Archives par mot-clé : Toulouse

Samedi Détente, Dorothée Munyaneza & Cie Kadidi

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d’Eau, 31300 Toulouse, du 11 au 14 février 2015

11 > 14 février durée : 1h00 env création m11 j12 v13 s14 > 20:30

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (…) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : “Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger“. Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : “Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes…

http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496

Se souvenir de l’esclavage : de la fêlure à la réparation

logo_MemoC_dessous En avant-première du colloque international Patrick Chamoiseau & la mer des récits, rencontre avec Patrick Chamoiseau  : “Se souvenir de l’esclavage : de la fêlure à la réparationlundi 6 octobre, 20h, Auditorium de l’Espace des diversités et de la laïcité – 38, rue d’Aubuisson – Toulouse – Métro Jean Jaurès ou François Verdier.
Entrée libre

Patrick Chamoiseau est l’un des plus grands écrivains contemporains de langue française. Il est l’auteur entre autres de Chroniques des sept misères (Gallimard 1986) ; Texaco (Gallimard 1992) pour lequel il a remporté le Prix Goncourt ; il a également écrit des essais importants tels que Eloge de la créolité (Gallimard 1989) ; Ecrire en pays dominé (Gallimard 1997).

La discussion avec le public sera modérée par Hourya Bentouhami (MCF en philosophie à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès) et Stéphanie Mulot (Professeure de sociologie à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès), coordinatrices de l’atelier de recherches “Mémoire de l’esclavage aux Amériques” (MémoCris).

URL de référence : http://memocris.hypotheses.org/539

logo sms transp

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

aff chamoiseau.jpg Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Colloque international à TOULOUSE (France), du 8 au 10 octobre 2014

Depuis maintenant un quart de siècle, Patrick Chamoiseau est solidement installé dans notre actualité littéraire. Mais depuis Eloge de la créolité (1989) et Texaco (1992), l’écrivain martiniquais n’a cessé de questionner la critique et de déborder des paysages qu’il avait installés. Les travaux qu’il inspire témoignent ainsi de sa résonance dans des sphères linguistiques diverses, des deux côtés de l’Atlantique.

Pour mieux comprendre la situation de cet auteur-carrefour au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, l’équipe LLA-Créatis a sollicité le concours de chercheurs de tous horizons géographiques. Avec eux, en présence de l’écrivain, nous rendrons justice à la créativité de ce raconteur d’histoires en tous genres. Nous partirons aussi sur les traces des influences multiples au coeur desquelles il travaille – mais ce sera pour mieux cerner l’originalité de ce “penseur-acteur” de la littérature planétaire.

Continuer la lecture de Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Journée d’études Épopée et récits postcoloniaux

Impression 

Journée d’études Épopée et récits postcoloniaux (cliquer sur l’image pour voir l’affiche)

Université Toulouse 2, laboratoire LLA-Créatis

le vendredi 13 juin 2014 de 9h30 à 17h, Salle LA060, Centre de Ressources des Langues (Bâtiment 31)

organisée par Delphine RUMEAU & Catherine MAZAURIC

Contacts : drumeau AT univ-tlse2.fr – catherine.mazauric AT univ-tlse2.fr

Programme :

9h30 Introduction

Delphine RUMEAU (Université  Toulouse 2, LLA-Créatis)

Épopée et récits postcoloniaux, entre affinités et contradictions

10h-11h Conférence

Florence GOYET (Université Stendhal-Grenoble 3)

Ce que les épopées anciennes ont à nous dire : dynamisme et déplacements

11h30-12h45 Épopée et romans postcoloniaux contemporains

Inès CAZALAS (Université Paris 7-Denis Diderot)

Migrations du « réalisme magique » et réinventions postcoloniales de l’épique : lectures de João Guimarães Rosa en Angola et au Mozambique

Yolaine PARISOT (Université Rennes 2)

Au-delà de l’événement : « travail épique » et histoire immédiate dans les récits postcoloniaux

 

14h30-15h45 D’une épopée postcoloniale ouest-africaine

Catherine MAZAURIC (Université Toulouse 2, LLA-Créatis)

Donner voix au silence : histoire tue et énonciation épique dans La Quête infinie de l’autre rive de Sylvie KANDÉ

Sylvie KANDÉ (SUNY University, États-Unis)

L’épique et le subalterne. Comment les textes nous subjuguent

16h Table ronde et conclusions

16h45 Fin de la journée

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/epopee-et-recits-postcoloniaux-315818.kjsp?RH=1270125529372

Télécharger le programme au format PDF : prog postcoloniaux2

Rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe

 Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe – Rwanda
Rencontre à la librairie Terra Nova, 18 rue Gambetta 31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
Fax : 05 61 21 25 15
Contact :contact@librairie-terranova.fr
Vendredi 11 avril 2014 à 19h

En partenariat avec Survie Midi Pyrénées, rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe, animée par Catherine Mazauric, professeur de littérature à l’Université de Toulouse : Rwanda 1994, écrire par devoir de mémoire : ce que peut la littérature.

En 1998, le programme « Rwanda, écrire par devoir de mémoire » rassemble au Rwanda une dizaine d’écrivains venus de tout le continent africain. De cette résidence d’écriture de quatre mois naissent plusieurs ouvrages qui interrogent la capacité de la littérature à transmettre une mémoire de l’événement et à agir sur les consciences.
Nous recevons ici, dans le cadre de la 20e commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, deux des auteurs de cette résidence, tous deux marqués par le génocide : un romancier devenu témoin, un témoin devenu romancier.

Boubacar Boris Diop, romancier et essayiste, est né à Dakar en 1946. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux sénégalais, il continue de collaborer à des titres de la presse étrangère. La résidence d’auteurs «Rwanda : écrire par devoir de mémoire» lui a permis de prendre toute la mesure du génocide. Né de cette expérience, Murambi, le livre des ossements a été traduit en plusieurs langues. Il publie en 2014 avec Aminata Traoré La Gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique.
Vénuste Kayimahe est un rescapé du génocide des Tutsi devenu écrivain. Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Vénuste Kayimahe publie en 2014 son premier roman, La Chanson de l’aube.

Samedi 12 Avril à la salle San Subra, 2 Rue Saint Subra – métro St Cyprien Toulouse dans l’après midi 20e Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, avec notamment le témoignage de Vénuste Kayimahé, programme complet sur Survie Midi Pyrénées.

Géographie littéraire en Afrique – Itinéraires d’écrivains

 Soyinka Un café géographique à Toulouse, mercredi 26 mars à 18h30, au Bistro de Julie (4 allées Paul Feuga, Métro Ligne B, Tram T1, Bus 1 & 12, Arrêt Palais de Justice)

Débat introduit par Alain RICARD

(directeur de recherches émérite au CNRS, Histoire des littératures et anthropologie de la textualité, laboratoire LAM – Les Afriques dans le Monde, IEP Bordeaux)

“Pas le paysage tout seul, mais un homme dans un paysage”, voilà ce qui m’intéresse dit à Thomas Tranströmer,  un  ancien  prisonnier de Robben Island : en somme,  dans le texte, le paysage est un objet  littéraire,  mais aussi un objet politique  et social.

Le Prix Nobel  2003,  John Coetzee,  a beaucoup réfléchi sur l’espace et le paysage dans la littérature de l’Afrique du sud. Dans le livre qu’il consacre à ces thèmes,  il ne mentionne pas la littérature en langues  africaines. C’est dommage :

– Il aurait trouvé chez Thomas Mofolo), un maître de la  description, un amoureux de la nature  et  l’inventeur de la prose sesotho.

– De même  chez Sol Plaatje, premier romancier  noir anglophone,  il aurait trouvé une sensibilité à l’espace, avivée par la  spoliation dont les Africains furent victimes dans la loi foncière de 1913, première étape de l’apartheid sud-africain.

Wole Soyinka, Prix Nobel 1986 est lui un écrivain  des forêts et des lagunes : poète et dramaturge, ilconçoit l’espace comme une image de son pays, unterritoire  à  nationaliser.  Ses poèmes et ses pièces de théâtre nous font  voyager à travers le Nigéria.

– Enfin Fily Dabo Sissoko, poète malien, contemporain oublié de Senghor,  mort en prison à Kidal en 1964, réhabilité  en 2000,  est l’un des rares écrivains de l’Afrique francophone à  avoir donné un récit de voyage et à s’être intéressé à  tout l’espace africain .  Il nous  montre l’Afrique, du Kenya à Madagascar dans Au-dessus des nuages.

Thomas MOFOLO  (Lésotho, 1876-1948) : Chaka, une épopée bantoue, 1925, Gallimard – L’Imaginaire 2010.

Sol PLAATJE: (Afrique du sud, 1876-1932) : Muhdi, la vie des indigènes en Afrique du Sud il y a 100 ans, 1930, Actes sud 1997.

Wole SOYINKA (Nigeria, 1934-) : Il te faut partir à l’aube, Actes sud, 2007.

Fily Dabo SASSOKO (Mali, 1900-1964) : Les jeux du destin, J. Grassin 1970.