Archives par mot-clé : Sociologie

Approches socio-historiques des littératures des suds

Colloque Approches socio-historiques des littératures des Suds

État des lieux et perspectives

Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Les propositions de communications (une demi page, avec notice bio-biblio) sont attendues pour le 15 avril 2024 aux deux adresses suivantes :

  • tristan.leperlier/chez/cnrs.fr
  • abdoulayeimorou02/chez/yahoo.fr

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Continuer la lecture de Approches socio-historiques des littératures des suds

AAC: Extension africaine francophone du domaine paralittéraire

Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Échéancier :

  • Envoi des propositions : jusqu’au 15 septembre 2024.
  • Notification d’acceptation des propositions : 15 novembre 2024
  • Envoi des articles : 1er septembre 2025
  • Publication du numéro : novembre-décembre 2026

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires.
S’y retrouveront, par exemple, des genres affiliés au roman (roman sentimental, roman pornographique, roman d’aventures etc.) et des genres à dominante visuelle (bande dessinée, photo-roman). Il est également possible d’adopter le modèle typologique promu par Daniel Fondanèche (2005) en organisant les genres paralittéraires en cinq socles : un socle spéculatif (roman policier, roman fantastique, roman utopique et dystopique), un socle psychologique (roman sentimental, roman érotique), un socle iconique (bande dessinée, photo-roman), un socle documentaire (roman historique, roman rural et roman uchronique) et le socle d’aventure (roman d’espionnage et roman de western). Phénomène transcontinental et transhistorique, les paralittératures, qu’elles soient européennes, américaines ou africaines, qu’elles relèvent du monde anglophone ou de la francophonie, ont un bon nombre de traits et de caractéristiques formels et sociologiques en commun.
L’illégitimité symbolique des textes elle-même liée à la précarité symbolique des auteurs vis-à-vis de l’institution littéraire, la sérialité, le modèle éditorial de la collection, la diffusion de masse et le mercantilisme en constitueraient, entre autres attributs, les marqueurs distinctifs. Il semble, cependant, légitime de se demander si les principaux marqueurs précédemment décrits s’avèrent être les seuls ou, peut-être même, les véritables causes qui font l’efficacité du modèle paralittéraire. Ne faudrait-il pas, par exemple, chercher les possibles origines de cette fortune culturelle dans le profond ancrage social, l’attrait pour l’actualité et l’écriture du quotidien qui résident au cœur des paralittératures ?

Continuer la lecture de AAC: Extension africaine francophone du domaine paralittéraire

CfP: The representations of polygamy

Dear colleagues,

Please see below for a CFP for a WIF-Australia seminar series on representations of polygamy in Sub-Saharan African cultural and creative products

Please do not hesitate to contact the seminar co-organisers Charlotte Mackay (charlotte.mackay@monash.edu) and Murielle Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) should you have any questions.

Au-delà des clichés : représentations culturelles de la polygamie dans les œuvres créatives de femmes subsahariennes

Le thème de la polygamie est au cœur des expressions culturelles et artistiques de l’Afrique subsaharienne depuis la publication de l’œuvre désormais canonique Une si longue lettre  (1979) de Mariama Bâ, considérée par beaucoup comme ayant marqué le coup d’envoi de l’écriture féminine en Afrique subsaharienne. Alors que de nombreux écrivains et théoriciens africains dénoncent la polygamie comme une institution oppressive pour les femmes à travers des formes créatives, d’autres proposent des œuvres qui plaident en faveur d’un positionnement plus approbateur sur la question. Quant à la production cinématographique du continent, les réalisatrices sont souvent encouragées, en échange d’opportunités de financement, à produire des films qui abordent des « thèmes féminins », tels que la polygamie, ce qui peut engendrer chez certaines le sentiment d’être limitées dans le contenu cinématographique qu’elles peuvent proposer, tandis que d’autres choisissent spécifiquement d’évoquer ces questions dans leur travail (Bisschoff, 163). Bien que la polygamie dans les œuvres littéraires et créatives subsahariennes reflète « la multiplicité des discours féminins » (Assiba d’Almeida, 43), Clignet souligne que « [l]e principal défaut des analyses de la polygamie réside dans le fait qu’elles sont à la fois atemporelles et anhistoriques » et que « implicitement ou explicitement, ces analyses se focalisent toujours sur la seule perspective masculine […] » (2019, 204).

Dans ce séminaire, nous proposons de recentrer les diverses représentations culturelles de la polygamie issues de la littérature (orale et écrite), des médiums artistiques, des médias, de la musique et du cinéma produits par des femmes subsahariennes francophones. Ce séminaire vise à dépasser l’axe dénonciation-célébration qui a marqué jusqu’à présent de nombreuses études sur la polygamie dans les représentations culturelles du continent pour explorer la polygamie sous toutes ses formes et dans tous ses modes d’expression. L’objectif de cette série est de fournir une plateforme sur laquelle réfléchir aux questions suivantes : Comment les représentations de la polygamie se construisent-elles d’un point de vue artistique, socioculturel et politico-économique ? Comment ces représentations investissent-elles les corps dans le temps et dans l’espace ? Comment les expériences polygames sont-elles écrites, lues, regardées ou consommées par les hommes et les femmes ? Existe-t-il un genre / style / mode qui reflète fidèlement l’expérience polygame ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions non exhaustives qui pourraient servir de lignes directrices pour ce séminaire. Nous sollicitons des propositions de communication (15-20 minutes) sur tout aspect de la polygamie dans les représentations culturelles et les pratiques artistiques de l’Afrique francophone. 

Veuillez envoyer vos propositions de communication (250 mots) ainsi que vos questions aux co-organisatrices Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) et Charlotte Mackay (Charlotte.Mackay@monash.edu) avant le 15 août 2023.

Continuer la lecture de CfP: The representations of polygamy

Approches sociologiques des littératures de jeunesse

Séminaire ASOHLIS

Lundi 9 mai – 14h-17h  

Pauline Franchini, « La littérature de jeunesse afro-brésilienne contemporaine comme territoire de résistance »

Au Brésil, la littérature afro-descendante, et a fortiori celle destinée à la jeunesse, s’est inventée et se développe en dehors des grands circuits nationaux de diffusion et de consécration. Cette communication se propose de décrire cet espace littéraire brésilien peu ouvert à la diversité, ainsi que les stratégies des auteurs, autrices et maisons d’éditions spécialisées pour exister en marge des réseaux légitimés du monde des Lettres, en revendiquant une auto-identification au paradigme du marronnage et de la résistance culturelle. Le cas brésilien sera comparé au cas de la littérature young adult des États-Unis, où les voix des minorités se font de plus en plus entendre.

Pauline Franchini est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature générale et comparée de l’Université de Bourgogne. Sa thèse, soutenue le 8 décembre 2021, s’intitule La littérature de jeunesse contemporaine des Amériques à la croisée des minorités (Brésil, Caraïbe, États-Unis). Elle est actuellement ATER à l’Université d’Aix-Marseille.

Delia Guijarro Arribas, « Sociologie de l’édition jeunesse : une comparaison France, Espagne, Belgique »

La production des livres jeunesse se caractérise par une importante fragmentation à plusieurs niveaux : catégories génériques, tranches d’âge, livres divertissants ou éducatifs, avec ou sans textes, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché, adoptant des formats divers, ciblant filles ou garçons. A partir d’une étude croisée et comparée de trois pays, la France, la Belgique et l’Espagne, il est possible d’analyser l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Notre intervention vise précisément d’une part à interroger comment mener à bien cette comparaison, à partir de quelles sources et avec quel cadre théorique. Et d’autre part, elle veut rendre compte des apports méthodologiques de ladite comparaison dans le cas particulier de l’édition jeunesse.

Delia Guijarro Arribas est docteure en sociologie par l’EHESS. Actuellement elle mène en parallèle deux projets de recherche en post-doctorat : un intitulé « Editer pour la jeunesse en Belgique » au sein du FNRS et l’Université de Liège, l’autre « Pour une nouvelle histoire de Bayard » au sein de l’Université de Bordeaux.

Séminaire en visioconférence sur Teams 

Inscription : Virginie.Brinker@u-bourgogne.fr

Assia Djebar et Boualem Sansal dans le champ littéraire

Dans le cadre du séminaire ASOHLIS, Ricarda Knauf, doctorante en Lettres à l’Université de Bourgogne, présentera le lundi 21 mars de 14h à 16h une communication intitulée :

“Internationalité (con)textuelle et déconstruction nationaliste : Assia Djebar et Boualem Sansal dans le champ littéraire”

Cette étude de cas portera sur l’internationalité de Djebar et de Sansal dans le champ littéraire mondial, et ce d’un point de vue à la fois textuel et contextuel, ainsi que sur la déconstruction du principe nationaliste qui peut l’accompagner. Le corpus d’étude est constitué par Les Nuits de Strasbourg (Djebar, 1997) et Le Village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller (Sansal, 2008). 

Le séminaire est accessible en visio via Teams.

Inscriptions : virginie.brinker@u-bourgogne.fr

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude ASOHLIS

Journée d’étude ASOHLIS du mardi 22 juin à Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier

Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance (via Zoom)

Argument

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures du Sud ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, ou à mettre à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible.

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le 15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021.

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier : tristan.leperlier@gmail.com & Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Groupe Asohlis