Archives par mot-clé : Senghor

Relire Senghor. ELA 56 (2023)

Dossier : Relire Senghor

Textes réunis par Elara Bertho et Étienne Smith

  • Relire Senghor ? (Elara Bertho et Étienne Smith)
  • À la gauche de Senghor : relire le président en action
    (Florian Bobin)
  • Relire le poète Senghor à la lumière de son fédéralisme politique (Sébastien Heiniger)
  • Le projet de la série Liberté : un colosse aux pieds d’argile
    (Edoardo Cagnan)
  • Le Royaume d’enfance sous le regard de Gaïa (Xavier Garnier)
  • Lecture génétique du poème « Chant pour Yacine Mbaye »
    (Claire Riffard et Mbaye Gueye)
  • Entretien avec Sarah Frioux-Salgas (Elara Bertho)
  • L’œuvre en élaboration : de quelques « mots-ciment »
    de Senghor dans le « Cahier de Verson »
    (Papa Samba Diop)

Hommage

Hommage à Jacques Chevrier (R. Fonkoua)

À propos… des Bons ressentiments d’Elgas

  • Libre ! (J.-P. Orban)
  • Des ambivalences post-coloniales à l’incolonisable
    (M.
    Lombard)
  • Je t’aime, moi non plus : les émotions post-coloniales
    d’Elgas (N. Chavoz)

Varias

  • « Toi / ce bris d’île entière » : le fragment poétique comme
    relation au monde dans l’œuvre d’Édouard J. Maunick
    (C. Lotz)
  • Renoncer à l’épopée: trois figurations littéraires de la
    « Toussaint rwandaise » de 1959 (Reisdorff, Marchal, Ruti)
    (P. Halen)

Comptes rendus

Séminaire Senghor 2024/1

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera en visioconférence ce jeudi 11 janvier 2024 à partir de 15h GMT (16h Paris).

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès des coordinateurs Sébastien Heiniger et Alioune Diaw : (senghor.item.ucad@gmail.com).

Jehanne Denogent (Université de Cape Town), « Publier les arts verbaux africains. Junod, Cendrars, Senghor : enjeux d’une mise en circulation »

Cette communication souhaite s’intéresser au geste de publication d’arts verbaux africains en mettant en regard trois perspectives : celle de missionnaires ayant transcrit des récits oraux dans une visée scientifique ou pédagogique, celle d’un écrivain d’avant-garde, qui s’y intéresse d’un point de vue poétique et enfin celle de Senghor traducteur.

Jehanne Denogent est docteure de l’Université de Lausanne (Suisse) où elle a consacré sa thèse au primitivisme littéraire. Ses recherches portent plus largement sur les phénomènes de circulations culturelles. Elle a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Blaise Cendrars, de Tristan Tzara ou sur la littérature francophone africaine. Depuis 2023, elle effectue un postdoctorat à l’Université de Cape Town (Afrique du Sud).

Abdoulaye Sall (UCAD), « Entre beauté, perfection, difformité et meurtrissures, les représentations du corps chez Léopold Sédar Senghor »

Il s’agit, pour nous, de voir, lire, déchiffrer les multiples inscriptions de la beauté, de la perfection, de l’histoire, de la difformité, des meurtrissures, de la vie, du deuil sur le corps dans la poésie de Senghor.

Abdoulaye Sall est enseignant-chercheur en littérature africaine écrite au Département de Lettres Modernes de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ses recherches portent essentiellement sur les œuvres littéraires et cinématographiques de Sembène Ousmane, le corps et l’intermédialité. Parmi ses publications récentes figurent : « Rencontre avec « cette Afrique méridionale de la France » dans Le Docker noir de Sembène Ousmane », The Journal of African and Postcolonial Studies, Issue Number 2, Migration, Literature and Society, The Laboratory of African and Postcolonial Studies, ARCIV, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, juillet 2020, p. 255-269 et « De l’expression intermédiale dans L’Automobile de Moustapha Kâ », Terroir des mots, territoire des langues.Mélanges offerts au Professeur Diamé Signaté, Revue Sénégalaise de Langues et de Littérature, Nouvelle série, n° 15, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 2021, p. 305-313.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2773

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

Séminaire Senghor : le travail ethnographique

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ». Discutants : Céline Labrune Badiane (ITEM) et Etienne Smith (CNRS/LAM)

Venez nombreux à la prochaine séance du séminaire Senghor (UCAD-ITEM), qui se tiendra le 11 octobre à 16H heure de Paris (14h GMT), à l’ENS, 45 rue d’Ulm à Paris (salle INFO Schwartz, au sous-sol de la bibliothèque), et en ligne.

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard [apud] cnrs.fr).

À partir des informations parcellaires dont on peut disposer, cet exposé voudrait éclairer le travail ethnographique de Senghor entre 1937 et 1945 et le basculement qu’il a entraîné dans sa conception de la négritude, en le resituant dans le motif plus général du retour au pays natal qui traverse l’histoire de l’ethnologie depuis le XIXe siècle.

Vincent Debaene est professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Genève. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, il a coordonné et préfacé l’édition des Œuvres de Claude Lévi-Strauss dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2008). Il est l’auteur de L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature (Gallimard, 2010). Il prépare un livre sur les rapports entre les débuts de la littérature africaine francophone et l’ethnologie coloniale.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/senghor8-2023/

Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor

Rencontre avec Sébastien Heiniger

autour de son livre Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor publié chez Classiques Garnier

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, jeudi 28 septembre de 18h à 19h30

Dans le cadre de l’exposition Senghor et les arts

Reconstruisant la vision projective que Léopold Sédar Senghor avait des avenirs possibles de l’Afrique française aux instants clés de la décolonisation, cet ouvrage propose de comprendre la poésie et la théorie de la négritude à la lumière de son projet de République fédérale française.

Sébastien Heiniger est docteur ès lettres de l’Université de Genève. Après un mémoire de master portant sur Patrick Chamoiseau, il a poursuivi ses recherches dans le domaine des littératures francophones, avant de se concentrer sur la poésie et les essais de Léopold Sédar Senghor. Ses recherches actuelles prennent pour objet la « littérature africaine » telle qu’elle a été pensée pendant la décolonisation de l’Afrique française au sein du réseau créé par Alioune Diop autour de la revue et de la maison d’édition Présence Africaine.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/decolonisation-federalisme-et-poesie-chez-leopold-sedar-senghor-39916

La conscience environnementale de Senghor

Alioune Diaw, co-coordinateur du séminaire Senghor et membre fondateur du groupe de recherche Senghor est invité à l’ENS rue d’Ulm ces prochains mois, où il donnera 4 conférences autour de Senghor. La première, intitulée « La conscience environnementale de Senghor à travers sa poésie, sa prose et ses correspondances » sera donnée à la rue d’ULM le mardi 12 septembre à 17h. Pour plus d’information : https://www.translitterae.psl.eu/alioune-diaw/

Séminaire Senghor 2023/7, Nimrod

Négritude et négrologues, un essai culte que personne n’a jamais lu”

par Nimrod, écrivain et poète

14/09/2023, ENS et visioconférence. 14h GMT (16h Paris)

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de l’adresse du séminaire : <senghor.item.ucad(a)gmail.com>

Résumé : Rédigé pendant la Guerre froide, Négritude et Négrologues, livre culte et vulgate de la radicalité, personne ne l’a et personne n’a osé élever contre lui la moindre critique.

Nimrod est né au Tchad en 1959. Il est poète, romancier, essayiste et éditeur (éditions Le Manteau & la Lyre). Il a publié à ce jour plus d’une trentaine d’ouvrages dont Les jambes d’Alice, Le bal des princes, La nouvelle chose française, Rosa Parks, Non à la discrimination raciale, L’or des rivières, Babel, Babylone, Petit éloge de la lumière nature, etc.), qui ont été couronnés entre autres par le Prix de la Vocation, le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant, le Prix Ahmadou Kourouma, le Prix Max Jacob, le Prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau, le Prix Pierrette Micheloud, le Prix Guillaume Apollinaire.
Ses derniers ouvrages sont Un balcon sur l’Algérois (roman, Actes Sud, 2013), Visite à Aimé Césaire (essai, Obsidiane, 2013), Léon-Gontran Damas, poète jazzy (biographie, À dos d’âne, 2014) et Sur les berges du Chari, district nord de la beauté (poèmes, Bruno Doucey, 2016), L’enfant n’est pas mort (roman, Bruno Doucey, 2017), J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016 (Poésie/Gallimard, 2017), 120 nuances d’Afrique, anthologie composée et présentée avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec (Bruno Doucey, 2017), Gens de brume, récit, Actes Sud, 2017, La traversée de Montparnasse, roman (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2020), Petit éloge de la lumière nature, poèmes (Obsidiane/Le Manteau & la Lyre, 2020) et Le temps liquide, récits (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2021).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2679