Archives par mot-clé : Strasbourg

L’Œuvre de Yambo Ouologuem

L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018)

Colloque en ligne

La plateforme Fabula, libre et gratuite, vient de mettre en ligne les actes du colloque L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018), organisé à l’Université de Lausanne les 18 et 19 mai 2018, avec la collaboration de l’Université de Strasbourg.
Vous y découvrirez les interventions de Joël Bertrand, Sarah Burnautzki, Ninon Chavoz, Jehanne Denogent, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu, Christine Le Quellec Cottier, Anthony Mangeon, Bernard Mouralis, Jean-Pierre Orban, Bacary Sarr et Christopher Wise.

Un demi-siècle après ses débuts, l’œuvre singulière et passionnante de l’écrivain malien Yambo Ouologuem a fait couler beaucoup d’encre, mais elle demeure aujourd’hui paradoxalement méconnue. Organisé quelques mois après la disparition de l’auteur, et simultanément à la réédition de son roman Le Devoir de violence, Prix Renaudot 1968, le colloque de Lausanne envisageait les multiples aspects d’une production romanesque et critique qui a marqué un tournant dans l’histoire littéraire francophone, en particulier pour le domaine africain : qu’il s’agisse de ses relations avec la littérature européenne ou de sa situation dans l’espace littéraire français, tant du point de vue de la création que de la réception, il y a et il restera un avant et un après Ouologuem. ll suffisait de le reconnaître. Dont actes. Le présent sommaire est formé de trois ensembles : les contributions de S. Burnautzki, B. Mouralis, J.-P. Orban et J. Bertrand traitent de l’histoire littéraire et éditoriale de l’œuvre de Ouologuem ; les essais de Ch. Wise, A. Mangeon, R. Fonkoua et B. Sarr s’attachent aux politiques de la littérature ; les textes de Ch. Le Quellec Cottier, J. Denogent, N. Chavoz, C. Gahungu observent les poétiques à l’œuvre.

Colloque en lignehttp://www.fabula.org/colloques/index.php?id=5979

Fictions du futur, L’Afrique au futur

Séminaire « Fictions du futur, L’Afrique au futur »

CERIEL, Université de Strasbourg

Atelier animé par Anthony Mangeon et Ninon Chavoz

 

Jeudi 18 janvier 2018, 18h, Portique 412

Premier temps : présentation du projet de recherche mené par Anthony Mangeon au sein de l’USIAS (Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg), 2017-2019

Les croissances démographiques et économiques de nombreux pays africains sont aujourd’hui spectaculaires, dans un continent qui abritera bientôt un quart de la population active mondiale. La question des “futurs africains” est par conséquent un enjeu majeur, sur les plans géopolitiques et économiques, et qui est discuté en tant que tel par une très grande variété de discours. Économistes, historiens, philosophes, romanciers et artistes ont ainsi développé des manières innovantes d’imaginer, mettre en scène et raconter les futurs de l’Afrique, qui donnent lieu à autant d’utopies que de dystopies, selon qu’on privilégie un point de vue afro-optimiste ou afro-pessimiste.
Ces différents discours partagent souvent des images, des figures de pensée, des modalités narratives ou argumentatives qu’une analyse rhétorique ou narratologique peut mettre au jour pour dévoiler leurs communes hypothèses et manières de penser ou d’imaginer. Ce projet de recherche vise donc à explorer les nombreux chevauchements entre économie et littérature, prospective et fiction, histoire contrefactuelle et narration romanesque sur la question des futurs de l’Afrique.

Liens :

  • Lionel Zinsou, “Une vision optimiste de l’Afrique”, conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 28 avril 2010
  • Alioune Sall, « Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara ? »

Eventuellement :

  • Pumzi de Wanuri Kahiu (2009)
  • Sylvestre Amoussou, Africa Paradis (2007)

Second temps : présentation par Ninon Chavoz : « L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute »

Qu’est-ce qu’un afronaute ? Le néologisme ne manquera pas d’évoquer le souvenir de nomenclatures déjà connues – astronautes, cosmonautes, spationautes, taïkonautes, partis successivement à la conquête de l’espace. L’afronaute, conçu comme un voyageur spatial africain et noir, demeure quant à lui une fiction, aussi irréalisée aujourd’hui que dans les années 1960, à l’époque où Edward Makuka Nkoloso entendait envoyer sur Mars une équipe d’afronautes zambiens. Circulant de textes en peintures, de photographies en films et en clips publicitaires, l’afronaute n’en présente pas moins une forme d’ubiquité qui fait de lui un figurant récurrent dans les représentations afrofuturistes contemporaines : à ce titre, il inspire des créateurs issus du continent africain aussi bien que des artistes européens comme la photographe espagnole Cristina de Middel. Porté par une mode qui va en se densifiant depuis les années 2000, l’afronaute oscille dès lors entre le simple motif, fondé sur un jeu de contraste entre primitivisme et technologie, et l’accession au rôle de figure historique, artistique et littéraire.

Liens :

  • « Judgment Day! » de Joe Orlando et Al Feldstein, « Weird Fantasy », EC Comics, 1953
  • L’afronaute historique, Edward Makuka Nkoloso
  • Le film de Cristina de Middel, The Afronauts

Eventuellement :

  • Vabvakure de Gerald Machon

Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg, et directeur de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires ».

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’école normale supérieure ; agrégée de lettres modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse, sous la direction du professeur Xavier Garnier, porte sur La Tentation encyclopédique dans les littératures francophones africaines : des documentations coloniales au glossaire contemporain

La relation franco-africaine, une nouvelle histoire politique et littéraire

Colloque à l’Université de Strasbourg organisé par l’EA 1337 CERIEL (Corinne Grenouillet et Anthony Mangeon), les 11, 12 et 13 avril 2017

La relation franco-africaine, une nouvelle histoire politique et littéraire (1975-2015), programme

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme (MISHA)
Salle de conférence
Allée du Général Rouvillois
67 083 STRASBOURG

Mardi 11 avril

13h30 Ouverture du colloque par Béatrice Guion (directrice de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires »), Anthony Mangeon et Corinne Grenouillet, organisateurs

Session I : Fantasmes et réalités de la relation franco-africaine
Présidence de séance : Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie)

14h00 Romuald Fonkoua (Paris-Sorbonne) : Les relations franco-africaines et le statut paradoxal d’une littérature noire
14h30 Nicolas di Méo (Université de Strasbourg) : La France, terre de désillusions : évolution d’un motif littéraire
15h00 Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier) : La relation franco-africaine à travers la topographie narrative du Paris noir dans Cercueil et Cie (1985) de Simon Njami

Discussion suivie d’une pause café

16h00 Kusum Aggarwal (Université de New Delhi) : Histoire politique des relations franco-africaines d’après les romans d’Henri Lopes
16h30 Sylvère Mbondobari (Université Omar-Bongo, Libreville) : L’Afrique et sa diaspora au miroir des œuvres d’Henri Lopes et de Sylvain Prudhomme
17h00 Corinne Grenouillet (Université de Strasbourg) : Médecins et maladies dans les romans africains de Paule Constant : la relation franco-africaine comme relation médicale

Discussion

18h L’humeur du monde : Rencontre littéraire avec Paule Constant et Henri Lopes, écrivains

Mercredi 12 avril

Session II : Mobilités et décentrements
Présidence de séance : Sabrina Parent (Université Libre de Bruxelles)

9h30 Rebecca Blanchard (Université de Toronto) : La thématique du retour dans la littérature urbaine du XXIe siècle
10h00 Brigitte Dodu (Université de Strasbourg) : Koffi Kwahulé, Monsieur Ki et sa concierge en rhapsodes de la relation franco-africaine dans un monde postbabylonien

Discussion suivie d’une pause café

11h00 Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie) : La Province postcoloniale
11h30 Catherine Mazauric (AMU Aix-Marseille Université) : Des lois Stoleru à la Chinafrique : la fiction afro-française au prisme des mobilités subsahariennes

Discussion

Session III : Figures et postures de l’écrivain
Présidence de séance : Pierre Halen (Université de Lorraine)

14h00 Céline Gahungu (Université Paris-Sorbonne/ITEM) : Trajectoire et postures de Sony Labou Tansi au miroir de trois « gueules savonneuses » : Victor Hugo, Arthur Rimbaud et Antonin Artaud
14h30 Reynald Lahanque (Université de Lorraine) : Le personnage de l’écrivain africain dans La Grande intrigue de François Taillandier

Discussion suivie d’une pause café

Session IV : Dramaturgies
Présidence de séance : Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier)

15h30 Florian Alix (Université de la Sorbonne) : Métathéâtre et renversement des pouvoirs coloniaux et postcoloniaux chez Jean Genet, Aimé Césaire, Laurent Gaudé et Koffi Kwahulé
16h00 Geneviève Chovrelat-Péchoux (Université de Franche-Comté) : La controverse de Ouagadougou : Mitterrand et Sankara de Jacques Jouet
16h30 Aurore Desgranges (Université de Lyon II) : Présence de Thomas Sankara dans la dramaturgie contemporaine française et burkinabé

Discussion suivie d’une pause café

18h L’Humeur du monde – Spectacle théâtral : Rano, Rano de et avec Jean-Luc Raharimanana

Jeudi 13 avril

Session V : La relation franco-malgache
Présidence de séance : Nicolas Martin-Granel (ITEM-CNRS)

 9h00 Bernard De Meyer (Université du Kwa-Zulu Natal, Afrique du Sud) : Le rapport Madagascar-France dans la littérature contemporaine de la Grande Île : une lecture des nouvelles de Johary Ravaloson et de Laurence Ink
9h30 Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine) : L’histoire franco-malgache au miroir des littératures contemporaines : quand le passé sert à tout et à tous

Discussion suivie d’une pause café

Session VI : Nouvelles cartographies romanesques
Présidence de séance : Catherine Mazauric (Aix-Marseille Université)

10h30 Solange Namessi (Université de Strasbourg) : Poétiques de la revenance et reconfigurations mémorielles de la relation franco-africaine chez trois écrivains de la postcolonie (Tierno Monenembo, Abdourahman Waberi, Kossi Efoui)
11h00 Abdoulaye Imorou (Université du Ghana, Legon) : Le tiers inclus : les « fictions chinoises » dans la littérature africaine francophone
11h30 Christine Le Quellec-Cottier (Université de Lausanne) : Maillage transnational : de la possibilité d’une nouvelle histoire littéraire « afro-française »

Discussion

Session VII : Pratiques culturelles
Présidence de séance : Romuald Fonkoua (Université de Paris-Sorbonne)

14h00 Milunda Kombila (Université de Lorraine) : Peuples noirs, peuples africains : une revue culturelle postcoloniale
14h30 Ninon Chavoz (Université de la Sorbonne-Nouvelle) : Profondeurs de la S.A.P.E. et circulations spéculaires
15h00 Jean-Paul Meyer (Université de Strasbourg) : Malamine, Alphonse Madiba, Mamie Denis : trois figures de l’aller-retour dans la bande dessinée franco-africaine

Discussion suivie d’une pause café

16h00 L’Humeur du monde : Table-ronde avec Pierre Halen, directeur du centre Écritures de l’Université de Lorraine, Christophe Cassiau-Haurie, scénariste et spécialiste de la bande dessinée africaine, Al’Mata et KHP, auteurs : Scénariser, éditer, diffuser la bande-dessinée africaine aujourd’hui

URL de référence : http://ea1337.unistra.fr/ceriel/#c75575.

Télécharger le programme en pdf : Relation franco africaine programme

Télécharger le programme de manifestations culturelles associées au colloque : Humeur du monde programme

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la “poudrière incontrôlée” qu’est devenue la planète, ou l’avènement du “grand marché de la misère et du dénuement”, et son corollaire, la fabrique d'”un réservoir de terroristes et de désespérés”, ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un “proscrit idéologique”. Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.

Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).