Archives par mot-clé : Sociologie

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée

Sort de presse en ce mois de décembre :

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016)

par Sandra FEDERICI

Après des débuts souvent précaires dans leurs pays d’origine, certains auteurs africains de bande dessinée sont arrivés à publier en Europe et, pour quelques-uns, à y bénéficier d’une solide reconnaissance. Mais si les conditions de départ semblent être similaires pour tous les auteurs, pourquoi certains arrivent-ils à publier dans les maisons d’édition qui ont un rayonnement international, alors que d’autres restent dépendant des commandes du secteur associatif, des fanzines ou des publications confidentielles à l’enseigne des « micro-éditeurs » ? L’approche sociologique permet ici une analyse rigoureuse des conditions de production, de circulation et de réception du neuvième art africain.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en cotutelle internationale (Un. Lorraine / Un. Statale di Milano)

Référence : Federici, Sandra. L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016). Préface de Pierre Halen et Silvia Riva. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales – Études culturelles, 2019, 360 p. – ISBN : 978-2-343-15925-6.

Page de l’éditeur : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64733

La littérature au-delà des nations

La littérature au-delà des nations
Hommage à Pascale Casanova (1959-2018)

Mercredi 4 décembre 2019, 9h-18h
EHESS Paris, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, Amphithéâtre François Furet

Programme de la journée

9h25 – Ouverture de la journée par Cécile Rabot, directrice adjointe du CESSP

9h30 – Introduction par Gisèle Sapiro, Claire Ducournau, Tristan Leperlier

9h45–11h15 : Session 1 – Une conception de la littérature ouverte sur le monde (modératrice : Gisèle Sapiro)

  • Franco Moretti (EPFL, Lausanne) « Uncommon Encounter »
  • Françoise Lavocat (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) « Sur le comparatisme de Pascale Casanova » (sous réserve)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3) « Une écriture critique »

Pause

11h30–13h : Session 2 – Des circulations inégales (modératrice : Cécile Rabot)

  • Tiphaine Samoyault (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) « Pour une théorie des traductions-relais »
  • Christophe Charle (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) « République mondiale des lettres, discordance des temps et dérégulation culturelle »
  • Julien Duval (EHESS) « Une république mondiale du film »

Déjeuner

14h30–16h : Session 3 – Transnationalisme et postcolonialisme (modératrice : Lydie Moudileno (USC)

  • Joseph Slaughter (Columbia University) « World Literature Is Burning »
  • Tristan Leperlier (CNRS, THALIM) « Penser un champ littéraire transnational avec Pascale Casanova »
  • Mélanie Bourlet (INALCO, LLACAN) « Les littératures combatives au prisme de l’espace littéraire peul » 

Pause

16h30–18h : Session 4 – Témoignages : une trajectoire combative (modérateur : Tristan Leperlier)

  • Jérôme Bourdieu (INRA-EHESS) « Le travail de Pascale Casanova aux éditions Raisons d’agir »
  • Laurent Jeanpierre (Université Paris 8) « Pascale Casanova face à l’exil »
  • Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS) « Les engagements de Pascale Casanova »

Pascale Casanova nous a quittés le 29 septembre 2018, à l’âge de 59 ans. Critique littéraire et sociologue, longtemps animatrice d’émissions sur France Culture, qui ont été saluées comme « l’un des lieux les plus stimulants pour la littérature* », puis professeure à l’Université de Duke aux États-Unis, elle est devenue une référence dans le monde entier avec son livre La République mondiale des lettres (Seuil, 1999 ; traduit en anglais chez Harvard UP en 2004). Elle laisse une œuvre importante, traversée par la question de l’autonomie de la littérature (Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, Seuil, 1997) et de sa « connexion avec la politique » (Kafka en colère,Seuil, 2011), scrutant des écritures singulières replacées dans les coordonnées socio-historiques et relationnelles de leur conception, élucidant les inégalités entre langues et cultures (La Langue mondiale, Seuil, 2015). Cette journée d’hommage organisée en France, où cette intellectuelle n’a pas obtenu de son vivant la reconnaissance institutionnelle qu’elle méritait, sera l’occasion d’évoquer sa mémoire et de discuter ses travaux, qui ont inspiré et nourri aussi bien des réflexions théoriques que des recherches empiriques. 

Cette journée d’hommage est organisée par Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS), Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Institut Universitaire de France), et Tristan Leperlier (CNRS, THALIM), avec le soutien des laboratoires CESSP, THALIM et RIRRA21.



* « Hommage à l’Atelier littéraire », mis en ligne le 14 novembre 2010 sur Mediapart, texte signé par plusieurs écrivains, à commencer par François Bon, Éric Chevillard, Antoine Volodine, Marie Darrieussecq, Pierre Bergounioux, Jean Echenoz et Pierre Michon, consulté le 2 octobre 2019,  https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/140910/hommage-latelier-litteraire

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Buata B. Malela

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche, 2019, 320p ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION extrait préface Jean Bessière (professeur ém. Université Paris 3 Sorbonne)

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

URL de référence : https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir-2/

Fabriques des littératures des Suds

*  *  *

Publié le mercredi 12 décembre 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines. Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Programme

Séminaire 2018-2019 : Fabriques des littératures des Suds

  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle / Université Paris I
  • Université de Bourgogne-France-Comté / Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943 & le soutien de l’association « Francophonie-ENS »

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines.

Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Séance n° 1

14 décembre 2018

Intervenant : Michal Obszynski, Université de Gdansk. Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone.

Séance n° 2

8 février 2019

Présentation de Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM), discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS).

Séance n° 3

10 mai 2019

  • Pierre Halen (Univ. Lorraine) : « Réflexions sur la notion de champ »

Approches du canon francophone et de sa constitution (Virginie Brinker, Valentina Tarquini, Erwan Caulet)

Organisation

  • Virginie Brinker, MCF, Université de Bourgogne-France-Comté/Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Erwan Caulet, chercheur associé au Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pascale Goetschel, Professeure, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pierre Halen, Professeur, Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943
  • Kaoutar Harchi, Chercheure associée au CERLIS/post-doctorante au département recherche du musée du Quai Branly
  • Tristan Leperlier, Centre européen de sociologie et de science politique/EHESS-CNRS, association francophonie-ENS
  • Valentina Tarquini, Université de Roma-III

Lieu & horaire

  • Un vendredi par trimestre, 17h-20h
  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle
  • 9 rue Malher 75004 Paris
  • Métro : Saint Paul (ligne 1)

URL de référence : https://calenda.org/534914