Archives par mot-clé : Théâtre

AAC: Théâtres, cultures et démocraties en Afrique

Le colloque annuel de l’African Theatre Association se déroulera cette année à Abidjan du 3 au 6 juillet 2024 et aura pour thème « Théâtres, cultures et démocraties en Afrique »

Pour ce colloque international, dont les langues d’usage sont le français et l’anglais, les chercheurs d’horizons disciplinaires divers sont invités à faire des propositions de communications individuelles ou collectives, d’ateliers de représentations ou de lectures ayant trait au thème principal dans toutes les perspectives possibles. 

La date limite de réception de propositions est le 29 février 2024.

Pour lire l’argumentaire et pour avoir plus de détails sur l’organisation de l’événement, merci de consulter ici (http://africantheatreassociation.org/call-for-participants-2024) la page web de l’association. 

Toute demande de renseignement complémentaire peut être adressée à Brian.Valente-Quinn [apud] colorado.edu, ou à l’adresse mail de l’association (conferences@africantheatreassociation.org).

JE Récits de territoire

Les journées « Pour l’émergence de la notion de récits de territoire’ à la croisée des disciplines et des pratiques » se dérouleront les 8 et 9 décembre 2023 de 10h00 à 18h00 au MucemLab, Fort Saint-Jean, Marseille.

Que peuvent les récits pour nos milieux de vie ? Cet atelier, international, trans- et interdisciplinaire, exposera des mises en œuvre de « récits de territoire » à la croisée d’expériences arts-sciences situées. Leur point commun : être localisées et avoir recours à plusieurs “échelles du récit” pour améliorer l’habitabilité de zones affectées par la crise écologique. Par des postures de participation et d’écoute variées (ateliers, exposés, échos, perspectives, échanges), cet atelier ménagera une écologie de l’attention permettant d’interroger la notion de récit de territoire. Ces deux journées seront aussi l’occasion de faire connaître ces « récits à échelle 1 », de caractériser la manière dont ils s’articulent à des dispositifs artistiques singuliers (pièce de théâtre, film, installations, poèmes…), et de commencer à envisager leurs effets sur les milieux concernés.

Des journées conçues et organisées par Claire Dutrait (CIELAM/AMU) avec Aurélie Darbouret (Centre Norbert Elias/EHESS).

Entrée gratuite sur inscription à mucemlab@mucem.org dans la limite des places disponibles.

Programme détaillé et présentation des participant·e·s sur le site du MuCEM. Voir également : https://cielam.univ-amu.fr/evenements/journees-detude-recits-territoire-mucem.

Le Théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, septembre 2021
Sous la direction de Charles Bonn, Mounira Chatti, Naget Khadda, avec la collaboration d’Assia Dib
Presses universitaires de Rennes
Collection “Interférences”
ISBN: 978-2-7535-9310-7
Parution : 17 août 2023
 
 

Plus que par le réalisme que commandait la décolonisation dans les années cinquante et auquel on l’a fréquemment limitée, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, des langages. Rencontre théâtralisée entre différents genres, différentes paroles, ou différents espaces d’expression.
L’approche de ces textes par le biais de la mise en scène des langages plus que par la description thématique, se veut donc un des premiers pas vers une relecture de cette œuvre trop longtemps prisonnière de l’actualité de la décolonisation. Elle montre que cette contrainte a perdu de son actualité dans les productions tardives de l’écrivain. Dans ces dernières, certes l’Algérie reste présente, particulièrement avec le terrorisme islamiste qu’elle subit, mais n’est plus qu’un espace politique problématique parmi d’autres.

Introduction et table des matières consultables depuis cette page Fabula : https://www.fabula.org/actualites/115642/charles-bonn-mounira-chatti-amp-naget-khadda-dir-le-theatre.html

Présentation détaillée

 
Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou, dans ce même roman, au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Ou encore dans ce roman considéré comme le plus « engagé » de Dib, à cette séquence finale de la découverte de son plaisir sexuel par Zhor, séquence qui met en scène de manière fort poétique l’impuissance qui serait celle du langage idéologique s’il tentait d’en décrire l’objet. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit ainsi le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires, tout comme de leur subversion.
Or cette mise en scène des dires, qui hante toute l’œuvre de Dib même si elle devient de plus en plus visible au fur et à mesure que cette œuvre entre dans sa maturité, se fait très souvent dans la rencontre théâtralisée entre différents genres, différentes paroles, ou différents espaces d’expression. Et cette rencontre entre genres ou espaces d’expression parfois très différents l’un de l’autre tourne de plus en plus le dos à ce réalisme que les nécessités de la décolonisation ont conduit les critiques les mieux intentionnés à plaquer sur une œuvre dont pourtant dès ses débuts ce n’était pas la préoccupation essentielle.
L’approche de l’œuvre de Dib par le biais de la mise en scène des langages plus que par la description thématique, que proposent ces Actes de colloque, se veut donc un des premiers pas vers une relecture de cette œuvre trop longtemps prisonnière de l’actualité politique de la décolonisation. Elle montre que cette contrainte n’est plus d’actualité, surtout face à l’œuvre tardive de l’écrivain. Ce qui n’empêche pas pourtant cette œuvre tardive de dénoncer souvent les injustices de notre présent, mais sous une forme qui n’est plus celle qu’attendaient les lectures « engagées » dans les années cinquante ou soixante. Et ceci dans des contextes politiques où certes l’Algérie reste présente, particulièrement avec le terrorisme islamiste qu’elle subit, mais n’est plus qu’un espace politique problématique parmi d’autres. C’est entre autres le cas dans les recueils de nouvelles La Nuit sauvage et Comme un bruit d’abeilles , recueils dans lesquels à cet éclatement géographique correspond une subversion du modèle narratif elle-même signifiante dans la dénonciation par l’écrivain de la violence de notre modernité à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Le Théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Féminismes noirs et littérature

Le 14 juin prochain, l’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Guyane et du laboratoire MINEA à l’origine du séminaire FEMPOCO organise en présentiel un atelier de réflexion sur féminismes noirs et littérature, dans le cadre du congrès de l’Institut des Amériques qui se tiendra à Lyon, du 12 au 16 juin 2023
 
La rencontre prolonge les travaux du séminaire et le dossier “(Re)lire les féminismes noirs” dirigé par Tina Harpin et Claudine Raynaud paru en 2021 aux Études littéraires africaines n°51.
 
Nous recevrons les chercheuses Jules Falquet, Laure Demougin, Claudine Raynaud, Vinicius Gonçalves Carneiro et Kathleen Gyssels ainsi que Natalia Guerellus modératrice de la séance. 
 
L’atelier aura lieu au Palais Hirsch, Bâtiment Athena, Salle 046, à 9h et pour y assister sur place, il faut s’inscrire ici : https://my.weezevent.com/congres-de-linstitut-des-ameriques-2023-lyon.
 
L’argumentaire et le programme sont détaillés ci-dessous. N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées et de pouvoir se rendre à cet événement!
 
L’équipe du séminaire de recherche FEMPOCO (Université de Guyane, laboratoire MINEA)
Giulia Manera, Ahmed Mulla et Tina Harpin
 

Penser les féminismes noirs à travers la fiction, le théâtre et la poésie des autrices francophones, lusophones, hispanophones et anglophones dans les Amériques

Mercredi 14 juin de 9h00 à 11h00

 MILC

Organisation : Tina Harpin (Université de Guyane), Ahmed Mulla (Université de Guyane) et Giulia Manera (Université de Guyane)

Argumentaire

Dans Petit manuel antiraciste et féministe, traduit en français en 2019 (Anacaona), l’universitaire activiste brésilienne Djamila Ribeiro invite ses lecteurs et lectrices à lire des « auteur.e.s noir.e.s » comme remède à l’annihilation et à l’invisibilisation des savoirs noirs et comme acte féministe. Ribeiro reprend une idée communément partagée dans les combats féministes sur le rôle de l’écriture et de la littérature dans la prise de conscience des injustices et dans la lutte. Elle nous rappelle la mise en garde ancienne de la chercheuse en littérature africaine américaine Barbara Christian (The Race for Theory, 1988) contre l’oubli d’une littérature féminine noire vue comme l’expression autre d’une forme de pensée vivante, non hégémonique, qui est aussi théorie. En tant que chercheurs en littératures américaines, nous souhaitons approfondir cette réflexion sur la littérature comme possible expression des pensées théoriques féministes noires, au lieu de perpétuer la représentation simpliste d’une dichotomie entre “théorie féministe” et pratiques littéraires.
L’atelier est pensé comme le prolongement de travaux qui ont fait connaître le Black feminism des Etats-Unis en France (Dorlin 2008) et comme la poursuite d’une recherche récente sur la place de la littérature dans les pensées féministes noires (Harpin et Raynaud 2021, Mulla 2021, Manera 2021). L’objectif de l’atelier est la discussion sur la place des études littéraires dans l’élaboration et l’évolution des féminismes noirs aux Amériques considérées dans leur diversité géographique et linguistique. L’échange sera basé sur des études précises d’autrices aux œuvres littéraires complexes et dont le positionnement féministe noir peut paraître indubitable ou faire débat. La fiction et la poésie féministe et/ou féminine noire représentent en effet un terrain d’élaboration, de déconstruction ou de révision de nouvelles figurations puissantes qui désentravent l’imaginaire et les actions. Le prisme du littéraire contribue à restituer la richesse et la diversité des féminismes noirs, et invite à souligner la circulation proprement littéraire d’idées, de formes d’engagements et de théories sur le plan transnational et transatlantique. Dans cette perspective, considérer les autrices du nord, du centre et du sud de l’Amérique permet d’observer les positionnements divers vis-à-vis des combats féministes et féministes noirs, et de problématiser la persistance de l’héritage colonial et raciste dans le continent. Le choix de ce champ d’analyse qui dépasse les barrières linguistiques et nationales permettra également de valoriser et revaloriser les spécificités et l’éclectisme de ces littératures qui pensent, critiquent, réinventent ce qu’on a appelé les « féminismes noirs » depuis le XXe siècle.

Intervenant·e·s


• Jules Falquet (LLCP – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – Melissa Cardoza, 13 couleurs de l’engagement au Honduras

• Laure Demougin (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Paulette Nardal et Jane Léro : deux facettes d’un féminisme noir ?

• Claudine Raynaud (EMMA – Université Paul-Valéry Montepellier 3) – Lewis’ Sable Venus and Rankine’s Citizen: African American Poetry as Black Feminist Theory?

• Vinicius Gonçalves Carneiro (ERSO – Université de Lille) – À la recherche d’une destinataire subalterne : relire Françoise Ega à travers Carolina Maria de Jesus, relire Carolina Maria de Jesus à travers Françoise Ega

• Kathleen Gyssels (Antwerp University) – Queering Wekker with Wynter and Taubira, or Sycorax’ Sisters in the Struggle against white, male, heteronormative prejudice

 

Rencontres Nyirarumaga des littératures africaines

Le Théâtre de la Ville de Paris propose pour ce jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 juin 2023, des Rencontres Nyirarumaga des littératures africaines. Il s’agit d’ un événement qui réunit des écrivains et écrivaines rwandais·es de tous les horizons pour faire connaître cette riche littérature et son rôle dans la création post-génocide, dans la construction des imaginaires et d’une mémoire partagée entre les rwandais et les rwandaises vivant au Rwanda et dans la diaspora.

Lien vers la page du site : https://www.theatredelaville-paris.com/fr/spectacles/projets-passerelles/rencontres/rencontres-nyirarumaga-des-litteratures-africaines

RWANDA_FLYER-A5-22-23 (4)

Socialismes africains et mobilisations artistiques

« Regards croisés », séminaire de l’IMAF-Aix
Coordonné par Muriel Champy (Université d’Aix-Marseille) et Simon Imbert-Vier (IMAF).
Voir le programme complet du séminaire.

Vendredi 17 mars 2023
14h-17h
salle Germaine Tillion, MMSH

— reporté, en soutien au mouvement social en cours —

  •  Marie-Aude Fouéré (EHESS, IMAF), « Performer la nation tanzanienne : arts et socialisme nyérériste »
  •  Elara Bertho (CNRS, Les Afriques dans le monde), « Le théâtre au service de la révolution (Guinée, 1958-1984) »

Références bibliographiques

 Kelly Askew, 2005, « Jacks-of-all-Arts or Ustadhi ? The Poetics of Cultural Production in Tanzania », in G. Maddox & J. Giblin, In Search of a Nation. Histories of Authority and Dissidence in Tanzania, Oxford, Dar es Salaam, Athens, OH, James Currey, Kapsel Educational Publications, Ohio University Press, p. 304-327.
 Laura Edmondson, 2007, Performance and Politics in Tanzania. The Nation on Stage.Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press.
 Andrew Ivaska, 2011 Cultured States. Youth, Gender, and Modern Styles in 1960s Dar es Salaam, Durham et Londres, Duke University Press.

Théâtre, performance et parole politique dans l’espace public

Cahiers de littérature orale 89-90/2021

sous la direction d’Elara Bertho, Aurore Desgranges et Maëline Le Lay.

« Jouer dehors ! », « libérer la scène », « libérer la parole » : autant d’appels répétés à un théâtre qui se veut « libéré » d’un ensemble de contraintes plus ou moins explicitement nommées. Libérer le théâtre, oui, mais de quoi ?

Ce numéro est consacré aux formes d’expressions verbales et de performances qui investissent l’espace public et qui revendiquent par ce geste, sinon de faire un théâtre politique, à tout le moins de libérer une parole enfouie, tue ou généralement ignorée et habituellement absente du plateau de jeu. Sortir « dans la rue », jouer « dehors », prendre possession de l’espace public, en somme sortir des théâtres, des arènes, des scènes, permettrait une adéquation entre parole politique et espace public, libérant la parole des citoyens sur des sujets de société sensibles ou qui font débat (des questions sociales, politiques, mais aussi de genre). Du Chili à Marseille, en passant par le Brésil, le Burundi, le Mali, le Rwanda et Sevran, ce numéro approfondit la définition, la portée et les enjeux de divers théâtres joués dans l’espace public.

Sommaire et articles : https://journals.openedition.org/clo/9713