Archives par mot-clé : Traduction

Marechera enfin !

Sortie en librairie de la poésie complète de Dambudzo Marechera.
Traduction française : Xavier Garnier et Pierre Leroux, à partir de l’édition originale en anglais due à Flora Veit-Wild

Cimetière de l’esprit

Dambuzo MARECHERA

​Editions Project’Îles, Collection Poésie ’ Shayinr

Livre broché 145 pages – 14 x 21,5 – 17€
ISBN : 978-2-493036-22-3
EAN : 9782493036223

En librairie le 7 mars 2024

Pour Marechera, le poème est un corps spiritualisé tout comme le poète est un texte incarné. L’esprit semble être le maître mot de cette poé sie, qui peut être considérée comme la doublure spirituelle de l’œuvre en prose, « une sorte de retrait de la réalité physique et une entrée dans un royaume où l’être humain se spiritualise ». Ces éclats d’esprit que sont les poèmes naissent d’un rapport âpre à une réalité dont le poète, né en 1952 dans une banlieue déshéritée de Rusape, fait l’expérience quotidienne. Il en résulte une poésie en fragments, souvent énigmatique, mais dont on pressent dès la première lecture qu’elle est sous-tendue par l’unité d’une expérience concrète du monde. De l’exil en Europe au retour dans une Rhodésie devenue Zimbabwe, les poèmes rassemblés dans ce recueil posthume retracent en filigrane ce parcours accidenté, sans pour autant se contenter d’être le reflet d’une époque révolue.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.editions-projectiles.com/cimeti%C3%A8re-de-l-esprit

« Souvenirs de Lagos »

Festac . . . Memories of Lagos

Published online by Cambridge University Press:  02 January 2024

Publication d’une introduction et d’une traduction (en anglais), par Tobias Warner, d’un texte inconnu de Mariama Bâ dans la revue PMLA.

« Souvenirs de Lagos » est le premier texte oublié de Mariama Bâ à être redécouvert depuis des décennies, et le seul poème que l’autrice aurait publié. Le poème évoque les expériences de Mariama Bâ lors du FESTAC organisé à Lagos, au Nigeria, en 1977. Le texte est paru dans un journal sénégalais (L’Ouest africain) deux ans environ avant la publication d’Une si longue lettre, mais il est resté inconnu des chercheurs. L’introduction et la traduction en anglais du poème sont désormais en libre accès.

Une table ronde virtuelle consacrée à « Souvenirs de Lagos » est programmée lors de la convention de la Modern Language Association ce vendredi 5 janvier 2024, de 14h à 15h HNE, avec Rama Dieng, Tsitsi Ella Jaji, Annette Joseph-Gabriel, Stéphane Robolin et Tobias Warner en conversation. Accessible aux membres de la MLA, cette conversation, qui aura lieu en anglais, est organisée par les Francophone et African to 1990 Forums de la MLA. La conversation sera également enregistrée et mise à disposition quelques jours après la séance.

Antjie Krog, A Figure at the Crossroads

Lundi 27 novembre 2023

Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle E412

A l’occasion de la venue de Antjie Krog à Toulouse et de la sortie de résidence de Claire Rengade, dont elle est l’invitée, elle participera, avec son traducteur Georges Lory, à une journée d’étude organisée par le Centre for Anglophone Studies (CAS EA 801) dans le cadre des travaux de la Structure collaborative de recherches en études africaines et en collaboration avec la Cave Poésie.

14h: Antjie Krog (Extraordinary Professor, University of the Western Cape) and Georges Lory (translator): Njabulo Ndebele’s The Cry of Winnie Mandela
15h: Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne, TIL): Geographies of identity: generic hybridity in Antjie Krog’s works
15h30: Mathilde Rogez (Université de Toulouse, CAS): Body of evidence: representing reconciliation in South African literature
16h: questions
16h15: tea/coffee (F422)
16h30: Antjie Krog: The Africa Pulse Translation Project & translation workshop
19h30: bilingual reading at the Cave Poésie
 

Une satire cinglante

Christiane Fioupou vient de donner un entretien à RFI (entretien réalisé par Tirthankar Chanda), à propos du dernier roman de Wole Soyinka, récemment traduit en français par David Fauquembert et Fabienne Kanor.

«Le nouveau roman de Soyinka est une satire cinglante, alternant humour et horreurs»

Prix Nobel de littérature 1986, Wole Soyinka est connu comme dramaturge et poète. Après Les Interprètes (1965) et Une saison d’anomie (1973), il a publié en 2021 son troisième roman Chroniques du pays des gens les plus heureux du monde, désormais disponible en français. Inspiré par les dérives de la société nigériane, ce roman raconte la corruption des élites dans une Afrique cherchant ses repères. Entretien avec Christiane Fioupou, angliciste et traductrice de Soyinka.

RFI : Christiane Fioupou, vous connaissez le Nigeria littéraire comme peu de gens le connaissent. Vous avez enseigné notamment l’œuvre de Soyinka à l’université, vous l’avez traduite. Quelle fut votre première impression en découvrant le nouvel opus du grand maître de la parole nigériane ?

Christiane Fioupou : J’ai été enthousiasmée par ce livre que j’ai lu en anglais. Les Chroniques du pays des gens les plus heureux du monde est un grand roman sur le Nigeria et sur l’état du monde, plus généralement. Il est foisonnant, bouillonnant, rythmé, dense. En raison de ses intrigues à rebondissements, il y a très peu de répit dans la narration. Ce livre est une sorte de thriller, une satire politique décapante, avec des personnages haut en couleur. Je suis impressionnée par la maîtrise, l’art et la cohérence de la pensée de son auteur que je connais bien car je lis et étudie son œuvre depuis plusieurs décennies. Pour vous dire combien j’ai été favorablement impressionnée par ses Chroniques, une fois que j’ai eu fini ma lecture, je n’avais qu’une envie, celle de retourner à la première page pour me réjouir encore plus du texte lui-même et de la manière dont l’auteur aborde des thèmes si multiples, riches, voire incroyables, alternant humour et horreurs !

Lire la suite sur le site de RFI.

AAP: La fin et le commencement

Colloque international “La fin et le commencement”

Hommage au cycle antillais de Simone et André Schwarz-Bart

Université des Antilles, Guadeloupe, 24 et 25 octobre 2024 

Date de tombée (deadline) :

Ce colloque international est pensé comme le second temps d’une réflexion collective venant prolonger les riches échanges et conférences des journées d’étude de septembre 2021 à l’Université de Lausanne. Ces dernières, qui interrogeaient les sources et les traces de l’oeuvre dans les textes et avant-textes schwarz-bartiens, ont fait l’objet d’une publication en ligne sur Fabula. Ancré en Guadeloupe, ce colloque suit symboliquement l’itinéraire géographique emprunté par le couple d’écrivains, qui quitte la Suisse à la fin des années 1970 pour s’installer sur l’île natale de Simone Schwarz-Bart. 
A l’image du titre du dernier chapitre de Gouverneurs de la rosée (Jacques Roumain, 1944) qui est repris comme titre d’une section de Ti-Jean l’Horizon (Simone Schwarz-Bart, 1979), ce colloque international « La fin et le commencement » s’attachera à explorer la richesse créative des écrivains installés sur l’île « à cyclones et à volcans » (Pluie et Vent sur Télumée Miracle, 1972, p.11), en dépit d’une disparition de la scène littéraire parisienne. La « fin » du séjour en Europe est le « commencement » d’un foisonnement d’un autre type, enrichi par un terreau d’une autre nature. Dans un prolongement de l’observation de l’œuvre schwarz-bartienne, les chercheurs sont notamment invités à observer le renouveau que représente pour l’œuvre la traduction et la réception qui l’accompagne. La question de la collaboration littéraire, mais également de la collaboration posthume, pourra aussi être étudiée, en ce qu’elle constitue un nouveau « commencement » pour le dit « cycle antillais ». Enfin, il pourrait être intéressant de convoquer, dans une perspective comparatiste, ces auteurs et autrices dont l’œuvre propose un dialogue avec les Schwarz-Bart. Cette approche rappellera l’ancrage des écrits des Schwarz-Bart dans la Caraïbe et les Amériques. 
Il s’agira alors de poursuivre l’esquisse du contour des univers historiques, philosophiques, politiques, religieux, linguistiques et littéraires d’une des œuvres les plus emblématiques du XXe siècle.

Continuer la lecture de AAP: La fin et le commencement

Claude McKay Redux

Claude McKay Redux : représentations, circulations, traductions, échanges

Vendredi 18 novembre 2022

Maison de la Recherche, Salle de colloque 2 / CUBE Campus ALLSH, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

Cette journée d’études verra la création à Aix-Marseille Université d’un groupe de recherche interdisciplinaire consacré à l’étude, à la traduction et à la diffusion de l’œuvre de l’écrivain, éditeur et activiste politique noir américain d’origine jamaïcaine Claude McKay (1889-1948). L’objectif du groupe de recherche dénommé The Banjo Society est de réhabiliter une des figures majeures du modernisme littéraire transatlantique. La journée s’articulera autour de présentations et d’échanges entre les passeurs de l’œuvre de McKay, enseignants-chercheurs et acteurs de la société civile.

9h Accueil des participants

  • Richard Bradbury (University of Exeter): “A night out in New York, May 4, 1937”
  • Céline Mansanti (Université de Picardie Jules Verne) : « La primo-publication et la primo- réception des œuvres de Claude McKay en France (1924-1936) »
  • Renaud Boukh (Éditions Héliotropismes) : « Un œuvre au long cours : pour une histoire éditoriale des œuvres de Claude McKay (1928-2022) »

12h-13h pause déjeuner

  • Alexis Nuselovici (AMU) « Du nihilisme exilique de Claude McKay »
  • Armando Coxe (Président Collectif Claude McKay, Directeur de la collection « Harlem Shadows ») : « Claude McKay et le Marseille colonial »

Table ronde élargie (participants et invités).

17h30-18h : rafraîchissements

18h : projection du documentaire « Claude McKay, de Harlem à Marseille » (2020), en présence du réalisateur Matthieu Verdeil et avec la participation du musicien de jazz et conteur Lamine Diagne, au CUBE, séance ouverte au public

Journée d’études organisée en partenariat par le CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille UR 4235 et le LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherches sur le Monde Anglophone UR853), avec le soutien de l’UFR ALLSH d’Aix-Marseille Université.

Porteur du projet et contact: Anne Reynes-Delobel, LERMA UR853

 
À retrouver sur :

La traduction en Afrique. ELA 53 (2022)

Dossier : Approches pluridisciplinaires et postcoloniales de la traduction en Afrique

Textes réunis par Christine Le Quellec Cottier et Anaïs Stampfli

  • Pour un universel latéral pluridisciplinaire de la traduction en Afrique (Anaïs Stampfli et Christine Le Quellec Cottier)
  • Traduire, moderniser, re-raconter : glose de traducteurs dans trois récits traduits en wolof (Alice Chaudemanche)
  • Traduction et circulation transnationale : le cas de la littérature gabonaise (Laude Ngadi)
  • Écritures d’Afrique, écritures en Afrique : Proche Afrique de Gérard Macé, sa traduction en arabe et sa rétrotraduction en français (Francesca Dell’Oro)
  • Politique linguistique et traduction juridique en Guinée équatoriale : pratiques et enjeux (Adeline Darrigol)
  • La traduction comme traversée des espaces urbains dans Samba pour la France de Delphine Coulin (2011) (Hugues Diby)
  • La traduction vers l’anglais de l’Hommage à la femme noire : transposition d’une encyclopédie (Anaïs Stampfli)

À propos

… des prix littéraires de la rentrée 2021
(Madeline Bedecarré, Philip Whyte, Tobias Warner, Mélanie Joseph Vilain, Ninon Chavoz)

Varias

  • Comment lire Doguicimi ? Formes et enjeux d’un roman historique (Vincent Debaene)
  • Frances W. Pritchett (1922-2012) et la littérature igbo en ligne : une œuvre pionnière (Françoise Ugochukwu)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2021