuxième fiction, Les Gardiens du temple, roman qui évoque un moment important dans la vie sociopolitique du Sénégal, moment dont les acteurs, aujourd’hui septuagénaires, évoquent les péripéties avec nostalgie et amertume. Ce roman, insuffisamment étudié, a d’autres dimensions importantes, dont la question du développement économique et social, la sauvegarde de l’identité culturelle africaine et la libération de la femme des lourdeurs sociologiques qui entravent son émancipation et obèrent, de ce fait, le développement des pays du continent noir.
Cheikh Hamidou Kane s’est aussi signalé à l’opinion nationale et internationale par une vie au service de sa nation et de la communauté internationale : gouverneur de région, ministre à plusieurs reprises, fonctionnaire international, administrateur d’une ONG africaine. À ces diverses stations, il s’est comporté avec beaucoup de compétence et d’humilité, et a rendu d’éminents services, en faisant notamment avancer les gouvernances vers plus de vertu, d’éthique et en amenant des populations vers une implication plus grande parce que mieux comprise dans l’amélioration de leurs conditions d’existence.

C’est à cet homme multidimensionnel que le colloque international « Cheikh Hamidou Kane, une philosophie individuelle et une éthique collective », essaiera de rendre hommage en revisitant son œuvre littéraire et son action politique et sociale. Il y a encore beaucoup à découvrir et à penser dans une œuvre, dont les positions philosophiques demandent à être analysées et mises en perspective.
Il s’agira de revoir la position de Cheikh Hamidou Kane dans le champ littéraire sénégalais et/ou africain, en explorant les textes à la croisée des interrogations sur la fiction, les valeurs, la théorie des genres, et en insistant sur les continuités et les ruptures entre les époques et les faits sociaux, politiques et culturels. On pourra ainsi s’attarder à mieux faire ressortir les richesses thématiques de chaque œuvre, et en quoi les personnages et leur rôle individuel et collectif se prolongent d’une œuvre à l’autre, et se révèlent comme une tentative de solution que propose Cheikh Hamidou Kane dans le second roman aux problèmes apparemment aporétiques posés dans le premier.
Ce colloque, résolument tourné vers le présent et vers l’avenir, entend privilégier les nouveaux chantiers, nouvelles voies d’études, thématiques inédites, questions ouvertes et fécondes.

AXES D’ANALYSE POSSIBLES

  1. Lecture, réception et interprétation des romans : thèmes, formes et enjeux, choix stylistiques et invention des personnages.
  2. Actualité et pertinence des romans : liens avec le monde qui se métamorphose, essor de l’Islamisme, identités en crise et crises idéologiques et politiques.
  3. Approche narratologique et stylistique des récits : jeux sur focalisation, énonciation et modes de temporalisation.  
  4. Analyses croisées des deux romans : intrigue, style, symbolique, portée et significations.
  5. L’œuvre de C.H. KANE et les théories postcoloniales.
  6. La mise en récit de questions philosophiques et de thématiques d’actualité : les pensées en travail dans l’écriture de C.H. KANE – hyper développement technologique – défis environnementaux – conscience éco poétique – perte de sens
  7. Traductions, échos intertextuels et aventures inter médiales.
  8. C.H. KANE homme d’État : action au service du développement – rôle comme acteur et témoin politique.

Les propositions de communication sont reçues jusqu’au 30 novembre 2018 à l’adresse suivante: colloque.chamidoukane@gmail.com

 Date de réponse du comité : le 31 décembre 2018

Responsable du colloque : Amadou Ly / Coordinateurs : Alioune Diaw (aliounebadou@yahoo.fr),  Mamadou Ba, et Serigne Seye

Colloque Cheikh Hamidou Kane

Continuer la lecture de AAC : Cheikh Hamidou Kane, Questions d’avenir