Archives par mot-clé : SLT

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html

La question de l’intime. Génétique et biographie

Vient de paraître :

La Question de l’intime – Génétique et biographie

Daniel Delas (dir.) – 2018

L’intime est ce lieu profond de l’être humain où dorment des sentiments dont on ne parle ni n’écrit. C’est pourtant là que puise le désir autobiographique. Pourquoi ? Comment ?
Une équipe de critiques généticiens de l’Item (CNRS – « Manuscrits francophones ») a analysé la relation à l’intime de quelques écrivains francophones notoires : Flaubert, Mertens, Sony Labou Tansi et Memmi.

Sommaire :

De l’intime (Daniel Delas)

I – Questions d’ensemble

Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertextualité, genèse (Pierre-Marc de Biasi)

Notes sur le traître comme figure du biographe, du généticien et… de l’écrivain (Jean-Pierre Orban)

II – À partir de Sony Labou Tansi et Albert Memmi

Performer l’intime (Jean-Michel Devésa)

Plonger sa plume « jusque dans son propre sang ». L’intime dans les premières œuvres  de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Pour une architecture de l’intime. Lecture d’un extrait de lettre de Sony Labou Tansi  à Françoise Ligier (Xavier Garnier)

« Eh la vie » Questions sur l’art et la vie de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)

Albert Memmi, de l’intime à l’œuvre polymorphe (Guy Dugas)

Collection L’un et l’autre en français
Année de publication 2018
Langue Français
ISBN10 2-84287-789-7
ISBN13 9782842877897
Format Livre broché
Pages 115
Discipline Francophonie
Prix 15€

URL de référence : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=909

Approche génétique des écrits littéraires africains

Approche génétique des écrits littéraires africains. Le cas du Congo

Etudes littéraires africaines 15, 2003

Sous la direction de Nicolas Martin-Granel et Gréta Rodriguez-Antoniotti

Grâce à la contribution matérielle de l’Association pour l’Etude des littératures africaines (APELA), de l’Université de Lorraine et du centre de recherches ECRITURES, la mise en ligne rétroactive de la revue Etudes littéraires africaines (numéros antérieurs au n°23) a commencé. Le numéro 15, 2003

Approche génétique des écrits littéraires africains : le cas du Congo
est en ligne à l’adresse

https://www.erudit.org/fr/revues/ela/2003-n15-ela03237/

La mise en ligne des autres numéros antérieurs au n°23 se fera progressivement.

Journée d’études Indiscipline des Monstres

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Le séminaire Afriques Transversales débute cette année par une journée consacrée à l’Indiscipline des Monstres. Elle aura lieu le samedi 7 octobre à l’ENS (45 rue d’Ulm), en salle Dussane. Des informations et des lectures complémentaires sont mises en ligne sur le site du séminaire.

 

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)
9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)
11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)
11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

Pause déjeuner

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)
14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur : le cas de Fabius Mortimer Bartoza, anti-héros des Confessions d’une sardine sans tête » (Guy Alexandre Sounda)
15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)
16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)

Afrique – Brésil – ELA 43

Dossier : Afrique – Brésil

Textes réunis par Daniel Delas

La traite des esclaves et l’histoire de leur vie sociale et culturelle ont été vues en France à partir de la France ; et, comme l’esclavage en tant que tel n’a pas existé sur le territoire hexagonal, le regard est resté extérieur. Ce dossier « Afrique / Brésil » propose un autre angle d’approche, provenant d’un pays à la fois colonisé et colonisateur, où les afrodescendants des esclaves ont développé et développent une culture originale. Est évoquée en parallèle la relation avec le Brésil de quelques écrivains francophones importants, antillais comme africains.
Salut au Brésil !

Présentation (Daniel Delas)

La littérature afro-brésilienne
Antonio Olinto et le négrisme brésilien (Luiz Henrique Silva de Oliveira)
Le roman afro-brésilien, hier et aujourd’hui (Eduardo de Assis Duarte)
Deux romancières afro-brésiliennes : Conceição Evaristo et Ana Maria Gonçalves (Ineke Phaf-Rheinberger)

La littérature afro-française et le Brésil
Tierno Monénembo, ou la filiation littéraire (Sami Tchak)
Ouidah – Bahia : de la postmémoire au théâtre mémoriel (Yves Chemla)

Brésil rêvé – Brésil réel
Écrivains voyageurs français du 20e siècle au Brésil (Daniel Delas)
Césaire et le Brésil (Daniel Delas)
Damas et le Brésil (Lilian Pestre de Almeida)
Saudades : le Brésil de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)
La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa : une espérance désillusionnée (Anne Begenat-Neuschaefer)

À propos de
Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui

  • Répétition générale (Anthony Mangeon)
  • Le nouveau discours africain, version bêta
    (Abdoulaye Imorou)
  • Le « vaillant petit tailleur » : hallali et haute couture
    au Collège de France (Ninon Chavoz)

Comptes rendus

Revues

Notes bibliographiques

Thèses soutenues en 2015

Télécharger le sommaire complet en pdf : ELA_43_sommaire_def

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang de Sony Labou Tansi

Aline Roudet

Dès le titre du recueil des textes de Sony Labou Tansi, publié en 2015 aux éditions du Seuil, c’est tout l’univers de l’écrivain qui surgit. L’humain dans sa corporéité est d’ores et déjà au centre. Les fluides convoqués (encre, sueur, salive et sang) sont essentiels, à la fois divers et uniques à l’image de l’homme que veut penser Sony Labou Tansi. L’encre, élément premier, se fait réunion de la sueur, de la salive et du sang dans l’écriture, alors espace transitionnel privilégié entre l’extérieur et l’intérieur. Ce jeu d’assimilation reflète une conception organique de la littérature, à l’image de la nourriture. On pense plus particulièrement à un moment fort du texte intitulé a posteriori « Le projet littéraire de Sony Labou Tansi », dont l’écriture date de 1983 et où l’écrivain déclare : «  On ne peut pas se voir si on ne regarde pas vers l’extérieur. À l’intérieur, il y a un vide qu’il faut peupler d’“extérieur”. C’est cela l’homme, pour moi. Je pense que l’homme commence à l’extérieur, et finit justement à l’intérieur. »[1]. Il n’y a donc pas de doute sur la centralité de l’humain dans la poétique laboutansienne.
Cependant l’humanisme se pose autant comme problème que comme solution. Héritage historique de la culture française, cet humanisme devient avec le colonialisme un courant de pensée qui appelle à un nécessaire renouvellement. Sony Labou Tansi est imprégné par la langue et la culture française qu’il filtre par une écriture prospective, dotée d’une énergie vitale. À ce titre la francophonie est mise à mal : n’est-elle pas une réduction de l’humanisme ? Est-elle même compatible avec lui ? C’est bien à ce type d’interrogation, qui a tout d’existentiel chez cet écrivain engagé, que tente de réponde de manière posthume cet ouvrage qui rassemble des textes et essais critiques de toutes les périodes de la vie de l’écrivain. Dans Encre, sueur, salive et sang, une reconstruction s’opère non seulement de la francophonie mais aussi du monde, par la seule force de volonté de l’auteur, par la seule intensité du cri que Sony Labou Tansi nous lègue, grâce à son humanisme enthousiaste.

Continuer la lecture de L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi…

9782343109268fThéo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi… Lecture de Le soleil sans se brûler de Théo Ananissoh. Un livre de Bernard MOURALIS.

Préface par Daniel-Henri Pageaux, Paris, L’Harmattan, coll. Classiques pour demain, 2017, 212 p. ISBN : 978-2-343-10926-8

Dans ce livre, Bernard Mouralis retrace l’histoire et les conséquences d’une lecture : celle qu’il fit du roman de Théo Ananissoh, Le soleil sans se brûler (2015), qui relate la rencontre d’un étudiant et de son ancien professeur d’université, Améla. Ce roman a fait surgir, chez Bernard Mouralis, « des interrogations et des problématiques enfouies depuis longtemps » dans sa « mémoire » et dans sa « conscience ». Ce sont ces résonances que le présent essai se propose d’examiner autour de trois pôles : la destinée littéraire d’un écrivain au centre du dialogue ; la relation entre maître et disciple ; et le parcours d’Améla, dont Bernard Mouralis fut le collègue et l’ami.

Télécharger la présentation, la table des matières et un bon de commande : theo-ananissoh

URL de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52548

A LIRE : L’ombre tutélaire des grands (au fil d’ouvrages critiques 2016-17), par Christiane Choulet-Achour sur Diacritik.

A VOIR : Bernard Mouralis parle de son livre dans une vidéo en ligne :