Archives par mot-clé : SLT

X. Garnier – Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

COUV Lettres Sud Sony Labou.indd Xavier Garnier, Sony Labou Tansi – Une écriture de la décomposition impériale

Paris : Karthala, 2015, 252 p., EAN 9782811113698, 22,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

À partir d’une lecture critique de l’oeuvre de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi (1947-1995), cette étude se propose d’analyser la façon dont la littérature peut tirer parti de la circulation d’énergies au sein des espaces impériaux. Si la colonisation fut bien un phénomène mondial, les différents empires ont déployé des nappes spatiales différenciées, qui n’obéissent ni au principe d’intériorité nationale, ni à celui de mise en connexion globale, mais à des dynamiques de spatialisation encore actives aujourd’hui.

Le déploiement des empires coloniaux, qui a été vécu par les conquérants comme d’enthousiasmantes ouvertures d’espace, a eu comme envers l’expérience faite par les colonisés d’un effondrement de leurs lieux de vie. Le souffle de cet effondrement est une contre-énergie, un principe de décomposition, qui ne cesse de remonter de la périphérie aux centres impériaux, et dont la littérature de Sony Labou Tansi témoigne merveilleusement. La tonalité apocalyptique de son écriture, qui « invente un poste de peur dans ce vaste monde qui fout le camp », naît de l’expérience de ceux qui sont condamnés à parler depuis des lieux de relégation. C’est depuis une Afrique postcoloniale en voie de décomposition que cet auteur interpelle le monde pour le rappeler à l’espoir et au sens de l’humain.

Xavier Garnier est professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où il enseigne les littératures francophones.

Journée Sony Labou Tansi au Tarmac

 Journée Sony Labou Tansi au TARMAC

Samedi 14 Février 2015 – 14:30
14h30 Programmer, éditer, traduire Sony Labou Tansi 

Éditeur, traducteur, programmateur, directrice de festival, ils ont contribué à faire connaître l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ils témoigneront de leur rencontre avec l’homme, avec l’œuvre, de leurs trajectoires communes.

Monique Blin, directrice du festival des Francophonies de Limoges de 1984 à 2000,  qui a régulièrement invité le Rocado Zulu Théâtre

Emile Lansman, directeur des éditions Lansman, éditeur de six pièces de Sony Labou Tansi,

Caya Makhélé, compagnon des débuts, co-auteur et éditeur de Sony Labou Tansi (sous réserve),

Nicolas Martin-Granel, chercheur universitaire, qui a réuni quatre volumes de poésie, des correspondances, une version inédite d’un roman, des textes divers de Sony Labou Tansi,

Uli Wittmann, traducteur en allemand de Sony Labou Tansi

rencontre animée par Bernard Magnier

16h spectacle Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté, avec Marcel Mankita et Criss Niangouna

18h Sony Labou Tansi et la « fratrie » des écrivains congolais

Cinq écrivains congolais majeurs sont réunis afin d’évoquer l’homme et l’écrivain, de témoigner l’importance de son œuvre et de son actualité

avec Emmanuel Dongala, Henri Lopes, Alain Mabanckou,
témoignages vidéos de Dieudonné Niangouna et Léandre-Alain Baker
rencontre animée par Bernard Magnier

Plus d’infos : http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_evenement-76/sp-74/.

Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

texte Bernard Magnier, mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
avec Marcel Mankita, Criss Niangouna

Le Tarmac, La scène internationale francophone
du 11 au 14 février 2015 mercredi, vendredi à 20h, jeudi à 14h30 & 20h, samedi à 16h
Avec ses pièces enfiévrées, d’abord créées à Brazzaville par sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, ensuite livrées sur les scènes de Paris, Bruxelles ou New York, en passant par les capitales africaines, avec sa langue subversive et attentive aux injustices, avec ses romans iconoclastes, Sony Labou Tansi est l’une des voix majeures du continent africain.
Ce spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.
Deux comédiens. L’un sera Sony Labou Tansi et portera sa parole. L’autre, un lecteur, passeur, qui feuillettera l’œuvre de l’écrivain, relatera sa destinée, retracera son itinéraire de création, son attachement à la terre africaine, son ancrage au Congo et sa volonté de s’adresser au monde. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de ses pièces.
Dans la mise en scène d’Hassane Kassi Kouyaté, extraits de l’œuvre, musique, documents sonores et vidéos se mêleront pour donner à entendre un talent immense d’une urgente actualité. Sony Congo ou la destinée singulière d’un créateur.
jeudi 12 février, à l’issue de la représentation du soir, rencontre En Écho animée par Valérie Baran, avec Bernard Magnier & Hassane Kassi Kouyaté

lumière Cyril Mulon   vidéo Florian Berutti   décor Mahamoudou Papa Kouyaté   costumes Anuncia Blas
Production Compagnie Deux Temps Trois Mouvements / Coproduction Le TARMAC – La scène internationale francophone, ARTMATAN (Association réunissant tout le milieu d’art plastique à Toussiana et les artisans novateurs), EPCC Atrium Martinique

Plus d’infos, réservation de places : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-sony-congo-ou-la-chouette-petite-vie-bien-osee-de-sony-labou-tansi/spectacle-74/.

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte “L’acte de respirer”, poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet “La direction d’acteur comme processus artistique” ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe “manuscrits francophones du Sud” Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.