Archives par mot-clé : SLT

Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle

Dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle »

: Collectif ZoneZadir (dir.)

: Littérature, vol. 201, n°1

: mars 2021
EAN :
9782200933715
: https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Littérature, vol. 201, n°1, mars 2021 – dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle », dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/)

Sommaire

Littérature a cinquante ans
Martin Mégevand

Pour une écopoétique transculturelle. Introduction
Collectif ZoneZadir

Des communs à l’en-commun. Quelle écopoétique ?
Rémi Astruc, Émeline Baudet

Voix, oralités. Vers une échopoétique transculturelle
Anne-Laure Bonvalot, Héloïse Brézillon, Inès Cazalas, Sylvie Decaux, Marie Lorin, Myriam Suchet

Écopoétiques décoloniales
Pierre Boizette, Xavier Garnier, Alice Lefilleul, Silvia Riva

Jardins créoles, diasporas et sorcières. Lectures de l’écoféminisme caribéen
Natacha D’Orlando, Tina Harpin

Pour une approche multiscalaire des lieux dévastés. Décharge, île, ligne d’aridité
Chloé Chaudet, Claire Gallien, Lucie Taïeb

Enjeux éthiques de l’écopoétique. Lectures collectives de Pierre Bergounioux, Édouard Glissant, Nancy Huston, Sony Labou Tansi et Jules Verne
Ninon Chavoz, Alice Desquilbet, Kevin Even, Charlotte Laure, Marie Vigy

Résumés consultables sur le site de l’éditeur : https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Et à lire [abonnés] sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1.htm

Figurer le terroriste

Figurer le terroriste.
La littérature au défi

Elara Bertho, Catherine Brun, Xavier Garnier (dir.)

Karthala, coll. Lettres du Sud

ISBN : 9782811127831
Nombre de pages : 240
Date de publication : 18/03/2021
Prix : 25€

Comment la littérature figure-t-elle les terroristes ? L’ère du terrorisme global dans laquelle nous sommes entrés a mis en scène de redoutables figures publiques dont le potentiel de fascination reste à interroger.
On pourrait multiplier les exemples d’auteurs issus aussi bien de ce qu’Achille Mbembe appelle la postcolonie que des anciennes puissances coloniales, posant directement la question du terrorisme dans leurs œuvres. Comment interroger la figure du terroriste dans l’histoire coloniale et postcoloniale ? Quels usages sont faits d’une telle figure ? Pour servir quels états d’urgence ? Comment traite-t-on cette menace absolue, potentiellement dissimulée sous les traits du colonisé ou du migrant, depuis les conquêtes coloniales jusqu’à nos jours ? Le fait-on de la même façon ici et là ?
Parce que la controverse, notamment juridique, sur la définition du terrorisme reste ouverte, et que l’accusation de terrorisme est toujours réversible, la question des modalités de figuration du terroriste est importante. La lecture des textes littéraires est susceptible de nous aider à comprendre ces processus, qui semblent échapper aux définitions traditionnelles du personnage.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
Catherine Brun est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et membre de l’UMR THALIM. Ses travaux portent principalement sur les rapports de la littérature et du politique (guerre d’Algérie, littérature algérienne de langue française, écriture et mémoire des terrorismes) et sur le théâtre contemporain.
Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours.

Table des matières à consulter sur la page de l’éditeur.

Mieux connaître le «tableau qui fait dialoguer les cultures», l’œuvre de Hassan Musa illustrant la couverture de l’ouvrage : http://www.pascalpolar.be/site/oeuvresview.php?no_inv=musa-01-62.

Lire l’introduction de l’ouvrage.

Formes fixes et identités noires. ELA 50 (2020)

Formes fixes et identités noires

Textes réunis par Pierre Leroux et Thomas Vuong

  • Formes fixes et identités noires : introduction
    (Pierre Leroux et Thomas Vuong)
  • Okot p’Bitek : de la révolution poétique à la révolution culturelle (Aurélie Journo)
  • Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique
    (Peuls du Massina, Mali) (Christiane Seydou)
  • Jacques Rabemananjara, ou les formes poétiques d’une identité malgache transfigurée (Tumba Shango Lokoho)
  • Le « verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? (Alioune Sow)
  • « Native Guard », de Natasha Trethewey : écrire un pan oublié d’histoire noire-américaine (Thomas Vuong)
  • Trouble(s) de l’identité : Countee Cullen et le choix des formes poétiques dans la Renaissance de Harlem (Frédéric Sylvanise)
  • Le Paradoxe négritudien dans Les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures (Dorgelès Houessou)

Varias

  • Raconter une épidémie : Ébola dans les romans de Véronique Tadjo et de Paule Constant (Francesca Cassinadri)
  • Terre promise ? Terre maudite ? Le mythe de l’exode et la quête
    d’une (post)mémoire transatlantique dans La Saison de l’ombre
    de Léonora Miano (Aurélia Mouzet)
  • Touriste et flâneur : deux regards sur l’Irak dans Le Tour de Babylone de Barlen Pyamootoo (Andrew Stafford)
  • Avoir l’état au ventre : littérature et énonciation à partir de
    Machin la Hernie de Sony Labou Tansi (Laureline Courret)

À propos de…

…la « gauche identitaire »

(Contributions de : Hélé Béji, Françoise Chenet, Pierre Halen, Laurent Husson, Maëline Le Lay)

Comptes rendus

Sommaire détaillé à consulter sur le site officiel de l’APELA.

Le n°50 des Etudes littéraires africaines vient de paraître et d’être envoyé à tous les membres de l’APELA en ordre de cotisation ainsi qu’aux abonnés pour l’année 2020.

C’est le moment de renouveler votre cotisation pour 2021 si ce n’est pas encore fait ! Voir le bulletin en annexe.
Contact avec le trésorier : pierre.halen [at] univ-lorraine.fr

ANCIENS NUMEROS : prix sacrifiés ! Voir le bulletin de commande ci-après.

Bulletin_d_adhesion_2021

Bulletin_de_commande_2021

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html

La question de l’intime. Génétique et biographie

Vient de paraître :

La Question de l’intime – Génétique et biographie

Daniel Delas (dir.) – 2018

L’intime est ce lieu profond de l’être humain où dorment des sentiments dont on ne parle ni n’écrit. C’est pourtant là que puise le désir autobiographique. Pourquoi ? Comment ?
Une équipe de critiques généticiens de l’Item (CNRS – « Manuscrits francophones ») a analysé la relation à l’intime de quelques écrivains francophones notoires : Flaubert, Mertens, Sony Labou Tansi et Memmi.

Sommaire :

De l’intime (Daniel Delas)

I – Questions d’ensemble

Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertextualité, genèse (Pierre-Marc de Biasi)

Notes sur le traître comme figure du biographe, du généticien et… de l’écrivain (Jean-Pierre Orban)

II – À partir de Sony Labou Tansi et Albert Memmi

Performer l’intime (Jean-Michel Devésa)

Plonger sa plume « jusque dans son propre sang ». L’intime dans les premières œuvres  de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Pour une architecture de l’intime. Lecture d’un extrait de lettre de Sony Labou Tansi  à Françoise Ligier (Xavier Garnier)

« Eh la vie » Questions sur l’art et la vie de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)

Albert Memmi, de l’intime à l’œuvre polymorphe (Guy Dugas)

Collection L’un et l’autre en français
Année de publication 2018
Langue Français
ISBN10 2-84287-789-7
ISBN13 9782842877897
Format Livre broché
Pages 115
Discipline Francophonie
Prix 15€

URL de référence : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=909

Approche génétique des écrits littéraires africains

Approche génétique des écrits littéraires africains. Le cas du Congo

Etudes littéraires africaines 15, 2003

Sous la direction de Nicolas Martin-Granel et Gréta Rodriguez-Antoniotti

Grâce à la contribution matérielle de l’Association pour l’Etude des littératures africaines (APELA), de l’Université de Lorraine et du centre de recherches ECRITURES, la mise en ligne rétroactive de la revue Etudes littéraires africaines (numéros antérieurs au n°23) a commencé. Le numéro 15, 2003

Approche génétique des écrits littéraires africains : le cas du Congo
est en ligne à l’adresse

https://www.erudit.org/fr/revues/ela/2003-n15-ela03237/

La mise en ligne des autres numéros antérieurs au n°23 se fera progressivement.

Journée d’études Indiscipline des Monstres

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Le séminaire Afriques Transversales débute cette année par une journée consacrée à l’Indiscipline des Monstres. Elle aura lieu le samedi 7 octobre à l’ENS (45 rue d’Ulm), en salle Dussane. Des informations et des lectures complémentaires sont mises en ligne sur le site du séminaire.

 

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)
9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)
11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)
11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

Pause déjeuner

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)
14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur : le cas de Fabius Mortimer Bartoza, anti-héros des Confessions d’une sardine sans tête » (Guy Alexandre Sounda)
15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)
16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)