Archives par mot-clé : SLT

Construction mémorielle et imaginaire des sociétés contemporaines

Cette journée d’étude organisée par les universités de Metz (Écritures UR 3943), Paris 3 (THALIM UMR 7172) et Strasbourg (Configurations Littéraires UR 1337) envisage une réflexion sur le thème de la “Construction mémorielle et les imaginaires des sociétés contemporaines africaines”. Elle vise à favoriser la rencontre et le dialogue des doctorant.e.s en francophonie qui auront l’occasion de présenter leurs travaux et d’échanger avec leurs pairs à partir de cette thématique centrale.

Journée d’études du 030622

URL de référence : http://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/journees-detudes-doctorales/jed-construction-memorielle-et-imaginaire-des-societes

De la Chinafrique. ELA 52 (2021)

Dossier : De la Chinafrique

Textes réunis par Ninon Chavoz, Pierre Leroux et Florence Paravy

  • Introduction (Ninon Chavoz)
  • Qui a peur de la Chinafrique ? « The Road Workers of Chalbi » de Dalle Abraham et « The Sale » de Tendai Huchu (Mingqing Yuan et Ninon Chavoz)
  • Sortir de la névrose coloniale avec Khadi Hane, Koffi Kwahulé et des figures de serial killers (Abdoulaye Imorou)
  • L’acrobatie ténébreuse de Confucius : lectures « intégrées » de Dai Sijie et de Paul Kawczak (Ninon Chavoz)
  • Fantasmagories : Henri Lopes et la Chine (Céline Gahungu)
  • « An eternal sea unites our people » : la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea d’Yvonne Adhiambo Owuor (Aurélie Journo)
  • Héritages africains du « petit dragon » : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hongkongais (Pierre Leroux)
  • De la matière et des trous : l’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine (Alice Desquilbet)

À propos de…

L’art contemporain africain : derniers inventaires

  • Huit trucs pour ne pas définir l’art contemporain africain : à partir de l’anthologie de textes rassemblés par Cédric Vincent (Ninon Chavoz)
  • Revue noire rediviva : à partir de l’anthologie Histoire, histoires (Anthony Mangeon)
  • Déambuler dans une « ville performance » : à partir du catalogue Kinshasa chroniques (Alice Desquilbet et Nicolas Martin-Granel)

Varias

  • À propos de l’intertexte biblique dans L’Œil le plus bleu de Toni Morrison et Les Aubes écarlates de Léonora Miano (Céline Élisa Ngo Mode)
  • Écriture grotesque et ambivalence de l’imaginaire de la crise dans Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez de Sony Labou Tansi et Za de Raharimanana (Marion Ott)
  • Les voix spectrales de Toussaint Louverture : pour une relecture de l’histoire dans les romans de Fabienne Pasquet et de Jean-Claude Fignolé (Léa Dumetier)

Comptes rendus

ELA_52_1-3

 

Parution : René Maran

Parution du numéro de la revue Continents manuscrits consacré à René Maran

Agence Meurisse. Disponible sur Gallica

URL de référence : https://journals.openedition.org/coma/6969

Genèses

Parages littéraires de René Maran. Documents commentés

Nouveaux regards

Varia

Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle

Dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle »

: Collectif ZoneZadir (dir.)

: Littérature, vol. 201, n°1

: mars 2021
EAN :
9782200933715
: https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Littérature, vol. 201, n°1, mars 2021 – dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle », dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/)

Sommaire

Littérature a cinquante ans
Martin Mégevand

Pour une écopoétique transculturelle. Introduction
Collectif ZoneZadir

Des communs à l’en-commun. Quelle écopoétique ?
Rémi Astruc, Émeline Baudet

Voix, oralités. Vers une échopoétique transculturelle
Anne-Laure Bonvalot, Héloïse Brézillon, Inès Cazalas, Sylvie Decaux, Marie Lorin, Myriam Suchet

Écopoétiques décoloniales
Pierre Boizette, Xavier Garnier, Alice Lefilleul, Silvia Riva

Jardins créoles, diasporas et sorcières. Lectures de l’écoféminisme caribéen
Natacha D’Orlando, Tina Harpin

Pour une approche multiscalaire des lieux dévastés. Décharge, île, ligne d’aridité
Chloé Chaudet, Claire Gallien, Lucie Taïeb

Enjeux éthiques de l’écopoétique. Lectures collectives de Pierre Bergounioux, Édouard Glissant, Nancy Huston, Sony Labou Tansi et Jules Verne
Ninon Chavoz, Alice Desquilbet, Kevin Even, Charlotte Laure, Marie Vigy

Résumés consultables sur le site de l’éditeur : https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Et à lire [abonnés] sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1.htm

Figurer le terroriste

Figurer le terroriste.
La littérature au défi

Elara Bertho, Catherine Brun, Xavier Garnier (dir.)

Karthala, coll. Lettres du Sud

ISBN : 9782811127831
Nombre de pages : 240
Date de publication : 18/03/2021
Prix : 25€

Comment la littérature figure-t-elle les terroristes ? L’ère du terrorisme global dans laquelle nous sommes entrés a mis en scène de redoutables figures publiques dont le potentiel de fascination reste à interroger.
On pourrait multiplier les exemples d’auteurs issus aussi bien de ce qu’Achille Mbembe appelle la postcolonie que des anciennes puissances coloniales, posant directement la question du terrorisme dans leurs œuvres. Comment interroger la figure du terroriste dans l’histoire coloniale et postcoloniale ? Quels usages sont faits d’une telle figure ? Pour servir quels états d’urgence ? Comment traite-t-on cette menace absolue, potentiellement dissimulée sous les traits du colonisé ou du migrant, depuis les conquêtes coloniales jusqu’à nos jours ? Le fait-on de la même façon ici et là ?
Parce que la controverse, notamment juridique, sur la définition du terrorisme reste ouverte, et que l’accusation de terrorisme est toujours réversible, la question des modalités de figuration du terroriste est importante. La lecture des textes littéraires est susceptible de nous aider à comprendre ces processus, qui semblent échapper aux définitions traditionnelles du personnage.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
Catherine Brun est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et membre de l’UMR THALIM. Ses travaux portent principalement sur les rapports de la littérature et du politique (guerre d’Algérie, littérature algérienne de langue française, écriture et mémoire des terrorismes) et sur le théâtre contemporain.
Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours.

Table des matières à consulter sur la page de l’éditeur.

Mieux connaître le «tableau qui fait dialoguer les cultures», l’œuvre de Hassan Musa illustrant la couverture de l’ouvrage : http://www.pascalpolar.be/site/oeuvresview.php?no_inv=musa-01-62.

Lire l’introduction de l’ouvrage.

Formes fixes et identités noires. ELA 50 (2020)

Formes fixes et identités noires

Textes réunis par Pierre Leroux et Thomas Vuong

  • Formes fixes et identités noires : introduction
    (Pierre Leroux et Thomas Vuong)
  • Okot p’Bitek : de la révolution poétique à la révolution culturelle (Aurélie Journo)
  • Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique
    (Peuls du Massina, Mali) (Christiane Seydou)
  • Jacques Rabemananjara, ou les formes poétiques d’une identité malgache transfigurée (Tumba Shango Lokoho)
  • Le « verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? (Alioune Sow)
  • « Native Guard », de Natasha Trethewey : écrire un pan oublié d’histoire noire-américaine (Thomas Vuong)
  • Trouble(s) de l’identité : Countee Cullen et le choix des formes poétiques dans la Renaissance de Harlem (Frédéric Sylvanise)
  • Le Paradoxe négritudien dans Les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures (Dorgelès Houessou)

Varias

  • Raconter une épidémie : Ébola dans les romans de Véronique Tadjo et de Paule Constant (Francesca Cassinadri)
  • Terre promise ? Terre maudite ? Le mythe de l’exode et la quête
    d’une (post)mémoire transatlantique dans La Saison de l’ombre
    de Léonora Miano (Aurélia Mouzet)
  • Touriste et flâneur : deux regards sur l’Irak dans Le Tour de Babylone de Barlen Pyamootoo (Andrew Stafford)
  • Avoir l’état au ventre : littérature et énonciation à partir de
    Machin la Hernie de Sony Labou Tansi (Laureline Courret)

À propos de…

…la « gauche identitaire »

(Contributions de : Hélé Béji, Françoise Chenet, Pierre Halen, Laurent Husson, Maëline Le Lay)

Comptes rendus

Sommaire détaillé à consulter sur le site officiel de l’APELA.

Le n°50 des Etudes littéraires africaines vient de paraître et d’être envoyé à tous les membres de l’APELA en ordre de cotisation ainsi qu’aux abonnés pour l’année 2020.

C’est le moment de renouveler votre cotisation pour 2021 si ce n’est pas encore fait ! Voir le bulletin en annexe.
Contact avec le trésorier : pierre.halen [at] univ-lorraine.fr

ANCIENS NUMEROS : prix sacrifiés ! Voir le bulletin de commande ci-après.

Bulletin_d_adhesion_2021

Bulletin_de_commande_2021

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html