Archives par mot-clé : Théâtre

Samedi Détente, Dorothée Munyaneza & Cie Kadidi

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d’Eau, 31300 Toulouse, du 11 au 14 février 2015

11 > 14 février durée : 1h00 env création m11 j12 v13 s14 > 20:30

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (…) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : “Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger“. Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : “Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes…

http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496

Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

texte Bernard Magnier, mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
avec Marcel Mankita, Criss Niangouna

Le Tarmac, La scène internationale francophone
du 11 au 14 février 2015 mercredi, vendredi à 20h, jeudi à 14h30 & 20h, samedi à 16h
Avec ses pièces enfiévrées, d’abord créées à Brazzaville par sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, ensuite livrées sur les scènes de Paris, Bruxelles ou New York, en passant par les capitales africaines, avec sa langue subversive et attentive aux injustices, avec ses romans iconoclastes, Sony Labou Tansi est l’une des voix majeures du continent africain.
Ce spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.
Deux comédiens. L’un sera Sony Labou Tansi et portera sa parole. L’autre, un lecteur, passeur, qui feuillettera l’œuvre de l’écrivain, relatera sa destinée, retracera son itinéraire de création, son attachement à la terre africaine, son ancrage au Congo et sa volonté de s’adresser au monde. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de ses pièces.
Dans la mise en scène d’Hassane Kassi Kouyaté, extraits de l’œuvre, musique, documents sonores et vidéos se mêleront pour donner à entendre un talent immense d’une urgente actualité. Sony Congo ou la destinée singulière d’un créateur.
jeudi 12 février, à l’issue de la représentation du soir, rencontre En Écho animée par Valérie Baran, avec Bernard Magnier & Hassane Kassi Kouyaté

lumière Cyril Mulon   vidéo Florian Berutti   décor Mahamoudou Papa Kouyaté   costumes Anuncia Blas
Production Compagnie Deux Temps Trois Mouvements / Coproduction Le TARMAC – La scène internationale francophone, ARTMATAN (Association réunissant tout le milieu d’art plastique à Toussiana et les artisans novateurs), EPCC Atrium Martinique

Plus d’infos, réservation de places : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-sony-congo-ou-la-chouette-petite-vie-bien-osee-de-sony-labou-tansi/spectacle-74/.

Parution : « La parole construit le pays »

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

untitledMaëline Le Lay

 

« La parole construit le pays » Théâtre, langues et didactisme au Katanga (République Démocratique du Congo)

496 p., broché ISBN 978-2-7453-2791-8. 95 €

Maëline Le Lay est docteure en littérature comparée de l’Université de Paris 13-Nord et chargée de recherche au CNRS au laboratoire « Les Afriques dans le monde » de l’Université de Bordeaux.

The artistic vitality of the French- and Swahili-speaking Katanga region of the Congo is evidenced by the local theatre scene. The didactic intent that characterizes productions in both languages is a rare point of convergence between two theatrical traditions that developed in opposition to each other.

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Cet ouvrage est disponible à la Librairie Honoré Champion 3 rue Corneille 75006 Paris

– 01 46 34 02 29 ou chez votre libraire habituel.

“Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique”. Atelier à Pau.


pdf-img

Lundi 5 mai à l’UPPA – Université de Pau et des Pays de l’Adour – un atelier exploratoire interdisciplinaire sur “Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique” est organisé par Emilie Matignon (Enap Agen/LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Pau).

Avec la participation de : David Diop (UPPA), Pierre Halen (U. de Lorraine), Abel Kouvouama (UPPA), Alain Ricard (LAM Bordeaux), Emilie Matignon (LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Bordeaux).

Consultez le programme ici : Programme atelier 05.05.14

 

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet “La direction d’acteur comme processus artistique” ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe “manuscrits francophones du Sud” Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.