Archives par mot-clé : Soyinka

La littérature nigériane : état des lieux

Journée d’étude de l’APELA

Journée d’études 2018 : La littérature nigériane – état des lieux

Vendredi 14 septembre 2018, Université de la Sorbonne nouvelle – site Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris, M° Censier-Daubenton

[Attention entrées filtrées sur le site]

Programme

9h-9h30         Accueil

9h30-10h       Introduction aux littératures nigérianes (F. Ugochukwu)

10h-10h30     COURTOIS Cédric

Narrer le développement nigérian : panorama sur le Bildungsroman nigérian écrit en anglais depuis les années 2000 / Narrating Nigerian Development/Bildung: An Overview of the Nigerian Bildungsroman written in English since 2000

10h30-11h     FIOUPOU Christiane

Les « classiques » nigérians et leurs avatars : roman et polar

11h-11h30     Pause

11h30-12h     GBAGUIDI Célestin & AHOSSOUGBE Franck

Interrogating the Historical and Cultural Context of Chinua Achebe’s Things Fall Apart

12h-12h30     WANJALA Alex Nelungo

Changing Times, Changing gods; Achebe’s Arrow of God and Ndibe’s Foreign Gods Inc as a Depiction of Transformation in Nigerian Society

12h30-14h     Repas

14h-14h30     KOUTCHADE Innocent Sourou

Analysing the ethnography of communication in Wole Soyinka’s Alapata apata: a sociolinguistic and functional perspective

14h30-15h     GOUBALI-TALON Odile

D’Amanda N. Adichie (For Love of Biafra, 1998) à Chimamanda Ngozi Adichie, (Half of a Yellow Sun, 2006): a journey of self-discovery

15h-15h30     DIABANGOUAYA Célestin

Le prix de la liberté dans Night Dancer, On Black Sisters’ Street et Waiting for an Angel de Chika Unigwe et Helon Habila

15h30-16h     UGOCHUKWU Françoise

Ulasi – Le pidgin pour un dialogue de sourds

16h-16h30     Clôture

17h30             Assemblée Générale de l’APELA

Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public

Alain RICARD, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion

wole-soyinka-et-nestor-zinsou-de-la-scene-a-lespace-public-politique-et-religionKarthala, coll. Lettres du Sud – ISBN 9782811113810 – 19 € TTC

Date de parution 17 février 2015

Alain Ricard lit l’oeuvre de Nestor Zinsou – écrivain togolais, ancien directeur de la Troupe nationale, réfugié politique en Allemagne –, en utilisant les concepts forgés depuis des années dans sa lecture de Wole Soyinka (Prix Nobel, 1986). Tous deux ont grandi dans le monde des cultes yoruba, des églises africaines, et ont connu les coups d’État militaires.

Les positions théoriques de Wole Soyinka (cosmopolitisme, « indigénisme », anti-totalitarisme) voient leur efficacité testée dans cette lecture de l’oeuvre de Nestor Zinsou : la francophonie est-elle cosmopolite ? Le christianisme peut-il s’inculturer ? Comment le poète peut-il être citoyen ? En somme, l’auteur souhaite lire et comprendre Nestor Zinsou à travers Wole Soyinka, contre lui parfois, et montrer ainsi la force et la cohérence de leurs oeuvres qui affrontent la confusion de notre monde.

Le plan suit grosso modo un ordre chronologique : l’ouvrage passe en revue les oeuvres de ces deux écrivains en fonction de périodes déterminées. Pour Wole Soyinka : l’aventurier, le professeur et le Prix Nobel ; pour Nestor Zinsou : l’étudiant, le directeur et l’exilé.

Alain Ricard est directeur de recherche émérite au CNRS dans le laboratoire « Les Afriques dans le monde » – LAM (CNRS – Université de Bordeaux – Institut d’études politiques). Son dernier livre, Le Sable de Babel : traduction et apartheid (CNRS Éditions, 2011), est une réflexion sur le statut des textes dans l’Afrique de la discrimination linguistique. Il a reçu en 2002 le prix de la Fondation Alexander von Humboldt pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique et appartient au comité de rédaction de la revue Black Renaissance (New York University).

Géographie littéraire en Afrique – Itinéraires d’écrivains

 Soyinka Un café géographique à Toulouse, mercredi 26 mars à 18h30, au Bistro de Julie (4 allées Paul Feuga, Métro Ligne B, Tram T1, Bus 1 & 12, Arrêt Palais de Justice)

Débat introduit par Alain RICARD

(directeur de recherches émérite au CNRS, Histoire des littératures et anthropologie de la textualité, laboratoire LAM – Les Afriques dans le Monde, IEP Bordeaux)

“Pas le paysage tout seul, mais un homme dans un paysage”, voilà ce qui m’intéresse dit à Thomas Tranströmer,  un  ancien  prisonnier de Robben Island : en somme,  dans le texte, le paysage est un objet  littéraire,  mais aussi un objet politique  et social.

Le Prix Nobel  2003,  John Coetzee,  a beaucoup réfléchi sur l’espace et le paysage dans la littérature de l’Afrique du sud. Dans le livre qu’il consacre à ces thèmes,  il ne mentionne pas la littérature en langues  africaines. C’est dommage :

– Il aurait trouvé chez Thomas Mofolo), un maître de la  description, un amoureux de la nature  et  l’inventeur de la prose sesotho.

– De même  chez Sol Plaatje, premier romancier  noir anglophone,  il aurait trouvé une sensibilité à l’espace, avivée par la  spoliation dont les Africains furent victimes dans la loi foncière de 1913, première étape de l’apartheid sud-africain.

Wole Soyinka, Prix Nobel 1986 est lui un écrivain  des forêts et des lagunes : poète et dramaturge, ilconçoit l’espace comme une image de son pays, unterritoire  à  nationaliser.  Ses poèmes et ses pièces de théâtre nous font  voyager à travers le Nigéria.

– Enfin Fily Dabo Sissoko, poète malien, contemporain oublié de Senghor,  mort en prison à Kidal en 1964, réhabilité  en 2000,  est l’un des rares écrivains de l’Afrique francophone à  avoir donné un récit de voyage et à s’être intéressé à  tout l’espace africain .  Il nous  montre l’Afrique, du Kenya à Madagascar dans Au-dessus des nuages.

Thomas MOFOLO  (Lésotho, 1876-1948) : Chaka, une épopée bantoue, 1925, Gallimard – L’Imaginaire 2010.

Sol PLAATJE: (Afrique du sud, 1876-1932) : Muhdi, la vie des indigènes en Afrique du Sud il y a 100 ans, 1930, Actes sud 1997.

Wole SOYINKA (Nigeria, 1934-) : Il te faut partir à l’aube, Actes sud, 2007.

Fily Dabo SASSOKO (Mali, 1900-1964) : Les jeux du destin, J. Grassin 1970.