Archives par mot-clé : SLT

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte “L’acte de respirer”, poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet “La direction d’acteur comme processus artistique” ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe “manuscrits francophones du Sud” Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.