Archives par mot-clé : Sénégal

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

Séminaire Senghor : le travail ethnographique

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ». Discutants : Céline Labrune Badiane (ITEM) et Etienne Smith (CNRS/LAM)

Venez nombreux à la prochaine séance du séminaire Senghor (UCAD-ITEM), qui se tiendra le 11 octobre à 16H heure de Paris (14h GMT), à l’ENS, 45 rue d’Ulm à Paris (salle INFO Schwartz, au sous-sol de la bibliothèque), et en ligne.

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard [apud] cnrs.fr).

À partir des informations parcellaires dont on peut disposer, cet exposé voudrait éclairer le travail ethnographique de Senghor entre 1937 et 1945 et le basculement qu’il a entraîné dans sa conception de la négritude, en le resituant dans le motif plus général du retour au pays natal qui traverse l’histoire de l’ethnologie depuis le XIXe siècle.

Vincent Debaene est professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Genève. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, il a coordonné et préfacé l’édition des Œuvres de Claude Lévi-Strauss dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2008). Il est l’auteur de L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature (Gallimard, 2010). Il prépare un livre sur les rapports entre les débuts de la littérature africaine francophone et l’ethnologie coloniale.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/senghor8-2023/

La conscience environnementale de Senghor

Alioune Diaw, co-coordinateur du séminaire Senghor et membre fondateur du groupe de recherche Senghor est invité à l’ENS rue d’Ulm ces prochains mois, où il donnera 4 conférences autour de Senghor. La première, intitulée « La conscience environnementale de Senghor à travers sa poésie, sa prose et ses correspondances » sera donnée à la rue d’ULM le mardi 12 septembre à 17h. Pour plus d’information : https://www.translitterae.psl.eu/alioune-diaw/

Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé

Dans le prolongement de l’exposition “Senghor et les arts. Réinventer l’universel”, le Musée du Quai Branly programme un cycle de cinéma mettant en perspective la pensée et l’action de Léopold Sédar Senghor.

Rendez-vous samedi 24 juin, de 14h à 16h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac pour assister à la projection Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé en présence de la réalisatrice, Béatrice Soulé.

Dans ce beau film où s’entrechoquent images, couleurs, musiques et mots, Béatrice Soulé offre à Leopold Sedar Senghor ce qu’il a promis au Sénégal : Il est temps que nous te rendions ton visage de jeunesse. Comme un long poème rythmé par les évocations sonores de l’œuvre de Léopold Sedar Senghor, à la voix du poète qui restitue les temps forts de sa vie sur des images d’archives, s’entremêlent ses textes et ses mots lus avec grâce, naturel et vitalité par le jeune rappeur sénégalais, Amadou Barry et son groupe Positive Black Soul. Dirigée par Bernard Rapp, la collection Un siècle d’écrivains s’est donné comme objectif de faire le portrait des écrivains qui ont marqué le XXème Siècle. La série n’exclut aucun genre, courant ou culture, dans ce tour du monde des lettres internationales en 260 portraits.

Depuis 1981, Béatrice Soulé produit et réalise des documentaires musicaux. Elle crée aussi des événements télévisuels dont elle assure la production. : “le premier rêve de l’arche ” à la Défense pour le bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/cinema/details-de-levenement/e/leopold-sedar-senghor-un-long-poeme-rythme-39809

Sylvie Kandé et Elgas

Conférence et table-ronde

dans le cadre du séminaire Senghor

16/06/2023, 17h-19h (15h-17h GMT)

Salle de conférence site BnF Richelieu et visioconférence

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard@cnrs.fr).

Nous vous convions à la rencontre entre Sylvie Kandé et Elgas qui aura lieu le vendredi 16 juin 2023 à la BnF (site Richelieu), Paris. Organisée dans le cadre du Séminaire Senghor, la séance se déroulera de 17h à 19h. Après une prise de parole de chacun des invités, une table ronde sera animée par Edoardo Cagnan et Sébastien Heiniger, pour une discussion commune. Les questions du public ne seront pas oubliées.

Après la séance, de 19h jusqu’à la fermeture du site (20h), Guillaume Delaunay, conservateur à la BnF, exposera les manuscrits de Senghor. Des tables seront prévues pour dédicace des ouvrages des écrivains présents.
 
Nous sommes heureux et honorés de pouvoir accueillir Sylvie Kandé et Elgas, qui nous parleront de Senghor, de la présence (ou de son absence) dans leur création littéraire. 
 
Sylvie Kandé (https://www.sylviekande.com/fr/accueil) est une historienne française d’origine franco-sénégalaise et professeure à la Standford University de New York. Mais c’est avant tout la poétesse que nous invitons, celle dont l’oeuvre a été plusieurs fois primée (prix Louise Labé de poésie pour Gestuaire ; Prix Lucienne Gracia-Vincent sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse pour La quête infinie de l’autre rive). 
 
El Hadj Souleymane Gassama, a.k.a Elgas, est journaliste, écrivain et docteur en sociologie. Il est né à Saint-Louis, a grandi à Ziguinchor au Sénégal, et vit depuis une quinzaine d’années en France. L’auteur de Mâle noir, Un dieu et des moeurs, Inventaire des idoles a récemment publié Les bons ressentiments, un essai brillant où il s’engouffre sans frémir dans le « malaise post-colonial ». Senghor est le premier des « aliénés » dont il brosse le portrait. Citons-en la conclusion en accroche : « Son oeuvre – immense pour qui se donne la peine de l’explorer sans préjugés définitifs – s’évapore  ainsi sur l’autel de sa seule bascule dans le champ honni de l’aliénation. Sa gloire hypothéquée n’est célébrée que dans quelques cercles plus ou moins clandestins, à leurs risques et périls. Il est certes porté aux nues en France et dans une partie de la francophonie, mais aimer Senghor en Afrique, c’est se risquer à endosser une part de cet opprobre, celle d’être affilié, disons-le sèchement, à un « traître » ».
 

Le Docker noir

Réédition marseillaise du premier roman de Sembène Ousmane

Marseille, éd. Héliotropismes, Collection Harlem Shadows n°3
ISBN : 979-10-97210-12-0, Format : 148×210 mm, 240 pages

Parution le 2 juin 2023

Marseille, années 1950. Diaw Falla, docker sénégalais, vit à Belsunce, le «petit Harlem marseillais», et travaille sur le port en compagnie de nombreux ouvriers africains. Menant une existence précaire, il rêve d’écrire et de publier son premier roman, Le Dernier voyage du Négrier Sirius. Son existence bascule le jour où il confie son manuscrit à une amie écrivaine.
Publié en 1956, ce premier roman de Sembène Ousmane est un déchirant cri d’amertume qui fait écho aux romans marseillais de Claude McKay dans sa soif de liberté, sa défense des luttes sociales et son refus d’accepter l’étroitesse des préjugés raciaux.

De nombreuses archives et des textes inédits

Cette édition, enrichie d’un important appareil critique, retrace le parcours de Sembène Ousmane à Marseille, à travers les réseaux politiques et littéraires qu’il a fréquentés. C’est ainsi qu’apparaissent dans cette version les poèmes « Liberté » (publié dans la revue Action poétique en 1956), « Sur toute la terre », « Vu du coeur » et « Manie », ainsi qu’une des premières versions de la nouvelle « Communauté ».
Dans la postface, on apprend, grâce aux informations révélées par les archives des Renseignements généraux, que Sembène était étroitement surveillé en raison de ses activités militantes en faveur des indépendances africaines.

Lire un extrait, consulter, commander sur la page de l’éditeur