Archives par mot-clé : Waberi

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

Construction mémorielle et imaginaire des sociétés contemporaines

Cette journée d’étude organisée par les universités de Metz (Écritures UR 3943), Paris 3 (THALIM UMR 7172) et Strasbourg (Configurations Littéraires UR 1337) envisage une réflexion sur le thème de la “Construction mémorielle et les imaginaires des sociétés contemporaines africaines”. Elle vise à favoriser la rencontre et le dialogue des doctorant.e.s en francophonie qui auront l’occasion de présenter leurs travaux et d’échanger avec leurs pairs à partir de cette thématique centrale.

Journée d’études du 030622

URL de référence : http://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/journees-detudes-doctorales/jed-construction-memorielle-et-imaginaire-des-societes

L’Afrique au Futur

L’Afrique au futur. Le renversement des mondes

Anthony Mangeon

ISBN : 9791037015013 ; 288 pages
Ed. Hermann – Collection : Fictions pensantes
Thématique : Langues et littératures

Un nouveau catéchisme médiatique s’impose aujourd’hui, qui veut que le XXIe siècle soit celui de l’Afrique, où se jouera bientôt l’avenir de l’humanité. Mais quelles formes prendront les futurs africains  ? Faut-il espérer l’éden, ou plutôt craindre l’enfer  ? Et où les études savantes et les fictions qui s’en emparent trouvent-elles leurs sources  ?
En revisitant un siècle et demi de productions africaines, américaines et européennes, des années 1880 à nos jours, nous pouvons établir un double constat  : dans leurs scénarios d’anticipation, qu’il s’agisse d’ouvrages de géopolitique, de prospective ou de fictions du futur, les auteurs contemporains réactivent souvent, paradoxalement, des imaginaires du passé. Ces derniers remontent, à tout le moins, à la fin du xixe siècle, et ils ont en commun de s’être figuré, de diverses manières, les possibilités d’un renversement des mondes.

Parution prochaine de L’Afrique au futur. Le renversement des mondes, premier volume d’une trilogie critique due à Anthony Mangeon, dont la suite devrait être publiée en 2023 et 2024, dans la collection « Fictions pensantes » des éditions Hermann. En voici la table des matières ; l’introduction peut aussi être lue ici.
Une première présentation de l’ouvrage aura lieu le 8 mars 2022  dans le séminaire « Désécrire et décoloniser les imaginaires sur la scène contemporaine » organisé par Pénélope Dechaufour, et dans le cadre des « Rendez-vous de la francophonie » coordonnés à l’Université Paul-Valéry par Maxime Del Fiol.  
Les personnes intéressées peuvent se procurer l’ouvrage à tarif réduit (et franco de port pour la France) en renvoyant ce bon de souscription aux éditions Hermann avant le 2 mars, date de parution.
 

Figurer le terroriste

Figurer le terroriste.
La littérature au défi

Elara Bertho, Catherine Brun, Xavier Garnier (dir.)

Karthala, coll. Lettres du Sud

ISBN : 9782811127831
Nombre de pages : 240
Date de publication : 18/03/2021
Prix : 25€

Comment la littérature figure-t-elle les terroristes ? L’ère du terrorisme global dans laquelle nous sommes entrés a mis en scène de redoutables figures publiques dont le potentiel de fascination reste à interroger.
On pourrait multiplier les exemples d’auteurs issus aussi bien de ce qu’Achille Mbembe appelle la postcolonie que des anciennes puissances coloniales, posant directement la question du terrorisme dans leurs œuvres. Comment interroger la figure du terroriste dans l’histoire coloniale et postcoloniale ? Quels usages sont faits d’une telle figure ? Pour servir quels états d’urgence ? Comment traite-t-on cette menace absolue, potentiellement dissimulée sous les traits du colonisé ou du migrant, depuis les conquêtes coloniales jusqu’à nos jours ? Le fait-on de la même façon ici et là ?
Parce que la controverse, notamment juridique, sur la définition du terrorisme reste ouverte, et que l’accusation de terrorisme est toujours réversible, la question des modalités de figuration du terroriste est importante. La lecture des textes littéraires est susceptible de nous aider à comprendre ces processus, qui semblent échapper aux définitions traditionnelles du personnage.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
Catherine Brun est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et membre de l’UMR THALIM. Ses travaux portent principalement sur les rapports de la littérature et du politique (guerre d’Algérie, littérature algérienne de langue française, écriture et mémoire des terrorismes) et sur le théâtre contemporain.
Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours.

Table des matières à consulter sur la page de l’éditeur.

Mieux connaître le «tableau qui fait dialoguer les cultures», l’œuvre de Hassan Musa illustrant la couverture de l’ouvrage : http://www.pascalpolar.be/site/oeuvresview.php?no_inv=musa-01-62.

Lire l’introduction de l’ouvrage.

Hybridations et tensions narratives

Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne. Lectures croisées II

Edited By Daniel Delas, Khalid Zekri and Anne Begenat-Neuschäfer

Berne, Peter Lang, coll. Sprachen – Literaturen – Kulturen

Les littératures du Maghreb et d’Afrique subsaharienne constituent un espace symbolique où se déploie le processus d’hybridation et de traduction culturelle. Ce qui se constate dans ces littératures d’Afrique de langue française et portugaise, c’est un travail de disponibilité que l’écrivain opère à l’intérieur de son univers fictionnel en accueillant de nouvelles possibilités d’existence. En résultent d’intéressantes tensions narratives, variant d’un contexte l’autre, et qui sont analysées dans ce volume qui réunit les travaux présentés lors du colloque « Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne » à Cerisy-la-Salle.

Table des matières

Page sur le site de l’éditeur : https://www.peterlang.com/view/title/61974

Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou & Abdourahman Waberi

Dictionnaire enjoué des cultures africaines, Fayard, 2019, 335 p.

Deux écrivains africains connus pour leurs convictions mais aussi pour leur approche souriante de la vie, un titre qui laisse attendre un ton plaisant dépourvu de pesanteur académique, voilà de quoi attirer vers un livre-dictionnaire qu’on pourra lire de manière discontinue, certains soirs où le tumulte angoissant de la marche du monde d’aujourd’hui vous donne l’envie de respirer en ouvrant la porte à la fantaisie, à l’imprévu, au fragmenté,  à l’ « enjoué ». Un livre de table de nuit en somme. Avant de tomber de somme-il !!!
Et l’ouvrage des deux amis tient ses promesses, à la réserve près que le choix de l’adjectif ‘enjoué’ du titre est un peu trompeur, car les entrées sont en majorité très sérieuses, un tiers d’entre elles étant d’ailleurs des notices biographiques sur de ‘grands’ Africains, souvent très connus (de Senghor à Mandela) mais abordés sous un angle politique moderne. À ‘enjoué’ un peu trompeur donc, on pourra préférer quelques-uns des adjectifs de la quatrième de couverture : ‘buisssonnier’, ‘tour à tour informatif, ludique, drôle, sérieux’.

Ce qui suscite l’agrément du lecteur, c’est parfois bien entendu le contenu de certaines entrées originales – qu’on ne pourra ici qu’évoquer – mais surtout le choix de l’ordre alphabétique propre à tout dictionnaire et qui fait de chaque page un kaléidoscope de la diversité du monde. Ce pourquoi, Victor Hugo, dit-on, lisait chaque matin une page de dictionnaire. Pour se mettre en appétit, en quelque sorte. De ce dictionnaire – plus abécédaire que dictionnaire d’ailleurs et qui ne cherche aucune exhaustivité, voici la liste des  entrées de trois lettres de l’alphabet :

Lettre C (p. 71)
Café – Cauri – Césaire, Aimé – CFA (franc) – Château-Rouge – Chéri Samba – Coetzee, John Maxwell – Cuba – Cube Maggi

Lettre F (p. 139)
Fanon, Frantz – Farah Nuruddin – Fardeau (de l’homme blanc) – “Femme noire” – Feymania – Fonio – Foufou – France noire (La)

Lettre M (p. 221)
Mami Wata – Mandela, Winnie – Mbappé, Kylian – Mbembe, Achille – Monument (aux héros de l’armée noire)

et pour finir avec la lettre Z :

Zembla – Zemidjian (Zem) (p. 323).

Là, vous séchez, ces noms n’évoquant rien pour vous ? Eh bien, prenez le bouquin sur votre table de nuit et vous apprendrez que ‘Zembla’ est un personnage de bande dessinée qui charmait les enfants congolais il y a quelques lustres et que ‘Zem’ est un moyen de transport béninois (qui signifie en langue fon « emmène-moi vite »), une sorte de mototaxi très populaire. Le dictionnaire assortit une brève description du ‘zem’ du commentaire suivant : « les zems illustrent combien les populations africaines prennent leur destin en main, savent trouver des ripostes aux défaillances des régimes politiques en place » (p. 327).

Ce qui illustre le charme de ce Dictionnaire buissonnier : une alternance constante des notations souriantes à coloration anthropologique et de leur commentaire « mythographique », qui donne à voir et sentir le pouls d’un très grand continent dont la puissance culturelle est en train de se déployer sous nos yeux » (avant-propos, p. 11).
Un deuxième tome est timidement annoncé p. 227. Souhaitons qu’il se réalise, avec le même bonheur.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/12/2019, https://apela.hypotheses.org/3679.

Les Rencontres d’Afriques Transversales

Les Rencontres d’Afriques Transversales : 

entretiens littéraires à l’École Normale Supérieure 

(2016-2018)

Maintenant en ligne sur Fabula.

Huit écrivains et plasticiens ont répondu à l’invitation du séminaire « Afriques Transversales » organisé à l’ENS entre 2016 à 2018 pour débattre de la place de l’Afrique dans les discours littéraires et les pratiques artistiques contemporaines. Le présent dossier offre une transcription de ces rencontres avec Omar Victor Diop, Sami Tchak, Abdourahman Waberi, In Koli Jean Bofane, Hemley Boum, Marie Darrieussecq, Sylvain Prudhomme et Hassan Musa.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels clichés et stéréotypes informent les représentations de l’Afrique ? Comment l’artiste devient-il enquêteur ? Quelles relations la littérature entretient-elle avec les sciences humaines ? Chacun à leur manière, les huit artistes et écrivains apportent des réponses à ces questions.

Textes réunis par Elara Bertho (Cnrs-LAM) et Ninon Chavoz (Johannes-Gutenberg Universität de Mainz)

avec le soutien de l’Université de Lausanne.